in , , , ,

Un cardinal allemand réprimande un prêtre qui a béni une union homosexuelle

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’archevêque de Cologne, le cardinal Rainer Maria Woelki, a été publiquement critiqué lundi 31 par le Comité central des catholiques allemands (ZdK) pour avoir officiellement mis en garde un prêtre de son archidiocèse contre la bénédiction d’unions homosexuelles.

Birgit Mock, vice-présidente du ZdK, a attaqué le cardinal pour avoir mis en garde le père Herbert Ullmann. Le ZdK est avant tout un syndicat d’employés laïcs de l’Église en Allemagne.

Le prêtre a effectué un « service de bénédiction pour tous les couples amoureux« , a rapporté le journal allemand Rheinische Post, qui a également publié une photo de la cérémonie, où l’on voit des servants d’autel devant un drapeau arc-en-ciel sur les marches de l’autel.

Dans une interview accordée à Domradio, Mme Mock a qualifié l’avertissement de « plus qu’incompréhensible« . Elle a affirmé qu’une résolution de la Voie synodale allemande, selon laquelle « tous les hommes sont égaux devant Dieu et la dignité humaine, inclut l’identité de genre et l’orientation sexuelle« .

Mme Mock, qui a dirigé le groupe de travail du synode sur la sexualité, est une fervente partisane de la contestation publique du Saint-Siège, qui a interdit la bénédiction des unions entre personnes de même sexe.

Le chemin synodal allemand est un processus de discussion entre les évêques et le ZdK qui a déjà proposé la création d’un comité de surveillance des évêques allemands, sur l’exercice du pouvoir dans l’Église, l’ordination des femmes, la fin du célibat des prêtres et la modification de la doctrine morale catholique pour accepter l’homosexualité.

Dans une tentative récente de surmonter les inquiétudes profondes et les divisions croissantes, les évêques allemands et les représentants de la Curie romaine se sont rencontrés au Vatican le 26 juillet pour poursuivre les discussions sur « les questions théologiques et disciplinaires qui ont été soulevées en particulier au cours du « voyage synodal« .

Selon un communiqué commun du Saint-Siège et de la conférence épiscopale allemande, la rencontre s’est déroulée dans une « atmosphère positive et constructive » et sera suivie d’autres réunions.

La délégation allemande était composée des évêques Georg Bätzing, Stephan Ackermann, Michael Gerber, Bertram Meier et Franz-Josef Overbeck. La secrétaire générale de la conférence épiscopale, Beate Gilles, et le porte-parole, Matthias Kopp, étaient également présents. Pour le Saint-Siège, cinq chefs de département et un secrétaire étaient présents, dont le cardinal Luis Ladaria, préfet du dicastère pour la doctrine de la foi, et le cardinal Kurt Koch, préfet du dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens.

Parmi les évêques allemands qui ont défendu la bénédiction des unions homosexuelles figurent Mgr Georg Bätzing, évêque de Limbourg et président de la conférence épiscopale allemande, Mgr Reinhard Marx, archevêque de Munich, Mgr Franz-Josef Bode, évêque d’Osnabrück, Mgr Helmut Dieser, évêque d’Aix-la-Chapelle, Mgr Peter Kohlgraf, évêque de Mayence, et Mgr Heinrich Timmerevers, évêque de Dresde-Meissen.

L’évêque d’Essen, Mgr Overbeck, a déclaré publiquement qu’il ne prendrait pas de mesures disciplinaires à l’encontre des prêtres qui bénissent les unions homosexuelles.

La Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF) a publié sa déclaration le 15 mars 2021, dans un document officiel connu sous le nom de Responsum Ad Dubium (« réponse à une question« ). À la question « L’Église a-t-elle le pouvoir de bénir les unions homosexuelles ?« , la CDF a répondu : « Négatif« .

Dans sa note explicative, le Saint-Siège a déclaré :

« La communauté chrétienne et ses pasteurs sont appelés à accueillir avec respect et sensibilité les personnes ayant des inclinations homosexuelles et sauront trouver les moyens les plus appropriés, en accord avec l’enseignement de l’Église, pour leur annoncer l’Évangile dans sa plénitude. En même temps, ils doivent reconnaître la proximité authentique de l’Église, qui prie pour eux, les accompagne et partage leur chemin de foi chrétienne, et accueillir ses enseignements avec une ouverture sincère.« 

La déclaration du Saint-Siège a suscité des protestations dans le monde catholique germanophone. Plusieurs évêques sont favorables à la bénédiction des unions homosexuelles. Certaines églises ont déployé des drapeaux de la fierté LGBT et un groupe de plus de 200 professeurs de théologie a signé une déclaration critiquant le Saint-Siège.

Cette réaction a incité les évêques d’autres pays à craindre que l’Église allemande ne se dirige vers un schisme.

Les catholiques allemands ont également critiqué les bénédictions. Le groupe « Maria 1.0 » a exhorté les évêques du pays à s’unir à Rome face aux protestations.

S’agissant des tendances schismatiques de l’Église allemande, Helmut Hoping, professeur de théologie dogmatique à l’université de Fribourg, a déclaré à CNA Deutsch, la branche germanophone du groupe ACI, que certains prêtres « plaident aussi ouvertement en faveur de l’ouverture du sacrement du mariage aux personnes du même sexe à moyen terme« .

Entre-temps, l’Église allemande est confrontée à un exode d’une ampleur historique. Plus d’un demi-million de catholiques baptisés ont quitté l’Église en 2022, soit le plus grand nombre de désaffiliations jamais enregistré. Cet exode massif a conduit plusieurs évêques allemands critiques à l’égard du processus synodal, dont Mgr Stefan Oster, évêque de Passau, et Mgr Meier, évêque d’Augsbourg, à reconnaître que l’Église devait regagner la confiance avec « patience et crédibilité« .

À lire aussi | Saint Pierre Julien Eymard, ou que l’adoration du Saint Sacrement changera le monde

Lundi 31, Mgr Gerhard Feige, évêque de Magdebourg, s’est inquiété d’une éventuelle fusion des diocèses d’Allemagne de l’Est en raison des problèmes financiers liés à l’exode. En Allemagne, l’Église catholique est financée par une partie de l’impôt payé au gouvernement fédéral par les personnes qui se déclarent légalement catholiques. Les personnes qui déclarent ne plus être catholiques ne peuvent pas recevoir les sacrements de l’Église allemande.

Comme de plus en plus de catholiques baptisés refusent de payer l’impôt ecclésiastique, les élites allemandes qui reçoivent des fonds provenant de cet impôt, comme le ZdK, sont soucieuses de créer une « pression » en faveur du changement pendant qu’elles ont encore les moyens matériels de le faire.

Cet article a été publié originellement par ACIDigital (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire