in , ,

Une députée risque la prison pour un tweet d’un verset biblique

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Une ancienne ministre du gouvernement finlandais et députée risque la prison après avoir tweetée un verset de la Bible en déclarant que son procès, la semaine prochaine, sera un test pour la liberté de religion.

Päivi Räsänen, médecin et mère de cinq enfants, a expliqué qu’elle avait « l’esprit calme » avant le procès pénal qui débutera le 24 janvier.

« J’ai confiance de vivre toujours dans une démocratie, et que nous avons notre constitution et des accords internationaux qui garantissent notre liberté d’expression et de religion« , a déclaré Päivi Räsänen, ministre de l’Intérieur de la Finlande de 2011 à 2015.

« Si je gagne le procès, je pense que c’est une étape très importante pour la liberté d’expression et de religion. Je pense que ce n’est pas seulement important pour la Finlande, mais aussi en Europe et dans d’autres pays.« 

« Si je suis condamnée, je pense que la pire conséquence ne serait pas l’amende à mon encontre, ni même la peine de prison, ce serait la censure.« 

« Donc, maintenant, il est temps de parler. Parce que plus nous nous taisons, plus l’espace de la liberté d’expression et de religion se rétrécit.« 

À lire aussi | Le Pape François a-t-il rencontré deux fois le PDG de Pfizer ?

Selon ADF International, un groupe juridique chrétien qui la soutient, Räsänen pourrait être condamnée à deux ans de prison pour ce tweet, après que le procureur général finlandais a déposé des accusations criminelles contre elle le 29 avril 2020.

La députée pourrait également être condamnée à une peine de prison supplémentaire si elle est reconnue coupable de deux autres infractions présumées liées à ses commentaires dans un pamphlet de 2004 et dans une émission de télévision de 2018, a déclaré le groupe.

Le procureur général a accusé Räsänen d’incitation contre un groupe minoritaire, arguant que ses déclarations étaient « susceptibles de provoquer l’intolérance, le mépris et la haine envers les homosexuels.« 

ADF International a noté que les commentaires de Räsänen n’ont pas violé les politiques de Twitter ou les règles du radiodiffuseur national qui a projeté le programme 2018, ce qui explique pourquoi ils restent disponibles sur leurs plateformes.

La Finlande est un pays de 5,5 millions d’habitants, limitrophe de la Norvège, de la Russie et de la Suède. Environ deux tiers de la population appartiennent à l’Église évangélique luthérienne de Finlande, l’une des deux églises nationales du pays, aux côtés de l’Église orthodoxe finlandaise.

La députée de 62 ans, qui a été présidente du parti chrétien-démocrate de 2004 à 2015, est un membre actif de l’Église luthérienne finlandaise. Mais elle a remis en question le parrainage par son église d’un événement à la fierté du lobby LGBT en 2019.

Le 17 juin 2019, elle a demandé dans un message sur Twitter comment ce parrainage était compatible avec la Bible, en établissant un lien avec une photographie d’un passage biblique, Romains 1:24-27, sur Instagram. Elle a également publié le texte et l’image sur Facebook.

« Le but [de] mon tweet n’était en aucun cas d’insulter les minorités sexuelles. Ma critique visait les dirigeants de l’église« , a-t-elle déclaré à la revue First Things en 2020.

La police a commencé à enquêter sur Räsänen en 2019. Elle a fait face à plusieurs entretiens avec la police et a dû attendre plus d’un an la décision du procureur général.

Juhana Pohjola, évêque du diocèse de la mission évangélique luthérienne de Finlande, a également été inculpée pour avoir publié le pamphlet de 2004 de Räsänen intitulé « Homme et femme, il les a créés.« 

Le Conseil luthérien international a publié une déclaration en juillet 2020 décrivant la décision de poursuivre Räsänen comme « flagrante« .

Il a déclaré : « La grande majorité des chrétiens de toutes les nations, y compris les catholiques et les orthodoxes orientaux, partagent ces convictions. Le procureur général finlandais nous condamnerait-il tous ? En outre, l’État finlandais doit-il risquer des sanctions gouvernementales de la part d’autres États sur la base d’une violation des droits de l’homme fondamentaux ?« 

Paul Coleman, directeur exécutif de l’ADF International, a déclaré : « Dans une société libre, chacun devrait être autorisé à partager ses croyances sans craindre la censure. C’est le fondement de toute société libre et démocratique. »

« La criminalisation de la parole par le biais de lois dites de « discours de haine » ferme d’importants débats publics et constitue une grave menace pour nos démocraties. Ce genre d’affaires crée une culture de la peur et de la censure et ne devient que trop courant en Europe.« 

« Nous espérons et sommes convaincus que le tribunal de district d’Helsinki fera respecter le droit fondamental à la liberté d’expression et acquittera Päivi Räsänen de ces accusations scandaleuses.« 

À lire sur CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire