in , , , , ,

29 chrétiens nigérians ont été massacrés lors d’un pogrom de trois jours

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Des militants islamistes de la communauté Fulani ont perpétré un massacre de trois jours dans le diocèse de Pankshin, dans le centre du Nigeria, tuant 29 Chrétiens, en blessant deux autres, et incendiant des églises et des maisons.

Les attaques ont eu lieu dans les villages de Kopnanle, Mandung, Bokkos Town et le district de Mbar à Bokkos.

S’exprimant auprès de l’Aide à l’Église en Détresse (AED), l’organisation caritative catholique pour les Chrétiens persécutés, le père Andrew Dewan, directeur de la communication du diocèse de Pankshin, a donné des détails exclusifs sur l’attaque.

Il a déclaré :

« Les attaques ont commencé le vendredi et se sont poursuivies jusqu’au dimanche. Fait inhabituel, les attaques ont eu lieu le dimanche matin et l’après-midi. C’est une déviation par rapport aux méthodes habituelles des assaillants qui frappent seulement la nuit. Cela se produit maintenant en plein jour, quand on s’y attend le moins.

Ces attaques sont conçues pour chasser les propriétaires des terres afin que les extrémistes musulmans puissent prendre le contrôle. La région est majoritairement peuplée de Chrétiens, et les assaillants militants ont besoin d’espace pour propager leurs croyances religieuses. Ces attaques suivent le même schéma que les attaques précédentes. Il y a des composantes religieuses et ethniques, toutes mélangées. Lorsqu’on examine les schémas de ces attaques, cela dessine au fil du temps un tableau clair. »

Comment cela peut-il être expliqué, sinon en termes de conflit religieux ? Ces attaques s’inscrivent dans la continuité des attaques de Noël et de Pâques. Le lundi de Pâques, des extrémistes présumés de la communauté Fulani ont lancé une attaque dans le centre du Nigeria, tuant 10 Chrétiens, dont une femme enceinte et son bébé à naître.

Lors d’une série de tueries sur quatre jours à partir du 23 décembre, des militants présumés de la communauté Fulani ont attaqué 26 villages à Bokkos, faisant plus de 300 morts parmi les Chrétiens.

Le père Andrew a dénoncé la réponse du gouvernement nigérien aux attaques :

 » Il y a une inaction du gouvernement face à ce conflit à tous les niveaux. La principale fonction du gouvernement est de protéger les vies et les biens, et il n’a pas bien fait dans ce domaine. La plupart des choses dites immédiatement après les attaques de la veille de Noël n’ont pas encore été mises en œuvre. Les promesses faites par le gouvernement ne sont rien d’autre que des paroles en l’air. « 

Suite à l’attaque de Noël, le président nigérien Bola Tinubu a publié une déclaration annonçant que les agences de sécurité avaient été ordonnées dans la région pour appréhender les coupables, et que des ressources d’aide d’urgence avaient été mobilisées pour les survivants.

Le père Andrew a commenté cela, affirmant :

 » Il n’y a aucune indication que des auteurs des attaques du week-end, de Pâques ou de Noël aient été appréhendés. Il n’y a eu aucun rapport en ce sens. Lorsque des arrestations sont effectuées, tôt ou tard, ces agresseurs sont libérés. Les attaquants continuent, et les victimes disent assez. L’espoir était que le gouvernement les protégerait. Ce n’est pas le cas, donc les communautés s’organisent pour se protéger car le gouvernement et les élus ne le font pas. L’armée et la police sont soit submergées et incapables de protéger les citoyens, c’est pourquoi ces choses se poursuivent sans relâche. « 

À lire aussi | De la médisance et des avis touchant le parler

Commentant l’atrocité, le président du Conseil de Développement Culturel de Bokkos, Farmasum Fuddang, a déclaré :

«  Malgré la présence des forces de sécurité, y compris le DSS [Service de Sécurité de l’État], l’armée et la police, les auteurs, identifiés comme des terroristes Fulani, ont été autorisés à mener leurs attaques en toute impunité. Sous le couvert de la nuit, plus de 50 terroristes armés ont descendu sur les villages de Mandung-Mushu et Kopnanle, ciblant des résidents innocents, désarmés et pacifiques alors qu’ils dormaient… tandis que les soldats à proximité ont échoué à intervenir. « 

Il a poursuivi :

 » Cette attaque éhontée, qui a principalement ciblé des enfants, semble faire partie d’un effort calculé pour instiller la peur et perpétuer un déplacement supplémentaire au sein de nos communautés. Le timing de cette attaque, qui intervient peu de temps après la mise en garde erronée du DSS concernant une attaque imminente contre des communautés Fulani, soulève de sérieuses préoccupations quant à une collusion ou à une négligence délibérée. « 

Le père Andrew a souligné la gravité de la situation dans son diocèse.

Il a déclaré :

«  La vie est considérée comme bon marché, mais c’est le cadeau le plus précieux de tous. Nous traitons toujours avec un arriéré de personnes déplacées dans notre communauté. Le diocèse est submergé par les gens et les victimes. Nous faisons face aux veuves, aux paiements des frais de scolarité des enfants, au logement. Le diocèse seul ne peut pas supporter cela. Il s’agit d’une urgence, ces problèmes se déroulent toujours et rien ne semble changer. « 

Cet article a été initialement publié par Catholic Herald puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

De la médisance et des avis touchant le parler

De la médisance et des avis touchant le parler

Des prêtres catholiques indiens accusés d'incitations à l'hostilité

Des prêtres catholiques indiens accusés d’incitations à l’hostilité