in , , ,

Des prêtres ukrainiens disparus pourraient se trouver dans un camp de travail russe

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Des prêtres ukrainiens disparus pourraient se trouver dans un camp de travail russe
Des prêtres ukrainiens disparus pourraient se trouver dans un camp de travail russe

Selon un service d’information sur les droits de l’homme, deux prêtres gréco-ukrainiens catholiques disparus, saisis par les forces russes dans leur église de Berdyansk en novembre 2022, pourraient se trouver dans un camp de travail géré par les Russes dans l’Ukraine occupée.

Les pères rédemptoristes Ivan Levitsky et Bohdan Geleta, qui officiaient à l’église de la Nativité de la Très Sainte Vierge à Berdyansk en novembre 2022, pourraient se trouver dans un camp de travail géré par les Russes en Ukraine occupée.

Felix Corley, de Forum 18, un service d’information collaborant avec le Comité norvégien d’Helsinki pour la défense de la liberté de religion, de pensée et de conscience, a indiqué à OSV News :

« C’est la confirmation la plus précise que nous ayons de leur localisation ».

L’exarchat de Donetsk de l’Eglise gréco-ukrainienne catholique, à laquelle appartiennent les prêtres, a déclaré à Forum 18 le 3 juin qu’il n’avait reçu aucune nouvelle des deux prêtres.

Auparavant, Yevhen Zakharov du Kharkiv Human Rights Protection Group pensait que le père Levitsky était détenu dans une prison d’investigation dans la région russe de Rostov, tandis que le père Geleta était détenu dans une autre prison d’investigation en Crimée occupée par la Russie. Le père Geleta est connu pour souffrir d’une forme aiguë de diabète.

Les deux prêtres avaient refusé de quitter leurs paroissiens à la suite de l’invasion totale de la Russie en février 2022, qui poursuivait les attaques lancées en 2014 contre l’Ukraine. Peu après la capture des pères Levitsky et Geleta, l’archevêque majeur Sviatoslav Shevchuk, chef de l’Église gréco-ukrainienne catholique, a déclaré avoir reçu « la triste nouvelle que nos prêtres sont torturés sans pitié ».

Corley a rapporté que Tatyana Moskalkova, commissaire russe aux droits de l’homme, a affirmé sur Telegram le 23 mai que la Russie avait proposé d’échanger deux prêtres catholiques anonymes contre deux prêtres orthodoxes.

Le père Levitsky, âgé de 47 ans, et le père Geleta, âgé de 59 ans, sont les deux seuls prêtres catholiques connus à être détenus par la Russie, a déclaré Corley.

Mme Moskalkova, qui a été sanctionnée par plusieurs pays, dont les États-Unis, a indiqué dans son message sur Telegram que « l’Ukraine, pour des raisons absolument inconnues, n’a pas accepté un tel échange ».

L’archevêque Shevchuk a demandé à plusieurs reprises la libération des deux prêtres et s’est fait l’écho des appels du pape François en faveur d’un échange de prisonniers « tous contre tous » entre la Russie et l’Ukraine.

« J’ai récemment rendu visite aux prêtres catholiques dans leur lieu de détention et je me suis assurée que les conditions correspondaient aux normes internationales », a déclaré Mme Moskalkova, sans indiquer la date et le lieu de cette prétendue rencontre. « De leur côté, ils n’ont formulé qu’une seule demande, celle de voir leur famille et leurs amis le plus rapidement possible ».

« Nous avions déjà entendu des rumeurs selon lesquelles au moins l’un d’entre eux se trouvait dans ce camp », a déclaré Corley à OSV News. « Il me semble donc que c’est l’endroit le plus probable où ils se trouvaient, au moins au début du mois de mai, quand (Moskalkova) était là. »

Il a noté que Moskalkova était dans le Donetsk occupé le 3 mai et a visité Horlivka avec la responsable des droits de l’homme nommée par la Russie pour la région, Darya Morozova. Les demandes écrites du 30 mai de M. Corley aux bureaux de Mme Moskalkova et de Mme Morozova, demandant de confirmer la localisation et l’état de santé des deux prêtres, n’ont pas encore reçu de réponse.

Le père Andriy Bukhvak, chancelier de l’exarchat de Donetsk, a informé Forum 18 que son bureau n’avait pas de confirmation de la visite de Moskalkova aux prêtres. Cependant, il a mentionné que sa référence à eux constituait un « bon signe » de leur survie après 18 mois de détention.

Corley a également noté sur le site Web de Forum 18 que le père Levitsky et le père Geleta « semblent maintenant faire l’objet d’un procès criminel, sous de fausses accusations liées à des armes, des explosifs et des textes prétendument “extrémistes” que les forces d’occupation russes prétendent avoir trouvés » dans leur église de Berdyansk.

Même la tentative d’inculper les prêtres en vertu du code pénal russe est une violation du droit international, a déclaré Corley à OSV News.

« La communauté internationale reconnaît que ces territoires sont occupés et vous ne pouvez pas imposer de nouvelles lois sur un territoire occupé. On est censé laisser en vigueur les lois qui préexistaient« , a déclaré M. Corley, citant les Conventions de Genève.

« Il semble que dans le cas des deux prêtres gréco-ukrainiens catholiques, ils vont les juger en vertu du code pénal russe. … (Mais) s’ils doivent être jugés, ce devrait être en vertu du code pénal ukrainien (pour) tout ce qu’ils ont fait qui était contraire à la loi ukrainienne« .

En outre, a ajouté M. Corley, ceux qui ont été « emprisonnés par les Russes en Crimée (occupée) et dans d’autres endroits … (sont) normalement transférés dans des prisons en Russie pour y purger leur peine, et là encore, ce serait contraire aux Conventions de Genève ».

L’article 49 de la quatrième Convention de Genève interdit expressément les déportations, transferts et évacuations de territoires occupés, tandis que l’article 76 stipule que « les personnes protégées accusées de délits seront détenues dans le pays occupé et, si elles sont condamnées, elles y purgeront leur peine ».

Les nombreux récits étayés de tortures subies pendant la détention en Russie constituent également une violation de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, que la Russie a ratifiée en 1987 et qui exige que les auteurs d’actes de torture soient punis, a déclaré M. Corley.

Dans le cadre d’une répression plus large à l’encontre d’un certain nombre de communautés religieuses en Ukraine, les autorités d’occupation russes prévoient également de juger le père Kostiantyn Maksimov, prêtre de l’Église orthodoxe ukrainienne, pour « espionnage » le 6 juin, a indiqué M. Corley. Ce prêtre de 41 ans, qui a été capturé par les forces d’occupation russes en mai 2023, risque une peine d’emprisonnement de 10 à 12 ans s’il est reconnu coupable.

Le père Stepan Podolchak, prêtre de l’Église orthodoxe d’Ukraine, a été capturé le 13 février dans la ville de Kherson occupée par les Russes ; il a été enlevé chez lui pieds nus, un sac sur la tête, selon M. Corley. Le corps du prêtre, portant des ecchymoses et une possible blessure par balle à la tête, a été retrouvé dans la rue de son village, Kalanchak, deux jours plus tard.

À lire aussi | Le Sacré-Cœur de Jésus sur la terre polonaise

Une protestante d’environ cinquante ans a été arrêtée par les forces russes au début de l’année 2024 pour des commentaires « semblant concerner l’Ukraine » lors d’une « réunion privée », selon Corley. Il a été noté que l’identité de la femme est gardée secrète car « la médiatisation pourrait aggraver sa situation » et elle risque un procès pénal par les autorités de l’occupation russe.

Le clergé musulman a également été soumis à la contrainte et à la torture, selon M. Corley.

En décembre 2023, l’Église gréco-ukrainienne catholique (UGCC) a annoncé qu’elle avait obtenu une copie d’un ordre signé un an plus tôt par Evgeni Balitsky, le chef de l’administration militaro-civile de Zaporizhzhia, installé par le Kremlin, déclarant que l’Église avait été interdite et que ses biens devaient être transférés à son administration. Les Chevaliers de Colomb et Caritas, l’organisation humanitaire officielle de l’Église catholique mondiale, ont également été interdits par l’ordre.

Les communautés de l’UGCC sont accusées, entre autres, de « participation active … dans la région de Zaporizhzhia à des activités (d’) organisations extrémistes et de propagande d’idées néo-nazies », tandis que le document indique que les Chevaliers de Colomb sont « associés aux services de renseignement des États-Unis et du Vatican ».

Deux rapports conjoints du New Lines Institute et du Raoul Wallenberg Center for Human Rights ont établi que l’invasion russe constituait un génocide, l’Ukraine faisant état de plus de 133 001 crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine depuis février 2022.

Cet article prend pour source DetroitCatholic (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Sacré-Cœur de Jésus sur la terre polonaise

Le Sacré-Cœur de Jésus sur la terre polonaise

Des millions de chrétiens confronté à des niveaux élevés de persécution

Des millions de chrétiens confronté à des niveaux élevés de persécution