in , , , , , , ,

Comment Marie peut entendre les millions de prières ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le rôle extraordinaire de la Bienheureuse Vierge Marie dans le Royaume de Dieu est en parfaite harmonie avec les Écritures.

Un de mes amis calvinistes, avec qui je suis engagé dans des dialogues cordiaux continus, a soulevé cette question et a déclaré que c’est ce que les catholiques enseignent lorsque nous affirmons que Dieu donne le pouvoir à Marie afin qu’elle puisse entendre plusieurs milliers de prières simultanées ou de demandes d’intercession.

Il a affirmé que Dieu transmet ces prières à Marie et qu’à ce titre, il agit comme un « médiateur » auprès d’elle. Je n’avais jamais entendu cela auparavant. C’est une question intéressante à laquelle il faut réfléchir et répondre en tant qu’apologiste.

La réponse immédiate est que ces prières sont dirigées par Marie vers Dieu, et non par Dieu vers Marie. Les catholiques ne font qu’appliquer ce que Jacques (5:16) recommandait : « La prière d’un homme juste a une grande puissance dans ses effets« .

Dieu a dit à Abimélech qu’Abraham prierait pour lui, afin qu’il puisse vivre,  » car  » Abraham était «  un prophète  » (Genèse 20, 6-7). Dieu était-il donc le « médiateur » d’Abraham dans ce cas ?

Dieu a dit aux « amis » de Job que « mon serviteur Job priera pour vous, car j’accepterai sa prière de ne pas vous traiter selon votre folie » (Job 42:8). Dieu était-il aussi le « médiateur » de Job ?

Saint Paul et d’autres – y compris, potentiellement, nous-mêmes – fonctionnent comme des « mini-médiateurs » de la grâce et du salut de Dieu, tout comme Marie :

« Femme, comment sais-tu si tu sauveras ton mari ? Mari, comment sais-tu si tu sauveras ta femme ? » (1 Corinthiens 7:16)

« Je me suis fait tout à tous les hommes, afin d’en sauver quelques-uns par tous les moyens. » (1 Corinthiens 9:22 ; cf. 2 Corinthiens 4:8-17)

 » Car en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même et tes auditeurs.  » (1 Timothée 4:16 ; cf. Éphésiens 3:2 et Jacques 5:20)

 » Certains … peuvent être gagnés sans mot dire par la conduite de leurs femmes  » (1 Pierre 3:1 ; cf. 4:10).

La Bible enseigne également que nous sommes ses « collaborateurs » et que ses œuvres sont les nôtres et vice versa :

 » Le Seigneur travaillait avec eux  » (Marc 16:20).

« Nous sommes les compagnons de travail de Dieu  » (1 Corinthiens 3:9).

« J’ai travaillé plus qu’aucun d’eux, sans que ce soit moi, mais par la grâce de Dieu qui est avec moi » (1 Corinthiens 15:10).

« Toujours abondant dans l’œuvre du Seigneur » (1 Corinthiens 15:58)

« Car nous sommes son ouvrage, créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous marchions en elles » (Ephésiens 2:10)

« Travaillez à votre propre salut avec crainte et tremblement, car Dieu est à l’œuvre en vous » (Philippiens 2:12-13).

Tout cela étant, il n’y a rien de si incroyable ou extraordinaire à croire dans la foi que Dieu a choisi d’impliquer Marie dans l’intercession et la distribution des grâces, même s’il décidait de le faire dans tous les cas. Dieu peut faire ce qu’il veut ! Il s’est servi d’un âne pour parler et exprimer sa volonté à Balaam.

Il est apparu dans un buisson ardent et dans une nuée. Il a choisi de venir sur terre sous la forme d’un bébé. Pourquoi ce qu’il fait ou choisit de faire devrait-il nous surprendre ou nous laisser perplexes ? La fin de Job le montre clairement. Ses pensées sont aussi éloignées des nôtres que les étoiles le sont de la terre (Esaïe 55, 8-9).

Marie n’est qu’une aide ou un réceptacle choisi, tout comme l’ont été Moïse, Jean-Baptiste, Élie, Paul, Pierre, Jean ou n’importe qui d’autre. Cela n’empiète en rien sur les prérogatives exclusives de Dieu, car il utilise simplement une de ses créatures pour ses desseins divins.

Il n’y a rien d’intrinsèquement impossible, d’excessif, d’idolâtre ou de non biblique dans ces croyances défendues par les catholiques à travers les siècles et fermement ancrées dans la Tradition Sacrée. Ce n’est pas une croyance a priori impossible ou invraisemblable à tenir, d’un point de vue biblique. Elle est tout à fait harmonieuse avec l’Écriture.

Cette objection est de trop, à la lumière de la souveraineté de Dieu sur l’ensemble de sa création. Littéralement, personne ne pourrait rien faire sans son pouvoir. Dieu fait en sorte que Marie puisse entendre des millions de prières d’intercession et les présenter ensuite à Dieu en notre nom. Aucun problème pour lui !

C’est simplement une partie de tout ce qu’il rend continuellement possible à chaque nanoseconde. Paul dit :

« En lui nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Actes 17:28).

Marie, qui entend nos demandes de prière et les transmet à Dieu, n’en fait-elle pas partie ? Ses actions sont-elles différentes de toutes les autres actions rendues possibles par Dieu dans l’univers ? Il semble qu’un ange soit impliqué dans la présentation de nos prières à Dieu dans le livre de l’Apocalypse :

« La fumée de l’encens s’élevait avec les prières des saints de la main de l’ange devant Dieu » (Apocalypse 8:4).

La Bible dit que Jésus « soutient l’univers par sa parole de puissance » (Hébreux 1:3) et qu' »en lui tout se tient » (Colossiens 1:17).

Mais nous devons croire que permettre à une personne, Marie, d’entendre les intercessions est trop difficile pour Dieu, ou au-delà de ses capacités ? C’est très curieux. Il est assez étrange que quelqu’un qui adhère au calvinisme, qui met un accent extrême (et louable) sur la souveraineté et la causalité de Dieu, porte une telle accusation.

À lire aussi | Septième dimanche du temps ordinaire – homélie du Père Warren

Au-delà même de tout cela, la Bible enseigne que les disciples du Christ seront « unis à lui » (Romains 6:5), « un seul esprit avec lui » (1 Corinthiens 6:17), « transformés à sa ressemblance » (2 Corinthiens 3:18), « remplis de toute la plénitude de Dieu » (Ephésiens 3:19) et de « la plénitude du Christ » (Ephésiens 4:13) ; en fait, « participants de la nature divine » (2 Pierre 1:4).

Puis, nous en arrivons à l’inhabitation. Nous sommes « dans » le Père et le Fils (Jean 17:21 ; 1 Jean 2:24), et « en » Jésus (Jean 6:56 ; 14:20 ; 15:4-7 ; 16:33 ; 2 Corinthiens 5:21 ; Philippiens 4:13 ; Colossiens 2:6-7, 10 ; 1 Jean 2:24, 28 ; 5:20).

Dieu est en nous (1 Jean 3:24 ; 4:13, 15) et nous sommes « en » Dieu (Colossiens 3:3 ; 1 Jean 2:5, 24 ; 3:6, 24 ; 4:13, 15). Jésus est « en » nous (Jean 14:20).

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

2 Commentaires

    • Bonjour à vous LeBrebisGalleux,

      La croix inversée est le symbole de l’apôtre saint pierre, dévoyé par les néo-satanistes afin de singer Dieu, il a paru tout naturel pour moi de l’utiliser dans le but de les singer aussi et de leur enlever de leurs mains blasphématoires le symbole de notre Apôtre et premier Pape, Saint Pierre. Tout comme j’ai aussi rédigé un article sur l’utilisation des couleurs de l’arc-en-ciel ou de celui-ci par les lobbys LGBT, alors que celui-ci représente la promesse de Dieu dans la bible après le déluge.

      Vous trouverez beaucoup d’articles sur Marie ici

      Bien à vo