in , , , , , ,

Réfléchir au don de nos anges gardiens

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Ton ange gardien a passé son moment d’épreuve et a été confirmé dans la grâce parce qu’il a entrevu qui tu es censé être en Dieu et a choisi de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que cette vision devienne réalité.

« C’est par l’envie du diable que la mort est entrée dans le monde.« 

Avec ce verset, le livre de la Sagesse (2:24) donne un aperçu du mystère de la chute. La Genèse nous dit pourquoi Adam et Ève ont péché – la tromperie du serpent – mais elle ne dit pas pourquoi le serpent a tenté les ancêtres de la race humaine en premier lieu. La sagesse donne une réponse : l’envie.

Mais cette réponse soulève une autre question. Le moindre ange est une créature bien supérieure à l’être humain. À plus forte raison un chérubin comme Lucifer. Qu’est-ce que l’homme peut bien posséder qu’un ange puisse lui envier ? Certains théologiens, à partir de la fin du Moyen Âge, ont proposé une réponse possible, qui a trait à la chute du diable lui-même, au choix qui a séparé à jamais les bons anges des mauvais.

Le Catéchisme de l’Église catholique (391-395) parle brièvement de la chute des mauvais anges, la qualifiant de « libre choix de ces esprits créés, qui ont radicalement et irrévocablement rejeté Dieu et son règne » (392). Le Catéchisme suppose une analogie entre la chute des anges et la chute de l’homme, et de nombreux théologiens affirment que l’homme a été éprouvé, de même que les anges.

Le Catéchisme ne précise pas la nature exacte de l’épreuve, de sorte que ce qui suit est une spéculation théologique, toujours soumise à la décision finale de l’Église. Si nous demandons comment les anges ont été testés, certains théologiens de la scolastique tardive donnent une réponse très intéressante. Ils suggèrent que les anges ont eu un aperçu de l’intention de Dieu non seulement de créer l’humanité, mais aussi de voir la deuxième personne de la Trinité s’incarner en tant qu’homme.

Les bons anges ont accepté ce plan de Dieu. Mais Lucifer connaissait sa supériorité sur l’humanité. Si Dieu devait prendre la nature d’une créature, il serait certainement plus approprié qu’il prenne la nature d’un ange. Par envie de ce plan, Lucifer et les anges qui l’ont suivi ont décidé qu’ils n’adoreraient ni ne serviraient le Verbe incarné et sont donc tombés.

Certains mystiques poussent cette opinion théologique un peu plus loin. Méditant sur la Femme revêtue du Soleil dans l’Apocalypse, la Vénérable Maria d’Agreda enseigne que les anges ont reçu une prescience de la Vierge Marie. Ils l’ont vue dans la pensée de Dieu et ont été informés que le Verbe s’incarnerait en elle. Les anges déchus ont choisi de rejeter Dieu parce que cela aurait signifié servir Marie.

Ces deux opinions sur la nature du test des anges ne sont évidemment pas contradictoires. Rejeter le Verbe incarné, c’est rejeter Marie. Rejeter Marie, c’est rejeter le Verbe incarné. Je crois (encore une fois, sous réserve des corrections de l’Église) que la connaissance donnée aux anges concernait le Christ tout entier, la tête et les membres. Les anges ont vu que le Verbe s’incarnerait dans une Vierge immaculée et que, ce faisant, il appellerait chaque être humain à s’unir à lui.

C’est ce que le diable ne pouvait supporter. La pensée d’êtres faits de matière, de chair et de sang, élevés par l’Incarnation à la dignité d’enfants adoptifs de Dieu.

Toutes ces idées passent sans doute pour des spéculations théologiques de haute volée. Pourquoi cela aurait-il de l’importance ? Si l’épreuve des anges impliquait une vision du Christ, tête et membres, quelle différence cela fait-il ?

Déplaçons un peu notre attention et examinons un instant l’épreuve des anges, non pas du point de vue des anges déchus, mais de celui des bons anges. Les démons sont tombés en choisissant de ne pas servir. Cela implique que les bons anges ont été confirmés dans la grâce parce qu’ils ont choisi de servir. Ils ont vu la place dans l’économie de l’Incarnation où Dieu les appelait à agir, et ils ont accepté cet appel de tout leur être.

Saint Michel est passé en s’opposant à l’orgueil et à l’envie de Lucifer. Avec son cri « Qui est comme Dieu ?« , il est devenu le guerrier-protecteur du peuple de Dieu. Saint Gabriel est passé en acceptant d’être le héraut de l’Incarnation. Saint Raphaël est passé en consentant à apporter la guérison au peuple de Dieu sur son chemin de pèlerinage vers le ciel.

À lire aussi | Comment savoir si j’ai trouvé l’amour de ma vie ?

Et si tout ce qui précède est vrai, considérons enfin nos anges gardiens. N’est-il pas possible que nos anges, ceux qui « contemplent toujours la face du Père » dans les cieux, aient eu une vision du Christ tout entier et que, en regardant le Corps du Christ, ils nous aient vus, vous et moi ? Votre ange, peu après sa création, a vu qui vous étiez appelé à être dans le Corps du Christ, et il s’est engagé de tout son être à vous aider dans cet appel.

Votre ange gardien a passé son moment d’épreuve et a été confirmé dans la grâce parce qu’il a entrevu qui vous êtes censés être en Dieu et a choisi de faire tout ce qui est en son pouvoir pour que cette vision devienne réalité. Son activité n’écrase jamais les choix de ton libre arbitre, mais il reste toujours prêt à t’offrir l’aide qu’il peut. C’est ce que Dieu l’a appelé à être depuis le début des temps. Ces gardiens devraient nous être très chers. Restons toujours ouverts à leur ministère.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Comment savoir si j'ai trouvé l'amour de ma vie ?

Comment savoir si j’ai trouvé l’amour de ma vie ?

Le pape se montre ouvert à la bénédiction des couples homosexuels et à l'ordination des femmes

Le pape se montre ouvert à la bénédiction des couples homosexuels et à l’ordination des femmes