in , , , , , ,

Voilà, c’est Noël et Jésus est né humblement !

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le 25 décembre a été initialement identifié comme la date de la naissance de Jésus par Sextus Julius Africanus en 221 et est ensuite devenue la date universellement acceptée.

Origine de Noël

Une explication répandue de l’origine de cette date est que le 25 décembre correspond à la christianisation du « dies solis invicti nati » (jour de la naissance du soleil invaincu), une fête populaire dans l’Empire romain qui célébrait le solstice d’hiver comme un symbole de la résurgence du soleil, de la disparition de l’hiver et de l’annonce de la renaissance du printemps et de l’été.

En effet, une fois que le 25 décembre a été largement accepté comme la date de la naissance de Jésus, les écrivains chrétiens ont fréquemment fait le lien entre la renaissance du soleil et la naissance du Fils. Ainsi, Noël est une fête annuelle qui commémore la naissance de Jésus-Christ, qui s’est fait chair pour habiter parmi nous.

Dans la Bible, Marie et Joseph voyagent de Nazareth à Bethléem et, comme il n’y avait pas de place dans l’auberge, l’enfant Jésus naît dans une étable et est placé dans une mangeoire. Sa naissance humble est célébrée par des chœurs d’anges et des bergers, et les mystérieux mages lui offrent de précieux cadeaux.

Dans la tradition catholique, la célébration de Noël ne se limite pas à la commémoration de la naissance de Jésus. Elle englobe également l’ensemble du mystère de l’Incarnation, qui comprend la conception de Jésus par le Saint-Esprit, sa naissance de la Vierge Marie, sa vie terrestre, sa mort sur la croix, sa résurrection et son ascension au ciel. Chacun de ces événements est célébré à différents moments de l’année liturgique, mais ils sont tous intégrés dans la célébration de Noël.

L’Église et Noël

L’Église catholique a déterminé les quatre semaines précédant Noël comme l’Avent, un temps pour préparer le chemin du Seigneur pour sa venue en tant que notre Roi et Sauveur. De plus, l’Église enseigne que : Lorsque l’Église célèbre chaque année la liturgie de l’Avent, elle rend présente cette ancienne attente du Messie, car en participant à la longue préparation de la première venue du Sauveur, les fidèles renouvellent leur ardent désir de sa seconde venue. En célébrant la naissance et le martyre de Jean-Baptiste, l’Église s’unit à son désir : Il doit croître, mais je dois diminuer.

Il est quand même dommage que beaucoup ne jeûnent pas pendant l’Avent car sans le jeûne, il ne peut y avoir de fête de Noël. Le jeûne et d’autres formes de pénitence comme la prière et l’aumône, contribuent pourtant à purifier notre cœur et à nous préparer à la célébration de Noël, voire le catéchisme en numéro 1434. L’Église encourage quand même la participation aux messes hebdomadaires de l’Avent, car dans l’Eucharistie, nous trouvons la source et le but de notre préparation à l’Avent, le Christ lui-même, dont le sacrifice nous réconcilie avec Dieu.

L’Église célèbre donc Noël principalement depuis le jour de Noël jusqu’à la solennité de l’Épiphanie, qui commémore la manifestation du Seigneur comme Sauveur du monde entier. L’Église, donc traditionnellement célèbre Noël pendant 40 jours, culminant avec la fête de la présentation du 2 février. Pendant cette période, la naissance du Christ est célébrée comme une fête continue. Il est tout aussi important de célébrer pendant la période de Noël que de se préparer au Christ pendant l’Avent.

La période de l’Avent est marquée par l’attente et la préparation à la venue du Christ. C’est un temps de prière, de pénitence et de charité, où les fidèles sont invités à se préparer spirituellement à la célébration de la Nativité. Les quatre dimanches de l’Avent sont chacun associés à une vertu chrétienne : l’espérance, la paix, la joie et l’amour. Ces vertus sont représentées par les quatre bougies de la couronne de l’Avent, qui sont allumées successivement chaque dimanche.

La célébration de Noël dans l’Église catholique est une célébration joyeuse de la naissance de Jésus, le Fils de Dieu, qui est venu dans le monde pour nous sauver. C’est un temps de joie et de gratitude, où les fidèles sont invités à célébrer la venue du Sauveur avec des chants, des prières et des rites liturgiques. La messe de minuit, en particulier, est un moment fort de la célébration de Noël, où l’Église célèbre la naissance de Jésus avec une grande solennité.

La période de Noël se termine, comme je l’ai dit plus haut, avec la fête de la Présentation du Seigneur, également appelée la Chandeleur, qui est célébrée le 2 février. Cette fête commémore la présentation de Jésus au Temple de Jérusalem, quarante jours après sa naissance, conformément à la loi juive. C’est une célébration de la lumière de Christ qui éclaire le monde, symbolisée par la bénédiction et la procession des cierges.

L’arbre de Noël

Vous vous demandez peut-être pourquoi un arbre à Noël ? Saint-Boniface, au 8e siècle, a offert un sapin baumier aux druides, remplaçant ainsi le chêne, symbole de leur idole. Il affirmait que « l’arbre de sapin est le bois de la paix, le signe d’une vie sans fin avec ses branches toujours vertes, pointant vers le ciel. Il ne sera jamais témoin d’actes de sang, mais sera plutôt rempli de dons aimants et de rites de bonté.« 

L’idée que l’arbre de Noël soit un rite païen, volé par des chrétiens est entièrement fausse. Cela n’a aucun rapport, car la dévotion était tournée vers de faux dieux. Ces paîens de cette époque, se sont tous convertis au catholicisme en évoluant théologiquement, ils ont fait évoluer également leurs traditions afin de les orienter en direction du vrai Dieu, Jésus Christ.

Dans notre tradition, c’est pour honorer la Nativité de notre Seigneur Jésus-Christ et non pas pour honorer la nature ou des faux dieux païens, tout est en rapport avec le mystère de l’Incarnation, tout est en lien et en relation avec Jésus, rien n’est laissé au hasard.

Dans la tradition catholique, l’arbre de Noël est également vu comme un symbole de l’Arbre de Vie présent dans le jardin d’Éden. Il rappelle la promesse de la vie éternelle offerte par Jésus-Christ. Les lumières de l’arbre symbolisent la lumière du Christ, qui éclaire le monde de sa présence. Les cadeaux sous l’arbre rappellent le plus grand cadeau de tous, celui de la naissance de Jésus, le Sauveur du monde.

De plus, l’arbre de Noël est souvent décoré le jour de la Sainte-Barbe, le 4 décembre, une tradition remontant au Moyen Âge. Les familles catholiques plantent du blé ou des lentilles dans trois coupelles, symbolisant la Sainte Trinité. Si la récolte est belle, l’année sera prospère. Ces coupelles sont ensuite utilisées pour décorer la crèche, une autre tradition catholique importante de Noël, représentant la Nativité, la naissance de Jésus dans une étable à Bethléem.

Ainsi, l’arbre de Noël devient un symbole fort de la tradition catholique, imprégné de significations profondes et de rituels qui enrichissent la célébration de la Nativité. Il transcende les apparences pour rappeler la promesse de vie éternelle en Jésus-Christ et la lumière qu’il apporte au monde. Cette tradition, loin d’être païenne, renforce la connexion entre les premiers chrétiens et leur foi, transformant chaque aspect en une célébration de la véritable essence de Noël.

Que fête-t-on à Noël quand on est pas chrétien ?

Pour ceux qui ne sont pas chrétiens, Noël est une occasion de se retrouver en famille, de se faire plaisir, de partager un bon repas, de s’offrir des cadeaux. C’est une fête qui peut être perçue comme matérialiste.

Cependant, elle permet de renouer avec l’amour du prochain et l’unité de la famille. Même si certains ne sont plus catholiques ou chrétiens et ne célèbrent pas la Nativité du Seigneur, il reste des traces de catholicisme, des vertus que la religion nous enseigne.

Noël est également une période de générosité et de partage. C’est le moment où l’on pense aux autres, notamment aux plus démunis. De nombreuses actions caritatives sont organisées pour apporter un peu de chaleur et de joie à ceux qui en ont le plus besoin. Les dons, les collectes de jouets ou de nourriture, les repas partagés, sont autant de gestes qui illustrent l’esprit de Noël.

Noël est une fête qui émerveille les enfants. La magie de Noël, pour eux, c’est le Père Noël, les contes, les légendes et les traditions qui se transmettent de génération en génération. Les décorations lumineuses, le sapin orné, les chants de Noël, tout contribue à créer une atmosphère féerique et à faire briller les yeux des plus petits. Noël est une parenthèse enchantée, un moment hors du temps qui laisse place à la rêverie et à l’imaginaire.

Message pour vous

Chers frères et sœurs, alors que ce soir, nous allons célébrer la naissance de notre Seigneur Jésus-Christ, je voudrais partager avec vous quelques réflexions.

Noël, c’est bien plus que la commémoration de la naissance d’un enfant dans une étable à Bethléem. C’est la célébration de l’Incarnation, le mystère insondable de Dieu qui se fait homme pour partager notre condition humaine, pour nous montrer son amour infini et pour nous ouvrir le chemin du salut. En cette nuit sainte, le Verbe s’est fait chair et a habité parmi nous, apportant la lumière de l’espérance dans notre monde souvent assombri par le péché et la souffrance.

A lire aussi | Voir quelle sera la fin – Homélie du 4ᵉ dimanche de l’Avent

Alors que nous préparons nos cœurs à accueillir de nouveau le Christ, je vous invite à contempler ce mystère avec un esprit de foi et d’émerveillement. Que chaque crèche que nous installons dans nos maisons, chaque messe à laquelle nous assistons, chaque chant de Noël que nous entonnons, soit pour nous une occasion de renouveler notre engagement à suivre le Christ et à vivre selon ses enseignements.

Alors que nous célébrons Noël, n’oublions pas que le Christ est venu pour tous les hommes, sans exception. Il est venu apporter la paix, la joie, l’unité et l’amour à tous ceux qui sont ouverts à son message. En cette période de fêtes, je vous invite donc à partager cette bonne nouvelle avec ceux qui vous entourent, en particulier avec ceux qui sont seuls, qui souffrent ou qui sont dans le besoin. Que nos paroles et nos actions reflètent la lumière du Christ et apportent un peu de réconfort et d’espérance à notre monde.

Enfin, alors que nous nous apprêtons à entrer dans une nouvelle année également, je vous souhaite à tous une année remplie de grâces et de bénédictions. Que le Seigneur vous guide et vous protège tout au long de cette année. Et que la joie de Noël reste avec vous tout au long de l’année.

Joyeux Noël et bonne année à tous !

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire