in , , , ,

Enseignements sur l’autorité – Homélie pour le 31e dimanche de l’année

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Enseignements sur l'autorité - Homélie pour le 31e dimanche de l'année
Enseignements sur l'autorité - Homélie pour le 31e dimanche de l'année

L’Évangile de ce dimanche est familier à de nombreux catholiques (d’une manière négative) parce que de nombreux protestants utilisent le verset N’appelez personne sur terre votre père, pour attaquer la pratique catholique d’appeler les prêtres « Père« .

Peu importe que le texte dise aussi que nous ne devrions appeler personne sur terre « maître« . Peu importe que le Nouveau Testament contienne près de 200 utilisations du mot « père » pour désigner des hommes terrestres. Apparemment, Matthieu, Marc, Luc et Jean, ainsi que Paul, Pierre et Étienne, n’ont jamais reçu le mémo interdisant toute utilisation du mot en référence à quiconque sur terre.

Cependant, transformer cet évangile en une question de terminologie appropriée, c’est passer à côté de son point principal, qui est de nous enseigner l’autorité. Cet enseignement est à la fois beau et essentiel, surtout à notre époque où la notion d’autorité est si souvent mal comprise et calomniée.

Avant d’examiner l’enseignement de Jésus sur l’autorité, il est bon de clarifier un point : Si chacun d’entre nous est soumis à l’autorité, nous avons également de l’autorité. Que ce soit en tant que parent, superviseur au travail, responsable de la communauté, responsable dans l’Église, ou simplement parce que vous êtes plus âgé, vous avez de l’autorité.

Parce que nous vivons dans une culture qui méprise largement l’autorité, nous avons tendance à penser que c’est toujours « l’autre » qui a l’autorité et qu’il faut le « remettre à sa place« . C’est peut-être ce type pompeux dans le bureau du coin, ces politiciens méchants, ou le pasteur rustre et rétrograde. Regardez dans le miroir ! Cet Évangile n’est pas seulement pour « eux« , il est aussi pour vous. En explorant cet enseignement sur l’autorité, souvenez-vous qu’il s’applique à vous et à moi tout autant qu’à « eux« .

Examinons cet enseignement en quatre étapes.

La durée de l’autorité légitime – Jésus dit : « Les scribes et les pharisiens se sont assis sur la chaire de Moïse. Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent, mais ne suivez pas leur exemple.« 

Jésus enseigne aux disciples que, pour l’instant, ils doivent rester sous l’autorité légale des scribes et des pharisiens. Dans l’avenir, Jésus enverra pleinement son Église et établira l’autorité des apôtres eux-mêmes, mais pour l’instant ils doivent suivre l’autorité légale, tout comme Jésus attendra de l’Église qu’elle suive l’autorité légale des apôtres et de leurs successeurs plus tard.

Nulle part dans l’Écriture, les chrétiens ne sont encouragés à ridiculiser, à résister ou à renverser l’autorité légitime. La tendance humaine (particulièrement évidente à l’époque moderne) à l’insubordination et au manque de respect à l’égard de l’autorité légitime n’est ni encouragée ni soutenue par l’enseignement biblique. Considérons certains des exemples suivants :

Que toute personne soit soumise aux autorités gouvernantes. Car il n’y a d’autorité que de Dieu, et celles qui existent ont été instituées par Dieu. C’est pourquoi celui qui résiste aux autorités résiste à ce que Dieu a établi, et ceux qui résistent seront jugés (Rm 13,1).

Soumettez-vous, à cause du Seigneur, à toute autorité instituée parmi les hommes. (1 Pierre 2:13).
Rappelez au peuple d’être soumis aux dirigeants et aux autorités, d’être obéissants, d’être prêts à faire tout ce qui est bon (Tite 3:1).

J’exhorte donc, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâces pour tous, pour les rois et tous ceux qui détiennent l’autorité, afin que nous puissions mener une vie paisible et tranquille, en toute piété et sainteté. Cela est bon et plaît à Dieu notre Sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité (1 Tm 2,1).

Honorez tous les hommes. Aimez la fraternité. Craignez Dieu. Honorez le roi (1 Pierre 2:17).
Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu (Mt 22,21).

Le Seigneur Jésus, et l’Écriture en général, défendent la nécessité et la place de l’autorité. La tendance moderne à célébrer la rébellion et le manque de respect envers l’autorité n’est clairement pas soutenue par les Écritures.

Cette tendance se manifeste dans toute la culture occidentale. Les enfants manquent de respect à leurs parents, les jeunes à leurs aînés, les subordonnés sur le lieu de travail à leurs supérieurs, les catholiques à la hiérarchie de l’Église, etc.

On pourrait dire que certains responsables ne sont pas de bons dirigeants. Peut-être, mais considérez les autorités de l’Antiquité : les scribes, les pharisiens et Hérode, pour n’en citer que quelques-uns. Pourtant, cet enseignement a été diffusé. D’autres diront que les autorités doivent être corrigées. Oui, c’est parfois le cas ; dans ce cas, le chrétien doit utiliser des moyens à la fois respectueux et non violents.

Un discours politique vigoureux est certainement une caractéristique et un génie de notre république démocratique moderne. Cependant, trop de discours aujourd’hui s’égarent dans la haine, l’attaque personnelle et le ridicule. De tels extrêmes ne conviennent pas aux chrétiens, qui sont appelés à dire la vérité avec clarté et charité.

Ainsi, en exposant un enseignement sur l’autorité, le Seigneur Jésus établit tout d’abord qu’il existe une autorité et que (toutes choses égales par ailleurs) l’autorité légale doit être respectée et obéie. Bien qu’il y ait des cas où il ne faut pas imiter l’exemple de ceux qui détiennent l’autorité (nous y reviendrons dans la section suivante), leurs directives légales et morales doivent être suivies.

Dans les cas où vous êtes sous autorité, priez, efforcez-vous de coopérer et, si nécessaire, corrigez avec respect.

Dans les cas où vous avez de l’autorité, n’en ayez pas honte. Utilisez-la à bon escient, pour le bien commun et pour fournir la direction et l’unité nécessaires à ceux qui sont sous votre autorité.

La tyrannie d’une autorité arrogante – Jésus reconnaît les qualités pesantes et insensibles des dirigeants de l’époque. Il dit :

« Ne suivez pas leur exemple. Car ils prêchent, mais ne pratiquent pas. Ils attachent de lourds fardeaux, difficiles à porter, et les mettent sur les épaules des gens. Mais ils ne lèvent pas le petit doigt pour les déplacer. »

Jésus évalue ici sobrement les problèmes des dirigeants de son époque. Ils devront rendre compte à Dieu de leur mandat. Jésus les considère comme une sorte d’avertissement pour les futurs dirigeants de son Église, qui devront un jour rendre compte de leur leadership. Ne suivez pas leur exemple, prévient Jésus.

La véritable autorité existe pour servir, et non pour écraser ou simplement pour montrer son pouvoir. Elle existe pour unir les gens autour d’un objectif commun et pour diriger les personnes et les ressources vers une fin bonne et ciblée. Elle existe pour aider les autres à accomplir leurs tâches de manière unifiée et dirigée. Par conséquent, nous pouvons poser les questions suivantes sur l’exercice de l’autorité :

L’exercice de l’autorité donne-t-il des ailes pour élever une personne ou est-il un poids mort qui la tire vers le bas ?
Aide-t-il une personne ou la hante-t-il ?
Le porte-t-il ou doit-il le porter ?
Apporte-t-elle la joie de vivre ou la dépression ?
Unifie-t-elle les gens autour d’objectifs communs ou les unit-elle simplement dans une colère improductive contre l’autorité ?
Comment les personnes placées sous votre autorité répondraient-elles à ces questions ?
Les pièges de l’autorité égocentrique – Jésus décrit comment les scribes et les pharisiens aimaient les titres, les honneurs et l’ostentation : Tous leurs actes sont accomplis pour être vus. Ils élargissent leurs phylactères et allongent leurs glands. Ils aiment les places d’honneur dans les banquets, les sièges d’honneur dans les synagogues, les salutations sur les places publiques et la salutation « Rabbi ».

Le Seigneur souligne les problèmes suivants liés à l’autorité égocentrique :

Ils agissent – Jésus les a souvent qualifiés d’hypocrites, non pas pour les insulter, mais pour les décrire. Le mot « hypocrite » vient d’une racine grecque qui signifie « acteur« . Un acteur ne joue son rôle que lorsqu’il y a un public. Il le fait pour l’argent et les applaudissements. Lorsque le public n’est plus là, il cesse de jouer, car cela ne servirait à rien : il n’y aurait ni argent ni applaudissements. Certains détenteurs de l’autorité oublient la raison pour laquelle ils ont l’autorité ; ils oublient le but vers lequel elle est dirigée. Ils ne s’intéressent qu’aux louanges qui peuvent accroître leur autorité ou renforcer leur ego.

Ils mettent en avant leur piété – Ils veulent être remarqués comme ayant de l’autorité. Plutôt que d’indiquer la fin vers laquelle leur autorité est dirigée (dans ce cas, Dieu), ils considèrent la reconnaissance de leur propre autorité comme la fin appropriée et le but désiré.

Ils ont faim d’honneur – Ils recherchent les premières places. Ils veulent être perçus comme ayant de l’autorité. Ils considèrent l’honneur dû à ceux qui détiennent l’autorité comme leur étant adressé personnellement, plutôt qu’à la fonction qu’ils occupent.

Ils s’intéressent aux titres – Ils ont soif du titre lui-même pour l’honneur qu’ils pensent qu’il leur apporte. Un titre n’est bon que si celui qui le porte ne le déshonore pas. Avoir un titre n’est pas tant un honneur qu’une responsabilité.

En fin de compte, le mauvais exemple des scribes et des pharisiens se résume au fait qu’ils ont utilisé les « ornements » de l’autorité à des fins personnelles et pour leur gloire, plutôt qu’aux fins auxquelles ils étaient destinés : la gloire de Dieu, le service de son peuple, le bien commun et l’unité de tous.

Le leadership n’est pas une question d’apparat, mais de service et de gloire de Dieu.

La vérité de l’autorité chrétienne – Le texte dit : « Ne vous faites pas appeler maître (Rabbi), vous n’avez qu’un seul maître. Ne vous faites pas appeler Père, vous n’avez qu’un seul Père dans les cieux… Ne vous faites pas appeler maître, vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand d’entre vous doit être votre serviteur. Quiconque s’élève sera abaissé. Celui qui s’abaisse sera élevé.

Jésus souligne ici trois choses fondamentales, et j’en ajoute une quatrième.

Toute autorité est placée sous la direction de Dieu. En critiquant l’utilisation de termes tels que « enseignant« , « maître » et « rabbin« , Jésus insiste sur le fait que tous les enseignants et « experts » doivent d’abord être soumis à l’enseignement et à l’autorité de Dieu. Tout leur enseignement et leur « maîtrise » d’un sujet doivent être conformes et soumis à la vérité révélée de Dieu. Pour que quelqu’un soit digne du titre de « professeur« , « maître » ou « rabbin« , il faut d’abord qu’il soit soumis à ce que Dieu enseigne et révèle.

Toute paternité, toute direction, est soumise au Père et Seigneur de nous tous et reflète sa paternité. Personne ne mérite le titre de « père » s’il n’a pas d’abord Dieu pour Père. En ce sens, Jésus n’interdit pas tant un mot qu’il n’insiste sur la conformité au Père unique et parfait de nous tous. C’est en ce sens que saint Paul peut dire : « Vous n’avez pas plusieurs pères, car je suis devenu votre père dans le Christ Jésus notre Seigneur » (1 Co 4,15). Vous savez en effet que, comme un père avec ses enfants, nous vous avons exhortés et chargés chacun de vous de mener une vie digne de Dieu (1 Th 2,10). Saint Paul ne reprend ce titre de « père » avec eux que dans la mesure où il les guide vers ce que le Père céleste voudrait.

L’autorité existe pour le service. Jésus dit ceci de ceux qui détiennent l’autorité :

« Le plus grand d’entre vous doit être votre serviteur : Le plus grand d’entre vous doit être votre serviteur. En d’autres termes, ceux qui détiennent l’autorité doivent servir ceux qui sont sous leurs ordres, et non pas « les dominer »« .

Vous savez que ceux qui sont considérés comme les chefs des nations dominent sur elles, et que leurs hauts fonctionnaires exercent leur autorité sur elles. Il n’en est pas de même pour vous. Au contraire, quiconque veut devenir grand parmi vous doit être votre serviteur, et quiconque veut être le premier doit être l’esclave de tous. Car le Fils de l’homme lui-même n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup. (Mc 10:42ff)

Ainsi, ceux qui détiennent l’autorité ne l’ont pas pour leur gloire, mais comme signe de leur servitude. Le prêtre qui a l’autorité l’a pour servir son peuple en l’enseignant, en le sanctifiant et en le gouvernant (en l’unissant). Les parents ont l’autorité pour servir leurs enfants en les élevant pour qu’ils deviennent les hommes et les femmes que Dieu veut qu’ils soient. L’officier de police a l’autorité de protéger et de donner l’ordre à la population. L’enseignant a l’autorité pour enseigner aux élèves. L’autorité n’est pas là pour elle-même, mais pour les autres.

L’autorité s’exerce entre égaux. Dans ce monde, l’autorité est assimilée au pouvoir ; elle est souvent accordée à ceux qui sont plus riches, qui ont plus de relations, etc. Certains détenteurs de l’autorité peuvent penser qu’ils ont l’autorité parce qu’ils sont d’une certaine manière meilleurs que les autres. Chez les chrétiens, cependant, l’autorité s’exerce toujours sur un pied d’égalité.

Le titre le plus important que l’on puisse porter est celui d' »enfant de Dieu« . Les titres tels que PDG, président, grand chevalier et monseigneur ne sont que des notes de bas de page. Le pape a de l’autorité dans l’Église, mais il n’est pas plus baptisé que vous ou moi. Comprenez bien qu’il a de l’autorité et que nous avons l’obligation de nous y soumettre, mais son titre le plus important n’est pas celui de « pape » ou de « souverain pontife » ; son titre le plus important est celui d' »enfant de Dieu« .

L’autorité ne me rend pas plus grand que toi, elle fait de moi ton serviteur. Mais devant Dieu, nous sommes tous également ses enfants. Ce dernier point est un ajout de ma part ; n’hésitez pas à le critiquer.

A lire aussi | Le jour où le Vatican a été mystérieusement bombardé

Voilà donc un Évangile qui ne porte pas sur la terminologie (comme dans « père« ), mais sur l’autorité ; comment la comprendre et la vivre en tant que chrétien. N’oubliez pas qu’il ne s’agit pas seulement de l’autre, mais aussi de vous, car vous avez aussi de l’autorité. Un jour, nous rendrons compte à Dieu de la manière dont nous avons utilisé notre autorité, que ce soit pour construire ou pour détruire, pour rendre possible ou pour mettre hors d’état de nuire, pour inspirer ou pour exaspérer inutilement.

Nous devrons également rendre compte de la manière dont nous avons agi envers ceux qui détiennent l’autorité. Bien que ce monde puisse louer le manque de respect et la désobéissance, Dieu n’est ni impressionné ni satisfait. L’autorité – la manière dont nous l’utilisons et la respectons – est essentielle pour Dieu.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Mgr Charles Pope – ADW  – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le jour où le Vatican a été mystérieusement bombardé

Le jour où le Vatican a été mystérieusement bombardé

Un évêque sanctionne un pasteur ayant accepté un clip obscène dans son église

Un évêque sanctionne un pasteur ayant accepté un clip obscène dans son église