in , , , ,

Septième dimanche du temps ordinaire – homélie du Père Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert (Bob) en ce septième dimanche du temps ordinaire : Le dicton de notre évangile que nous connaissons tous si bien, œil pour œil, dent pour dent.

C’est un commandement qui a souvent été utilisé pour justifier notre brutalité. En fait, cette statue, bien connue dans le monde antique, était utilisée pour réduire la brutalité. À une époque où il n’y avait pas ou peu de présence policière, la protection venait de l’appartenance à une tribu ou à une famille. Si un membre d’une tribu ou d’une famille était attaqué, les autres membres réagissaient.

Un problème auquel les sociétés anciennes étaient confrontées était de contrôler les représailles afin qu’elles ne dégénèrent pas à l’abri des regards. Cette statue disait que les représailles devaient être proportionnelles à l’offense. Qu’il doit y avoir une certaine égalité entre les deux. La statue ne visait pas à excuser la brutalité, mais à contrôler la vendetta. Œil pour œil, dent pour dent était un pas en avant dans la civilisation de l’humanité. Mais Jésus voit quelque chose de mieux, il sait que Dieu n’est pas vindicatif, qu’il n’est pas un juge du tac au tac. Et si nous voulons lui ressembler, nous ne devons rien trouver de vengeur en nous.

Son commandement est clair, l’agression et la violence ne doivent pas être retournées. Elles doivent être absorbées. Son conseil doit paraître absurde à beaucoup, il parle de tendre l’autre joue. Offrir au voleur son manteau quand il a volé votre chemise. Tout cela semble plutôt tiré par les cheveux, mais le cœur de l’enseignement est le suivant : la violence, à long terme, ne résout rien et ne fait qu’aggraver le problème. Elle se développe comme un cancer, elle devient un puits empoisonné. Ce cercle vicieux se poursuit jusqu’à ce que quelqu’un d’assez sensé tente une approche différente, comme le pardon.

Plus de quatre-vingts membres de la famille de Simon Weisenthal sont morts dans un camp de concentration nazi. Il a vu sa propre mère se faire mitrailler sous ses yeux. Il raconte qu’un jour, une infirmière s’est présentée à l’endroit où il travaillait. Elle lui a tapé sur l’épaule et lui a dit de la suivre. Il a été emmené dans une chambre d’hôpital où un membre de la redoutable troupe SS était en train de mourir, ce n’était qu’un jeune homme. Il a raconté à Simon comment il avait été responsable d’une unité s’occupant de Juifs – ce qui ne signifiait qu’une chose – les rassemblant dans un bâtiment, les aspergeant d’essence et y mettant le feu.

Puis de mitrailler tous ceux qui tentaient de s’échapper. Le jeune soldat avait été catholique avant de devenir nazi et il a commencé à se sentir coupable de ce qu’il avait fait. Il avait demandé qu’on lui envoie un Juif. N’importe quel juif, homme ou femme, il avait besoin d’un juif représentatif. Il a supplié Simon de lui pardonner au nom de son peuple. Il a dit qu’il n’était pas né meurtrier et qu’il ne voulait pas mourir comme tel. Simon Weisenthal a dit que la seule réponse qu’il pouvait donner était de se lever et de quitter la pièce. Sans dire un mot, sans accorder le pardon et pour le reste de sa vie, il a été troublé par sa non-réponse.

Qu’auriez-vous fait… c’est une question dont nous pourrions parler toute la journée. Et donc, je voudrais vous poser une autre question. Avez-vous déjà été à la place de l’officier nazi, pas du meurtre de masse ? Y a-t-il des Simon Weisenthal dans votre vie qui ne peuvent et ne veulent pas vous pardonner ? Des personnes que vous avez peut-être blessées au point qu’elles ne veulent plus jamais avoir affaire à vous. Et ce sont très probablement les personnes les plus proches de vous. Et nous portons cette culpabilité et souvent, nous nous replions sur nous-mêmes et nous ne pouvons pas avancer dans la vie.

Si vous êtes chrétien, c’est alors que nous nous tournons vers Jésus-Christ. Il se met à la place de ceux qui ne peuvent pas pardonner. Il vient à nous, brisés comme nous le sommes, et nous dit que tout est pardonné et qu’il nous aime. Quand les gens ne veulent pas pardonner, Jésus le fait. Quand les gens ne peuvent pas pardonner, Jésus le fait. Quand les gens sont incapables de pardonner, Jésus le fait. Regardez l’évangile du fils prodigue, quand le fils s’est repenti, le père est allé à sa rencontre. Il l’a embrassé et l’a accueilli de nouveau dans sa famille. Et donc nous avons deux questions.

Si vous êtes Simon Weisenthal, l’évangile vous défie avec l’impératif et la demande de pardonner, pardonnez à vos ennemis. Si vous êtes le jeune nazi, que vous voulez absolument être pardonné et que les gens dans votre vie ne peuvent pas, ne veulent pas ou sont incapables de pardonner. Alors tournez-vous vers l’Évangile et vous découvrirez que Jésus se tiendra à leur place.

À lire aussi | L’Évêque auxiliaire de Los Angeles, David O’Connell, a été tué par balle

C’est aussi, à mon avis, la raison pour laquelle il a inventé le sacrement de la pénitence. C’est le lieu que Jésus a mis en place pour nous réconcilier avec le Père. C’est le seul endroit où nous pouvons être rassurés qu’au moment où nous sommes brisés et mourants, le Seigneur viendra et dira :

« Va en paix, tes péchés sont pardonnés.« 

Je suppose qu’en fin de compte, tout dépend du sérieux avec lequel nous prenons les prières que nous prononçons chaque jour. Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. L’Écriture nous dit, quand tu viens à l’autel, si tu as quelque chose contre ton frère ou ta soeur. Laissez votre cadeau à l’autel, et allez d’abord vous réconcilier avec votre frère ou votre sœur. L’avez-vous déjà fait ? En avez-vous besoin ?

Source : Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire