in , , , , ,

100 chrétiens abattus durant la Semaine Sainte au Nigeria

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Au moins 94 personnes auraient trouvé la mort dans une série d’attaques meurtrières contre des communautés chrétiennes tout au long de la semaine sainte dans l’État de Benue, dans le centre-nord du Nigeria, signe inquiétant de l’escalade de la violence imputée aux milices musulmanes dans la région de la ceinture moyenne du pays.

Le 2 avril, des hommes armés auraient pris d’assaut un office du dimanche des Rameaux dans une église pentecôtiste à Akenawe-Tswarev, dans le comté de Logo, dans l’État de Benue, tuant un jeune garçon et enlevant le pasteur et d’autres fidèles.

Trois jours plus tard, le 5 avril, des hommes armés ont tué au moins 50 personnes dans le village d’Umogidi, situé dans le comté d’Utokpo, un bastion catholique de l’ouest de la Bénoué, a rapporté l’Associated Press.

Plus récemment, dans la nuit du vendredi saint, des dizaines de personnes ont été tuées lorsque des hommes armés musulmans ont attaqué une école primaire dans le village de Ngban, qui sert de refuge à une centaine de fermiers chrétiens déplacés et à leurs familles.

L’attaque du 7 avril a fait 43 morts et plus de 40 blessés, selon le père Remigius Ihyula, qui dirige la branche Benue de la Commission pour la justice, le développement et la paix (JDPC), une organisation humanitaire catholique nigériane.

Quelques heures avant l’attaque, le gouverneur sortant de Benue, Samuel Ortom, s’exprimant à Otukpo, a mis en garde les habitants pour qu’ils restent vigilants et a critiqué ce qu’il considère comme une lenteur de la part des unités de la police et de l’armée à répondre à ses demandes d’aide.

M. Ortom demande depuis quatre ans que les lois fédérales soient modifiées pour permettre aux citoyens d’acheter des armes à feu pour se défendre, mais sans succès.

Une travailleuse humanitaire du JDPC, qui a demandé à rester anonyme, a déclaré à CNA qu’elle était arrivée le lendemain matin pour s’occuper des survivants et qu’elle avait parlé à des officiers de police qui tenaient le poste de contrôle près de l’école.

« Certains survivants m’ont dit que la police avait combattu les assaillants et peut-être tué certains d’entre eux, mais la bande de maraudeurs a récupéré ses morts en sortant de l’enceinte de l’école, et la police m’a dit la même chose« , a-t-elle déclaré.

« Je doute que les survivants de l’attaque de l’école primaire puissent aller à l’église le dimanche de Pâques, car ils ont besoin de médicaments et de conseils pour surmonter leurs traumatismes« , a déclaré le père Ihyula à CNA.

Alors qu’il rendait visite aux survivants de l’attaque du 7 avril à Ngban, M. Ortom a déclaré qu’au moins 134 personnes avaient été tuées dans des attaques à Benue au cours des cinq derniers jours. Ce bilan inclut un raid du 3 avril à Apa qui a fait 47 morts, selon un rapport de ThisDaylive.com, un média nigérian. Il n’était pas clair lundi si les chrétiens étaient les cibles de cette attaque.

À lire aussi | La voie synodale dans le schisme allemand, un examen critique

L’État de Benue compte environ 2 millions de personnes déplacées qui ne peuvent pas vivre sur leurs terres agricoles traditionnelles de peur d’être tuées. Certains agriculteurs retournent cultiver leurs champs pendant la journée et se retirent dans des camps de personnes déplacées la nuit.

Cet article a été publié originellement par Catholic News Agency (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

La voie synodale dans le schisme allemand. Un examen critique

La voie synodale dans le schisme allemand, un examen critique

Les Saints Anges à la résurrection

Les Saints Anges à la résurrection