in , , , , ,

Le Sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes et ses 70 miracles

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le Sanctuaire de Notre-Dame de Lourdes, dans le sud de la France, est le site de 70 miracles médicaux reconnus par l’Église catholique. Le sanctuaire marial est célèbre pour les fidèles, mais le bureau des observations médicales de Lourdes est moins connu.

C’est là que des médecins et des chercheurs de renommée mondiale mènent des enquêtes pendant des décennies sur les innombrables guérisons annoncées au fil des ans. Ils déterminent les cas qui peuvent être expliqués médicalement et ceux qui ne le peuvent pas – c’est ce que les responsables de l’église pourraient appeler un miracle. Pour les médecins, c’est une leçon sur les limites de la médecine. Pour les dévots, c’est une intervention divine.

La petite ville française de Lourdes, nichée au pied des Pyrénées, attire plus de 3 millions de pèlerins chaque année, soit plus que les voyages à la Mecque ou à Jérusalem. Et presque tous ceux que vous rencontrerez vous diront qu’ils ont entendu des histoires de miracles ici, mais nous n’en avons entendu aucune plus inspirante que celle de Sœur Bernadette Moriau.

Sœur Bernadette Moriau :
J’ai vraiment essayé tout ce que je pouvais. Mais c’est quelque chose qui ne peut pas être guéri.

Bill Whitaker :
Quel était votre pronostic ?

Sœur Bernadette Moriau :
Une paralysie complète, totale. Le pronostic était vraiment sombre.

En nous promenant avec Sœur Moriau, 83 ans, sur le terrain de la chapelle de Bresles, en France, nous avons eu du mal à croire que pendant la moitié de sa vie, elle a souffert de la cauda équina, une maladie des nerfs et du bas de la colonne vertébrale.

Son pied gauche, disait-elle, était tordu et boiteux.

Pour marcher, elle avait besoin de cette orthèse pour le dos et les jambes, d’un implant pour atténuer la douleur nerveuse et de doses massives de morphine. Elle nous a dit qu’elle avait épuisé toutes les options de traitement, alors, en 2008, son médecin l’a convaincue de faire un pèlerinage à Lourdes.

Bill Whitaker :
Croyiez-vous aux miracles à l’époque ?

Sœur Bernadette Moriau :
J’ai toujours cru aux miracles, mais pas pour moi.

Bill Whitaker :
Alors pourquoi… pourquoi avez-vous décidé d’y aller ?

Sœur Bernadette Moriau :
Eh bien, je n’y suis pas allée pour un miracle. J’y suis simplement allée pour prier avec d’autres personnes. Lourdes est un endroit où les plus petits, ou les plus malades, ou les plus pauvres, passent en premier.

Les plus malades, les plus pauvres, les malades et les affaiblis qui portent des blessures visibles et cachées, viennent du monde entier, cherchant à être guéris par les eaux de source naturelles du Sanctuaire et le pouvoir de la prière.

Les avocats du « diable »

On pourrait les appeler les avocats du diable. Le Dr Michael Moran, chirurgien oncologue, le Dr Jacek Mostwin, professeur d’urologie à Johns Hopkins, et le Dr Kieran Moriarty, spécialiste renommé de la toxicomanie, ont passé au crible le cas de Sœur Moriau.

Bill Whitaker :
Y a-t-il… quelque chose qui aurait pu causer sa réaction ?

Dr. Kieran Moriarty :
Aucun traitement ne serait aussi efficace aussi rapidement.

Bill Whitaker :
La religion entre-t-elle dans votre conversation médicale ?

Dr. Jacek Mostwin :
Nous ne pouvons pas nous séparer en tant que personnes qui ont été profondément immergées dans la culture et les traditions de Lourdes et de l’église. Mais ne vous méprenez pas, nous sommes tout aussi techniques qu’un pathologiste médico-légal lorsqu’il s’agit d’examiner les détails techniques de l’affaire.

Après huit ans d’enquête, le comité a déterminé que le cas de Sœur Moriau était « médicalement inexpliqué« .

Bill Whitaker :
Donc, lorsque vous faites une enquête, l’enquête sur la guérison de Sœur Bernadette ou toute autre guérison, cela est fait sur une base purement médicale, quelque chose qui pourrait être examiné par des pairs par d’autres médecins en dehors de Lourdes ?

Dr. Alessandro de Franciscis :
Pas pourrait. C’est le cas. J’ai estimé que je peux affirmer avec une certitude absolue que le cas de Sœur Bernadette a été examiné, lu, expertisé par au moins 300 médecins. Et si demain matin l’un de nos téléspectateurs est médecin, et qu’un jour, il s’arrête dans le sud de la France et vient me voir et veut consulter le dossier de Sœur Bernadette, je serai ravi de lui montrer. Parce que tout est ouvert, et collégial, et pas de secrets.

L’Église a le dernier mot.

En 2018, une décennie après sa guérison, le cas de Sœur Moriau a été déclaré 70e miracle de Lourdes.

L’Évêque Jean-Marc Micas :
Déclarer un miracle, c’est dire :  » Dieu a fait quelque chose « . C’est ça le miracle. Et les médecins ne peuvent pas aller sur ce terrain.

À lire aussi | Pakistan : Guérison pour les victimes chrétiennes d’enlèvements

Bill Whitaker :
Quand j’ai dit aux gens que je venais ici, beaucoup de gens m’ont dit :  » Oh, allez. Il doit y avoir une explication que nous ne connaissons pas. » Que répondez-vous aux sceptiques ?

L’évêque Jean-Marc Micas :
Venez et voyez. Soyez ouvert. Ne soyez pas étroit d’esprit. Soyez ouvert pour croire que le monde réel est plus vaste que le monde visible.

On a dit à propos de Lourdes : pour ceux qui croient, aucune explication n’est nécessaire. Pour ceux qui ne croient pas, aucune explication n’est possible.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le CBS News (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire