Oui, certains actes moraux sont désordonnés - voici pourquoi

Ce récit édifiant me vient à l'esprit aujourd'hui, alors que je lis que des ecclésiastiques de différents rangs et de différentes notoriétés appellent à des changements dans les enseignements de l'Église en général et dans le catéchisme en particulier.

Correction : Certains nous assurent qu'ils ne prônent pas le changement d'un enseignement en soi, mais "seulement" du langage de cet enseignement. (Personne ne connaît plus la Lex Orandi, Lex Credendi, Lex Vivendi ?) Certains, en fait, demandent un changement de l'enseignement lui-même. Les deux groupes sont d'accord sur le fait que l'enseignement, tel qu'il est exprimé actuellement (et éternellement), provoque des sentiments blessés, et donc…

La sodomie est-elle "intrinsèquement désordonnée" ?

Mais je m'avance un peu. Identifions d'abord un enseignement spécifique appliqué à une seule question morale. Je parle de la tradition morale qui consiste à qualifier l'acte de sodomie de "intrinsèquement désordonné". Autrement dit, de par la nature même de l'acte de sodomie, quels que soient l'agent de l'acte, les circonstances de l'acte ou les intentions de l'agent, l'acte est, toujours et partout, gravement immoral.

Certains disent que nous ne devrions plus évaluer les actes de sodomie comme étant " désordonnés " parce que cela pourrait causer une détresse émotionnelle chez les agents et les défenseurs de la sodomie. D'autres vont plus loin et disent que nous ne devons pas qualifier ces actes de " désordonnés " parce qu'ils ne sont en fait pas désordonnés, mais simplement " différemment ordonnés ".

Mon but ici est triple :

1) montrer que l'utilisation du mot " désordonné " dans l'évaluation morale de la sodomie est exacte, précise et correcte ;

2) montrer que la détresse émotionnelle n'est pas une raison suffisante pour reformuler ou changer l'enseignement tel qu'il se trouve dans la loi naturelle ou le dépôt de la foi - en fait, même la reformulation de l'enseignement est un échec dans la charité chrétienne ;

3) montrer que pour des raisons d'anatomie, de philosophie et de théologie, il est impossible de changer l'enseignement lui-même - malgré les sentiments blessés.

Une chaîne de quincailleries sponsorise des publicités qui se terminent par les mots "le bon outil, pour le bon travail". Je dis que le langage de l'ordre/désordre dans l'évaluation morale de la sodomie est le bon outil, pour le bon travail. Je commence mon analyse par l'observation que nous évaluons les instruments en fonction de leur capacité à atteindre de manière satisfaisante les fins pour lesquelles ils ont été fabriqués.

Par exemple, une allumette est un moyen sûr, efficace et efficient pour allumer une bougie ; bien qu'elle produise de la chaleur, elle est un instrument inadéquat pour faire fondre de l'acier. Mais il ne s'agit pas d'un échec de la part de l'allumette. L'échec incombe à l'agent qui a choisi d'utiliser un instrument pour atteindre une fin qui dépasse manifestement les capacités de l'instrument.

Certains mauvais choix ne conduisent pas seulement à l'échec de la réalisation de l'objectif visé ; ces mauvais choix entraînent également la destruction de l'instrument. Par exemple, vous pouvez peut-être casser une noix avec la montre de poche de grand-père - une seule fois. Le processus détruira la montre parce qu'elle n'a pas été conçue pour participer au processus de cassage des noix ; elle a en fait été conçue de toute évidence pour un processus différent et sans rapport.

Le mauvais choix d'un instrument peut également conduire à la destruction de l'agent. Si l'on a renversé de l'essence dans l'obscurité, on pourrait déterminer l'endroit où elle s'est répandue en allumant une allumette. Les résultats seraient certainement éclairants, mais seulement brièvement. Un tel processus coûterait à l'agent plus que le prix d'une allumette.

Si l'on ne choisit pas le bon outil pour le bon travail, on risque de ne pas atteindre le résultat souhaité ; on risque de détruire l'instrument ; on risque de détruire l'agent. Il est clair que le choix du bon outil a une signification à la fois pratique et morale.

Outils immoraux

Jusqu'à présent, nous nous sommes concentrés sur l'incapacité à choisir le bon outil principalement en termes d'efficacité. Mais qu'en est-il d'un moyen efficace utilisé pour une bonne fin, alors que l'outil lui-même est immoral ?

Jean veut payer ses frais de scolarité pour l'école de médecine. Il découvre que le braquage d'une banque est beaucoup plus efficace pour obtenir l'argent des frais de scolarité que, par exemple, le fait de travailler les étés et les week-ends dans l'entreprise de restauration de son père. John a trouvé un moyen efficace d'atteindre une bonne fin, mais ce n'est pas le "bon" outil, car il est immoral.

Le bon outil (moralement bon ou du moins moralement neutre) doit être efficace ; il doit aussi être utilisé pour le bon travail - et pour qu'un travail soit bon, il ne doit pas être immoral. "Je préfère utiliser un couteau aiguisé lorsque j'assassine mes rivaux commerciaux" échoue la partie "bon emploi" de l'équation "bon outil pour le bon emploi". Le meurtre est intrinsèquement immoral.

Les exigences de l'équation du "bon outil pour le bon travail" sont satisfaites lorsqu'un outil moralement sain et pratiquement efficace est déployé d'une manière moralement saine pour une fin moralement louable. Lorsque ces exigences sont satisfaites, en termes d'instrument, de processus, de fin et d'agent, nous pouvons qualifier l'ensemble d'"ordonné" - et à juste titre, indépendamment des sentiments de chacun. Le mot "ordonné" dans ce contexte est utilisé à bon escient car, une fois compris, il peut communiquer avec précision et sans ambiguïté ce qui est le cas.

Pour ceux qui s'offusquent du langage de l'ordre/du désordre parce qu'ils ne comprennent pas le langage utilisé dans ce cas précis, nous ferions bien de nous rappeler qu'"instruire les ignorants" est une œuvre de miséricorde spirituelle. Ne pas essayer d'instruire les ignorants dans ce cas précis est un manquement à la charité chrétienne.

L'amour et l'"expérience vécue"

Nous sommes maintenant en mesure d'apprécier les mérites du langage de l'ordre/désordre en termes d'amour, qui est le but ultime de la vie éthique. Cette affirmation dépend, bien sûr, d'une bonne compréhension du mot "amour".

Les Médievaux parlaient d'amor benevolentiae - que l'on traduit mal par "amour bienveillant" - mais cela signifie beaucoup plus ! Aimer quelqu'un, c'est vouloir le meilleur pour l'être aimé. Qu'est-ce qui est le mieux pour tout être aimé ? Ce qu'il y a de mieux pour toute personne humaine, c'est l'union avec Dieu, une union qui commence dans cette vie et se poursuit dans l'éternité. Cette union avec Dieu est l'aboutissement de la sainteté. Le chemin le plus sûr vers la sainteté, les supports les plus solides pour une chasteté joyeuse et fructueuse, se trouvent dans la vie et l'enseignement authentiques de l'Église fondée par le Christ - l'Église catholique. Tout ce qui est contraire à l'enseignement authentique de l'Église qui lui a été confié par le Christ empêchera la vie de sainteté pour laquelle nous avons été faits.

Nous pouvons maintenant voir que la question de l'application du langage de l'ordre/désordre dans l'évaluation morale de la sodomie doit être le critère de l'amour. Est-il possible de soutenir (et ensuite de démontrer) que les actes de sodomie sont des actes correctement ordonnés - c'est-à-dire qu'ils sont des actes d'amour, réalisant la perfection de la nature humaine, qui est la sainteté, la condition indispensable pour l'union avec Dieu, qui est la vocation humaine ?

Les ecclésiastiques, à des degrés divers, disent "oui". Pour que leur "Oui" soit rationnel et moral, il y a des obstacles d'anatomie, de philosophie et de théologie qu'ils doivent franchir. J'espère montrer qu'ils ne peuvent pas franchir ces obstacles. Par conséquent, le langage de l'ordre/désordre dans l'évaluation morale des actes de sodomie peut et doit être conservé. De plus, les demandes de changement ou de rejet du langage de l'ordre/du désordre doivent être retirées, en particulier par les clercs catholiques, quel que soit leur rang ou leur importance.

Examinons l'"expérience vécue" (comme de nombreux clercs et théologiens nous incitent si souvent à le faire) de quatre personnes : Adam et Eve, Malcolm et Steve. Adam et Eve s'engagent l'un envers l'autre dans le mariage d'une manière qui est reconnue par l'Église et l'État. Vierges avant le mariage, Adam et Ève s'engagent l'un envers l'autre dans une relation monogame. Répondant à leurs désirs sexuels, ils ont des rapports vaginaux. Ils espèrent qu'avec le temps, ils auront des enfants. Il n'est pas nécessaire de rappeler ici les raisons précises de cette attente ; il suffit de dire que leurs actes sexuels sont correctement ordonnés.

Le même jour, Malcolm et Steve s'engagent l'un envers l'autre dans le mariage d'une manière reconnue par l'État. Vierges avant le mariage, Malcolm et Steve s'engagent l'un envers l'autre dans une relation monogame. Répondant à leurs désirs sexuels, ils ont des relations sexuelles anales. Ils s'attendent à ce qu'avec le temps, ils… Eh bien, à quoi s'attendent-ils ? Ou plutôt, à quoi doivent-ils s'attendre ?

Ils peuvent s'attendre à des déchirures dans la cavité rectale, ce qui les rendra sensibles aux infections, dont certaines seront difficiles, voire impossibles, à traiter. Ils peuvent s'attendre à une susceptibilité accrue au cancer anal. Ils peuvent s'attendre à une incontinence fécale, ainsi qu'à des douleurs et des saignements rectaux. Avec suffisamment de répétitions, les fistules anales et même le prolapsus anal sont des possibilités non triviales. Ils ne peuvent pas s'attendre à engendrer des enfants par le biais de rapports sexuels anaux. En lisant cette liste incomplète de ce qui attend Malcolm et Steve, quel mot vous vient à l'esprit en premier ? "Ordonné", ou "désordonné" ?

Du point de vue de l'anatomie, ce à quoi Adam et Eve devraient s'attendre et ce à quoi Malcolm et Steve devraient s'attendre sont très différents. Pourquoi ? Tout simplement : Adam et Ève utilisent leur corps et, respectivement, leurs organes génitaux distinctifs masculins et féminins d'une manière qui est en harmonie avec leur conception. Les exigences de l'équation "le bon outil pour le bon travail" sont satisfaites par leurs actes de rapports vaginaux.

Malcolm et Steve utilisent leur corps, y compris leurs organes génitaux masculins distinctifs, d'une manière qui n'est pas en harmonie avec leur conception. Les exigences de l'équation "le bon outil pour le bon travail" ne sont pas et ne peuvent pas être satisfaites par leurs actes de relations sexuelles anales. Aucune exhortation cléricale, aucun tour de passe-passe linguistique, aucune altération des textes ne peut changer ces faits anatomiques.

Des symboles ordonnés à la bonne tâche

La deuxième série d'obstacles que les partisans de l'excision de l'ordre/désordre dans l'évaluation morale de la sodomie doivent franchir est d'ordre philosophique. Ces obstacles ont trait à la nature des symboles. En bref, un symbole est un pont, un médiateur qui relie l'observateur du symbole et ce qui est symbolisé par le symbole.

Il est bon que la présence de la réalité invisible du mariage soit rendue visible par un symbole. C'est l'élément "bon outil" de l'équation. Il est essentiel de comprendre l'élément "bon outil" dans ce contexte. La circularité de l'anneau, une forme sans fin, symbolise bien l'indissolubilité du mariage. De même, il convient que l'alliance soit faite d'or ou d'un autre métal précieux, pour symboliser la valeur et la dignité du mariage. En revanche, il ne serait pas approprié de tenter de symboliser la durée et la valeur du mariage par un certificat de mariage imprimé sur du papier de soie ou du papier hygiénique.

Cette observation peut être l'occasion de tirer profit d'un examen du symbolisme dans le monde et à travers l'histoire. Cet examen nous permet de constater qu'un symbole est le "bon outil" s'il présente une certaine ressemblance naturelle avec ce qu'il symbolise. Par exemple, si la purification spirituelle doit être symbolisée, l'eau est un symbole approprié. En revanche, l'huile de moteur serait un contre-symbole de la purification spirituelle qui doit être symbolisée. De même, si la nourriture spirituelle et la joie doivent être symbolisées, le pain et le vin répondent au critère du "bon outil" pour les symboles.

Les symboles sont ordonnés à la tâche juste de symboliser visiblement la réalité invisible à symboliser. Les contre-symboles sont des symboles désordonnés, car ils ne rendent pas justice à ce qui doit être symbolisé. En fait, ils sont des symboles de la perversion de ce qui doit être symbolisé. Un symbole désordonné ne rend pas non plus justice à ceux qui ont besoin de trouver ce qui doit être symbolisé. Ainsi compris, regardons à nouveau les cas d'Adam et Eve, de Malcolm et Steve.

Toutes les sociétés ont privilégié l'union de l'homme et de la femme dans le mariage. Le mariage peut apporter la perfection morale et spirituelle du mari et de la femme grâce à l'amour sacrificiel. Plus précisément, ils peuvent contribuer au bien de la société humaine en engendrant et en élevant des enfants. La symbolisation de l'amour sacrificiel et fécond du mari et de la femme constitue le "bon emploi" de l'équation. Le "bon outil" de l'équation est le rapport vaginal d'Adam et Eve dans le contexte du mariage reconnu avant tout par l'Église et accessoirement par l'État.

Dans un amour sacrificiel et fécond, Adam et Ève se déclarent l'un à l'autre :

"Je te donne tout mon être (y compris ma fécondité) de manière absolue ; j'accepte tout ton être (y compris ta fécondité) de manière absolue".

Par le biais d'un rapport vaginal, Adam invoque Dieu, demande le don d'une vie nouvelle et demande à Dieu (à travers Adam) de conférer la maternité à Ève, dont le corps est ordonné/conçu pour la maternité. En même temps, Ève invoque Dieu, demande le don d'une vie nouvelle et demande à Dieu (à travers Ève) de conférer la paternité à Adam, dont le corps est ordonné/conçu pour la paternité.

Le pénis introduit le sperme porteur de graines dans le vagin, qui offre une voie d'accès à l'ovule disponible de façon cyclique. Là où le sperme rencontre l'ovule, le don d'une nouvelle vie humaine peut être assuré pour la période de gestation nécessaire. De ce point de vue, il n'y a pas de grossesse "accidentelle" (même si elle est involontaire). La grossesse est la preuve que tout ce qui est mâle chez le mari et tout ce qui est femelle chez la femme a fonctionné comme cela a été divinement conçu et ordonné. Nous ne pouvons nous empêcher d'appliquer le mot "ordonné" à ce processus.

Pour être complet, nous devons considérer la relation anale de Malcolm et Steve, dans le contexte de certaines juridictions qui ont réécrit la définition du mariage pour inclure l'arrangement de ces deux hommes. Avec leur rapport anal, le pénis délivre la semence vivifiante dans l'anus. L'anus représente la mort et la décomposition. Il est conçu pour éjecter les plantes et les animaux morts, mastiqués et digérés. Il n'y a aucune possibilité que la vie humaine soit générée par ce processus. Il y aura, cependant, de la violence, des excréments et du mal. Si ce processus n'est pas désordonné, alors à quoi est-il ordonné ? Ce processus ne peut pas symboliser la complémentarité (car dans ce cas Malcolm et Steve peuvent échanger leurs rôles) et il ne peut pas symboliser l'amour fécond car il ne peut pas engendrer une nouvelle vie humaine.

Si le mariage hétérosexuel et ce que certaines juridictions appellent le mariage homosexuel sont tous deux de véritables mariages, alors symboliquement et physiquement, les rapports sexuels d'Adam et Eve et ceux de Malcolm et Steve doivent symboliser les mêmes réalités et produire les mêmes résultats. Mais ceci est impossible. Par conséquent, nous pouvons voir que les clercs qui souhaitent éliminer le langage de l'ordre/désordre dans l'évaluation morale de la sodomie n'ont pas et ne peuvent pas franchir les obstacles philosophiques inévitables.

La doctrine au service de la révélation divine

Même si les objections (par impossible) à l'utilisation du langage de l'ordre/désordre dans l'évaluation morale de la sodomie ont surmonté les obstacles de l'anatomie et de la philosophie, il reste les obstacles de la théologie. J'espère montrer que les obstacles théologiques constituent une barrière insurmontable pour les partisans de la reformulation (trompeuse) de la doctrine ou du changement pur et simple de la doctrine.

Les partisans de la modification de la doctrine poursuivent diverses stratégies. Certains disent que la doctrine doit être reformulée parce que la formulation pérenne peut provoquer une détresse émotionnelle. Cette objection n'est pas sérieuse. Le langage de l'ordre/désordre exprime de manière exacte, précise et sans ambiguïté le sens de la doctrine. "Le bon outil pour le bon travail !"

Les gens éprouvent une détresse émotionnelle à l'égard de cette doctrine correctement formulée parce qu'ils ne comprennent pas la doctrine, et n'ont probablement pas reçu les aides naturelles et surnaturelles pour vivre la doctrine. Le devoir de tous les catholiques et, a fortiori, le devoir du clergé est d'instruire les ignorants, l'une des œuvres spirituelles de miséricorde. Pour ceux qui comprennent la doctrine mais refusent de la vivre, alors le devoir de tous, mais surtout du clergé, est d'admonester le pécheur, une autre œuvre spirituelle de miséricorde.

Une autre stratégie consiste à rejeter la doctrine pérenne à cause des "découvertes scientifiques" ou des "progrès de la compréhension scientifique." Pour autant que je sache, ces découvertes ou avancées ne sont pas présentées en détail. À moins que les percées scientifiques n'incluent la modification des faits fondamentaux de l'anatomie décrits ci-dessus, je me demande comment " la science " fait avancer la cause des partisans du changement de doctrine. Il est certain que si un homme avait conçu et mis au monde un enfant dans son rectum, puis l'avait mis au monde par son anus, cet événement serait déjà largement connu.

Cet appel aux "découvertes et avancées scientifiques" révèle une mauvaise compréhension de la science et de la doctrine. La science est une tentative d'exclure les préjugés humains tout en s'efforçant d'obtenir un compte rendu exact des données. De même, la doctrine est une tentative d'offrir un compte rendu exact et fidèle du contenu de la révélation divine.

La science est juste lorsque son compte rendu rend justice aux données, quelle que soit la réaction émotionnelle du scientifique ou du grand public. Il en va de même pour la doctrine. (Toute personne incertaine à ce sujet ferait bien de considérer l'exemple de saint Athanase, et la façon dont il a mérité le titre d'"Athanase contra mundum").

Dans cette lumière, nous pouvons évaluer une troisième stratégie de ceux qui voudraient altérer ou rejeter la doctrine. Cette stratégie tente à tort (peut-être même avec mauvaise foi) de se mettre en bonne compagnie en invoquant l'autorité du Cardinal Newman, en se référant à l'utilisation de l'expression "le développement de la doctrine". Cette stratégie ne rend pas justice à Newman, à la doctrine et à la révélation divine.

En bref, la doctrine ne se développe vraiment que lorsqu'elle rend compte de manière plus complète et plus précise du contenu de la révélation. La doctrine a pour fonction de servir la révélation et n'est pas le maître du dépôt de la foi. La doctrine qui omet ou déforme la révélation divine, afin de servir une idéologie ou un programme, n'est pas une doctrine, tout comme la science qui omet ou déforme des données pour servir une idéologie ou un programme n'est pas une science.

Pour être franc, le contenu de la révélation divine, sous la forme de l'Écriture Sainte et de la Tradition Sainte, approuve le mariage sacramentel de l'homme et de la femme comme le lieu approprié pour engendrer et élever des enfants et comprend le mariage comme une école d'amour sacrificiel. La doctrine est saine dans la mesure où elle reflète ces éléments du contenu de la révélation divine. Le langage de l'ordre/du désordre exprime avec précision, exactitude et sans ambiguïté le contenu de la révélation divine qui approuve l'union conjugale sacramentelle de l'homme et de la femme comme mari et femme. Le langage de l'ordre/du désordre, dans ce cas, est "le bon outil pour le bon travail".

Avec la même franchise, le contenu de la révélation divine, y compris l'Écriture Sainte et la Tradition Sainte, n'exprime que l'interdiction divine et aucune approbation divine des actes de sodomie. Le Dépôt de la Foi suggère encore moins la possibilité d'un mariage homosexuel, avec des actes de sodomie comme consommation du lien conjugal. La doctrine est saine dans la mesure où elle reflète avec exactitude, précision et sans ambiguïté ces éléments du contenu de la révélation divine. Le langage de l'ordre/désordre facilite l'expression d'un compte rendu doctrinal sain de la proscription et de la désapprobation divines. Une fois encore, le langage de l'ordre/désordre, au service d'une saine doctrine, est "le bon outil pour le bon travail".

La suppression du langage de l'ordre/du désordre handicape la saine doctrine et ne sert à rien. Handicaper l'expression de la saine doctrine ne glorifie pas Dieu et n'aide pas les âmes. Au contraire, qu'on le veuille ou non, un tel handicap est un grave manquement à la charité chrétienne. Il ne sert à rien de nier ou d'obscurcir la vérité salvatrice à laquelle les membres du Corps du Christ ont droit et besoin.

La nécessité d'un examen de conscience

En résumé : Aucun appel émotionnel, aussi passionné soit-il, aucun appel au dialogue, à l'écoute, à la rencontre, à l'accompagnement, aux expériences vécues - aussi nombreux ou impérieux soient-ils - ne peut surmonter les obstacles de l'anatomie, de la philosophie et de la théologie qui sécurisent l'utilisation du langage de l'ordre/désordre dans l'évaluation morale des actes de sodomie. En ces temps de contestation et de crise, tous les membres du Corps du Christ, en particulier le clergé, doivent se soumettre à un profond et humble examen de conscience.

À lire aussi | Le Pape lance une étude éthique des technologies émergentes

Lorsqu'il s'agit d'expliquer et de défendre l'évaluation morale exacte des actes de sodomie comme étant désordonnés, sommes-nous prêts à instruire l'ignorant et à admonester le pécheur ? Sommes-nous prêts à adopter la seule véritable "approche pastorale" et à aider les personnes confuses ou têtues à former correctement leur conscience ? Sommes-nous prêts à offrir aux gens les aides naturelles et surnaturelles nécessaires pour vivre fidèlement certaines vérités morales difficiles ? Quelles que soient la miséricorde et la tendresse, elles ne peuvent être celles qui retiennent aux gens les vérités salvatrices et les moyens de vivre ces vérités salvatrices.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *