La double nature de Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme

La double nature de Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme

La double nature de Jésus Christ, en Jésus-Christ, c'est-à-dire le Verbe qui s'est fait chair (Évangile de Jean 1:14), deux natures coexistent, la divine et l'humaine, en une seule personne. Jésus-Christ est donc vrai Dieu et vrai homme.

Beaucoup de gens pensent que ce concept est un dogme imposé depuis l'époque constantinienne. De l'étude des prophéties présentes dans l'Ancien Testament et les textes du Nouveau Testament, nous réalisons plutôt que la double nature de Jésus-Christ est un concept inhérent à la Bible, qui n'est rien de plus que la description de celui qui devait venir dans le monde (Ancien Testament), et la véritable histoire de celui qui est venu au monde, Jésus-Christ, dans le but « d'ôter le péché du monde » et donc de sauver tous les êtres humains (Nouveau Testament).

À la naissance de Jésus-Christ, le Sauveur n'apparaissait pas exclusivement comme Dieu ou comme un homme, mais apparaissait comme la seule combinaison du vrai Dieu et du vrai homme. Dieu (la Parole) s'est manifesté dans la chair.

Pour bien comprendre le concept de la double nature de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, il faut considérer que Dieu aurait pu venir sur terre en pleine puissance, c'est-à-dire sous une forme pleinement divine. Dans ce cas il aurait montré sa force infinie mais, n'ayant pas pu souffrir sous forme humaine, c'est exactement comme nous, voire plus que nous, car il a été flagellé et crucifié d'une manière terrible, il n'aurait pas pu payer pour les péchés de toute l'humanité. , il ne pouvait pas expier et donc enlever le péché du monde. C'est la vraie raison pour laquelle Jésus-Christ est également venu sous une forme pleinement humaine, car seul un corps humain pouvait souffrir, ressentir des émotions, pleurer, ressentir de la compassion, ressentir de la douleur et finalement payer pour tous nos péchés.

Voyons tout de suite un passage de Zacharie (13, 7) :

Lève-toi, épée, contre mon berger, contre celui qui est mon compagnon. Oracle du Seigneur des Armées. Frappe le berger et disperse le troupeau, alors je tournerai ma main vers les petits.

Le berger est le Messie, compagnon du Père. Après la crucifixion du berger, le troupeau sera dispersé (destruction de Jérusalem), puis le Père se tournera vers les petits, les humbles d'esprit.

Lorsque le Verbe s'est fait chair, la seconde personne de la Trinité n'était plus esprit, mais chair. Nous voyons un passage qui fait référence aux quarante jours passés par Jésus sur terre, après la Résurrection (Evangile de Luc 24, 39) :

Regardez mes mains et mes pieds : c'est moi ! Touche-moi et vois ; un fantôme n'a ni chair ni os, comme vous voyez que j'en ai. 

Le miracle de l'Incarnation fut donc la transformation du Verbe, de la forme de Dieu à la forme d'un serviteur (Lettre aux Philippiens 2, 3-11). 

Dès l'instant de sa conception sacrée par l'œuvre du Saint-Esprit, ses deux natures coexistèrent en lui. En tant qu'homme, il a gentiment assisté aux noces de Cana, mais comme Dieu a transformé l'eau en vin, en tant qu'homme il avait besoin de dormir, mais comme Dieu a calmé les eaux pendant la tempête, en tant qu'homme il a souffert de la mort de son ami Lazare, mais comment Dieu l'a ressuscité.

Table des matières

Analysons maintenant en détail quelques prophéties bibliques qui consacrent la double nature, divine et humaine, de Jésus-Christ

Psaume (2, 7):
Je déclarerai le décret du Seigneur. Il m'a dit : Tu es mon fils, aujourd'hui je t'ai engendré

Psaume (2, 12):
Soumettez-vous au Fils, de peur qu'il ne se fâche et ne périsse en chemin, car sa colère peut s'enflammer en un instant. Heureux tous ceux qui se réfugient en lui. 

Psaume (45, 11):
et le roi désirera beaucoup ta beauté ; prosternez-vous devant lui, car il est votre Seigneur.

Psaume (89, 27) :
Je ferai aussi de lui mon premier-né, le plus élevé des rois de la terre.

Psaume (110, 1) :
Le Seigneur dit à mon Seigneur : « Asseyez-vous à ma droite jusqu'à ce que je fasse de vos ennemis votre marchepied.

Isaïe (9 : 6) :
Grande sera sa puissance et la paix n'aura pas de fin sur le trône de David et son royaume, qu'il vient consolider et fortifier avec la loi et la justice, maintenant et pour toujours. Cela fera le zèle du Seigneur des armées.

Isaïe (25 : 9) :
Et il sera dit ce jour-là : « Voici notre Dieu ;nous espérions en lui pour nous sauver. C'est le Seigneur en qui nous avons espéré ;réjouissons-nous, réjouissons-nous de son salut,

Isaïe (40, 10) :
Voici, le Seigneur le Seigneur vient avec puissance, et son bras règne sur lui. Ici sa récompense est avec lui et sa récompense le précède.

Accomplissement des prophéties :

Evangile de Matthieu (2, 2) :
et ils dirent : « Où est celui qui est né, le roi des Juifs ? Nous avons vu son étoile se lever et nous sommes venus l'adorer"

Lettre aux Romains (8, 29) :
Depuis ceux qu'il a toujours connus, il a aussi prédestiné à se conformer à l'image de son Fils, afin qu'il soit le premier-né d'une multitude de frères ;

Lettre aux Colossiens (1, 15) :
Il est l'image du Dieu invisible, premier-né de toute création,

Evangile de Jean (20, 28) :
Thomas répondit et lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu !

Evangile de Matthieu (13, 54) :
Arrivé dans son pays natal, il enseigna dans leur synagogue et le peuple fut stupéfait et dit : « D'où puisez-vous cette sagesse et ces prodiges ?

Evangile de Luc (24, 19):
Il leur a demandé : « Quoi ? Ils lui répondirent : « Qu'est-ce qui concerne Jésus, le Nazaréen, qui était un puissant prophète en actes et en paroles, devant Dieu et tout le peuple ; 

Lettre à Tite (2, 10-13) :
pas rubis, mais montrer une fidélité absolue, faire honneur en tout à la doctrine de Dieu, notre sauveur. En effet, la grâce de Dieu est apparue, qui apporte le salut à tous les hommes et nous apprend à nier l'impiété et les désirs mondains et à vivre dans ce monde avec sobriété, avec justice et avec piété, en attendant la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et sauveur Jésus-Christ.

Apocalypse (18, 8) :
Pour cela, en une seule journée, ses fléaux viendront :la mort, le deuil et la faim. Il sera brûlé par le feu, car le puissant Seigneur est Dieu qui l'a condamnée ».

Première lettre aux Corinthiens (10, 30) :
Grâce à lui, vous êtes en Jésus-Christ, qui pour nous est devenu sagesse par l'œuvre de Dieu, justice, sanctification et rédemption.

Evangile de Jean (17, 24) :
Père, je veux aussi que ceux que tu m'as donnés soient avec moi, là où je suis, afin qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée, parce que tu m'as aimé avant la création du monde.

En plus de ces passages du Nouveau Testament, qui clarifient la Divinité du Christ, il y a bien sûr les miracles, qui témoignent de son pouvoir absolu sur les forces de la nature, les démons, la maladie et la mort.

Le titre "Fils de Dieu", cependant, ne dérive pas de sa naissance surnaturelle, car ce n'est pas par la naissance que cette relation entre Père et Fils a commencé. Dieu le Fils a toujours été le Fils éternel de Dieu, c'est-à-dire de toute éternité. Il était donc le Fils de Dieu avant la naissance virginale de Marie.

Analysons aussi un autre passage du Prologue de l'Évangile de Jean (1, 14) :
Et le Verbe s'est fait chair et a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, la gloire du Fils unique du Père, pleine de grâce et de vérité.

Dans ce passage, il est décrit que le Verbe s'est fait chair, c'est-à-dire qu'il s'est incarné dans une personne humaine (Jésus). De plus, il est expliqué que le Fils est un Fils unique, c'est-à-dire "un et unique" (c'est-à-dire qu'il n'y en a pas eu d'autres, et il n'y en aura pas d'autres à part lui).Cela s'explique par le fait que le Christ n'est pas l'un des nombreux "enfants de Dieu", mais est le seul et unique "Fils de Dieu". 

On voit à ce propos ce passage de l'évangile de Jean (1, 33-34) :
Je ne le connaissais pas, mais celui-là même qui m'a envoyé baptiser dans l'eau m'a dit : « Sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est lui qui baptise dans le Saint-Esprit ». Et j'ai vu et j'ai témoigné que celui-ci est le Fils de Dieu ».

Si le titre « Fils de Dieu » exprime sa conscience de Dieu, le titre Fils de l'homme exprime sa conscience messianique.

Voyons maintenant quelques prophéties concernant le Fils de l’homme :

Isaïe (53 : 3-9) :
Méprisé et rejeté par les hommes, homme de douleur qui sait bien souffrir, comme celui devant qui on se couvre le visage ;il était méprisé et nous n'avions aucun respect pour lui. Pourtant il a pris sur lui nos souffrances, il a pris nos peines ;et nous l'avons jugé puni, battu par Dieu et humilié. Il a été transpercé pour nos péchés, écrasé pour nos iniquités. Le châtiment qui nous donne le salut est tombé sur lui ;par ses blessures nous avons été guéris. Nous étions tous perdus comme un troupeau, chacun de nous a suivi son propre chemin ;le Seigneur l'a fait tomber sur lui l'iniquité de nous tous. Abusé, il s'est laissé humilier et il n'ouvrit pas la bouche; il était comme un agneau conduit à l'abattoir, comme une brebis muette devant ses tondeurs, et il n'ouvrit pas la bouche. Avec oppression et condamnation injuste, il a été écarté du chemin ;qui pleure sa postérité ?Oui, il a été éliminé du pays des vivants, à cause de la faute de mon peuple, il a été battu à mort. Il a été enterré avec les méchants, avec les riches était son monticule, bien qu'il n'ait pas commis de violence il n'y avait pas non plus de tromperie dans sa bouche.

Nombres (23, 19) :
Dieu n'est pas un homme à prouver qu'il a tort, il n'est pas un enfant de l'homme pour se repentir. Peut-être qu'il dit et puis pas ?Est-ce qu'il promet quelque chose qu'il ne parvient pas à accomplir ?

Ézéchiel (2, 1) :
Il m'a dit : « Fils d'homme, lève-toi, je veux te parler.

Daniel (8, 15-17) :
Pendant que moi, Daniel, je considérais la vision et essayais de la comprendre, il y en avait un qui se tenait devant moi, ressemblant à un homme ; J'ai entendu la voix d'un homme, au milieu des Ulai, crier et dire : « Gabriel, explique-lui la vision. Il est venu là où j'étais et quand il est venu j'ai eu peur et je suis tombé face contre terre. Il m'a dit : « Fils de l'homme, comprends, cette vision concerne le temps de la fin. Pendant qu'il me parlait, je suis tombé inconscient sur mon visage ; mais il m'a touché et m'a fait me lever.

Daniel (7, 13 14) :
Regardant toujours dans les visions nocturnes, voici venir avec les nuages ​​du ciel
un comme un fils de l'homme ;il vint vers le vieillard et lui fut présenté. Il a reçu le pouvoir, la gloire et le royaume ;tous les peuples, nations et langues l'ont servi :sa puissance est une puissance éternelle, qui ne finira jamais, et son royaume ne sera jamais détruit.

Accomplissement des prophéties

Evangile de Jean (8, 44) :
Vous avez le diable comme père et vous voulez réaliser les souhaits de votre père. Il était un meurtrier dès le début et ne s'est pas tenu fermement dans la vérité, car il n'y a pas de vérité en lui. Quand il ment, il dit ce qui lui appartient, car c'est un menteur et le père du mensonge.

Evangile de Matthieu (27, 30 31):
En crachant sur lui, ils lui ont pris la canne de la main et l'ont frappé à la tête. Après s'être moqué de lui, ils l'ont dépouillé de son manteau et ont remis ses vêtements, puis l'ont emmené pour le crucifier.

Evangile de Jean (17, 6-8) :
J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m'as donnés du monde. Ils étaient à toi et tu me les as donnés, et ils ont tenu parole. Maintenant ils savent que tout ce que tu m'as donné vient de toi, car les paroles que tu m'as données, je les ai données. Ils les ont accueillis et ils savent vraiment que je suis sorti de toi et ils ont cru que tu m'avais envoyé.

Le titre « Fils de l'homme » est utilisé par Jésus-Christ pour se décrire, mais il n'est jamais utilisé par une autre personne pour se référer à lui. Il est mentionné 17 fois dans l'évangile de Matthieu, 12 dans celui de Marc, 21 dans Luc et 11 dans Jean. En dehors des évangiles, il apparaît une fois dans les Actes, une fois dans la Lettre aux Hébreux et deux fois dans l'Apocalypse. Au total, le titre « Fils de l'homme » apparaît 65 fois dans le Nouveau Testament. On se souvient que les grands prêtres n'ont pas incriminé Jésus parce qu'il se définissait lui-même Fils de l'homme, mais il l'incriminait parce qu'il se définissait lui-même « Fils de Dieu ». En effet, lorsque les principaux sacrificateurs lui demandèrent s'il se considérait lui-même comme le Fils de Dieu, Jésus répondit par la vision de Daniel (Matthieu 23, 63-64). Les Juifs comprirent que le Fils de l'homme dans la vision de Daniel ne pouvait être que Divin. Pour cela, ils l'ont inculpé.

Voyons d’autres prophéties sur le concept d’humanité de Jésus

Genèse (29, 14) :
Alors Laban lui dit : « Vraiment tu es mon os et ma chair ! Elle est donc restée avec lui pendant un mois.

II Samuel (5, 1) :
Alors toutes les tribus d'Israël vinrent de David à Hébron, et lui dirent : « Voici, nous sommes tes os et ta chair.

Psaume (89, 20) :
Tu as un jour parlé en vision à tes fidèles, en disant :"J'ai apporté de l'aide à un brave,J'ai élevé un élu parmi mon peuple.

Zacharie (6, 12-13) :
Tu lui diras : Dit l'Éternel des armées : Voici un homme dont le nom est Germe : il fleurira là où il est et rebâtira le temple de l'Éternel. Oui, il reconstruira le temple du Seigneur, il recevra la gloire, il s'assiéra en souverain sur son trône. Un prêtre s'assiéra sur son trône et une paix parfaite régnera entre les deux.

Isaïe (4, 2) :
Ce jour-là, la pousse du Seigneur grandira en honneur et en gloire, et le fruit de la terre sera une magnificence et une parure pour les survivants d'Israël.

Accomplissement des prophéties

Luc (24, 39):
Regardez mes mains et mes pieds : c'est moi ! Touche-moi et vois ; un fantôme n'a ni chair ni os, comme vous pouvez le voir j'ai "

Lettre aux Hébreux (13, 6) :
On peut donc dire avec assurance :Le Seigneur est mon aide, je n'aurai pas peur.Qu'est-ce que l'homme peut faire pour moi?

Evangile de Matthieu (23, 37):
Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui t'ont été envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et tu n'as pas voulu !

Evangile de Jean (15, 1-5):
«Je suis la vraie vigne et mon Père est le cultivateur. Tout sarment qui ne porte pas de fruit en moi, il le coupe, et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde pour porter plus de fruit. Tu es déjà pur, à cause de la parole que je t'ai annoncée. Reste en moi et moi en toi. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s'il ne demeure pas dans la vigne, ainsi vous non plus si vous ne demeurez pas en moi. Je suis la vigne, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire.

Evangile de Matthieu (11, 19):
Le Fils de l'homme est venu, qui mange et boit, et ils disent : "Voici, c'est un glouton et un ivrogne, un ami des collecteurs d'impôts et des pécheurs". Mais la sagesse a été reconnue comme juste pour les œuvres qu'elle accomplit ».

En pratique, le dessein divin était précisément celui de faire incarner le Verbe dans une personne humaine, pleinement humaine, qui pouvait charger sur elle toute la douleur, toute la tristesse propre à l'humanité. Seul un vrai homme peut expérimenter les tentations, expérimenter les limites de la chair. De cette façon, Dieu lui-même a pu prouver la vraie douleur, la vraie souffrance, la vraie tristesse, les vrais pleurs et la vraie humilité sur lui-même sous forme humaine. De plus, la Divinité de Jésus-Christ n'a en aucune façon interféré avec sa pleine humanité.

En effet, le Verbe a décidé de se faire chair, c'est-à-dire de "se revêtir d'humanité", et en même temps l'homme Jésus-Christ s'est revêtu de la Divinité. (Jean 1, 1 ; Jean 1, 14 ; Jean 8, 40 ; I Timothée 2, 5).

Le fait que le Verbe (Dieu, Evangile de Jean 1, 1) se soit fait chair, était la preuve que maintenant Dieu lui-même connaît la souffrance humaine, en effet il la connaît plus que tout autre, précisément parce qu'il a chargé chacun sur lui-même des péchés. et les iniquités du monde. Il l'a ressenti sur lui-même et d'une manière terrible, extrême. 

En effet, au moment de la crucifixion toute la haine du monde se déversa sur lui, et il l'accepta, sans dire un mot, d'une manière tout à fait paisible, exactement comme un agneau, puisque son sacrifice était le dernier, l'aboutissement est parfait. (Isaïe 53, 3-9).

Jésus-Christ avait un corps parfaitement humain.

On voit à ce propos un passage de la Lettre aux Hébreux (10, 5) :
C'est pourquoi, entrant dans le monde, le Christ dit :Tu n'as voulu ni sacrifice ni offre,un corps à la place tu m'as préparé.

Précisément parce que son corps devait ressentir la souffrance du monde sur lui-même. Il a qualifié son corps de temple (Évangile de Jean 2:19) :
Jésus leur répondit : « Détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai.

Première épître de Jean (1, 1-3):
Ce qui était dès le début, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et nos mains ont touché de la Parole de vie - la vie s'est en effet manifestée, nous l'avons vue et de ce que nous témoignons et nous vous annoncer la vie éternelle, qui était avec le Père et qui nous a été manifestée - ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons aussi, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Et notre communion est avec le Père et avec son Fils, Jésus-Christ.

Jésus-Christ avait une âme humaine.

Evangile de Matthieu (26, 38):
Et il leur dit : « Mon âme est triste jusqu'à la mort ; reste ici et regarde avec moi ».

Isaïe (53 : 10-11) :
Mais le Seigneur aimait à le prosterner de douleur. Quand il s'offre en sacrifice de réparation, il verra une progéniture, il vivra longtemps, la volonté du Seigneur se fera par lui. Après son tourment intérieur il verra la lumière et sera satisfait de ses connaissances ;mon serviteur juste en justifiera beaucoup, il assumera leurs iniquités.

David savait que l'âme du Christ ne resterait pas en enfer (Actes des Apôtres 2:31).

Evangile de Matthieu (16:21):
Dès lors, Jésus commença à expliquer à ses disciples qu'il devait aller à Jérusalem et souffrir beaucoup des anciens, des grands prêtres et des scribes, et être tué et ressuscité le troisième jour.

Analysons maintenant les limites humaines de Jésus-Christ.

Il peut sembler étrange de considérer que si Jésus-Christ était Dieu, il avait des limites humaines, mais précisément parce que l'infini n'a pas de limites, le fini en a. Par conséquent, lorsque le Fils de Dieu est devenu le Fils de l'homme, il a été soumis à des limitations. Il s'humilia donc, comme le montre le célèbre passage de la Lettre aux Philippiens (chap. 2). Il était omniscient et omnipotent, mais il a choisi de ne pas être omniprésent. Nous plongeons spécifiquement dans ses émotions et ses expériences humaines.

Lettre aux Hébreux (4, 14-15) :
Par conséquent, puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus le Fils de Dieu, gardons ferme la profession de foi. En fait, nous n'avons pas de grand prêtre qui ne sache prendre part à nos faiblesses : lui-même a été éprouvé en tout comme nous, sauf le péché.

Isaïe (63 : 9) :
dans toutes leurs tribulations. Pas un envoyé ni un ange, mais il les sauva lui-même ;avec amour et compassion il les a rachetés, il les souleva et les emporta, tous les jours du passé.

Ézéchiel (3, 15) :
Je suis venu chez les déportés de Tel-Abib, qui habitent le long du fleuve Chebar, où ils ont élu domicile, et je suis resté sept jours parmi eux comme hébété.Au terme de ces sept jours, cette parole du Seigneur m'a été adressée : « Fils de l'homme, je t'ai établi comme gardien de la maison d'Israël. Quand tu entendras un mot de ma bouche, tu devras les avertir de ma part.

Accomplissement des prophéties :

Lettre aux Colossiens (1, 24) :
Maintenant, je suis heureux des souffrances que j'endure pour vous et je comble ce qui manque aux souffrances du Christ dans ma chair, en faveur de son corps qui est l'Église.

Evangile de Matthieu (8, 14-17):
En entrant dans la maison de Pierre, Jésus vit sa belle-mère qui était au lit avec de la fièvre. Il lui toucha la main et la fièvre la quitta ; puis elle se leva et le servit. Le soir venu, on lui amena beaucoup de possédés et il chassa les esprits par la parole et guérit tous les malades, afin que ce qui avait été dit par le prophète Isaïe s'accomplît :Il a pris nos infirmités et a contracté des maladies.

Evangile de Luc (10, 33) :
Au lieu de cela, un Samaritain, qui était en voyage, passa à côté de lui, le vit et se sentit désolé pour lui.

Voici, Jésus-Christ, tout comme le Samaritain, est resté avec nous et a eu compassion de nous. Il est venu parmi nous (Evangile de Jean 1, 11 ; 1-14).

Il a essayé et expérimenté nos propres émotions. Ce n'est qu'avec un corps humain que la Parole pouvait vraiment ressentir notre douleur, notre souffrance et notre tristesse. Il voulait le ressentir sur lui-même, non pour une raison vide de sens, mais parce que le fait de se charger de toute la douleur du monde, de toutes les souffrances du monde et de tous les péchés du monde était la condition nécessaire pour sauver l'humanité. . . . Sans l'action salvatrice du Christ, aucun homme ne pourrait expier ses péchés. Le péché quand c'est fait, il reste. Bien sûr, vous pouvez essayer de le compenser, peut-être par un geste de réconciliation ou par une punition adéquate suivie d'une compensation, mais le péché demeure. Elle ne peut pas être effacée ni même véritablement expiée.

Tout acte de non-humilité est un péché contre Dieu. Et tout péché contre Dieu a une gravité infinie parce que Dieu lui-même est infini. Maintenant, comment l'homme pourrait-il expier ses péchés sans le sacrifice final et parfait, sans celui qui ôte le péché du monde ? Ce n'est qu'en nous appuyant sur lui et en croyant que son sang a été utilisé pour laver nos péchés, que nous serons sauvés, mais seulement si nous persévérons en lui jusqu'au bout, bien sûr. Ceci explique le fait que le Verbe s'est fait chair. S'il nous avait jugés d'en haut, comme par exemple dans d'autres religions, qui aurait été sauvé ? Personne n'aurait pu obtenir la vie éternelle. Au lieu de cela, il est venu sous la forme d'un serviteur (Philippiens 2, 7):

mais il s'est vidé assumer la condition de serviteur, devenir semblable aux hommes. L'air reconnu comme un homme,

Et il est venu dans le but de nous sauver, pas de nous juger. Sa venue salvatrice a une valeur infinie. Sans lui vrai Dieu, et sans lui vrai homme, il ne pourrait y avoir de salut. Lui, le Verbe fait homme, nous a montré qu'il était capable de souffrir comme nous, de ressentir de la douleur comme nous, voire des fois infiniment plus que nous, puisque pendant l'épreuve toute la douleur et toute la haine du monde se déversaient sur lui.

Voyons le sens de ses larmes.

Comment Jésus-Christ aurait-il pu être pleinement humain s'il n'avait eu aucune émotion et n'avait pas souffert ? Comment aurait-il pu être pleinement humain s'il n'avait pas pleuré ? Regardons quelques passages bibliques à cet égard : 

Evangile de Luc (19, 41) :
Quand il s'est approché, à la vue de la ville il a pleuré dessus

Evangile de Jean (11, 33-35) :
Alors Jésus, quand il la vit pleurer, et les Juifs qui étaient venus avec elle pleurer aussi, fut profondément ému et, très bouleversé, demanda: «Où l'avez-vous placé?». Ils lui dirent : « Seigneur, viens et vois ! Jésus fondit en larmes.

Lettre aux Hébreux (5, 7) :
Aux jours de sa vie terrestre, il a offert des prières et des supplications, avec des cris et des larmes, à Dieu qui pouvait le sauver de la mort et, par son abandon complet à lui, il a été entendu.
Jésus-Christ a pleuré pour tout le monde. Il ne faisait pas de distinction entre les justes et les pécheurs, mais il éprouvait de la compassion pour tous et pleurait pour tous.

Evangile de Matthieu (16, 13-14) :
Quand Jésus arriva dans la région de Césarée de Philippe, il demanda à ses disciples : « Qui dit-on qu'est le Fils de l'homme ? Ils répondirent : « Certains disent Jean-Baptiste, d'autres Elie, d'autres Jérémie ou certains des prophètes.
Pourquoi certains pensaient-ils que Jésus était Jérémie ? Parce que Jérémie était intensément émotif. Les larmes sont assez courantes dans les prophéties de Jérémie.

Actes des Apôtres (20, 19) :
J'ai servi le Seigneur en toute humilité, au milieu des larmes et des épreuves que me donnaient les pièges des Juifs ;

Actes des Apôtres (20, 31) :
C'est pourquoi soyez vigilants, en vous rappelant que depuis trois ans, nuit et jour, je n'ai cessé, en larmes, d'admonester chacun de vous.

L'un des disciples de Jésus qui n'avait pas peur de montrer ses larmes était Paul de Tarse, voir à ce propos ce passage de la Lettre aux Philippiens (3 :18) :
Parce que beaucoup - je vous l'ai déjà dit plusieurs fois et maintenant, les larmes aux yeux, je le répète - se comportent comme des ennemis de la croix du Christ.

Deuxième lettre aux Corinthiens (2, 4) :
Je vous ai écrit dans un moment de grande affliction et avec un cœur angoissé, au milieu de beaucoup de larmes, non pas parce que vous êtes attristé, mais parce que vous savez l'amour que j'ai particulièrement pour vous.

Analysons maintenant les passages bibliques où le concept de « faim » du Seigneur est approfondi.

Jésus s'est aussi fait homme pour connaître la faim, exactement comme les pauvres de la terre en font l'expérience.

Job (22, 7) :
Tu n'as pas donné au buveur assoiffé et tu as refusé le pain aux affamés.

Deutéronome (8,3) :
Il vous a donc humilié, vous a donné faim, puis il vous a nourri de la manne, que vous ne connaissiez pas et que vos pères n'avaient jamais connue, pour vous faire comprendre que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais que l'homme vit de ce qui vient de la bouche du Seigneur.

Psaume (50, 12) :
Si j'avais faim, je ne te dirais pas :le mien est le monde et ce qu'il contient.

Isaïe (58,7) :
Ne consiste-t-il pas à partager le pain avec les affamés, en introduisant les pauvres, les sans-abri, dans la maison, en habillant quelqu'un que tu vois nu, sans négliger vos proches ?

Isaïe (58, 10) :
si tu ouvres ton coeur aux affamés, si vous contentez les cœurs affligés, alors ta lumière brillera dans les ténèbres, ton obscurité sera comme midi.

Accomplissement des prophéties :

Evangile de Marc (11, 12) :
Le lendemain matin, alors qu'ils quittaient Béthanie, il avait faim.

Evangile de Matthieu (21, 18):
Le lendemain matin, alors qu'il retournait en ville, il avait faim.

Evangile de Matthieu (25, 42) :
Parce que j'avais faim et tu ne m'as pas donné à manger, j'avais soif et tu ne m'as pas donné à boire,

Evangile de Matthieu (4, 2) :
Après avoir jeûné pendant quarante jours et quarante nuits, il a finalement eu faim.

Bien que Jésus ait eu faim, il n'a jamais fait de miracle pour se rassasier, mais a toujours pensé aux autres en premier.

Explorons maintenant le concept de la « soif » du Seigneur

Jésus avait soif. Sans un corps physique, il n'aurait pas pu souffrir de la soif. Mais même ici, nous voyons qu'il y a des prophéties dans l'Ancien Testament où tout cela est décrit.

Néhémie (9, 15) :
Tu leur as donné du pain céleste quand ils avaient faim et tu as fait couler de l'eau de la falaise quand ils avaient soif et tu leur as commandé d'aller prendre possession du pays que tu avais juré de leur donner.

Psaume (22 15-16):
Je suis comme l'eau renversée, tous mes os sont disloqués. Mon cœur est comme de la cire, il fond au milieu de mes entrailles. Aride comme un éclat est ma force, ma langue collée au palais, tu me déposes sur la poussière de la mort.

Psaume (69, 21):
Ils mettent du poison dans ma nourritureet quand j'avais soif, ils me donnaient du vinaigre.

Juges (4, 19):
Il lui dit : « Donne-moi un peu d'eau à boire, car j'ai soif. Elle ouvrit les peaux de lait, lui donna à boire puis la couvrit.

Accomplissement des prophéties

Evangile de Jean (4, 13) :
Jésus répond : « Quiconque boira de cette eau aura de nouveau soif ;

Evangile de Jean (4, 7) :
Une Samaritaine vient puiser de l'eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire ».

Evangile de Matthieu (25, 42) :
parce que j'avais faim et tu ne m'as rien donné à manger, j'avais soif et tu ne m'as rien donné à boire,

Evangile de Jean (19, 28-30) :
Après cela, Jésus, sachant que maintenant tout était fini, pour que l'Écriture s'accomplisse, il dit : « J'ai soif ». Il y avait là un pot plein de vinaigre ; c'est pourquoi ils placèrent une éponge imbibée de vinaigre sur un roseau et le portèrent à sa bouche. Après avoir pris le vinaigre, Jésus dit : « C'est fini ! Et, baissant la tête, il rendit l'esprit.

Evangile de Marc (15, 22-23) :
Ils emmenèrent Jésus au lieu du Golgotha, qui signifie « lieu du crâne », et lui donnèrent du vin mêlé de myrrhe, mais il n'en prit aucun.

Pourquoi n'en a-t-il pas bu ? Parce que la myrrhe était un stupéfiant et qu'il voulait en souffrir. Au lieu de cela, il a bu du vinaigre, pour accomplir la prophétie écrite dans les Psaumes (69, 21).

Analysons maintenant le concept de « sommeil » du Seigneur

Jésus-Christ a également démontré son humanité parce qu'il avait besoin de dormir, mais il a dormi où il le pouvait. 

Voyons quelques prophéties à ce sujet

Psaume (3, 5, 6):
D'une voix forte je crie au Seigneur et il me répond de sa montagne sainte. Je m'allonge, m'endors et me réveille :le Seigneur me soutient.

Psaume (4, 8, 9):
Tu mets plus de joie dans mon coeurcombien de blé et de vin ils leur donnent en abondance.En paix je m'allonge et m'endors aussitôt,car toi seul, Seigneur, confiant que tu me reposes.

Psaume (132, 4, 5)
je ne donnerai pas le sommeil à mes yeuxni reposer dans mes paupières,jusqu'à ce que je trouve une place pour le Seigneur,une demeure pour le Puissant de Jacob ».

Proverbes (3, 24) :
Quand tu te coucheras, tu n'auras pas peur ;tu t'allongeras et ton sommeil sera doux.

Ézéchiel (34, 25) :
Je ferai une alliance de paix avec eux et je ferai disparaître du pays les bêtes nuisibles. Ils vivront également paisiblement dans le désert et se reposeront dans les bois.

Et maintenant nous voyons l’accomplissement de ces prophéties

Evangile de Luc (6, 12) :
A cette époque, il gravit la montagne pour prier et passa toute la nuit à prier Dieu.

Evangile de Matthieu (8, 24) :
Et voici, un grand bouleversement s'est produit dans la mer, à tel point que le bateau a été couvert par les vagues ; mais il dormait.

Evangile de Luc (9, 58) :
Et Jésus lui répondit : « Les renards ont leurs terriers et les oiseaux du ciel leurs nids, mais le Fils de l'homme n'a nulle part où reposer sa tête.

Analysons maintenant le concept de "lassitude" du Seigneur

Dieu ne peut pas se fatiguer. Mais le Verbe fait chair a éprouvé plusieurs fois la lassitude.

Isaïe (40, 28) :
Ne sais-tu pas?Vous ne l'avez pas entendu ?Dieu éternel est le Seigneur,qui a créé les extrémités de la terre.Il ne se fatigue ni ne se fatigue,son intelligence est impénétrable.

Malachie (2, 17) :
Vous avez fatigué le Seigneur avec vos paroles ; pourtant vous demandez : « Comment l'avons-nous fatigué ? Lorsque vous affirmez : « Quiconque fait le mal est comme s'il était bon aux yeux du Seigneur et est content de lui », ou lorsque vous vous exclamez : « Où est le Dieu de justice ? ».

Dans l'Évangile de Jean, il est dit que Jésus était fatigué du voyage.

Evangile de Jean (4, 6) :
voici un puits de Jacob. Jésus donc, fatigué du voyage, s'assit près du puits. Il était environ midi.

En effet, avant l'incarnation, Dieu apparaissait lointain, lointain, inaccessible. Mais maintenant que Jésus souffre comme nous, et ressent la faim, la soif et la fatigue comme nous, voici Dieu qui vient à nous. Mais il prétend aussi pouvoir rafraîchir les opprimés, comment ? Avec sa Divinité. Ainsi, alors qu'il démontre son humanité en étant fatigué, il affirme sa Divinité en étant capable de rafraîchir les opprimés.

Evangile de Matthieu (11, 28) :
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du rafraîchissement.

Par conséquent, même s'il était fatigué, il n'était pas faible. Par conséquent, alors qu'il était fatigué pendant sa mission, il n'était jamais fatigué de sa mission.
Paul de Tarse montra aussi de la fatigue, mais ne céda pas, on voit à ce propos le passage suivant de la Deuxième

Lettre aux Corinthiens (11, 27) :
les épreuves et la fatigue, les veilles innombrables, la faim et la soif, les jeûnes fréquents, le froid et la nudité.
En revenant à la prophétie d'Isaïe, nous voyons comment il y a une incitation à ce que ceux qui ont confiance en Dieu puissent retrouver la force d'affronter la vie.

Isaïe (40, 29, 31) :
Il donne de la force aux fatigués et multiplie la vigueur aux fatigués. Même les jeunes se débattent et se fatiguent, les adultes trébuchent et tombent; mais ceux qui espèrent dans le Seigneur reprennent des forces, ils mettent des ailes comme des aigles, ils courent sans s'inquiéter, ils marchent sans se fatiguer.

Analysons maintenant le concept de « pauvreté » du Seigneur

Quand Jésus a commencé sa mission sur terre, il était pauvre, mais sa pauvreté ne l'a pas empêché de l'accomplir. En effet, son état de pauvreté lui a permis de pouvoir aborder les pauvres avec justice.
Regardons quelques passages de la Bible à cet égard.

Isaïe (11 : 4) :
mais il jugera les pauvres avec justiceet prendra des décisions justes pour les humbles de la terre.Il frappera les violents avec le bâton de sa bouche,du souffle de ses lèvres il tuera les méchants.

Lévitique (21, 22):
Si cet homme est pauvre et n'a pas de moyens suffisants, il prendra un agneau en sacrifice de réparation à offrir avec le rite d'élévation, pour faire l'expiation pour lui, et un dixième d'épha de farine fine mélangée à de l'huile, comme un oblation, et une bûche d'huile. Il prendra aussi deux tourterelles ou deux tourterelles, selon ses moyens ; l'un sera pour le sacrifice pour le péché et l'autre pour l'holocauste.

Psaume (10, 2) :
Avec arrogance, les méchants persécutent les pauvres :tomber dans les pièges qu'ils ont tracés !

Psaume (107, 41) :
Mais il a soulevé les pauvres de la misère et multiplia ses familles comme des troupeaux.

Isaïe (14, 32) :
Que sera-t-il répondu aux messagers des nations ?« Le Seigneur a fondé Sionet en lui se réfugient les humbles de son peuple ».

Accomplissement des prophéties

Evangile de Luc (2, 22-24) :
Lorsque les jours de leur purification rituelle furent achevés, selon la loi de Moïse, ils emmenèrent l'enfant à Jérusalem pour le présenter au Seigneur - comme il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout premier-né mâle sera sacré pour le Seigneur - et d'offrir en sacrifice un couple de tourterelles ou deux jeunes tourterelles, comme le prescrit la loi du Seigneur.

Lettre aux Philippiens (2 : 7-8) :
mais il s'est vidé assumer la condition de serviteur, devenir semblable aux hommes. L'air reconnu comme un homme,8 il s'est humilié se rendre obéissant jusqu'à la mort et à une mort sur la croix.

Jésus n'était pas seulement pauvre, il était aussi humble et doux. Cependant, cela ne veut pas dire qu'il n'a pas été en mesure de dénoncer les inégalités en s'opposant au pouvoir. Ce n'est qu'en étant pauvre qu'il pouvait dénoncer les richesses opulentes et égoïstes comme il l'a fait dans le Sermon sur la montagne :

Evangile de Luc (6, 20, 21) :
Et il leva les yeux vers ses disciples et dit :« Béni sois-tu, pauvre, car le vôtre est le royaume de Dieu. Béni sois-tu qui as faim maintenant, car vous serez satisfait. Béni sois-tu qui pleure maintenant, car tu vas rire.

La preuve de sa pauvreté matérielle est partout dans les évangiles : il est né dans une hutte empruntée, a mangé dans d'autres 'cantines, a dormi dans des lits empruntés à Béthanie, a navigué sur les bateaux d'autres, a vécu de la nourriture et de l'argent que lui ont livrés des femmes qui ont suivi , il a été enterré dans un tombeau pas le sien.

Si pauvre qu'il soit, il n'avait rien de matériel à laisser, pas même sa tunique tirée au sort par les soldats qui l'ont crucifié. Mais même s'il n'avait rien à laisser à ses proches, il a laissé un héritage inestimable, a laissé le Nouveau Testament, qui a gagné en validité avec sa mort. À cet égard, nous voyons un autre passage de la Lettre aux Hébreux (9, 15-17) :

C'est pourquoi il est le médiateur de la nouvelle alliance, de sorte que, ayant eu lieu une mort en rédemption des transgressions commises sous la première alliance, les appelés reçoivent la promesse de l'héritage éternel. En effet, lorsqu'il y a testament, il faut que le décès du testateur soit dénoncé, car le testament n'est valable qu'en cas de décès, puisqu'il n'a aucune force tant que le testateur est vivant.

Analysons maintenant les tentations du Seigneur

Dieu ne peut pas être tenté, mais quand Dieu le Fils s'est fait chair et est devenu homme, il est immédiatement devenu la cible des tentations de Satan. Mais le fait qu'il ait été tenté ne signifie pas qu'il est tombé dans la tentation et qu'il a ensuite péché. En fait, Jésus a mené son existence sans péché. Jésus n'a pas accepté la voie facile vers la puissance que Satan lui offrait, mais il a préféré la voie difficile au Calvaire, pour mener à bien sa mission d'ôter le péché du monde.

Voyons les prophéties correspondantes

Deutéronome (6, 16):
Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu

Exode (17, 2) :
Le peuple protesta contre Moïse : « Donne-nous de l'eau à boire ! Moïse leur dit : « Pourquoi me plaignez-vous ? Pourquoi mettez-vous le Seigneur à l'épreuve ? ».

Psaume (78, 18):
Dans leur cœur, ils ont tenté Dieu, demander de la nourriture pour leur gorge.

Genèse (3, 1) :
Le serpent était le plus rusé de tous les animaux sauvages que Dieu avait créés et dit à la femme : « Est-il vrai que Dieu a dit : « Tu ne dois manger d'aucun arbre du jardin » ?

Accomplissement des prophéties

Evangile de Matthieu (4, 7):
Jésus lui répondit : « Il est aussi écrit :Tu ne mettras pas le Seigneur ton Dieu à l'épreuve."

Evangile de Matthieu (22, 18):
Mais Jésus, connaissant leur malice, répondit : « Vous les hypocrites, pourquoi voulez-vous m'éprouver ?

Evangile de Luc (22, 28) :
C'est vous qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves

Evangile de Luc (4, 13) :
Ayant épuisé toutes les tentations, le diable se détourna de lui jusqu'au temps fixé.

Lettre de Jacques (1, 12) :
Heureux l'homme qui résiste à la tentation car, l'ayant vaincu, il recevra la couronne de vie que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment.

Dans la vie nous sommes tentés, et nous tombons souvent, mais nous avons la certitude que celui qui a été tenté et n'est pas tombé, est celui sur qui nous devons faire confiance pour l'annulation de nos péchés.

En fait dans l'Évangile de Jean (8:46), Jésus a dit :
Qui parmi vous peut prouver que j'ai péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?

Lettre aux Hébreux (4, 15) :
En fait, nous n'avons pas de grand prêtre qui ne sache prendre part à nos faiblesses : lui-même a été éprouvé en tout comme nous, sauf le péché.

Analysons maintenant la joie du Seigneur

Jésus étant un vrai homme, il n'était pas seulement sujet à nos faiblesses, mais il était aussi sujet aux émotions humaines telles que la joie, l'amour, la tristesse, la colère et la compassion. Incroyablement, Jésus était l'homme le plus heureux mais aussi le plus triste de son temps. Mais pour l'instant concentrons-nous sur la joie. Le mot joie apparaît plusieurs fois dans les évangiles :

Evangile de Marc (4, 16):
Ceux semés sur un sol caillouteux sont ceux qui, lorsqu'ils entendent la Parole, l'accueillent aussitôt avec joie,

Lettre aux Romains (12, 12) :
Réjouis-toi dans l'espérance, constant dans la tribulation, persévérant dans la prière

La joie est autre chose que le bonheur. Le bonheur vient quand les choses vont bien, et il ne peut jamais vivre avec le malheur. Alors que la joie est quelque chose de plus profond et peut coexister avec la tristesse. Regardons quelques prophéties en référence à la joie :

Psaume (4, 8) :
Tu mets plus de joie dans mon coeur combien de blé et de vin ils leur donnent en abondance.

Psaume (30, 12) :
Tu as transformé ma complainte en danse, tu as enlevé mon sac, tu m'as vêtu de joie,

Psaume (100, 2) :
Acclamez le Seigneur, vous tous de la terre, servir le Seigneur dans la joie, présentez-vous à lui avec allégresse.

Psaume (45, 8) :
Vous aimez la justice et détestez la méchanceté :Dieu, ton Dieu, t'a consacré avec de l'huile de joie, à la préférence de vos compagnons.

Ecclésiaste (2, 10):
Je n'ai rien nié à mes yeux de ce qu'ils désiraient, et je n'ai refusé aucune satisfaction à mon cœur, qui jouissait de tout mon travail ; cela a été la récompense de tous mes travaux.

Isaïe (62, 5) :
Oui, comme un jeune homme épouse une vierge, ainsi vos enfants vous épouseront ;comme l'époux se réjouit de l'épouse, ainsi votre Dieu se réjouira pour vous.

Isaïe (61, 3) :
donner aux affligés de Sionune couronne au lieu de cendres, huile de joie au lieu de vêtements de deuil, vêtements de louange au lieu d'un esprit triste. On les appellera chênes de justice, plantation du Seigneur, pour manifester sa gloire.

Accomplissement des prophéties

Evangile de Luc (1 :19) :
L'ange répondit : "Je suis Gabriel, debout devant Dieu et j'ai été envoyé pour te parler et t'apporter cette bonne nouvelle"

Evangile de Luc (10, 21) :
À cette même heure, Jésus exulta de joie dans l'Esprit Saint et dit : « Je te remercie, Père, Seigneur du ciel et de la terre, parce que tu as caché ces choses aux sages et les a apprises et les as révélées aux petits. Oui, Père, car c'est ainsi que tu l'as décidé dans ta bienveillance.

Evangile de Jean (3, 29):
L'époux est celui à qui appartient l'épouse ; mais l'ami de l'époux, qui est présent et l'écoute, se réjouit de la voix de l'époux. Maintenant, ma joie est pleine.

Apocalypse (19, 7) :
Réjouissons-nous et exultons, rendons-lui gloire, parce que les noces de l'Agneau sont venues ;sa fiancée est prête :

Evangile de Luc (6, 23) :
Réjouis-toi en ce jour et réjouis-toi car voici, ta récompense est grande dans le ciel. En fait, leurs pères ont fait de même avec les prophètes.

Evangile de Luc (15, 7) :
Je vous le dis : ainsi il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion.

Evangile de Jean (15, 11) :
Je vous ai dit ces choses afin que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète.

Evangile de Jean (16:24):
Jusqu'à présent, vous n'avez rien demandé en mon nom. Demandez et vous recevrez, pour que votre joie soit complète.

Evangile de Jean (17, 13) :
Mais maintenant je viens à vous et je dis ceci pendant que je suis dans le monde, afin qu'ils aient en eux la plénitude de ma joie.

Lettre aux Galates (5, 22) :
Le fruit de l'Esprit, d'autre part, est l'amour, la joie, la paix, la magnanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi ;

Première lettre aux Thessaloniciens (3 : 8-9) :
Maintenant, oui, nous nous sentons ravivés, si vous restez ferme dans le Seigneur. 9Quels remerciements pouvons-nous rendre à Dieu à votre égard, pour toute la joie que nous éprouvons à cause de vous devant notre Dieu,

Lettre aux Romains (5, 2) :
Par lui nous avons aussi, par la foi, accès à cette grâce dans laquelle nous nous trouvons et nous vantons, fermes dans l'espérance de la gloire de Dieu.

Lettre aux Philippiens (4, 4) :
Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, je vous le répète : réjouissez-vous.
La joie de Jésus n'était donc pas un bonheur temporaire ou superficiel, mais c'était quelque chose de profond, inhérent à son cœur.

Analysons maintenant la tristesse du Seigneur

Jésus-Christ n'a pas été exempt de tristesse lors de sa mission sur terre. Les causes de sa tristesse étaient diverses : douleur, angoisse, souffrance.

Relisons la prophétie d'Isaïe (53 : 3-7) :
Méprisé et rejeté par les hommes, homme de douleur qui sait bien souffrir, comme celui devant qui on se couvre le visage ;il était méprisé et nous n'avions aucun respect pour lui. Pourtant il a pris sur lui nos souffrances, il a pris nos peines ;et nous l'avons jugé puni, battu par Dieu et humilié. Il a été transpercé pour nos péchés, écrasé pour nos iniquités. Le châtiment qui nous donne le salut est tombé sur lui ;par ses blessures nous avons été guéris. Nous étions tous perdus comme un troupeau, chacun de nous a suivi son propre chemin ;le Seigneur l'a fait tomber sur lui l'iniquité de nous tous. Abusé, il s'est laissé humilier et il n'ouvrit pas la bouche; il était comme un agneau conduit à l'abattoir, comme une brebis muette devant ses tondeurs, et il n'ouvrit pas la bouche.

Voyons le point correspondant dans l'évangile de Matthieu (8, 17) :
pour accomplir ce qui a été dit par le prophète Isaïe :Il a pris nos infirmités et a contracté des maladies.

Lamentations (1, 12) :
Vous tous qui passez par là, considérer et observer s'il y a une douleur semblable à ma douleur, à la douleur qui me tourmente maintenant, et dont le Seigneur m'a affligé au jour de sa colère ardente.

Jérémie (15, 15) :
tu le sais, Seigneur, souviens-toi de moi et aide-moi, me blâmer pour mes persécuteurs. Dans ta miséricorde ne me laisse pas périr, sache que je prends les insultes pour toi.

Accomplissement des prophéties

Evangile de Matthieu (26, 27-28) :
Puis il prit la coupe, rendit grâces et la leur donna en disant : « Buvez de tout cela, car ceci est mon sang de l'alliance, qui est versé pour la multitude en rémission des péchés.

Evangile de Matthieu (26, 37-38) :
Et, emmenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir de la tristesse et de l'angoisse. Et il leur dit : « Mon âme est triste jusqu'à la mort ; reste ici et regarde avec moi ».

Evangile de Matthieu (16:21):
Dès lors, Jésus commença à expliquer à ses disciples qu'il devait aller à Jérusalem et souffrir beaucoup des anciens, des grands prêtres et des scribes, et être tué et ressuscité le troisième jour.

Evangile de Luc (24, 46) :
et il leur dit : « Ainsi est-il écrit : Christ souffrira et ressuscitera d'entre les morts le troisième jour,

Lettre aux Hébreux (13, 12) :
C'est pourquoi Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple avec son propre sang, a subi la passion à l'extérieur de la porte de la ville.

Analysons maintenant le concept d’amour pour le Seigneur

L'Apôtre Jean nous a montré que le Logos (le Verbe fait chair, Jésus-Christ), est amour en tant qu'il est « la vraie lumière ». (Evangile de Jean 1, 9). 

Pour Jean le Logos est amour en tant qu'il est « vie » (Evangile de Jean 11 :25).Voyons quelques prophéties à cet égard:

Jérémie (31, 3) :
De loin le Seigneur m'est apparu :"Je t'ai aimé d'un amour éternel, pour cela je continue à vous être fidèle.

Je veux dire (14, 5) :
« Je les guérirai de leur infidélité, Je les aimerai profondément, car ma colère s'est détournée d'eux.

Accomplissement des prophéties

Première épître de Jean (4, 19) :
Nous aimons parce qu'il nous a aimés le premier.

Evangile de Jean (13, 1) :
Avant la fête de la Pâque, Jésus, sachant que son temps était venu de passer de ce monde au Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les a aimés jusqu'à la fin.

Evangile de Jean (3, 16):
En fait, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné le Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle.

Evangile de Jean (15, 13):
Personne n'a un plus grand amour que celui-ci : donner sa vie pour ses amis.

Evangile de Jean (11, 3) :
Les sœurs lui envoyèrent donc un mot : « Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade.

Dieu a démontré son amour pour l'humanité dans l'acte d'incarnation en un être humain, Jésus-Christ. L'amour que Jésus-Christ nous a donné était l'amour divin. 

Voyons le passage suivant de l'Évangile de Jean (15, 9) :
Comme le Père m'aimait, je vous aimais aussi. Reste dans mon amour.
Son amour était incommensurable. 

Voyons les passages suivants de la Lettre aux Ephésiens (3, 18, 19) :
sachez comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur, et connaître l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance, afin que vous soyez rempli de toute la plénitude de Dieu.

Son amour était personnel. Tout en aimant tout le monde, Jésus-Christ aime chacun de nous d'une manière spéciale et personnelle.

Lettre aux Galates (2, 20) :
et je ne vis plus, mais Christ vit en moi. Et cette vie, que je vis dans le corps, je la vis dans la foi du Fils de Dieu, qui m'a aimé et s'est livré pour moi.

Evangile de Jean (20, 16)
Jésus lui dit : « Maria ! ». Elle se tourna et lui dit en hébreu : « Rabbi ! - ce qui signifie : « Maître ! ».

Jésus-Christ appelle par son nom les personnes qu'il aime, car son amour est non seulement absolu mais personnel.

Plongeons maintenant dans le concept de la colère du Seigneur

Alors que chez l'homme la colère peut parfois être vindicative, la colère divine n'est jamais vindicative ou rancunière. Chaque émotion du Seigneur, même la plus optimiste, était divinement contrôlée.
Même lorsqu'il chassa les marchands du temple (il ne toucha ni ne poussa aucun être humain), même lorsqu'il s'adressa fermement et résolument aux pharisiens, et aussi lorsqu'il proclama sa consubstantialité avec le Père lorsqu'il dit « Je suis » (Evangile de Jean 8, 58).

Voyons quelques prophéties à ce sujet

Deutéronome (1, 37) :
Le Seigneur s'est aussi mis en colère contre moi à cause de toi et a dit : "Tu n'y entreras pas non plus

Psaume (2, 12):
Apprendre la discipline, de peur qu'il ne se fâche et que tu ne perdes ton chemin :en un instant sa colère éclate. Heureux ceux qui se réfugient en lui.

Isaïe (13 : 9) :
Voici, le jour du Seigneur vient implacable, avec dédain, colère et fureur, faire de la terre un désert, pour exterminer les pécheurs.

Accomplissement des prophéties

Evangile de Marc (3, 5):
Et regardant tout autour avec indignation, attristé par la dureté de leur cœur, il dit à l'homme : « Tends ta main ! Il l'a tendu et sa main a été guérie.

Evangile de Marc (10, 14):
Jésus, voyant cela, s'indigna et leur dit : « Que les enfants viennent à moi, ne les empêchez pas : le royaume de Dieu appartient à ceux qui leur ressemblent.

Evangile de Matthieu (16, 23) :
Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es un scandale pour moi, car tu ne penses pas selon Dieu, mais selon les hommes ! ».

Analysons maintenant le concept de la compassion du Seigneur

La compassion est un sentiment qui conduit à ressentir une émotion envers ceux qui souffrent. Jésus-Christ s'est avéré être la personne la plus compatissante à avoir jamais marché sur la terre, alors qu'il ressentait la souffrance des autres, ressentait la douleur et soulageait la souffrance des autres.

Psaume (78, 38) :
Mais lui, miséricordieux, a pardonné la culpabilité, au lieu de détruire. Plusieurs fois, il a retenu sa colère et n'a pas déclenché sa fureur;

Psaume (83, 15) :
Mais toi, Seigneur, Dieu miséricordieux et miséricordieux, lent à la colère et riche d'amour et de fidélité,

Lamentations (3, 22):
Les grâces du Seigneur ne sont pas terminées, ses miséricordes ne sont pas épuisées.

Exode (33, 19) :
Il répondit : « Je ferai passer toute ma bonté devant toi et proclamerai mon nom, Seigneur, devant toi. À qui je veux faire grâce, je ferai grâce et à qui je veux faire miséricorde, je ferai miséricorde ».Accomplissement des prophéties :

Evangile de Matthieu (9, 36) :
Voyant la foule, il eut pitié d'eux, car ils étaient fatigués et épuisés comme des brebis qui n'ont pas de berger.

Evangile de Matthieu (15, 32) :
Alors Jésus rappela ses disciples à lui et dit : « J'ai de la compassion pour la foule. Ils sont avec moi depuis trois jours maintenant et n'ont rien à manger. Je ne veux pas retarder leur jeûne, afin qu'ils n'échouent pas en cours de route ».

Evangile de Marc (5, 19):
Il ne le permit pas, mais lui dit : « Va dans ta maison, va dans ta maison, dis-leur ce que le Seigneur t'a fait et la miséricorde qu'il a eue pour toi.

Evangile de Luc (10, 33) :
Au lieu de cela, un Samaritain, qui était en voyage, passa à côté de lui, le vit et se sentit désolé pour lui.
En suivant les traces de Jésus-Christ, nous devons avoir de la compassion les uns pour les autres. Regardons ces passages à cet égard :

Première lettre de Pierre (3, 8) :
Et enfin, soyez tous d'accord, partagez les joies et les peines des autres, animés d'une affection fraternelle, miséricordieuse, humble.

Première épître de Jean (3, 17) :
Mais si quelqu'un a des richesses de ce monde et, voyant son frère dans le besoin, lui ferme son cœur, comment l'amour de Dieu reste-t-il en lui ?

Analysons maintenant l’humilité du Seigneur

L'humilité est la base de toute la mission du Seigneur. Le Verbe, Dieu, s'incarne dans un être humain : c'est le plus grand acte d'humilité de tous les temps. L'humilité du Seigneur se voit alors dans de nombreux passages du Nouveau Testament, par exemple lorsqu'il lava les pieds de ses disciples, ou lorsqu'il entra à Jérusalem à dos d'âne. Son humilité contraste fortement avec les mythes des religions anciennes, où les dieux sont représentés au pouvoir. Ici aussi, Jésus-Christ nous montre son vrai côté divin : la vraie force n'est pas la puissance, mais l'humilité. 

S'il l'avait souhaité, il n'aurait pu venir qu'en vrai Dieu, en puissance, mais ainsi il n'aurait pas pu souffrir. C'est pourquoi il est aussi venu comme un vrai homme, pour pouvoir souffrir comme nous, et payer pour nous, pour nos péchés, sur la croix.

Voyons quelques prophéties à cet égard

Zacharie (9, 9):
Réjouis-toi beaucoup, fille de Sion, réjouis-toi, fille de Jérusalem !Voici, ton roi vient à toi. Il est juste et victorieux, humble, monter un âne, un poulain fils d'âne.

Proverbes (16, 19) :
Mieux vaut être humble avec les pauvres que de partager la proie avec l'orgueilleux.

Isaïe (57, 15) :
Car ainsi parlent le Haut et le Haut, qui a un siège éternel et dont le nom est saint.« Dans un lieu haut et saint, j'habite, mais je suis aussi avec les opprimés et les humiliés, raviver l'esprit des humbles et raviver le cœur des opprimés.

Accomplissement des prophéties

Lettre aux Hébreux (2, 9) :
Cependant, ce Jésus, qui a été rendu légèrement inférieur aux anges, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de la mort qu'il a subie, afin que par la grâce de Dieu il puisse connaître la mort pour le bien de tous.

Evangile de Matthieu (21, 5)
Dites à la fille de Sion :Voici, ton roi vient à toi, doux, assis sur un âne et sur un poulain, le fils d'une bête de somme.

Evangile de Luc (22, 27) :
En fait, qui est le plus âgé, qui est à table ou qui sert ? N'est-ce pas celui qui est assis à table ? Pourtant, je suis parmi vous comme celui qui sert.

Evangile de Jean (13, 5) :
Puis il versa de l'eau dans le bassin et se mit à laver les pieds des disciples et à les sécher avec la serviette qu'il portait.

Evangile de Matthieu (11, 29-30) :
Prenez mon joug sur vous et apprenez de moi, qui suis doux et humble de cœur, et vous trouverez un rafraîchissement pour votre vie. En fait, mon joug est doux et mon poids léger ».

Dans les passages suivants, nous voyons que Jésus-Christ, en plus de faire preuve de la plus grande humilité, ne cherchait pas la gloire des hommes, ni la domination sur eux en tant que roi terrestre.

Evangile de Jean (5, 41) :
Je ne reçois pas la gloire des hommes.

Evangile de Jean (6, 15) :
Mais Jésus, sachant qu'ils venaient le prendre pour le faire roi, se retira de nouveau sur la montagne, lui seul.

Il faut aussi noter que Jésus-Christ « s'habille » de la Divinité uniquement pour le bien des autres et jamais pour s'exalter. L'esprit « s'habille » dans l'humanité principalement pour expérimenter la souffrance et la tristesse de nous mortels, même si à d'autres moments il exprime la joie, la joie, la douceur et la sérénité par son comportement.

Analysons maintenant les prières du Seigneur

Nous savons que Jésus-Christ a montré qu'il ne fait aucune distinction entre lui-même et son Père. En fait, dans diverses phrases, il a clairement déclaré sa consubstantialité avec le Père. 

Voyons certains d'entre eux. 

Evangile de Jean (8, 18-19) :
C'est moi qui rends témoignage de moi-même, et aussi le Père, qui m'a envoyé, me rend témoignage ». Alors ils lui dirent : « Où est ton père ? Jésus répondit : « Vous ne connaissez ni moi ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père ».

Evangile de Jean (10, 30) :
Le Père et moi sommes un

Evangile de Jean (12, 44-45) :
Jésus a proclamé à haute voix : « Quiconque croit en moi ne croit pas en moi, mais en celui qui m'a envoyé, et celui qui me voit voit celui qui m'a envoyé.

Malgré cela, il y a des passages dans le Nouveau Testament dans lesquels Jésus-Christ prie son Père et un passage où il affirme que le Père est plus grand que lui. Beaucoup se demandent donc comment celui qui est consubstantiel au Père peut en même temps prier le Père. Passons en revue certains de ces versets.

Evangile de Luc (5, 15-16) :
Et sa renommée se répandit de plus en plus; et de grandes foules se rassemblèrent pour l'entendre et être guéries par lui de leurs infirmités. Mais il s'est retiré dans des endroits isolés et a prié.

Evangile de Luc (22, 42-44) :
« Père, si tu veux, enlève-moi cette coupe ! Cependant ma volonté n'est pas faite, mais ta volonté ». Alors un ange du ciel lui apparut pour le consoler. Lorsqu'il entra dans le combat, il pria plus intensément et sa sueur devint comme des gouttes de sang tombant sur le sol.

Evangile de Jean (14, 28) :
Vous avez entendu dire que je vous ai dit : « Je m'en vais et je reviendrai vers vous ». Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez que je m'en aille au Père, car le Père est plus grand que moi.

De ces versets, il est clair que Jésus-Christ a prié le Père. En tant qu'homme véritable, il était soumis au Père et donc il le priait et obéissait à son plan divin. C'est pourquoi, lorsqu'il se référait à sa nature humaine, il disait « le Père est plus grand que moi », mais lorsqu'il se référait à sa nature divine, il disait « Moi et le Père sommes un ».Voyons maintenant quelques prophéties à cet égard :

Psaume (55, 17-18):
j'appelle Dieu et le Seigneur me sauve. Le soir, le matin, à midi Je vis dans l'angoisse et le soupir, mais il écoute ma voix ;

Psaume (109, 4) :
En échange de mon amour ils m'accusent, mais je suis en prière.

Isaïe (53, 12) :
C'est pourquoi je lui donnerai les multitudes en récompense, il pillera les puissants, parce qu'il s'est dépouillé à mort et a été compté avec les méchants, alors qu'il a porté le péché de beaucoup et intercède pour les coupables.

Accomplissement des prophéties

Evangile de Jean (17, 1) :
Ainsi parla Jésus, puis, levant les yeux au ciel, il dit : « Père, l'heure est venue : glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie.

Evangile de Luc (18, 1) :
Il leur raconta une parabole sur la nécessité de toujours prier, sans jamais se fatiguer :

Evangile de Luc (6, 12) :
A cette époque, il gravit la montagne pour prier et passa toute la nuit à prier Dieu.

Lettre aux Hébreux (5, 7) :
Aux jours de sa vie terrestre, il a offert des prières et des supplications, avec des cris et des larmes, à Dieu qui pouvait le sauver de la mort et, par son abandon complet à lui, il a été entendu.

Lettre aux Hébreux (7, 25) :
Il peut donc parfaitement sauver ceux qui s'approchent de Dieu par lui : il est toujours vivant pour intercéder en leur faveur.

Jésus-Christ, en vrai homme, a prié le Père et le Saint-Esprit tout au long de sa vie, en toutes circonstances. Il a même prié pour ses bourreaux.

Pour conclure, j'ajoute que pour bien comprendre la merveilleuse et glorieuse mission salvatrice de Jésus-Christ sur terre, nous devons essayer de comprendre que sa Divinité et son humanité sont présentes en une seule Personne, le Fils de Dieu.

Il devait expier tous les péchés, en payant sa mort sur la croix. Mais pour cela, il devait avoir un corps physique, le même que le nôtre, afin de ressentir la douleur que nous ressentons. Mais ce n'est qu'en étant Dieu, Verbe incarné, qu'il a pu « ôter le péché du monde » (Evangile de Jean 1, 29), et d'ailleurs ce n'est qu'en étant Dieu qu'il a pu vaincre le péché et la mort, élevant jour d'entre les morts. La Résurrection est également la preuve que Dieu a accepté le sacrifice ultime du Christ pour tous les êtres humains et certifie que ceux qui croient en Jésus-Christ seront ressuscités à la vie éternelle.

À cet égard, nous voyons un dernier passage du Nouveau Testament, tiré de la Lettre aux Hébreux (1, 3) :
Lui, qui est la splendeur de sa gloire et l'empreinte de son essence et qui soutient toutes choses de la parole de sa puissance, ayant lui-même fait l'expiation de nos péchés, s'est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs du ciel,

Merci à ce Frère Yuri Leveratto pour cette magnifique étude !

Source : YURI Leveratto

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *