in , , ,

En Israël, un couple catholique baptise son bébé : « Le seul espoir est dans l’Église »

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le couple catholique Hussam Abu Sini et Chiara Pezzulich n’avait pas prévu de baptiser leur petite fille si tôt, mais la guerre entre Israël et le Hamas a tout changé.

La famille vit à Haïfa, à 40 kilomètres du Liban. Hussam, un Arabe israélien, est né à Nazareth et a étudié la médecine en Italie, où il a rencontré sa femme. Ils ont deux jeunes enfants. Le jeudi 19 octobre, ils ont baptisé leur deuxième fille, Marta, âgée de 4 mois.

« Nous sommes catholiques et, dès le début, nous savions que nous voulions baptiser notre fille, mais la guerre a tout précipité« , a expliqué Abu Sini à CNA. « Nous avons baptisé notre premier enfant, Giovanni, pendant la pandémie. Cette fois, nous espérions être tous ensemble« .

Mais le jour où l’alerte au missile a retenti à Haïfa, Hussam et Chiara ont décidé de baptiser Marta dès que possible. « Avec Giovanni, nous avions déjà compris que l’important n’était pas tant la fête – certes, la fête est belle – mais le sacrement« .

Le matin du 7 octobre, jour où les terroristes du Hamas ont frappé Israël, Hussam et Chiara se trouvaient près d’Abu Gosh avec leur famille et leurs amis – Palestiniens et Israéliens – pour quelques jours de vacances. Depuis, ils récitent quotidiennement la prière de l’Angélus avec ces mêmes amis et d’autres personnes qui les rejoignent en ligne depuis l’Italie. Ces cinq minutes quotidiennes les aident à réaffirmer ce qui est la source de leur espoir et de leur paix.

« La seule espérance est dans l’Église. C’est pourquoi nous voulions que notre fille fasse partie [de l’Église] le plus tôt possible« , a déclaré Abu Sini à CNA. « Dans l’Église, nous avons appris – et nous croyons – que nous pouvons nous tenir sur la croix, mais que la vie ne s’arrête pas avec la mort : Le Christ a vaincu la mort ! En lui, nous plaçons notre certitude, et nous lui confions notre fille.« 

Le baptême a eu lieu à l’église Saint-Jean-Baptiste, la paroisse de la communauté catholique hébréophone de Haïfa. La messe a été célébrée en hébreu, en arabe et en italien. « Il n’y a que dans l’Église qu’une telle chose peut se produire : entendre ces langues dans la même célébration, ensemble, loin de toutes les contradictions qui existent juste derrière la porte« , a déclaré M. Abu Sini.

La décision du couple de baptiser Marta a contribué à clarifier leurs projets. « Nous avons décidé que si la situation s’aggravait, ma femme irait en Italie avec les enfants, mais que je resterais ici. Je suis médecin, je ne peux pas partir. Mais je ne veux pas non plus partir, je veux aider ici« .

Abu Sini est spécialisé en oncologie et devait passer son examen d’aptitude à la fin du mois d’octobre. Lorsque la guerre a éclaté, il était en congé d’études pour quelques jours. « Le 8 octobre, nous avons été informés que l’examen était reporté pour une durée indéterminée et nous avons été rappelés au service [militaire]« , explique-t-il.

De nombreux collègues juifs d’Abu Sini ont été appelés à servir dans les hôpitaux de campagne. Les médecins arabes – qui sont presque tous des citoyens arabes israéliens et n’effectuent pas de service militaire – ont tous été rappelés dans les établissements de santé.

En Israël, selon les dernières données du ministère de la santé, 46 % du personnel de santé est arabe, soit plus du double du pourcentage d’Arabes dans la population totale. Les hôpitaux et les centres de soins sont des lieux où la coexistence des deux principaux groupes de la société israélienne est la plus prononcée. C’est encore plus vrai dans les « villes mixtes » comme Haïfa, où Arabes et Juifs sont en contact étroit tous les jours.

« Depuis le début de la guerre, certains de mes collègues me regardent avec méfiance et j’entends parfois des commentaires qui me blessent en tant que personne« , explique Abu Sini. « Il s’agit souvent de personnes qui ont perdu un membre de leur famille ou une connaissance et qui sont submergées par la colère.« 

Abu Sini a des patients de Gaza et de Cisjordanie qu’il n’a pas vus depuis le début de la guerre parce que tous les accords ont été suspendus. Ces accords entre Israël et l’Autorité palestinienne permettent aux patients de passer en Israël pour recevoir des soins, mais ils ont été suspendus en raison de l’état de guerre.

Abu Sini décrit son récent retour au travail :

« Au début, ce n’était pas facile. J’avais déjà prévu de me concentrer uniquement sur mes études, sans interférence… Puis mes patients m’ont fait comprendre à quel point il était important que leur médecin soit là pour eux. En tant qu’oncologue, c’est ainsi que j’apporte la paix« , a-t-il déclaré.

« Dans mon domaine, outre la thérapie médicale, la thérapie psychologique est également très importante. C’est aussi pour cette raison que j’ai choisi de devenir oncologue. Avec la guerre, je constate que les patients atteints de cancer perdent confiance en eux :

« Je mourrai de toute façon, pourquoi devrais-je me battre ?« 

Le fait d’être là pour eux et de les aider à comprendre que leur vie compte fait toute la différence. J’ai failli me mettre en colère contre moi-même parce que les premiers jours, je n’ai pensé qu’à moi sans me soucier de mon devoir. Depuis, j’ai compris que ma présence est importante ici, pour eux et pour moi.« 

À lire aussi | Le réalisme chrétien face à l’islam

Abu Sini avait 11 ans lors de la deuxième Intifada (un important soulèvement palestinien dans les territoires palestiniens et en Israël) et, en 2006, il a été témoin de la deuxième guerre entre Israël et le Liban. Une roquette est tombée à Nazareth, le quartier où il vivait à l’époque.

« La peur que nous éprouvons aujourd’hui n’est même pas comparable à cela… C’est quelque chose de nouveau, jamais vu auparavant. Et c’est aussi nouveau parce que maintenant je suis père, alors qu’avant je ne l’étais pas… Même ma conscience de soi a changé« .

Abu Sini a déclaré que chaque jour, lorsqu’il dit au revoir à sa femme et à ses enfants et qu’il quitte la maison, « je ne peux pas m’empêcher de penser à ce qui pourrait arriver pendant que je ne suis pas avec eux. Je m’en remets à la présence du Christ parmi nous. Tous les drames de la vie demeurent, la peur, le cœur qui bat, mais avec le Christ, la vie elle-même a plus de sens – même quand les choses ne vont pas bien.« 

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le réalisme chrétien face à l'islam

Le réalisme chrétien face à l’islam

Comment l'homme peut s'attribuer la vie de Jésus-Christ

Comment l’homme peut s’attribuer la vie de Jésus-Christ