in , , , , , ,

Dieu et Dieu seul – Homélie pour le 29e dimanche de l’année

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’Évangile de ce dimanche contient de nombreuses juxtapositions intéressantes : haine de Jésus mais respect à contrecœur, vraies questions contre questions rhétoriques, politique et foi, devoirs à l’égard de César et devoirs à l’égard de Dieu.

Le mot « juxtaposition » vient du latin juxta, qui signifie « près« , et positio, qui signifie « lieu » ou « position« . La juxtaposition consiste à placer deux choses l’une à côté de l’autre, généralement dans le but de voir en quoi elles sont à la fois semblables et différentes. Le plus souvent, les différences sont davantage soulignées que les similitudes.

Examinons les juxtapositions dans l’Évangile d’aujourd’hui, en concentrant notre attention sur nos devoirs envers Dieu par rapport à nos devoirs envers « César« .

I. L’intrigue des partenaires singuliers

L’Évangile commence par décrire un ensemble de « partenaires » extrêmement improbables. Le texte dit :

« Les pharisiens se mirent à réfléchir à la manière dont ils pourraient prendre Jésus au piège de la parole. Ils lui envoyèrent leurs disciples avec les Hérodiens. Un ensemble d’alliés très improbable en effet. Les Pharisiens détestaient les Hérodiens. Il s’agissait d’un mélange de haine politique et raciale, le plus venimeux que l’on puisse trouver dans le monde antique, mais ils étaient tous deux d’accord pour dire que ce Jésus devait partir.« 

Voici un enseignement important : si vous voulez être un vrai chrétien, le monde vous haïra. Trop de chrétiens pensent qu’une partie du monde acceptera de vivre en paix avec nous et s’efforcent donc de forger des alliances avec elle. Dans le milieu américain moderne, certains pensent que les Républicains ou les Démocrates sont des alliés naturels, mais nous ne correspondons vraiment à aucun parti ni à aucun « club » mondain.

Le catholicisme est un « délinquant de l’égalité des chances » dans sa forme intégrale. Nous pouvons plaire à un parti politique ou à un autre sur une question particulière, mais dans l’ensemble, nous sommes une nuisance : nous sommes pour la vie, les valeurs familiales traditionnelles, les droits des immigrés et le logement abordable. Nous plaisons et nous dérangeons, ce qui revient à dire que nous n’entrons pas dans les catégories du monde ; tout le monde a une raison de nous haïr.

Bienvenue dans le monde de Jésus, dans lequel des groupes qui semblaient n’être d’accord sur rien étaient alignés lorsqu’il s’agissait de haïr Jésus.

II. La louange qui est en fait une provocation périlleuse

Dans leurs premières remarques à Jésus, ses ennemis lui témoignent du respect à contrecœur. Cependant, ils ne le font pas pour le louer, mais plutôt pour le provoquer. Ils disent :

« Maître, nous savons que tu es un homme véridique et que tu enseignes la voie de Dieu conformément à la vérité. Et tu ne te soucies pas de l’opinion de qui que ce soit, car tu n’as pas d’égards pour le statut des personnes. Dis-nous donc quelle est ton opinion… Est-il permis ou non de payer à César la taxe de recensement ?« 

L’éloge est surtout un prétexte qui sert à provoquer. En effet, ils pensent pouvoir imposer une définition à Jésus : Tu es « l’Homme« . Tu es le prophète. Tu es le seul ici à dire la vérité quoi qu’il arrive. Aucune de ces choses n’est fausse et elles témoignent d’un respect respectueux pour Jésus.

Cependant, ils s’en servent uniquement pour entraîner Jésus dans un débat mondain qui est bien « en dessous de son niveau de compétence« . Ils veulent que Jésus prenne parti dans un débat humain stupide sur la politique et le pouvoir mondain. Ils veulent qu’il soit arrêté et tué pour quelque chose qui ne vaut pas la peine de mourir.

Les prophètes meurent pour la vérité révélée par Dieu, et non pour savoir qui doit être le « gros bonnet » dans les affaires humaines. Ils veulent que Jésus donne son avis comme s’il était une sorte de vedette de la télévision plutôt que le prophète et le Seigneur qu’il est. Une telle question ne mérite pas l’attention de Jésus. Posez cette question au sénateur ou au maire local, mais laissez Dieu en dehors des distinctions et des camps politiques humains ; ne vous attendez pas à ce qu’il prenne parti. Il est au-delà de nos distinctions et ne se laissera pas enfermer par les lignes de parti, les frontières nationales ou les philosophies politiques.

Nous pouvons bien soutenir que certains systèmes de gouvernement reflètent mieux le Royaume que d’autres, mais en fin de compte, Dieu ne peut pas être réduit à être un républicain, un démocrate ou, d’ailleurs, un Américain. Il est Dieu et il transcende nos débats et nos camps sans fin. Il n’est pas une tête parlante, il est Dieu.

D’une manière générale, les questions rhétoriques sont des déclarations ou des arguments posés sous la forme d’une question. Si je vous dis : « Êtes-vous fou ? » je n’attends pas vraiment de réponse, mais j’affirme que je pense que vous êtes fou. C’est ce qui se passe dans l’Évangile d’aujourd’hui. Les personnes qui posent les questions ont déjà leur propre opinion et ne changeront pas d’avis, quelle que soit la réponse de Jésus. Ils ne veulent pas vraiment une réponse, ils veulent quelque chose à utiliser contre lui.

Si Jésus dit : « Oui, payez les impôts« , cela le rendra impopulaire auprès des foules. S’il dit « Non, ne payez pas les impôts« , il sera arrêté et probablement exécuté.

En fin de compte, Jésus les appelle pour ce qu’ils sont : des hypocrites, un mot grec qui signifie « acteur« . Et c’est bien ce qu’ils sont. Tout cela n’est qu’une comédie. Il ne s’agit pas de découvrir la vérité, mais de tendre un piège.

Mais Jésus ne se laissera pas faire. Il ne se laissera pas réduire à des distinctions et à des catégories humaines. La vérité qu’il proclame transcende l’ordre politique passager et toutes les luttes de pouvoir humaines. Il ne se laissera pas entraîner à choisir un camp. Au contraire, il appliquera la règle de la vérité de manière égale à tous.

Jésus est la réalité face à la rhétorique, la perfection face à la politique, la divinité face à la division.

III. La protestation contre les prétextes et les faux-semblants

Connaissant leur malice, Jésus leur dit :

« Pourquoi me mettez-vous à l’épreuve, hypocrites ? »

Tous ceux qui nous interpellent ne cherchent pas vraiment une réponse ou la vérité. Nous ne pouvons pas toujours savoir les choses, mais Jésus, lui, le pouvait certainement. Souvent, lorsqu’on s’engage dans une discussion sur la vérité de l’Évangile, on découvre qu’il n’y a pas de dialogue authentique. Dans ce cas, il est permis de se contenter de proclamer la vérité avec fermeté, clarté et charité, puis de mettre fin à la conversation. Jésus les a interpellés sur leurs faux-semblants et a annoncé le principe avec autorité dans le but de mettre fin à la conversation et de les renvoyer à la réflexion.

IV. La proclamation précise du principe

Jésus dit simplement, et d’une manière qui transcende les scénarios mondains du « tout ou rien » : « Rendez à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu« .

Une telle réponse suscite en nous un désir d’élaboration, mais en demandant plus de détails, nous cherchons trop souvent à dissimuler le fait que nous connaissons réellement la réponse. Nous trahissons également le besoin de la chair de tout préciser afin d’en contrôler et d’en limiter l’impact.

Si nous avons vraiment besoin d’une liste, nous pourrions inclure certaines des choses suivantes que nous devrions faire pour « rendre » à César :

  1. Obéir à toutes les lois justes.
  2. Payer les impôts prévus par la loi.
  3. Prier pour notre pays et ses dirigeants.
  4. Participer à la défense commune en fonction de nos capacités et de notre situation.
  5. Jouer un rôle actif et informé dans le processus politique.
  6. S’engager dans les mouvements pour les réformes nécessaires.
  7. Contribuer au bien commun par le travail (domestique ou marchand) et par le partage de nos capacités et de nos talents avec les autres.
  8. Maintenir des liens familiaux forts et élever des enfants disciplinés, bien préparés à contribuer au bien commun et au bon ordre de la société.
  9. Encourager l’amour patriotique de notre pays.
  10. S’efforcer d’atteindre l’unité et l’amour enracinés dans la Vérité.

Voici quelques éléments que nous pourrions inclure dans une liste de ce que nous devons à Dieu :

  1. L’adoration, l’amour et la gratitude
  2. L’obéissance à sa Parole et à sa Loi
  3. L’adoration
  4. La repentance
  5. Le soutien à son Église par l’assistance au culte sacré, le soutien financier et le partage de nos dons et talents
  6. La proclamation de sa Parole, à la fois verbalement et par le témoignage
  7. Réception dévouée des sacrements
  8. L’éducation de nos enfants dans sa vérité et dans le respect de sa personne
  9. L’évangélisation (faire des disciples)
  10. Se préparer à la mort et au jugement par un séjour saint et respectueux dans ce monde.

Un coup d’œil à ces listes révèle qu’elles se recoupent en partie. On peut s’y attendre avec Dieu, car il défie nos catégories et distinctions humaines. Dans ce chevauchement, nous voyons l’énoncé du grand commandement de l’amour : nous devons aimer le Seigneur notre Dieu de toute notre âme, de toute notre force et de tout notre esprit, et notre prochain comme nous-mêmes (par exemple, Matthieu 22:37). Car si Dieu n’est pas César et si César n’est pas Dieu, l’amour unit les deux catégories.

Aimer notre pays, c’est aimer notre prochain. Travailler pour le bien commun, le soutenir et s’y impliquer, c’est aimer son prochain. Et aimer notre prochain, que nous voyons, c’est commencer à aimer Dieu, que nous ne voyons pas. En outre, chercher à réformer notre pays, à garantir la justice et à assurer une unité enracinée dans la vérité, c’est contribuer à l’avènement du Royaume de Dieu. Être enraciné dans la loi de Dieu, marcher dans sa vérité et élever nos enfants comme des disciples du Seigneur forts et disciplinés, c’est bénir ce pays. Obéir à Dieu et marcher dans la sobriété, l’amour et l’autodiscipline, c’est non seulement rendre service à Dieu, mais aussi être un bon citoyen.

Cependant, il doit être clair que Dieu est et doit être notre amour suprême. Jésus n’établit pas d’équivalence ici. Ce monde est souvent en désaccord avec Dieu et, par conséquent, nous qui voulons être ses disciples devons accepter le fait que ce monde nous considérera souvent comme des extraterrestres venus d’une autre planète. Ni Jésus ni nous ne devons nous attendre à entrer précisément dans une catégorie ou un club mondain. Nous serons une source d’irritation pour tous les grands groupes. Si nous voulons être des catholiques fidèles, nous devons nous attendre à être des étrangers, des marginaux et des exclus.

Rendre à Dieu passe avant tout. Trop de gens aujourd’hui, cependant, sont plus passionnés par leur politique que par leur foi. Ils cachent leur foi sous leur politique et leur vision du monde. Ils sont plus enclins à être d’accord avec leur parti qu’avec l’Église ou même les Écritures. Si vous le leur faites remarquer, ils vous accuseront probablement de violer la séparation de l’Église et de l’État (une phrase qui ne figure pas dans la Constitution, soit dit en passant) ou vous diront qu’à moins que quelque chose ne soit défini de manière infaillible (comme ils le déterminent), ils sont libres d’ignorer l’enseignement des évêques, du Pape et/ou du Catéchisme.

A lire aussi | La mortification la plus nécessaire et la plus efficace est celle de la volonté (lecatho.fr)

Voici la question que nous devons nous poser : Mettons-nous vraiment Dieu au premier plan ? Sa Parole est-elle vraiment le fondement de nos pensées et de nos opinions ou ne faisons-nous que jouer à des jeux ? Aimer ce monde et travailler pour le bien commun n’est pas en contradiction avec notre amour pour Dieu, mais se soumettre aux catégories du monde et aux divisions humaines et leur permettre de conduire nos opinions est le plus souvent opposé à Dieu, qui ne se conformera pas simplement aux mouvements politiques humains.

Dieu a chargé l’Église catholique de parler en son nom, mais il n’a donné l’onction à aucun mouvement politique ni à aucune organisation mondaine pour le faire. Aucun catholique ne devrait s’abandonner à des distinctions artificielles et passagères ou à des organisations. Aucun catholique ne devrait permettre que des allégeances mondaines l’emportent sur ce que l’Écriture et l’Église proclament clairement.

Malheureusement, aujourd’hui, beaucoup semblent bien plus disposés à rendre des comptes à une certaine version de « César » qu’à rendre obéissance et allégeance à Dieu et à l’Église, qui parle en son nom. L’Église est un objet de foi ; un parti politique ne l’est pas. Rendez à Dieu ce qui est à Dieu.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Mgr Charles Pope – ADW  – God and God Alone – A Homily for the 29th Sunday of the Year – Community in Mission (adw.org).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La mortification la plus nécessaire et la plus efficace est celle de la volonté

La mortification la plus nécessaire et la plus efficace est celle de la volonté

La Terre Sainte a besoin de prières, de dons et de pèlerinages

La Terre Sainte a besoin de prières, de dons et de pèlerinages