in , , , , ,

Des rapports font état d’une nouvelle répression chinoise des religions

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Des rapports font état d'une nouvelle répression chinoise des religions

La répression chinoise des autorités à l’encontre des groupes religieux autorisés et non autorisés, entraînent des violations généralisées des droits de l’homme, selon les rapports de deux groupes chargés de surveiller la liberté de religion dans ce pays communiste.

La Commission bipartisane et bicamérale du Congrès américain sur la Chine a publié son rapport annuel le 31 mars, documentant ce qu’elle appelle « les horreurs que le gouvernement chinois et le Parti communiste perpétuent contre le peuple chinois« .

Le rapport dresse un tableau extrêmement sombre de la liberté de religion en Chine, rapporte Bitter Winter le 5 avril.

Elle a souligné que la situation de tous les groupes religieux, autorisés ou non, est allée « de mal en pis » en Chine sous la présidence de Xi Jinping. Le régime chinois a pris le prétexte de la pandémie de Covid-19 pour mettre en place une surveillance accrue visant toutes les formes de dissidence, y compris les religions « illégales« .

Les cinq religions autorisées – le bouddhisme, l’islam, le taoïsme, le catholicisme et le protestantisme – ont toutes subi des persécutions, indique le rapport, qui ajoute que l’accord conclu en 2018 entre le Vatican et la Chine sur la nomination des évêques n’a apporté aucun avantage aux catholiques.

Le rapport a également porté sur l’éradication de l’identité turque des musulmans au Xinjiang, du bouddhisme tibétain au Tibet, de l’identité mongole en Mongolie intérieure et sur la destruction de la démocratie et des droits de l’homme à Hong Kong. Il fait état d’une nette augmentation des persécutions à l’encontre des musulmans Hui, qui sont ethniquement distincts du peuple chinois Han prédominant.

Il a également souligné la répression continue de la liberté de la presse, la traite des femmes comme épouses de la Corée du Nord, les violations des droits de l’homme à l’encontre des travailleurs.

À lire aussi | Qu’advient-il des restes des bébés avortés ? Voici ce que nous savons

Faisant référence à Bitter Winter, qui documente la violation des droits et de la liberté de religion en Chine depuis 2018, le rapport indique que la Chine a intensifié la répression du Xie Jiao (cultes maléfiques), un collectif de mouvements sectaires interdits comprenant l’Église de Dieu tout-puissant, l’Association des disciples et le Falun Gong.

Des centaines de membres de ces groupes ont été arrêtés, emprisonnés et torturés en vertu de l’article 300 du droit pénal chinois, qui garantit la poursuite des religions illégales.

La Fondation Dui Hua, un groupe chinois de défense des droits de l’homme basé à San Francisco, a également documenté la persécution des religions non autorisées en Chine dans son rapport annuel de 66 pages intitulé « La persécution des groupes religieux non orthodoxes en Chine.« 

La fondation affirme que la Chine a atteint de nouveaux niveaux d’oppression contre les groupes religieux non orthodoxes, notant que l’Église de Dieu Tout-Puissant et le Falun Gong figurent parmi les groupes les plus persécutés.

Elle a également mentionné la répression d’un groupe missionnaire musulman international, Tablighi Jamaat, en Chine.

Dui Hua a également révélé que le gouvernement chinois a ordonné la rétention des données de China Judgements Online (CJO), une base de données juridiques massive.

En 2021, les autorités ont retenu quelque 11 millions de données, prétendument après avoir réalisé que des groupes de défense des droits de l’homme avaient extrait des informations de CJO pour documenter les violations des droits de l’homme et de la liberté religieuse en Chine.

La fondation a répertorié 41 groupes religieux faisant l’objet de persécutions en Chine, même des petits groupes comme Yiguandao, une secte salvatrice. Ce groupe figurait parmi les mouvements religieux les plus persécutés dans les années 1950 et il l’est encore aujourd’hui.

Selon les rapports, le regain de répression de la Chine à l’encontre des groupes religieux non autorisés s’explique par leur popularité pendant la pandémie de Covid-19.

Selon Dui Hua, malgré les persécutions, le nombre d’adeptes des religions non orthodoxes reste remarquablement élevé, mais ils ne sont pas comptabilisés dans les statistiques officielles du gouvernement.

« Si le nombre d’adeptes de religions non orthodoxes était incorporé dans les chiffres officiels, alors le nombre de tous les pratiquants religieux en Chine dépasserait de loin le chiffre actuel du gouvernement de 200 millions de pratiquants officiels« , a-t-il commenté.

La pratique de la religion est difficile et strictement contrôlée dans la Chine officiellement athée. Toutes les religions sont tenues de s’enregistrer auprès d’organismes sanctionnés par l’État et d’obtenir une autorisation préalable pour toutes leurs activités.

Le nouveau règlement sur les affaires religieuses de 2018 stipule une forte surveillance des organisations religieuses et des sanctions pour le clergé et les laïcs qui s’engagent dans toute activité que l’État juge illégale et non autorisée.

L’État a également fortement encouragé la mise en œuvre stricte de la politique de sinisation pour toutes les entités religieuses.

La sinisation est une idéologie politique qui vise à imposer aux sociétés et aux institutions des règles strictes fondées sur les valeurs fondamentales du socialisme, de l’autonomie et du soutien à la direction du Parti communiste chinois.

À lire en anglais sur Ucanews

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Qu'advient-il des restes des bébés avortés ? Voici ce que nous savons

Qu’advient-il des restes des bébés avortés ? Voici ce que nous savons

Sans surprise, la république vote Marine et Macron au second tour

Sans surprise, Marine et Macron élus au second tour des présidentielles