in , , , , ,

Pourquoi le Moyen Âge est-il appelé « l’âge des ténèbres » ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Réduire dix siècles d’histoire du Moyen Âge à de simples « ténèbres » est une évaluation qui ne tient pas compte de la complexité et de la diversité de la société médiévale.

Le Moyen Âge, qui s’étend du Vᵉ au XVe siècle, est souvent qualifié d' »âge des ténèbres« , un terme plutôt péjoratif.

Cette étiquette est apparue à la Renaissance et a été largement influencée par des auteurs, des artistes et des penseurs qui voulaient mettre en évidence les différences entre les siècles précédents et leur nouvelle ère, qu’ils considéraient comme un renouveau de la culture grecque et romaine classique.

Cependant, il est important de noter que réduire dix siècles d’histoire à une simple « obscurité » est une évaluation subjective, fortement influencée par des préjugés et des partis pris, et ne permet pas d’apprécier la complexité et la diversité de la société médiévale, d’autant plus qu’une période aussi longue ne peut pas être simplement regroupée dans une seule catégorie.

Pétrarque, le célèbre érudit et poète italien du XIVe siècle, a joué un rôle important dans la formation de cette perception négative du Moyen Âge – que ce soit ou non son intention est déjà une autre question. Comme nous le lisons dans Medievalists.net, parler d’un « temps de ténèbres » ou d’un « âge de lumières » est une « métaphore facile pour affirmer que l’on vit une bonne ou une mauvaise époque« .

Pétrarque a utilisé cette métaphore pour comparer l’Antiquité classique et tardive avec sa propre époque « et a constaté qu’il n’était pas très satisfait de la situation actuelle« . Dans l’une de ses œuvres, il écrit :

« Mon destin est de vivre parmi des tempêtes variées et confuses. Mais pour vous, peut-être, si, comme je l’espère et le souhaite, vous vivez longtemps après moi, une ère meilleure suivra. Ce sommeil de l’oubli ne durera pas éternellement. Lorsque les ténèbres seront dissipées, nos descendants pourront retrouver la pure splendeur d’autrefois. »

Il est clair que l’interprétation de Pétrarque de sa propre époque a été profondément influencée par son admiration pour les réalisations de la Grèce et de la Rome antiques ; ainsi, il a vu dans son époque une ère de déclin et d’ignorance, défavorablement comparée aux réalisations intellectuelles du monde classique.

Il est toutefois essentiel de reconnaître que ce portrait plutôt négatif du Moyen Âge était largement exagéré. Les penseurs de la Renaissance ont eu tendance à idéaliser le passé antique, le considérant comme un âge d’or de sagesse et de raffinement culturel, ce qui n’était pas nécessairement le cas.

En revanche, ils ont également considéré le Moyen Âge comme une période de stagnation intellectuelle, de dogmatisme religieux et de retard social, fermant les yeux sur le fait (évident) que la Renaissance n’a pas surgi de nulle part.

Ce préjugé à l’égard du Moyen Âge peut être attribué à plusieurs facteurs. Par exemple, les penseurs de la Renaissance ont eu un accès limité aux sources littéraires et historiques du Moyen Âge, ce qui a contribué à un manque de compréhension et d’appréciation des réalisations de ces dix siècles.

En outre, la Renaissance a été marquée par une volonté de se démarquer de l’époque précédente, et le discrédit du Moyen Âge a servi à souligner la supériorité culturelle et intellectuelle supposée de la fin du XVe siècle et du XVIe siècle. Mais ce sont surtout les conflits religieux et les tensions entre l’Église catholique et les mouvements protestants naissants de la Renaissance qui ont alimenté la critique du Moyen Âge.

À lire aussi | Le rapport sur la liberté de religion révèle des tendances dangereuses en Occident

Dans un souci d’exactitude historique, il est important de remettre en question ce récit biaisé sur le Moyen Âge. S’il est vrai que cette époque a connu son lot de tribulations, il est également vrai qu’elle a été le théâtre de grandes réalisations intellectuelles, artistiques et culturelles.

Le Moyen Âge a vu l’émergence des universités, la préservation et la transmission des textes classiques, les progrès de l’architecture et de l’ingénierie, et l’épanouissement de l’art gothique. En effet, sans le travail minutieux des écrivains et des copistes médiévaux, les chercheurs de la Renaissance n’auraient guère connu les penseurs romains ou grecs.

Cet article a été publié originellement par Aleteia (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire