in , , ,

En Allemagne, 650 églises catholiques ont fermé depuis 2005

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Au cours des dix dernières années, le nombre d’églises catholiques en Allemagne a diminué. Qu’est-ce que cela signifie pour les fidèles ?

Dans la ville de Kiel, au nord de l’Allemagne, cinq églises catholiques ont récemment fermé leurs portes. La majorité des 240 000 habitants de la capitale du Land de Schleswig-Holstein sont protestants. C’est en grande partie à cause des difficultés financières que les églises catholiques sont en déclin. Toute la ville de Kiel n’est plus qu’une grande paroisse qui ne compte que quelques églises. Certains bâtiments ont déjà disparu pour faire place à des logements. Bien que l’église de la Sainte-Croix dans le district de Kiel-Elmschenhagen soit toujours debout, elle a été fermée.

Le 19 novembre 2022, l’église de la Sainte-Croix, la seule église catholique du district, a été officiellement déconsacrée puis fermée, malgré l’opposition de Rüdiger Kirkskothen et d’autres paroissiens.

« Toutes nos protestations ont échoué« , a déclaré Rüdiger Kirkskothen, 79 ans, à DW. « Nous avons même écrit au Vatican. Cela n’a servi à rien non plus.« 

M. Kirkskothen a déclaré que la fermeture de leur lieu de culte avait durement touché les familles locales. Les immigrants ont construit l’église en 1956 et ont fondé la congrégation. « Leurs enfants ont été témoins de la dévotion de leurs parents, ont été baptisés et ont communié dans cette église. Pour eux, c’était tout simplement leur maison« , a-t-il déclaré, ajoutant qu’il comprenait l’amertume et la déception.

L’archidiocèse de Hambourg parmi les plus touchés

Lorsque l’église de la station balnéaire voisine de Schönberg a fermé ses portes, la communauté « s’est presque complètement effondrée« , a déclaré M. Kirkskothen. À l’heure actuelle, l’archidiocèse de Hambourg ferme également plusieurs églises dans la ville de Lübeck, sur la mer Baltique, et tente de favoriser le dialogue avec les membres locaux.

Certaines régions d’Allemagne ont perdu un nombre particulièrement élevé d’églises au cours des deux dernières décennies, comme l’archidiocèse de Hambourg, qui comprend Kiel. Le nombre de fermetures est exceptionnellement élevé à Kiel. En réponse à une demande de DW, le secrétariat de la Conférence épiscopale allemande a expliqué que 650 églises catholiques ont « cessé d’être utilisées pour le culte » au niveau national depuis 2005, parlant d’une « véritable vague de sécularisation« . De 2019 à 2023, une moyenne de 28 églises ont été perdues chaque année en Allemagne.

Des bâtiments d’église sont même fermés ou réduits dans les diocèses d’Aix-la-Chapelle et d’Essen, en proie à des difficultés financières, mais aussi dans des régions traditionnellement catholiques, comme le diocèse d’Augsbourg, où les évêques allemands tiennent actuellement leur assemblée générale.

Il y a quelques années, les statistiques officielles de l’Église faisaient état de « 24 500 bâtiments sacrés« . Aujourd’hui, elles n’en comptent plus que 24 000. Parmi ceux-ci, environ 22 800 sont classés comme bâtiments historiques. Cela rend la démolition beaucoup plus difficile.

Cette évolution touche beaucoup plus souvent les églises catholiques que les églises protestantes.

Diminution du nombre de fidèles

La diminution du nombre de lieux de culte est conforme à la tendance : chaque année, les grandes églises perdent des centaines de milliers de fidèles. En 2023, un Allemand sur deux n’appartenait plus à l’une des grandes églises chrétiennes. Parfois, ils sont repris avec succès par d’autres confessions, par exemple par des communautés chrétiennes orthodoxes. Mais parfois, ils sont rasés pour faire place à des complexes résidentiels ou à des maisons de retraite, ou sont transformés en galeries, salles d’escalade, pubs ou salles d’enterrement. Les académies ecclésiastiques ne sont pas les seules à explorer activement les possibilités de réutilisation, les architectes et les urbanistes s’y intéressent également pour des événements spécialisés.

En outre, des organisations ecclésiastiques se sont spécialisées dans le stockage de vêtements et d’objets liturgiques. Dans un parking souterrain de Mönchengladbach, une association privée créée par un couple marié, « Forschungsstelle Glasmalerei des 20. Jahrhunderts » (Centre de recherche sur les vitraux du XXe siècle), collecte depuis une trentaine d’années des vitraux d’église déclassés. Il en existe aujourd’hui plusieurs centaines. Mais qu’en pensent les fidèles ?

Matthias Sellmann, théologien catholique à l’université de Bochum, connaît bien ce genre d’histoires. Et il comprend certainement les émotions qu’elles suscitent. « Les gens perdent l’endroit où ils entrent en contact avec Dieu, où ils allument des bougies, passent devant la statue de la Vierge Marie ou s’assoient simplement dans les bancs, où ils savent que Dieu entre aussi en contact avec les gens« , a déclaré M. Sellmann à DW. S’il n’y a plus d’églises locales, les choses pourraient commencer à se gâter.

Dans la plupart des cas, les églises qui n’ont pas plus de 150 ans ou qui ont été construites après la Seconde Guerre mondiale sont démolies ou déconsacrées. Pourtant, pour de nombreuses personnes, le bâtiment de l’église fait partie de l’histoire concrète de leur famille, comme pour les fidèles de Kiel-Elmschenhagen. « Cela signifie beaucoup pour quelqu’un qui sait que son arrière-grand-père a travaillé sur les échafaudages ou que sa grand-mère s’y est mariée ; ils connaissent encore les histoires de la tirelire qui a été vidée pour construire l’église« .

« Vous avez peut-être lu des milliers de fois dans les journaux que le rôle de l’église s’amenuise ou que le nombre de membres de l’église diminue rapidement. Mais lorsque votre propre église est démolie, cela devient une réalité, cela vous touche de plein fouet« , a déclaré M. Sellmann.

Dans de nombreux cas, les bâtiments n’étaient pas seulement des sites religieux, mais avaient également une importance sociale, politique, architecturale ou artistique. « Il s’agit toujours de la perte d’un ancrage social.« 

Une société en mutation

Le théologien Sellmann a déclaré comprendre la nécessité de réduire le nombre d’églises. L’entretien et le chauffage partiel d’un bâtiment d’église coûtent environ 100 000 euros (108 000 dollars) par an. Parallèlement, le nombre de pratiquants diminue. Actuellement, environ cinq à six pour cent des fidèles assistent encore aux offices du dimanche. Selon M. Sellmann, la perte d’une église particulière peut être difficile, mais elle peut aussi avoir des conséquences positives. Une chose que d’autres voient d’un œil différent.

« C’est vraiment dévastateur de voir la boule de démolition frapper le clocher« . Le théologien a assisté à de nombreux services religieux au cours desquels une congrégation fait ses adieux à son église et la déconsacre. L’église peut aider à faire le deuil.

À lire aussi | La Papauté a toujours dénoncé le péril de la franc-maçonnerie

Dans le diocèse d’Essen, c’est quelque chose que l’on ne connaît que trop bien. Selon le diocèse, moins d’un tiers des 270 églises du diocèse, soit environ 84, « resteront en permanence des lieux de culte » après 2030.

Le service de développement paroissial du diocèse d’Essen a élaboré des lignes directrices pour la fermeture des locaux ecclésiastiques. Le diocèse propose d’offrir des « gages de souvenir » aux fidèles, par exemple des cartes postales, des puzzles, des tasses, des concerts de chorales, voire une nuitée pour les enfants et les jeunes dans l’ancienne église.

Markus Potthoff, représentant diocésain pour le développement des paroisses à Essen, a décrit le chagrin, l’incrédulité et les protestations massives contre les fermetures d’églises passées. Il recommande une bonne communication et « un espace pour le deuil« . Dans le passé, il n’était pas rare que les paroissiens « montent aux barricades » pour s’opposer à la fermeture de leur église, a expliqué M. Potthoff à DW. Mais aujourd’hui, cela n’arrive plus. « Après COVID, les paroisses sont devenues beaucoup plus petites« .

Cependant, le théologien Matthias Sellmann voit aussi des signes de renouveau. De nouvelles formes de vie ecclésiale se développent. Il cite en exemple les événements spirituels pour les jeunes.

À Kiel, Kirkskothen a déclaré qu’il assistait désormais à des services religieux dans un district voisin. « Mais la congrégation a été décimée« , a déclaré le retraité. Seule la moitié d’entre eux sont encore actifs.

Cet article a été initialement publié par DW puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La Papauté a toujours dénoncé le péril de la franc-maçonnerie

La Papauté a toujours dénoncé le péril de la franc-maçonnerie

Allemagne : un chauffeur de taxi condamné à une amende pour un verset

Allemagne : un chauffeur de taxi condamné à une amende pour un verset