in , , , , ,

Dimanche de la Sainte Trinité – homélie du Père Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert en ce dimanche de la Sainte Trinité ; Aujourd’hui, c’est le dimanche de la Trinité ; notre foi nous dit qu’il n’y a qu’un seul Dieu.

Dans ce Dieu unique, il y a trois personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Ces trois personnes sont très distinctes : le Père n’est pas le Fils, le Fils n’est pas le Père et le Saint-Esprit n’est ni le Père ni le Fils. Chacune de ces personnes est vraiment Dieu et pourtant il n’y a qu’un seul Dieu. Nous ne pouvons pas le comprendre, nous ne le croirions pas si Dieu ne nous l’avait pas dit.

J’ai récemment vu un film extraordinaire, un film que vous ne verrez probablement jamais. Il a eu une distribution très limitée et est très peu parlant. Il n’y a pas de musique de fond, pas d’intrigue et il dure trois heures. Il s’intitule « Le grand silence« . Il traite de la vie dans une chartreuse. Les changements de saisons et les rythmes des heures liturgiques des moines créent l’ambiance. La solitude des moines, leur prière et leur étude en font un film captivant et fascinant.

C’est un appel au ralenti, à la prise de conscience de ce qui compte vraiment. Il contraste fortement avec tant d’autres films que nous voyons – violence incessante, exploitation, cupidité et trahison. Nous ne sommes pas tous appelés à devenir des moines. Cependant, nous pouvons nous inspirer de leur mode de vie. Ils nous disent une vérité centrale et simple sur la vie. Une vérité que notre monde hyperactif oublie souvent et qui est une reconnaissance de notre dépendance à l’égard de Dieu.

Nous vivons dans un monde de guerre et de violence. Notre culture ne se définit plus par le statut de célébrité. Au lieu de cela, nos nouveaux héros sont devenus des infirmières, des employés d’épicerie et des chauffeurs routiers. Le fait que les gens puissent s’asseoir en silence devant le Dieu de la Tribune est pour moi une source d’espoir. Ces temps difficiles nous ont montré que nous avons tous un besoin humain de Dieu.

De nombreux toxicomanes et alcooliques diraient qu’ils boivent et se droguent pour soulager le stress ou pour se détendre, s’amuser et oublier leurs problèmes. Cela leur permet de se fondre dans la masse. Au fur et à mesure qu’ils suivent une cure de désintoxication, ils réalisent peu à peu qu’il y a autre chose. Il existe une puissance supérieure, un grand silence, une identité, une vision qui leur donnera un point d’ancrage.

Je me souviens d’avoir parlé avec un conteur, Dan, qui animait des fêtes pour enfants. Lors d’une fête d’Halloween, il a éteint les lumières et raconté une histoire de fantôme. Sa voix devenait de plus en plus faible jusqu’au moment où le fantôme s’empare de la pauvre victime. Il a alors haussé le ton et a dit quelque chose comme « je t’ai eu« , et les enfants ont crié et sauté. Tous sauf une petite fille qui s’est assise sur son siège en souriant et en tenant quelque chose autour de son cou. Il lui a demandé si elle avait aimé l’histoire. « Oh oui« , a-t-elle répondu, « mais quand vous êtes arrivés à la partie effrayante, je n’ai pas sauté. Vous voyez, quand les lumières se sont éteintes, j’ai su qu’il allait être question de fantômes. Alors, je me suis accrochée à mon crucifix« .

Elle lui montre le crucifix en or qu’elle porte au cou, « tu devrais en avoir un aussi« , dit-elle. « Je n’en ai pas, mais je devrais en avoir un« , dit Dan, « tu vois, je suis juif« . La petite fille lève les yeux vers lui et lui dit : « Jésus aussi« . Dans un article qu’il a écrit sur la narration, Dan a déclaré : « Je me suis souvent souvenu du bon conseil de cette petite fille. Lorsque vous savez que quelque chose d’effrayant se prépare, vous devez trouver votre propre source de réconfort et de sagesse et vous y accrocher. Vous devez avoir une balise stable pour vous guider tout au long du chemin. Les moines nous rappellent qui est ce phare. Sans cela, nos âmes se ratatinent, la vie s’éloigne et nous nous perdons« .

Je ne pense pas que nous soyons tous des moines ; la plupart d’entre nous sont des gens très occupés. Nous n’avons tout simplement pas le temps de passer de longues heures à l’église à contempler le divin. Néanmoins, je vous demande de vous rappeler l’histoire de Marthe et Marie. Jésus visite leur maison et Marthe est occupée à être une bonne hôtesse. Marie, quant à elle, s’assoit aux pieds de Jésus pour ne rien manquer de ce qu’il dit.

À lire aussi | La Sainte Trinité et le Trône de la Miséricorde

La plupart d’entre nous voient une sorte d’opposition entre l’activisme de Marthe et la contemplation de Marie. La remarque de Jésus selon laquelle Marie a choisi la meilleure part n’a pas pour but de rejeter l’activité de Marthe. Elle vise à souligner l’équilibre, comme si Jésus disait aux Marthe du monde : « Arrêtez ce que vous faites et récupérez votre centre. Nous avons tous besoin d’être nourris par Dieu« .

Les moines appelleraient cela entrer dans le grand silence. C’est se connecter à la balise, à l’ancre. Réaliser que nous appartenons tous à quelque chose de plus grand que nous. Peu importe que vous ne compreniez pas ou ne connaissiez pas grand-chose aux mystères de notre foi. Comme la Sainte Trinité, l’important est que vous connaissiez Dieu.

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La Sainte Trinité et le Trône de la Miséricorde

La Sainte Trinité et le Trône de la Miséricorde

Comprendre la Révélation divine dans le catholicisme

Comprendre la Révélation divine dans le catholicisme