in , ,

Irlande du Nord : Un projet de loi criminalisant les pro-vie devant les cliniques d’avortement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Irlande du Nord : Un projet de loi criminalisant les pro-vie devant les cliniques d'avortement

La procureure générale d’Irlande du Nord, Brenda King, a demandé à la Cour suprême du Royaume-Uni de déterminer si l’interdiction d' »influencer » les femmes ou de protester contre l’avortement devant les cliniques d’avortement relève de la compétence de l’Assemblée d’Irlande du Nord.

La Cour doit déterminer si le projet de loi constitue « une ingérence proportionnée dans les droits de ceux qui souhaitent exprimer leur opposition aux services d’avortement en Irlande du Nord« , a déclaré le bureau du procureur général dans un communiqué du 9 mai. La déclaration note que le projet de loi « ne prévoit pas de défense d’excuse raisonnable« .

Le projet de loi sur les services d’avortement (zones d’accès sécurisé) considère comme un délit pénal le fait pour les pro-vie d’exercer une « influence » sur les femmes à l’intérieur des « zones d’accès sécurisé » autour des établissements proposant des avortements. Il interdit les manifestations contre l’avortement dans ces zones, l’obstruction de l’accès aux cliniques d’avortement, ou le fait de discuter directement avec les personnes qui pourraient entrer dans les cliniques ou de les harceler.

En vertu de la loi de l’Irlande du Nord, le procureur général peut demander une décision sur un projet de loi pour régler des questions juridiques de manière à éviter un long procès.

À lire aussi | Drapeaux rouges dans le procès financier du Vatican

« L’un des motifs pour lesquels un projet de loi peut être considéré comme ne relevant pas de la compétence de l’Assemblée est son incompatibilité avec la Convention européenne des droits de l’homme« , a déclaré le bureau du procureur général.

Le projet de loi a été adopté dans sa phase finale le 24 mars, mais la question juridique entraîne des retards avant qu’il puisse entrer en vigueur.

Les groupes pro-vie ont critiqué les députés de l’Assemblée législative qui avaient soutenu le projet de loi.

« L’ancienne députée Claire Bailey était très désireuse d’accélérer l’adoption de son projet de loi et de faire en sorte qu’il y ait le moins d’examen possible« , a déclaré Catherine Robinson, porte-parole de Right To Life UK, le 13 mai. « Il n’est pas étonnant qu’il ait été bloqué par le procureur général. Il faut espérer que la Cour suprême du Royaume-Uni jugera que Stormont n’avait pas la compétence législative pour omettre la défense d' »excuse raisonnable ». Cette législation draconienne sera légèrement moins mauvaise si elle conserve cette défense« .

Right to Life UK a déclaré que le projet de loi criminalisait effectivement les offres d’assistance et de prière dans un rayon de 150 mètres (environ 492 pieds) autour des cliniques et hôpitaux pratiquant l’avortement. Il qualifie les « zones d’accès sécurisé » de « zones de censure« .

Plusieurs critiques et partisans du projet de loi, y compris son parrain, l’ancien député du Parti vert Clare Bailey, avaient soutenu l’ajout de l' »excuse raisonnable » comme défense possible pour les personnes accusées d’avoir enfreint la loi. Cependant, le Sinn Fein, l’Alliance et le Parti social-démocrate et travailliste ont voté contre un tel ajout.

Quelle que soit l’issue, le projet de loi est, selon Mme Bailey, « un texte législatif révolutionnaire, le premier de ce type au Royaume-Uni et en Irlande« .

« Le projet de loi est nécessaire pour mettre fin à la campagne délibérée de harcèlement et d’intimidation à laquelle sont confrontées les femmes qui tentent d’accéder aux soins de santé en Irlande du Nord« , a-t-elle déclaré, selon BBC News.

Right To Life UK a précédemment déclaré qu’une consultation publique sur le projet de loi a montré qu’il n’était soutenu que par 13 des 6 412 personnes interrogées.

Parmi les autres critiques publiques, citons Alina Dulgheriu, une femme qui a été abandonnée et enceinte il y a 11 ans. Elle a déclaré qu’elle se trouvait à l’extérieur d’une clinique d’avortement lorsqu’un bénévole l’a abordée et lui a offert l’aide dont elle avait besoin pour se sentir capable de choisir la vie pour sa fille à naître.

« Ce projet de loi, conçu pour nous empêcher d’entendre parler des offres de soutien pour poursuivre nos grossesses, fermera les options ouvertes aux femmes qui se trouvent en situation de crise« , a déclaré Mme Dulgheriu en mars.

Le projet de loi a été présenté par le Parti des Verts et a reçu le soutien du Sinn Féin, de l’Alliance, du Parti unioniste d’Ulster et du SDLP. Elle a suscité l’opposition du Parti unioniste démocratique et de la Voix unioniste traditionnelle.

L’avortement légal a été considérablement étendu dans la région en vertu du règlement de 2020 sur l’avortement (Irlande du Nord). La loi autorise les avortements électifs jusqu’à 12 semaines de grossesse ; les avortements jusqu’à 24 semaines en cas de risque pour la santé physique ou mentale de la mère ; et l’avortement sans limite de temps en cas de déficience grave ou d’anomalie fœtale.

L’extension de l’avortement a été adoptée par le Parlement britannique pendant une période où l’Assemblée d’Irlande du Nord était suspendue en raison de désaccords sur le partage du pouvoir entre les deux principaux partis, le Parti unioniste démocratique et le Sinn Fein. Ces partis, respectivement, se sont divisés selon des lignes unionistes pro-Royaume-Uni et nationalistes pro-Irlande.

Auparavant, l’avortement n’était légalement autorisé dans la région que si la vie de la mère était en danger ou si sa santé mentale ou physique risquait d’être gravement endommagée de manière durable ou permanente.

Les évêques catholiques de la région avaient décrié l’élargissement de l’avortement comme « une loi injuste » imposée « sans le consentement du peuple d’Irlande du Nord« .

À lire en anglais sur CWR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire