in , ,

N’utilisez pas l’Eucharistie contre vous-même, confessez vous

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
N'utilisez pas l'Eucharistie contre vous-même, confessez vous

La Sainte Eucharistie est effectivement un « remède de guérison » pour ceux qui sont en état de grâce – mais pour toute personne consciente d’un péché mortel, la miséricorde divine doit d’abord être recherchée dans le confessionnal.

L’archevêque Michael Jackels s’est récemment exprimé sur le sujet du refus de la communion aux pécheurs publics. Jackels, l’archevêque de Dubuque, a écrit que le désir de « réparer le scandale des politiciens catholiques pro-choix en leur refusant l’Eucharistie«  est une « réponse malavisée« .

Dans sa lettre, l’archevêque Jackels ne fait aucune référence au Canon 915 du Code de droit canonique, qui stipule que ceux qui « persévèrent obstinément dans un péché grave et manifeste ne doivent pas être admis à la sainte communion.« 

Dans ce débat, beaucoup ont cité le canon 915, et à juste titre. Mais il y a une remarque préalable à faire ici. Il s’agit d’une question fondamentale de théologie sacramentelle, et cela va bien au-delà de toute discussion sur diverses personnalités publiques. Il s’applique plutôt à chacun d’entre nous.

Dans sa récente lettre, l’archevêque Jackels écrit : « Comme Jésus l’a dit, ce sont les malades qui ont besoin d’un médecin, pas les bien portants, et il nous a donné l’Eucharistie comme un remède de guérison ; ne refusez pas les personnes qui ont besoin du médicament« .

Cette déclaration a désespérément besoin d’être clarifiée : Si quelqu’un reçoit la communion en état de grâce sanctifiante, ses péchés véniels sont pardonnés. Dans son cas, l’Eucharistie est « un remède de guérison« . Mais si quelqu’un reçoit la Communion dans l’état conscient de péché mortel, ses péchés ne sont pas pardonnés. De plus, un tel destinataire commet un péché objectivement grave, le sacrilège.

Soutenu par l’Écriture, la Tradition et le Magistère, ceci est un enseignement officiel et irréformable. Comme le dit 1 Corinthiens 11,27 :

« Celui donc qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur d’une manière indigne sera coupable de profaner le corps et le sang du Seigneur. »

Comme l’indique le Catéchisme :

« Toute personne consciente d’un péché grave doit recevoir le sacrement de la réconciliation avant de venir communier » (CEC 1385).

Pour répondre à la remarque de l’archevêque Jackels, l’Eucharistie peut être « un remède de guérison » – cependant, l’Eucharistie n’est pas un remède de guérison pour ceux qui sont en dehors de la grâce sanctifiante. En fait, Saint Paul informe les Corinthiens (1 Corinthiens 11:29-30) qu’ils sont devenus mortellement malades parce qu’ils ont reçu indignement. Le problème n’est pas avec l’Eucharistie ; le problème est avec celui qui reçoit avec insistance l’Eucharistie en état de péché mortel.

À lire aussi | Un halo plein de science-fiction, mais développant des thèmes profonds

En vérité, le Christ est le Médecin des corps et des âmes. Il peut guérir tout ce qui nous fait souffrir. Et c’est pourquoi il nous a donné le sacrement de la réconciliation – pour que nous puissions nous réconcilier avec le Christ avant de nous approcher de lui. En effet, si l’Eucharistie pardonnait les péchés mortels et véniels, le sacrement de la réconciliation ne serait pas nécessaire.

Aujourd’hui, on parle beaucoup des catholiques qui « militarisent l’Eucharistie » contre les pécheurs publics obstinés. Mais le catholique qui insiste sur la réception indigne arme l’Eucharistie contre lui-même.

Un dernier point. Certains catholiques qui lisent ceci ont peut-être reçu l’Eucharistie de manière indigne. Certains catholiques peuvent se poser des questions : Avec toute cette discussion sur le péché mortel et le sacrilège, où est-ce que ça me place ?

Voici la réponse : Il vous place là où beaucoup sont allés avant vous et beaucoup viendront après vous : dans le besoin de se confesser. Mais rassurez-vous : les prêtres ont déjà entendu ce péché confessé de nombreuses fois. Peut-être avez-vous reçu la communion indignement une fois, deux fois, 5 000 fois auparavant.

Dieu peut-il pardonner tout cela ? Oui !

Non seulement Dieu peut vous pardonner, mais il est impatient de vous pardonner !

Mais je dois être le pire des pécheurs, répondez-vous. Eh bien, il n’y a qu’un seul pire, donc ce n’est probablement pas toi. Mais au cas où ce serait le cas, cela signifie que c’est toi qui as le plus droit à la miséricorde de Dieu dans la Confession. Peut-être que vos péchés mortels sont aussi nombreux que les grains de sable en Bretagne. Mais regardez au-delà de ce sable, car juste au-delà de tous ces petits grains coule un océan de miséricorde. Et vous commencerez à voir cet océan lorsque le prêtre prononcera ces mots époustouflants du pardon sacramentel :

Dieu, le Père des miséricordes,
par la mort et la résurrection de son Fils
a réconcilié le monde avec lui-même
et a envoyé l’Esprit Saint parmi nous
pour le pardon des péchés ;
par le ministère de l’Église
que Dieu vous accorde le pardon et la paix,
et je vous absous de vos péchés
au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Cet article a été publié à l’origine par le National Catholic Register sur NCR. Il a été réimprimé et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire