in , , , , , ,

Témoins de ces choses – Homélie pour le 3e dimanche de Pâques

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’Évangile de ce dimanche parle de la nécessité de devenir témoins de la résurrection de Jésus. Il commence par la fondation nécessaire de la proclamation de l’Église : « Le Seigneur est vraiment ressuscité, et il est apparu à Simon ! » (Luc 24:34)

Cette déclaration solennelle constitue la certitude doctrinale de la résurrection. Sur cette fondation de vérité, le témoignage personnel de chaque catholique doit être construit. Dans cet Évangile, nous voyons comment le Seigneur confirme Sa résurrection par l’autorité doctrinale de l’Église, confirme les apôtres dans sa vérité, clarifie leur foi, puis les mandate d’être témoins. Voyons comment le Seigneur accomplit cela.

I. La Certitude de la Résurrection

Au début de ce dimanche de Pâques, la nouvelle a commencé à circuler que Jésus était vivant et avait été vu. Ces rapports ont d’abord été désaccrédités ou du moins mis en doute par les apôtres. Ils ont rejeté les rapports tant des femmes que des hommes. Plusieurs femmes, dont Marie Madeleine, avaient vu Jésus vivant. Saint Jean avait vu le tombeau vide et avait « cru. » Et bien que Luc n’en parle pas ici, Marc rapporte que lorsque les disciples revenant d’Emmaüs ont d’abord envoyé dire qu’ils avaient vu Jésus, eux aussi ont d’abord été désaccrédités (Mc 16:13).

Alors que nous reprenons l’histoire ce soir-là, il y a un changement soudain, une déclaration par les apôtres que le Seigneur est vraiment ressuscité !

Qu’est-ce qui cause ce changement ? Après le rapport de fin d’après-midi des disciples revenant d’Emmaüs, Pierre s’est éclipsé, peut-être pour une promenade. Selon Paul (1 Co 15:5) et Luc (Lc 24:34), le Seigneur ressuscité est ensuite apparu à Pierre en privé, avant de se faire connaître à l’un des autres apôtres. Pierre rapporte l’apparition de Jésus aux autres et c’est à ce moment-là que la résurrection passe du doute à la déclaration officielle de la communauté, l’Église. La déclaration officielle est formulée comme suit :

« Le Seigneur est vraiment ressuscité, et il est apparu à Simon ! » (Luc 24:34)

Est-ce que les déclarations des femmes et des laïcs ne signifiaient rien ? Bien sûr que non. En effet, le Seigneur réprimande plus tard les apôtres pour être si réticents à accepter le témoignage des autres (Mc 16:14). Il les appelle « durs de cœur » pour cette réticence, surtout étant donné qu’Il avait dit qu’Il ressusciterait le troisième jour. Même à ce jour, le Seigneur présente souvent des apparitions de Marie, des saints, ou de Lui-même aux fidèles. Le clergé doit discerner attentivement de telles actions, ne les croyant pas rapidement ou ne les désavouant pas rapidement. Cependant, aucune apparition ou dévotion (par exemple, le chapelet de la Divine Miséricorde) ne peut devenir enseignement officiel de l’Église universelle tant que l’Église, en union avec le successeur de Pierre, ne la juge pas digne de foi.

Cela est encore plus le cas avec un dogme comme la résurrection. Il devient un enseignement officiel lorsqu’il est proclamé comme tel par Pierre et ses successeurs. Le pape Benoît, écrivant en tant que Joseph Ratzinger, voit une dimension ecclésiologique au rôle spécial de Pierre dans le fait de faire passer la résurrection d’une simple attestation à « vraiment vrai.« 

… Cette indication de noms [Céphas et ensuite les Douze], … révèle la fondation même de la foi de l’Église. D’une part, « les Douze » restent la pierre angulaire réelle de l’Église, le point de référence permanent. D’autre part, la tâche spéciale confiée à Pierre est soulignée ici. … Le rôle spécial de témoin de Pierre confirme sa mission d’être la pierre sur laquelle l’Église est construite. … Ainsi, le récit de la résurrection coule naturellement dans l’ecclésiologie. … et il façonne l’Église naissante [Jésus de Nazareth Vol 2., pp. 259-260].

Ainsi, la résurrection est maintenant officiellement déclarée par l’Église ; elle est certaine et vraie. La foi est une façon de savoir. Notre foi dans l’Église, comme indiqué dans le Credo (Je crois en une, sainte, catholique et apostolique Église), nous conduit à la connaissance certaine de la résurrection par la déclaration dogmatique de l’Église :

« Le Seigneur est vraiment ressuscité, et il est apparu à Simon ! » (Luc 24:34)

Cependant, même si la foi est une déclaration communautaire et officielle de l’Église par le Collège des Apôtres avec Pierre à sa tête, elle ne peut pas simplement rester ainsi. La foi doit toucher chaque membre sur un plan personnel. Il ne suffit pas de dire : « Pierre dit …, » ou « L’Église dit …, » ou « L’Écriture dit …, » ou « Ma mère dit … »

Nous devons également pouvoir ajouter notre propre voix au témoignage de l’Église. Nous devons être capables de dire :

« Jésus est ressuscité ; c’est vrai ! Ce que l’Église a toujours enseigné, moi aussi, je l’ai expérimenté. Tous ses enseignements et doctrines, tout ce que le Seigneur a enseigné et révélé, est vrai car dans le laboratoire de ma propre vie, je les ai testés et les ai trouvés vrais ! »

Ainsi, nous devons rester avec ces disciples dans leur cheminement pour vivre la proclamation de l’Église : « Le Seigneur est vraiment ressuscité, et il est apparu à Simon !« 

II. Le Contact avec la Résurrection

Tandis qu’ils parlaient encore de cela, il se tint au milieu d’eux et leur dit : « Paix soit avec vous. » Mais ils furent effrayés et terrifiés et pensaient voir un esprit.

La vérité, si nous voulons la saisir, est consolante et libératrice. Jésus, dans la vérité de Sa gloire ressuscitée, se tient devant eux et dit : « Shalom, » paix. Alors que la vérité libère et apporte la paix, un voyage est souvent nécessaire pour réaliser et accepter cela. Avant de pouvoir recevoir le don de la vérité, nous devons souvent accepter le conflit qu’elle introduit dans notre vie.

Comme nous le savons tous, la vérité peut surprendre et même perturber ; elle peut briser les conventions et remettre en question ce que nous savons et pensons. Les apôtres sont d’abord surpris. C’est une chose d’entendre et d’accepter que le Seigneur est ressuscité, qu’Il est apparu à Pierre, mais c’en est une autre d’être personnellement confronté à la vérité.

C’est une chose pour eux de croire avec l’Église et de dire :

« Le Seigneur est vraiment ressuscité, et il est apparu à Simon ! »

Mais c’en est une autre pour eux de vivre personnellement cela. Cela brise tout ce qu’ils ont jamais connu. Leur croyance n’est plus abstraite ; elle n’est plus simplement communautaire. Maintenant, ils sont personnellement en contact avec la réalité de cela.

De même, pour nous dans notre cheminement vers une foi plus profonde. C’est une foi déclarée par l’Église, mais une foi que nous devons connaître et expérimenter personnellement. Dieu soit loué que le Seigneur soit disposé à nous aider à le faire. Car Il ne détruit pas simplement nos notions. Au contraire, Il nous aide à « relier les points » entre Sa vérité et ce que nous savons déjà.

III. La Clarification de la Résurrection

Alors il leur dit :

« Pourquoi êtes-vous troublés ? Et pourquoi des questions surgissent-elles dans votre cœur ? Regardez mes mains et mes pieds, c’est moi-même. Touchez-moi et voyez, car un fantôme n’a pas de chair et d’os comme vous pouvez le voir. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Alors qu’ils étaient encore incrédules de joie et étonnés, il leur demanda :

« Avez-vous quelque chose à manger ici ? Ils lui donnèrent un morceau de poisson cuit au four ; il l’a pris et l’a mangé devant eux. Il leur dit :

« Voici les paroles que je vous ai dites lorsque j’étais encore avec vous, que tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes doit s’accomplir. »

Puis il leur a ouvert l’esprit pour qu’ils comprennent les Écritures.

La vérité peut souvent nous surprendre ; elle peut remettre en question ce que nous savons et pensons. Pour cette raison, certains l’évitent ou la résistent, du moins initialement.

Mais le Seigneur, dans Sa miséricorde, nous envoie souvent des assurances. Il nous aide à « relier les points » entre ce qui nous défie et ce que nous savons déjà, entre ce qui est nouveau et ce qui est ancien et attesté. La vérité a une unité ; les grandes vérités reposent sur les plus petites. Dieu nous prépare par étapes pour la pleine vérité. Jésus a dit une fois aux apôtres : J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Mais quand viendra celui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité (Jn 16:12-13).

Ainsi, dans cet Évangile, le Seigneur expose une sorte de continuité et de clarification pour eux. Par divers moyens, Il leur montre que bien qu’étant glorieusement ressuscité et transformé, Celui qui se tient devant eux maintenant est aussi le même Jésus qui marchait avec eux quelques jours auparavant. Il leur montre ses mains et son côté pour indiquer qu’Il était effectivement celui qu’ils avaient vu crucifié. Il leur demande de le toucher et de voir qu’Il n’est pas un fantôme. Il mange pour les consoler et leur montrer qu’Il a encore des liens avec eux parmi les vivants ; Il n’est pas une apparition scintillante d’un autre royaume.

Enfin, Il leur ouvre l’esprit à la compréhension des Écritures, afin qu’ils sachent que tout ce qui s’est passé n’est pas une rupture radicale avec ou un déchirement du plan de Dieu. Au contraire, c’est l’accomplissement de tout ce qui a été écrit, tout ce qui a été prophétisé.

Ce qui semble nouveau et différent est en fait en ligne avec, en continuité avec, tout ce qui a précédé. C’est la nouvelle Pâque qui ouvre la voie à la véritable terre promise, plus glorieuse et éternelle, du Ciel. Ce n’est pas un échec ; c’est un accomplissement. Ce n’est pas un rejet de l’Ancienne Alliance ; c’est sa ratification et sa transposition à un niveau supérieur et plus glorieux que jamais. Moïse leur a donné de la manne, mais Jésus se donne lui-même comme le vrai pain du Ciel. Moïse leur a donné de l’eau, mais Jésus a changé l’eau en vin et le vin en Son sang salvateur. Le sang de l’agneau pascal a retardé une mort qui viendrait plus tard, mais le Sang du Vrai Agneau annule la deuxième mort de l’Enfer.

C’est une clarification. Jésus les aide à « relier les points » entre ce qu’ils ont connu et cette nouvelle réalité surprenante : qu’Il a surmonté la torture et la mort. C’est vraiment Lui, bien que comme le montrent les récits de la résurrection, Il soit transformé. Il n’a pas simplement repris Sa vie antérieure ; Il l’a élevée à un niveau nouveau et mystérieux. Il a une humanité qui non seulement est ressuscitée des morts, mais est glorifiée. Sa seigneurie et sa gloire transparaissent comme jamais auparavant. Il peut apparaître et disparaître à volonté et semble pouvoir modifier son apparence.

Voici donc une vérité vers laquelle nous devons cheminer : Jésus n’est pas qu’un simple rabbin ou enseignant éthique du monde ancien ; Il est le Seigneur. Il est notre frère et pourtant aussi notre Seigneur. Il a relevé notre humanité des morts mais l’a aussi glorifiée. Il vit à un nouveau niveau, et nous qui sommes baptisés dans sa mort ressuscitons aussi avec lui à une vie nouvelle et plus élevée (Rom 6:4). Ainsi, si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Le vieux est passé ; voici, tout est devenu nouveau (2 Co 5:17).

Dans notre cheminement vers ce qui est nouveau, le Seigneur ne détruit pas ce qui est derrière, ce qu’Il a fait. Il le prend, l’accomplit et l’élève. Sa vérité construit, et bien que ce qui est nouveau nous défie, cela ne détruit pas ou n’annule pas notre raison ou ce que nous avons déjà appris comme vrai (si en fait c’était vrai).

A lire aussi | Munich : La marche pour la vie, méprisée par son clergé

Il nous appartient de coopérer avec Sa grâce et de saisir personnellement la vérité déclarée par l’Église. Le Seigneur le fait d’une manière qui respecte notre intellect et notre sens de la foi. De cette manière, nos conflits sont progressivement surmontés. Notre foi est approfondie et bien qu’elle soit communautaire, elle devient également plus personnelle. Maintenant, nous sommes prêts à devenir des témoins de la déclaration immuable de l’Église : « Le Seigneur est vraiment ressuscité, et il est apparu à Simon ! » et de tout autre enseignement qui en découle.

IV. La Commission de la Résurrection

Et il leur dit : « Il est écrit que le Christ souffrirait et ressusciterait des morts le troisième jour et que la repentance, pour le pardon des péchés, serait prêchée en son nom à toutes les nations, commençant par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses.« 

Qu’est-ce qu’un témoin ? Eh bien, ce n’est pas quelqu’un qui se contente de répéter ce que d’autres ont vu et entendu ; c’est quelqu’un qui témoigne de ce qu’il a lui-même vu et entendu. Les apôtres, ayant personnellement contacté la vérité certaine de la résurrection proclamée par l’Église et l’ayant clarifiée pour eux, sont maintenant prêts à partir comme témoins. Les évêques, les prêtres, les diacres, les catéchistes et les parents doivent aller au-delà de la simple répétition de formules, aussi précieuses et nécessaires soient-elles (s’il vous plaît, ne partez pas et inventez votre propre religion !). Que Jésus soit ressuscité d’entre les morts est certain et vrai car l’Église le proclame solennellement :

« Il est vraiment ressuscité, et il est apparu à Simon !« 

Vient ensuite ce moment où nous permettons au Seigneur de se tenir devant nous et d’affirmer ce qu’Il proclame par l’intermédiaire de l’Église. Ayant ce contact, nous devons lui permettre de le clarifier puis de nous mandater pour aller de l’avant comme ses témoins. En tant que témoins, nous pouvons et devons dire :

« L’Église dit qu’Il est ressuscité. Les Écritures disent qu’Il est ressuscité. Et je vous dis qu’Il est ressuscité. »

Vous êtes témoins de ces choses.

L’êtes-vous ?

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Munich : La marche pour la vie, méprisée par son clergé

Munich : La marche pour la vie, méprisée par son clergé

Des ténèbres à la lumière, la conversion d'un gangster

Des ténèbres à la lumière, la conversion d’un gangster