Le Pape François s'en prend aux prêtres et aux évêques de la Sicile
in , ,

Le Pape François s’en prend aux prêtres et aux évêques de la Sicile

Le Pape François s'en prend aux prêtres et aux évêques de la Sicile

Le Pape François a demandé jeudi aux prêtres et aux évêques de l’île italienne de Sicile d’être des guides moraux forts, et de mettre à jour leur art et leurs vêtements en conformité avec les réformes de l’Église.

« En Sicile, les gens considèrent toujours les prêtres comme des guides spirituels et moraux, des personnes qui peuvent également contribuer à améliorer la vie civile et sociale de l’île, à soutenir la famille et à être une référence pour les jeunes en pleine croissance. Les attentes de la population sicilienne à l’égard des prêtres sont élevées et exigeantes« , a déclaré le pape lors d’une rencontre le 9 juin au Vatican.

Dans des commentaires improvisés au cours de son discours, François a également abordé un sujet qui, selon lui, le « préoccupe » : l’avancement des réformes du concile Vatican II, notamment en ce qui concerne la liturgie.

« Je ne sais pas, parce que je ne vais pas à la messe en Sicile et je ne sais pas comment les prêtres siciliens prêchent, s’ils prêchent comme cela a été suggéré dans [l’exhortation apostolique de 2013] Evangelii gaudium ou s’ils prêchent de telle manière que les gens sortent pour fumer une cigarette et reviennent ensuite« , a déclaré le pape.

Il a suggéré qu’après huit minutes d’une homélie, l’attention de la plupart des gens commence à faiblir.

Notant qu’il avait vu des photos de messes en Sicile, François a également commenté l’utilisation de la dentelle sur les vêtements que les prêtres portent pour célébrer la messe.

« Où en sommes-nous 60 ans après le Concile ?« , a-t-il dit. « Une certaine actualisation même dans l’art liturgique, dans la ‘mode’ liturgique« .

« Oui, ramener un peu de la dentelle de grand-mère est parfois approprié, parfois. C’est pour rendre hommage à grand-mère, non ? » a-t-il poursuivi. « C’est bien d’honorer grand-mère, mais c’est mieux de célébrer la mère, la Sainte Mère l’Église, et comment la Mère l’Église veut être célébrée. Ainsi, cette insularité n’empêche pas la véritable réforme liturgique que le Concile a envoyée.« 

La Sicile, région insulaire du sud de l’Italie, compte une population de 5 millions d’habitants. L’Église catholique de la région est divisée en 18 diocèses.

Environ 300 des 2078 prêtres de l’île, et 20 évêques, sont à Rome pour un pèlerinage et une rencontre avec le pape François à l’occasion du 30e anniversaire de la Journée régionale des prêtres marials de l’Église de Sicile.

La Sicile, comme le reste de l’Italie, est confrontée à un déclin des vocations au sacerdoce, avec 30% de séminaristes en moins par rapport à il y a dix ans.

Dans son discours au Palais apostolique, le pape François a réfléchi à l’évolution des temps, notamment au déclin des vocations.

Le pape de 85 ans, qui a fait des apparitions publiques en fauteuil roulant depuis le 5 mai en raison de douleurs au genou, a déclaré que les prêtres et les évêques devaient faire des choix courageux, avec le discernement de l’Esprit Saint, sur la façon de partager l’Évangile du Christ aujourd’hui.

« Nous sommes témoins en Sicile de comportements et de gestes marqués par de grandes vertus comme par une cruelle odyssée« , a-t-il dit. « De même, à côté de chefs-d’œuvre d’une extraordinaire beauté artistique, nous voyons des scènes de négligence mortifiante« .

Il a noté le déclin de la situation sociale, notamment la baisse de la population due à un faible taux de natalité et l’exode des jeunes à la recherche d’un emploi.

« Nous devons comprendre comment et dans quelle direction la Sicile vit le changement d’âge et quels chemins elle pourrait prendre, afin de proclamer, dans les fractures et les articulations de ce changement, l’Évangile du Christ« , a-t-il dit.

« Cette tâche, bien que confiée au peuple de Dieu tout entier, nous demande à nous, prêtres et évêques, un service plein, total et exclusif« , a commenté le pape François.

À lire aussi | N’utilisez pas l’Eucharistie contre vous-même, confessez vous

« S’il vous plaît, ne restez pas au milieu de la route« , a-t-il exhorté. « Face à la conscience de nos faiblesses, nous savons que la volonté du Christ nous place au cœur de ce défi« .

« La clé de tout est dans son appel, a-t-il souligné, sur lequel nous nous appuyons pour prendre la mer et jeter à nouveau nos filets. Nous ne nous connaissons même pas nous-mêmes, mais si nous revenons à l’appel, nous ne pouvons pas ignorer ce Visage qui nous a rencontrés et attirés derrière Lui, et qui nous a même unis à Lui, comme l’enseigne notre tradition lorsqu’elle affirme que dans la liturgie nous agissons même ‘in persona Christi’.« 

« Cette pleine unité, cette identification, nous ne pouvons pas la limiter à la célébration, mais nous devons la vivre pleinement à chaque instant de la vie, en ayant à l’esprit les paroles de l’apôtre Paul : Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi« , a-t-il ajouté.

À lire en anglais sur CWR

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire