in , ,

Drapeaux rouges dans le procès financier du Vatican

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Drapeaux rouges dans le procès financier du Vatican

Le « procès du siècle » financier du Vatican s’achemine vers une conclusion qui, lorsqu’elle arrivera, ne satisfera probablement personne. À chaque nouvelle séance, il semble de moins en moins probable que le tribunal du Vatican parvienne à une conclusion claire. Entre-temps, chaque nouvelle révélation confirme les soupçons selon lesquels il ne faut pas faire confiance aux fonctionnaires du Vatican pour les investissements financiers importants.

La comparution la semaine dernière devant le tribunal du Vatican du cardinal Angelo Becciu, l’accusé le plus important, aurait pu constituer le point d’orgue de ce marathon judiciaire. Mais la complexité de l’affaire, les incertitudes entourant sa défense et la structure peu familière du système judiciaire du Vatican rendent difficile de suivre le drame.

À lire aussi | Richesse, médiocrité ou pauvreté, quel est l’idéal de la vie?

Voici quelques observations sur les derniers développements du procès :

La défense du Cardinal Becciu est pleine de trous. Lorsque le cardinal George Pell a qualifié le témoignage de Becciu de « quelque peu incomplet« , il a fait preuve de courtoisie. En lisant le témoignage du cardinal Becciu sur sa gestion financière, toute personne habituée à la jurisprudence anglo-américaine s’attendrait à ce qu’un procureur habile s’y attaque, exposant les lacunes, les anomalies et les contradictions flagrantes, fournissant ainsi le drame que les téléspectateurs recherchent. Mais un tribunal du Vatican ne fonctionne pas selon le même système accusatoire ; le cardinal n’a pas été soumis à un contre-interrogatoire hostile.

Si le récit de Becciu est exact – un grand « si » – le pape François a autorisé le paiement d’une rançon aux kidnappeurs. Le cardinal Becciu a déclaré qu’il avait versé des sommes importantes à un « consultant en sécurité » de l’ombre pour accélérer la libération d’une religieuse retenue captive au Mali. (Les responsables italiens de la sécurité affirment qu’ils ont organisé la libération de la religieuse, ne donnant aucun crédit à une quelconque implication du Vatican). Un rapport de l’AP a observé avec justesse que ce témoignage « pourrait avoir de sérieuses implications en matière de sécurité pour le Vatican et l’Église catholique. » Si les kidnappeurs en viennent à croire que l’Église paiera une rançon, l’enlèvement de clercs et de religieux deviendra une proposition plus attrayante.

Des témoignages antérieurs suggéraient que le pape François avait poussé à la conclusion d’une transaction immobilière controversée à Londres, malgré des preuves d’activités criminelles. Plusieurs témoins ont maintenant déclaré qu’ils avaient appris que le pape François avait reconnu la possibilité d’une fraude, mais que, poussé par d’autres hauts fonctionnaires du Vatican, il avait décidé de poursuivre l’opération, convaincu qu’un procès pénal serait plus dommageable pour le Vatican. Eh bien (encore une fois, en supposant que ces témoins aient témoigné de manière exacte), comment cela a-t-il fonctionné ? Quand les dirigeants de l’Église apprendront-ils enfin la douloureuse leçon que la dissimulation ne fait qu’aggraver le délit initial ?

Les mystérieux transferts de Becciu en Australie sont plus que jamais d’actualité. Lors de sa comparution la semaine dernière, le cardinal a annoncé triomphalement que les transferts d’un million de dollars, qui n’avaient jamais été expliqués, étaient destinés à un domaine Internet de premier niveau pour le Saint-Siège, et avaient été approuvés par nul autre que le cardinal Pell lui-même. Pas si vite. Le cardinal Pell a répondu qu’il avait effectivement approuvé un paiement important à cette fin. Mais le paiement qu’il a autorisé a été effectué par le Conseil pontifical pour les communications sociales, et non par la Secrétairerie d’État, où travaillait le cardinal Becciu. Il est parfaitement logique que le Conseil pontifical pour les communications sociales s’occupe des opérations Internet du Vatican. Pourquoi la Secrétairerie d’État prendrait-elle en charge les paiements ? Et le paiement autorisé par Pell ne représentait qu’une fraction du total transféré en Australie. Maintenant que le pape a levé le sceau pontifical, pourquoi le secret demeure-t-il sur tous ces transferts ? Est-il concevable que des millions de dollars aient changé de mains sans aucun enregistrement, aucun reçu, aucun journal des transferts électroniques ? Les questions cruciales restent sans réponse.

Même à la lecture la plus bénigne, l’histoire que le cardinal Becciu a racontée au tribunal du Vatican est une histoire d’investissements non supervisés, voire imprudents, sans le moindre soupçon de responsabilité. Il n’est pas étonnant que le cardinal Becciu se soit battu si férocement contre le projet d’audit approfondi du cardinal Pell. Réagissant au témoignage de son ancien rival, Pell a fait remarquer que Becciu « n’a pas expliqué son rôle dans le limogeage des auditeurs PriceWaterhouseCoopers, et dans la démission de l’Auditeur, Libero Milone : deux mandats pour enquêter sur les dossiers du Secrétariat d’Etat« .

Cette semaine, l’organisme européen de surveillance bancaire, Moneyval, a attribué au Vatican de solides notes pour avoir réduit les possibilités de blanchiment d’argent et autres méfaits financiers. Mais le rapport Moneyval, généralement favorable, comportait un avertissement fort : « un drapeau rouge pour l’abus potentiel du système interne par des figures de niveau moyen et supérieur (initiés) pour des avantages personnels ou autres« . Le procès financier actuel n’est pas une question d’abus potentiel. Il s’agit d’une affaire dans laquelle, selon tous les témoignages crédibles, l’une des personnalités les plus puissantes du Vatican a réussi à faire échouer tous les efforts d’audit des transactions qu’il a montées. Puis, quelques années plus tard, ce même fonctionnaire est jugé pour mauvaise gestion financière et répond aux accusations en disant que toutes ses actions étaient autorisées.

Le rapport Moneyval a raison ; la déférence inhérente au système envers les hauts prélats est un signal d’alarme. Et si ce procès s’achève sans que la culpabilité ne soit clairement établie quelque part, ce drapeau rouge sera toujours agité.

À lire en anglais sur CatholicCulture

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire