in , , , , ,

Le futur triomphe de la France après ses châtiments

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le futur triomphe de la France après ses châtiments

Triomphe de la France, voilà la bannière de ton triomphe, la bannière qui te donnera la résurrection malgré les violentes attaques que tu subis. Courage, peuple français. Cette bannière ne flotte pas en vain sur vos têtes. Je vais abriter la France coupable sous la bannière du Sacré-Cœur.

Les extases de Marie-Julie-Jahenny, mystique Catholique

Extase du 27 octobre 1877 :

J’aperçois l’Archange Saint Michel qui vient, accompagné d’une troupe d’Anges. Le Saint Archange porte la bannière du Sacré-Cœur toute resplendissante. Il dit à la Mère Immaculée :
Venez, Marie, Mère du Sacré-Cœur, venez au trône de votre fils.

La bonne Mère devance Saint Michel et marche devant la bannière. Saint Michel dit, en se tournant et en étendant ses regards au loin, sur toute la France :
France, voilà la bannière de ton triomphe, la bannière qui te donnera la résurrection malgré les violentes attaques que tu subis. Courage, peuple français. Cette bannière ne flotte pas en vain sur vos têtes. Je vais abriter la France coupable sous la bannière du Sacré-Cœur.

La bienheureuse Marguerite-Marie est à genoux derrière la bannière. Elle est ravie. La bonne Mère se rend au trône du Sacré-Cœur où j’aperçois Jésus.

À lire aussi | Quelle est la plus ancienne apparition mariale ?

Le Divin Maître montre la plaie de son Sacré-Cœur et dit :
Mes enfants, c’est mon Divin Coeur qui a le privilège de toutes les grâces, en Lui est le triomphe. Mais avant de vous donner ce triomphe. Je veux vous éprouver. Je vous enverrai bien des maux. Vous verrez ma Justice tomber sur la Terre, vous verrez aussi des signes précurseurs éclatants paraître au firmament. Ne vous effrayez pas, Je vous ai promis le triomphe.

– Ma victime, J’avais promis à la bienheureuse victime de mon Sacré-Cœur de donner le triomphe de la France et de la Sainte Eglise par mon Sacré-Cœur, à la condition que tous les enfants de la France se seraient soumis. S’ils étaient ingrats, les châtiments devaient être plus terribles. Le sort de la France et de l’Eglise sont liés.

– J’avais promis à la victime de mon Sacré-Cœur que peut être J’aurais attendu les deux cents ans ou peut-être plus. Si mon peuple avait été docile, J’aurais donné plus tôt le triomphe. Il n’a pas été docile, J’ai attendu mais peu après les deux cents ans, le triomphe aura lieu. Ma Victime, retiens bien cela. »

Marie-Julie :
– Oui, mon Divin Jésus, je ne l’oublierai pas

Il continue :
– Ma victime, la victime de mon Sacré-Cœur n’a pu transmettre toutes mes révélations, beaucoup n’ont pas été transcrites. Voilà pourquoi Je veux aujourd’hui prévenir mon peuple afin qu’il soit bien préparé quand l’heure de ma Justice arrivera. Victime de ma Croix, il est impossible que Je ne punisse pas le mal, Je ne puis plus souffrir tant d’iniquités. Victime de ma Croix, J’avais promis à la bienheureuse amante de mon Sacré-Cœur, que le triomphe de la France viendrait après de grands châtiments. Cette révélation n’a pas été transcrite; Je rappelle aujourd’hui cette promesse à ton cœur.

Marie-Julie :
– Merci mon Divin Jésus.

Le Divin Cœur :
– Ma Victime, j’ai prédit à plusieurs Saintes âmes qu’avant le triomphe de la France, il y aurait une grande révolte entre tous mes enfants, les bons et les méchants. Que mes enfants fidèles ne se laissent jamais séduire par les armes des méchants ! Je désire qu’ils leur résistent, par la foi et le courage, ils réussiront. Ce sera le dernier grand effort des méchants, c’est là, que Je les arrêterai, ils tenteront encore de jeter le trouble parmi les amis, de profaner tout ce qui est respectable sur la Terre, ce sera en vain. Rappelle-toi bien cette promesse.

Marie-Julie :
– Je vois parfaitement des yeux de l’âme, ces mots écrits dans la plaie du Divin Cœur. Le Divin Sauveur fait voir dans son Cœur que le mal dépassera de beaucoup le bien mais que, malgré tout, le mal sera vaincu.

Le Divin Sauveur continue :
– Je porte dans mon Sacré Cœur les noms de mes amis qui persévéreront dans le bien au milieu de l’épreuve. Je leur promets ma protection afin qu’ils supportent les épreuves avec courage. L’enfer, en ce moment, cherche des victimes pour les enrôler afin de répandre l’iniquité sur toute la Terre, et le Sacré Cœur, Lui, cherche aussi des victimes, mais c’est pour les abriter sous sa bannière.

– Voici l’heure où Je vais souffrir, mon Cœur sera déchiré. Voilà l’heure où des pleurs couleront de bien des yeux. Mes enfants, encore une fois Je vous préviens, Satan va satisfaire sa rage qui est d’autant plus grande que les siens seront vaincus. Je veux humilier mon peuple, il n’a pas écouté mes paroles, mais ensuite, Je lui donnerai ma victoire complète, c’est-à-dire la résurrection de la Fille aînée de l’Eglise.


– Voilà le moment, mes enfants, où le Lys blanc et la bannière blanche vont être foulés aux pieds, mais ce ne sera que pour un temps, leur triomphe viendra ensuite. Je veux récompenser l’attente et la confiance inébranlable de celui qui attend tout de Moi et rien des hommes. Malgré les persécutions de toutes sortes qui sont élevées et qui s’élèveront contre lui, quoique l’on discute toutes ses pensées avec la plus grande hypocrisie, quoiqu’on l’abreuve de calomnies, sa bannière blanche sera plantée sur la France et ses ennemis seront forcés de vivre sous sa dépendance.

Marie-Julie :
– Je suis toujours près du Sacré-Cœur et de la bienheureuse Marguerite-Marie.

Cette dernière me dit :
– Petite sœur, c’est à la plaie du Sacré-Cœur que je dois ma place au Ciel. C’est nous, bien vils instruments qui avons été choisis pour publier sa gloire.

Marie-Julie :
– O bienheureuse Sœur, c’est vous qui avez été la cause de notre délivrance.

Puis, le Sacré Cœur parle à la fois à Marguerite-Marie et à Marie-Julie :
– Victime de mon Sacré Cœur et toi, victime de ma Croix, vous n’êtes pas choisies toutes deux pour la même œuvre. La bienheureuse Marguerite-Marie a été choisie pour publier la gloire de mon Sacré Cœur et toi, tu es choisie pour publier la gloire de ma Croix. Elle est la victime de mon Sacré Cœur, tu es la victime de ma Croix. L’Œuvre de ma Croix est belle et grande, aussi elle suivra rapidement l’Œuvre du Sacré-Cœur.

Source : Marie-Julie-Jahenny

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire