in , , , ,

Voir quelle sera la fin – Homélie du 4ᵉ dimanche de l’Avent

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Dans l’Évangile de ce quatrième dimanche de l’Avent, nous revenons en arrière de neuf mois, au 25 mars, la fête de l’Annonciation, un événement presque caché qui a changé le monde.

Dieu, dont la présence centrale a quitté le Temple juste avant l’invasion babylonienne (cf Ez 10:18) et la perte de l’Arche de l’Alliance, revient maintenant à l’arche du sein de Marie. La glorieuse présence de Dieu revient maintenant à Son peuple, dans une ville obscure de moins de trois cents habitants, une ville si petite qu’aucun chemin n’y conduisait.

Nous lisons ici un moment crucial dans l’histoire de l’humanité. Dieu ne revient pas seulement à Son peuple, mais Il devient également un avec eux dans l’Incarnation.

Il est bon de considérer quatre aspects de ce moment crucial. En le faisant, nous considérons non seulement les gloires de Marie, mais aussi les nôtres (d’une manière subordonnée mais réelle). Marie est la disciple parfaite et ses gloires préfigurent de manière excellente les gloires que Dieu souhaite nous accorder, bien que d’une manière différente mais toujours substantielle. Regardons quatre aspects de cet Évangile.

I. Le RESPECT de DieuLe texte dit : « L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, à une vierge fiancée à un homme nommé Joseph, et le nom de la vierge était Marie … Marie dit : « Voici la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi selon ta parole. » »

Notez que Dieu demande la coopération de Marie. Bien que les paroles de l’ange Gabriel ne soient pas formulées sous forme de question, il est clair, d’après la réponse de Marie, qu’elle considère cela comme une demande de Dieu. Elle dit oui, comprenant cela comme une demande plutôt que simplement une déclaration de ce qui sera.

Ici, nous voyons un indicateur important du respect de Dieu pour la liberté de Marie. Certes, Il l’a préparée et l’a équipée de toute grâce pour dire oui, mais en fin de compte, son oui offert librement est significatif. C’est quelque chose que Dieu cherche et respecte. Sinon, pourquoi se donnerait-il la peine d’envoyer un ange du tout ? Pourquoi passerait-il par Marie du tout ? Pourquoi ne pas apparaître soudainement en tant qu’homme adulte et commencer à travailler ? En fait, Dieu veut venir par Marie (cf Gn 3:15) et cherche son oui à la place du non d’Ève.

Le respect de Dieu pour le oui offert librement de Marie s’étend également à nous. En effet, nous pouvons voir ici comment le respect de Dieu contraste directement avec le comportement du diable, qui provoque, crie et s’immisce. À travers le bruit culturel et d’autres voies, Satan nous tente et nous provoque. Dieu, cependant, chuchote et invite respectueusement. Il n’impose pas une décision, mais nous appelle avec amour et attend patiemment notre réponse.

Dans l’Écriture, nous lisons ceci à propos de Jésus : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je souperai avec lui, et lui avec moi » (Ap 3:20). Ainsi, bien qu’étant tout-puissant et capable de nous contraindre, Dieu ne le fait pas ; Il n’agit pas violemment ni n’impose Sa volonté. Il respecte la liberté qu’Il nous a donnée et nous invite à coopérer à Son plan pour nous.

Dieu respecte la liberté de Marie et la nôtre ; Il a « besoin » que nous lui ouvrions la porte pour qu’Il puisse agir.

II. La Révélation de DieuNotez l’amour, l’appréciation et le respect que Dieu manifeste à Marie à travers l’ange. Le texte dit : « Je te salue, pleine de grâce ! Le Seigneur est avec toi … Ne crains pas, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. »

Gabriel révèle l’état sans péché de Marie. Marie est certainement le chef-d’œuvre de Dieu, le résultat de Sa grâce et de Son œuvre. Elle est sans péché en étant « pleine de grâce ». Remplie de grâce, elle n’a pas de place en elle pour le péché.

Dans son salut, Gabriel parle de la dignité et de la perfection de Marie : Χαιρε κεχαριτωμενη (Chaire, Kecharitomene) (Je te salue, pleine de grâce). Kecharitomene (pleine de grâce) est un participe parfait passif indiquant une action accomplie (parfaite) dans le passé mais toujours opérante dans le présent. Ainsi, Gabriel la salue non pas par son nom, « Marie« , mais d’une manière différente : « Salut à celle qui a été parfaitement graciée et l’est encore maintenant ! » Marie avait été libérée de tout péché dans le passé. Elle était et est parfaitement, totalement graciée. Gabriel salue Marie et respecte respectueusement l’œuvre de Dieu en elle.

D’une manière moins parfaite (mais toujours vraie), Dieu nous aime aussi et aime en nous la perfection que nous atteindrons un jour par Sa grâce et Sa miséricorde. Quelques textes me viennent à l’esprit :

« Je t’ai aimé d’un amour éternel ; c’est pourquoi je t’attire avec bonté » (Jérémie 31:3). « Ne crains rien, car je t’ai racheté ; je t’ai appelé par ton nom : tu es à moi. Car je suis le SEIGNEUR, ton Dieu, le Saint d’Israël, ton Sauveur … tu as du prix à mes yeux, tu es honoré, et … je t’aime » (Ésaïe 43:1-3). Dieu ne nous aime pas parce que nous sommes bons. Plutôt, Dieu nous aime et si nous acceptons Son amour, nous devenons bons. Marie était, par une grâce singulière, entièrement ouverte à l’amour et à la perfection de Dieu. Si nous sommes fidèles, chacun de nous deviendra un jour l’homme ou la femme que Dieu a toujours voulu que nous soyons.

Dieu montre un grand égard pour Marie (par l’intermédiaire de Gabriel) et connaît également la gloire que nous partagerons un jour.

III. L’ÉNIGME au milieu Reste la question mystérieuse de Marie : « Comment cela se fera-t-il puisque je ne connais pas d’homme ? » Si elle avait pensé en termes biologiques, elle aurait connu la réponse évidente à la question : elle et Joseph concevraient. Mais sa question implique qu’elle avait d’autres idées sur son avenir que des relations matrimoniales régulières.

Certains prétendent que la question ne vient pas vraiment de Marie, mais qu’il s’agit plutôt d’une question rhétorique ou d’un dispositif littéraire placé ici par Luc afin que l’ange puisse nous informer, nous lecteurs, que Dieu seul est le vrai Père du Fils. Une telle notion semble être plus une invention de modernes nerveux tentant de résoudre le mystère. Réduire une question cruciale comme celle-ci à un simple artifice littéraire semble peu convenable.

Une meilleure solution consiste à explorer l’ancienne tradition selon laquelle il y a une histoire supplémentaire fournie dans le Protévangile de Jacques. Il s’agit d’un bref texte du début du IIe siècle qui se concentre sur la petite enfance et les premières années de Marie et de Jésus. Bien qu’il ne soit pas un livre de l’Écriture, le texte fournit un témoignage historique important sur la manière dont l’Église primitive et les chrétiens comprenaient ces premiers événements. Il aide également à résoudre l' »énigme » de la question de Marie « Comment cela se fera-t-il puisque je ne connais pas d’homme ? »

Le texte explique que Joseph était un veuf plus âgé et nommé par le grand prêtre comme une sorte de gardien pour Marie, une vierge consacrée qui avait vécu et travaillé au Temple. Voici quelques versets :

Et Anne dit : Par le Seigneur mon Dieu, si je donne naissance à un garçon ou une fille, je le présenterai comme un don au Seigneur mon Dieu ; et il le servira dans les choses saintes tous les jours de sa vie…. Et ses mois furent accomplis, et au neuvième mois, Anne accoucha.

Et elle dit à la sage-femme : Qu’ai-je mis au monde ?

Et elle dit : Une fille…. et [Anne] lui donna le nom de Marie…. Et l’enfant avait trois ans… elle, [avec Joachim et Anne] monta au temple du Seigneur. Et le prêtre la reçut, l’embrassa et la bénit, disant :

Le Seigneur a magnifié ton nom dans toutes les générations. En toi, au dernier des jours, le Seigneur manifestera sa rédemption aux fils d’Israël. Et il la plaça sur la troisième marche de l’autel, et le Seigneur Dieu envoya la grâce sur elle ; et elle dansa avec ses pieds, et toute la maison d’Israël l’aima….

Et Marie était dans le temple du Seigneur comme une colombe qui y demeure, et elle recevait de la nourriture de la main d’un ange. Et quand elle eut douze ans, il y eut un conseil des prêtres, disant : Voici, Marie a atteint l’âge de douze ans dans le temple du Seigneur. Que devons-nous donc faire d’elle ?

Et ils dirent au grand prêtre : Tiens-toi près de l’autel du Seigneur ; entre, et prie à son sujet ; et tout ce que le Seigneur te manifestera, nous le ferons aussi.

Et voici qu’un ange du Seigneur se tint près de lui, lui disant : Zacharie, Zacharie, sors et rassemble les veufs du peuple, et qu’ils apportent chacun sa verge ; et à qui le Seigneur montrera un signe, sa femme lui appartiendra. Et les hérauts sortirent à travers tout le circuit de la Judée, et la trompette du Seigneur sonna, et tous coururent.

Et Joseph, jetant son ciseau, sortit à leur rencontre ; et quand ils furent assemblés, ils s’en allèrent au grand prêtre, portant avec eux leurs verges. Et lui, prenant les verges de chacun d’eux, entra dans le temple et pria ; et ayant terminé sa prière, il prit les verges et sortit, et les leur donna ; mais il n’y eut aucun signe en elles, et Joseph prit sa verge en dernier ; et voici, une colombe sortit de la verge, et vola sur la tête de Joseph. Et le prêtre dit à Joseph : Tu as été choisi par le sort pour prendre sous ta garde la vierge du Seigneur. Mais Joseph refusa, disant : J’ai des enfants, et je suis un vieil homme, et elle est une jeune fille. J’ai peur… [Mais le grand prêtre dit], « Et maintenant crains le Seigneur, ô Joseph… Et Joseph la prit sous sa garde. » (Protévangile 8-10)

Cette histoire supplémentaire donne un contexte à la question inhabituelle de Marie. La tradition catholique voit dans sa question une preuve de la doctrine de la virginité perpétuelle de Marie.

En fin de compte, la question de Marie semble indiquer une certaine attente de sa part qu’elle « ne connaîtra pas d’homme » à l’avenir. Nous ne pourrons pas satisfaire complètement notre curiosité à ce sujet et finalement, cela ne nous regarde pas.

Une chose est sûre : l’Église enseigne, sans ambiguïté, que Marie est restée toujours vierge. Il semble raisonnable de conclure que la question de Marie indique qu’elle était claire à ce sujet. Il reste aussi un élément de mystère que nous devons respecter.

Les protestants et tous ceux qui nient la virginité perpétuelle de Marie ont une certaine réflexion à faire. La question de Marie n’est ni dénuée de sens ni naïve. Le christianisme ancien, comme en témoigne le Protoévangile de Jacques, avait déjà une compréhension du statut perpétuel de Marie en tant que vierge consacrée et considérait la question de Marie comme une vraie question avec un vrai contexte et elle devait être respectée au moins comme montrant sa virginité même si cela ne le prouve pas.

IV. La RECONNAISSANCE de Dieu Marie se trouve en présence d’un archange. Cela seul est assez effrayant, mais en plus, son monde est en train de changer de manière dramatique. Par conséquent, sa peur et son anxiété sont compréhensibles. Gabriel donne à Marie plusieurs réconforts : « Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu… Voici, tu concevras dans ton sein, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père; il règnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin… »

En effet, Gabriel dit à Marie que quelle que soit la manière dont les détails se déroulent, il y aura une victoire totale à la fin; elle enfantera un fils, qui est le Fils du Dieu Très-Haut et qui aura un royaume qui ne prendra jamais fin ni ne sera conquis. Malgré toutes les préoccupations qu’elle peut avoir, tout cela mènera à la victoire.

Marie aura besoin de cette réassurance car des jours difficiles l’attendent : l’absence de logement lors de la naissance de Jésus, la fuite en Égypte, la prophétie de Siméon qu’un glaive transpercera son cœur, et le réel enfoncement de ce glaive alors qu’elle est au pied de la croix. Cette connaissance de la victoire ultime est un réconfort important pour elle.

C’est également un réconfort important pour nous. Nous avons, nous aussi, quelques vallées difficiles à traverser, quelques collines ardues à gravir. Nous devons constamment garder à l’esprit la fin de l’histoire : Jésus est le vainqueur. Même si nous pensons peut-être que nous perdons, la victoire totale appartient à Jésus à la fin et à nous si nous restons avec Lui. La conclusion de l’histoire est déjà déclarée : Jésus gagne, de manière écrasante. Tous ses ennemis seront mis sous ses pieds (cf. Ap 20-22; 1 Co 15:25-26; Jn 16:33, entre autres).

Considérez ce passage magnifique d’Isaïe :

« Je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre; je suis Dieu, et nul n’est semblable à moi. J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli; je dis : Mes arrêts subsisteront, et j’exécuterai toute ma volonté. Je l’ai résolu, je le ferai. Écoutez-moi, vous qui avez le cœur gros d’inquiétude, vous qui êtes éloignés de la justice ! J’approche de ma justice, elle ne s’éloignera pas; et mon salut ne tardera pas. Je mettrai le salut dans Sion, et ma splendeur dans Israël. » (Ésaïe 46:12 et suivants).

A lire aussi | Joyeuse et Sainte fête de Noël à vous tous !

Si nous pouvions mémoriser et intérioriser ce passage, tant de nos peurs et angoisses s’évanouiraient ; notre confiance se renforcerait et nous vivrions des vies victorieuses. Parfois, il peut sembler que le mal a le dessus, mais Dieu a la victoire ultime. Peu importe à quel point cela peut sembler sombre à un moment donné, Dieu a déjà gagné ; c’est juste que la nouvelle n’a pas encore filtré.

Cette vérité et cette réassurance doivent être gravées dans nos cœurs, car comme Marie, nous avons des jours difficiles devant nous. D’autant plus que la réassurance de Dieu est essentielle pour nous. Cela a permis à Marie de traverser la croix, et cela nous permettra de traverser nos épreuves.

Ainsi, nous sommes ici à un moment crucial de l’histoire, lorsque la présence de Dieu revient à la famille humaine. Et tout cela se passe si silencieusement, à Nazareth, une ville si petite qu’il n’y avait même pas de route qui y menait. Silencieusement, mais clairement et puissamment, il a porté le premier coup au royaume de Satan. La victoire de Dieu est certaine.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW  – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Joyeuse et Sainte fête de Noël à vous tous !

Joyeuse et Sainte fête de Noël à vous tous !

Voilà, c'est Noël et Jésus est né humblement !

Voilà, c’est Noël et Jésus est né humblement !