in , , , ,

Pakistan : Guérison pour les victimes chrétiennes d’enlèvements

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Au Pakistan, plus de trente organisations, dont la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale pakistanaise, soutenue par la fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN), ont demandé au gouvernement de collecter des données sur les cas de conversions forcées et de les présenter au Parlement.

Le nombre de cas de conversions forcées au Pakistan augmente rapidement. Dans un rapport présenté au Conseil des droits de l’homme des Nations unies en juillet, le Centre pour la justice sociale (CJS) de Lahore a présenté 78 cas de conversions forcées en 2021. Il est certain qu’un nombre bien plus important de cas n’est pas signalé et donc pas recensé.

Asif Aqeel, directeur adjoint du Centre pour le droit et la justice (CLJ), a déclaré à ACN qu’il était convaincu que ces efforts resteraient vains tant que le risque d’enlèvement d’enfants et de mariages forcés ne serait pas éliminé. Aqeel soutient que l’utilisation des termes « enlèvement d’enfant » et « mariage forcé » au lieu de « conversion forcée » est plus susceptible de mener à la justice.

Forcés de se convertir à l’islam et de se marier

L’un de ces cas est celui de la jeune fille chrétienne Mehwish Bibi, qui a pu être sauvée des mains de son ravisseur, un voisin musulman, qui l’avait forcée à se convertir à l’islam et à se marier.

La vie de Mehwish Bibi s’est améliorée depuis qu’en octobre 2021, un tribunal lui a accordé le divorce de Muhammad Imran, un homme d’une quarantaine d’années, en raison de son « comportement dur et cruel« .

Le cauchemar des mois passés dans sa captivité continue cependant de hanter la jeune fille de 14 ans. Elle est la fille d’un couple chrétien pauvre de Sheikhupura, une localité située à 30 km de Lahore, la capitale de la province du Punjab. Le père est ouvrier, la mère est employée comme femme de ménage. En raison de la mauvaise santé de sa mère, Mehwish Bibi avait elle-même commencé à travailler comme nounou et gagnait 2.000 roupies, soit environ 9 dollars US par mois.

Le 4 août 2021, Imran a proposé de l’emmener au travail. « Il m’a offert une boisson rafraîchissante. Elle était mélangée à de la drogue et je ne sais pas ce qui s’est passé ensuite« , raconte Mehwish Bibi. Elle a été emmenée à Sargodha, à environ 140 km de son village natal, où elle a été enfermée dans une camionnette. Une semaine plus tard, Imran a présenté à un tribunal local des documents relatifs à sa conversion et à son mariage avec lui. « Je me suis toujours battue contre lui, mais il mettait toujours quelque chose dans ma nourriture. Il m’a aussi frappée« , raconte Mehwish Bibi.

Ses parents ont cherché de l’aide auprès de Christians’ True Spirit (CTS), une organisation basée à Lahore, qui a demandé au tribunal des affaires familiales de dissoudre le mariage de Mehwish Bibi. Mehwish Bibi vit depuis près d’un an dans le logement du CTS. Le bâtiment de deux étages est situé dans un bazar très fréquenté et abrite huit femmes rescapées âgées de 13 à 60 ans. Bien qu’elle soit désormais en sécurité, elle est souvent tourmentée par des cauchemars.

Tristesse, peur et phobies

Depuis l’année dernière, la psychologue Aghania Rafaqat propose des séances toutes les deux semaines aux résidentes du refuge. « Mes patientes se comportent de manière très différente. Certaines deviennent agressives et ont souvent des crises de larmes. Elles éprouvent une profonde tristesse et ont très peur de ce que sera leur avenir. Il n’est pas rare que les cauchemars entraînent des phobies« , explique Aghania Rafaqat.

Pendant longtemps, Bibi a eu peur des hommes qui venaient dans le logement où elle vit actuellement : « J’avais peur des électriciens et des plombiers qui venaient pour réparer quelque chose« , raconte Bibi à ACN.

La psychologue affirme que les victimes comme Mehwish Bibi ne peuvent jamais se remettre complètement, car les événements tragiques à un si jeune âge s’impriment dans la mémoire à long terme. « Elles ne peuvent pas oublier les traumatismes. En tant que psychologue, je peux seulement les aider à accepter la situation et à continuer à vivre« , ajoute-t-elle. Outre une série de tests psychologiques, sa stratégie pour ses patientes comprend également une dimension spirituelle. « Leur tenir la main et prier avec elles aide aussi« , souligne-t-elle.

Katherine Sapna, catholique et directrice du CTS, explique qu’après leur calvaire, les filles ne retournent pas immédiatement chez leurs parents, car elles continuent à être menacées par leurs ravisseurs, même si le tribunal autorise les mineures à retrouver leur famille.

Pour échapper à la stigmatisation sociale, elles entrent souvent dans la clandestinité ou s’installent dans un autre lieu. Le centre d’hébergement est une alternative bienvenue et propose une formation professionnelle de couturière ou de cuisinière, un cours d’esthéticienne a même récemment débuté.

Violée et menacée, mais désormais en sécurité

En janvier dernier, Shumaim Lazir, une habitante de quatorze ans, a été violée pendant trois jours par deux hommes musulmans à Rahwali, une petite ville située à 100 km de Lahore. Un homme de 36 ans a été inculpé et se trouve en détention, tandis que l’autre suspect est toujours en liberté.

« Il voulait m’épouser, mais je ne voulais pas renoncer à ma foi. Quand il a entendu parler des descentes de police dans la région, il m’a fait marcher une nuit près de chez moi et m’a menacée de me tuer si je faisais le moindre bruit« , raconte Shumaim Lazir, dont le père est conducteur de tracteur. Au refuge, elle a appris un peu de couture. « Je veux soutenir mes parents en faisant de la couture à la maison« , dit-elle.

Le CTS accueille également 15 élèves de la St. Joseph’s Girls High School de Lahore, une école catholique pour filles dirigée par les Sœurs de la Charité de Jésus et Marie. Il s’agit de cinq enfants chrétiens de femmes qui se sont converties de force à l’islam et de dix anciennes enfants-ouvrières qui travaillaient dans des briqueteries.

À lire aussi | Un weekend hommage et conférence avec Civitas en janvier

Sara Fayaz, 12 ans, fille d’une mère chrétienne et d’un père musulman, fait partie de ces dernières. Lorsque Sara a été violée par son père, sa mère, qui avait été enlevée en 2007 et s’était convertie à l’islam, a décidé de s’enfuir avec elle. Sa jeune sœur a également été violée par l’un de ses cousins du côté paternel. « Mon père battait régulièrement ma mère« , raconte cette élève de sixième année, les larmes aux yeux. Elle est bien décidée à devenir médecin pour aider les autres.

Cet article a été publié originellement et en allemand par le Catholic News Agency (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire