in , , ,

Épiphanie du Seigneur – Homélie du Père Bob Warren

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’homélie du Père Robert (Bob) en cette Épiphanie du Seigneur. La fête de l’Épiphanie a toujours été parmi les préférées de nombreuses personnes, surtout dans les cultures latines comme l’Italie et l’Amérique du Sud.

Nous aimons voir l’apparition des Rois mages devant la crèche, avec leurs vêtements élégants et leurs précieux cadeaux. Tout cela est tellement oriental et exotique.

Saint Matthieu consacre beaucoup de temps à cette histoire. Je pense qu’il l’a fait parce que les rois mages représentent pour lui deux choses. Tout d’abord, ce sont des étrangers qui ne sont pas  » à leur place « . Ils n’étaient pas juifs. Ils n’étaient pas des gens de l’Alliance. Non, ils venaient d’un pays lointain, d’une tradition différente. Les gens du pays ne devaient pas leur faire confiance. Ils n’étaient pas comme nous.

De tels étrangers existent-ils aujourd’hui ? Oui. Un jeune homme en voie de rétablissement m’a raconté qu’il avait failli tuer un « Philippin » parce qu’un autre toxicomane avait dit que le peuple de ce « type » avait causé les attentats du 11 septembre. Il a dit :

« Ce type était différent de nous. Cette peau, leurs yeux, leurs vêtements, qui peut leur faire confiance ? Pour moi, c’était un étranger, pas un Américain. »

Ce n’est qu’au dernier moment que j’ai vu le crucifix sur une chaîne autour de son cou.

À la crèche, il n’y avait pas d’étrangers, pas de racisme, pas de coups. Jésus les a tous reçus, bœufs, ânes, bergers et mages. Pauvres et riches, Juifs et Gentils, il est venu pour eux tous. Il ne rejetait personne et acceptait les dons uniques de tous. Quel dommage si ses disciples ne traitent pas toujours les étrangers comme il l’a fait. Cela fait vraiment partie de l’Évangile. C’est pourquoi Matthieu l’a inclus.

Deuxièmement, les mages sont des chercheurs. Ils ont parcouru le désert dans le doute. Ils n’étaient pas sûrs de ce qu’ils cherchaient. Ils ont lu les étoiles, se sont renseignés, et peut-être, à la fin, ils n’ont rien trouvé. Mais ils ont continué le voyage. Un professeur de l’école catholique m’a dit un jour :

« Je me sens hypocrite. Je doute tellement de la foi et de l’Église.« 

Mon oreille a capté le mot « hypocrite » parce que je savais que beaucoup de gens se sentaient ainsi. Ils confondent ce terme avec la recherche. La véritable hypocrisie signifie que non seulement les gens ne pratiquent pas ce qu’ils prêchent, mais qu’ils sont calculateurs à ce sujet.

Les chercheurs sont différents. Ils pratiquent ce qu’ils prêchent, mais pas par conviction totale, ou peut-être par conviction minimale et confort. Ils disent des prières, vont à la messe, mais ont quand même de véritables difficultés. Ils se contentent de faire semblant, ont des difficultés avec la pratique de la foi ou simplement la foi elle-même, ou peut-être se sentent-ils spirituellement sans vie.

Le chercheur pourrait dire :

« Comment puis-je croire en un Dieu qui permet que des enfants soient tués à l’école ?« .

Ou encore :

« Mon conjoint m’a quitté, mes parents ont été tués dans un accident de voiture, mes prières restent sans réponse. Je prie, mais c’est comme si je me parlais à moi-même. Je fais ce qu’il faut. Je vais à l’église, je reçois la communion, mais je ne suis pas sûre. Je me sens vide, desséché, qu’est-ce que je fais ici ? J’ai l’impression d’être un hypocrite« .

Ce n’est pas de l’hypocrisie. C’est un voyage et une recherche. C’est une discipline qui consiste à sauver les apparences, pas à tromper. C’est un test, pas pour gagner des applaudissements, mais pour obtenir un signe de Dieu qu’il est là et qu’il se soucie de nous. C’est un voyage pour les personnes spirituellement engourdies qui espèrent un dégel.

C’est le devoir tranquille et sans joie de quelqu’un qui traverse ce que les grands saints appelaient la « nuit noire de l’âme« . Ce sont des gens qui essaient d’être fidèles, même s’ils n’en retirent rien. Ces personnes ne sont pas hypocrites. Ils sont des chercheurs de la vérité. Elles sont aimées de Dieu. Ce sont des Mages en quête et des Mages acceptés. Matthieu veut que nous le sachions.

À lire aussi | 1,5 million de participants ont pris part à la plus grande crèche de rue

Ainsi, cette histoire familière s’avère être notre histoire, ce qui explique son attrait. Ces mages sont des étrangers et des chercheurs. Leur voyage est terminé. Ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient. Ils sont entrés dans l’étable en silence, car les mots ne pouvaient exprimer ce qu’ils avaient trouvé. Ils se sont agenouillés et ont regardé le visage du Messie. Et nous le ferons aussi.

Homélie de ce dimanche du Père Robert Warren, Franciscain de Garison NY

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

1,5 million de participants ont pris part à la plus grande crèche de rue

1,5 million de participants ont pris part à la plus grande crèche de rue

Le Vatican suspend un Évêque indien avec ses 5 maîtresses

Le Vatican suspend un Évêque indien avec ses 5 maîtresses