Haut-Karabakh: mise en garde contre une "catastrophe humanitaire"
in , , ,

Haut-Karabakh : mise en garde contre une « catastrophe humanitaire »


IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Un homme politique de premier plan au service de la République d’Artsakh (Nagorny-Karabakh) s’est fait l’écho des préoccupations du Pape François concernant la situation humanitaire dans cette région fragile.

Dans une interview accordée à CNA, Ruben Vardanyan, ministre d’État de l’Artsakh, a déclaré que la communauté internationale doit agir afin d’éviter une « catastrophe humanitaire » résultant du blocus du corridor de Lachin, qui relie l’enclave du Haut-Karabakh à l’Arménie voisine.

Ruben Vardanyan a déclaré à CNA Deutsch le 20 décembre :

« Si le corridor de Lachin n’est pas débloqué dans les prochains jours, les États et les organisations internationales devraient commencer à organiser des vols vers l’Artsakh en utilisant un corridor aérien humanitaire pour se rendre à Stepanakert. Cela permettra certainement d’éviter une catastrophe humanitaire en Artsakh.« 

Environ 120 000 Arméniens, dont 30 000 enfants, vivent dans le Nagarno-Karabakh, qu’ils appellent la République d’Artsakh. En raison du blocus du corridor de Lachin par l’Azerbaïdjan, les personnes ne peuvent pas accéder aux produits de première nécessité, tels que la nourriture et les médicaments, et les familles ont été séparées les unes des autres.

Lors d’un discours à l’Angélus avant Noël, le 18 décembre, le Pape François a exprimé son inquiétude face à cette situation : « Je suis préoccupé par les conditions humanitaires précaires de la population, qui risquent encore de se détériorer pendant la saison hivernale.« 

Dans son interview avec CNA, Vardanyan a accusé l’Azerbaïdjan de tenter de créer une crise humanitaire dans cette région instable. Il a déclaré :

« Comme vous le savez, depuis le 12 décembre, l’Azerbaïdjan bloque le corridor de Lachin, qui est la seule route entre l’Artsakh (Haut-Karabagh) et le monde extérieur.

Nous avons fait plusieurs propositions pour négocier et essayer de trouver une solution sans garder en otage 120 000 personnes, mais malheureusement l’Azerbaïdjan vise à créer une catastrophe humanitaire en Artsakh, ce qui sera un outil supplémentaire pour forcer les Arméniens à quitter leur patrie« , a-t-il poursuivi.

« Avec le soutien de l’ensemble de la communauté internationale, nous devons faire davantage pression sur l’Azerbaïdjan, car nous ne pouvons pas mettre en danger la vie de 120 000 personnes. Nous avons 30 000 enfants qui vivent en Artsakh, qui ont le droit d’avoir une vie normale et paisible.« 

Vardanyan a également déclaré que la République d’Artsakh était importante pour les chrétiens du monde entier. Il a déclaré à CNA :

« L’Artsakh n’est pas seulement important pour le peuple arménien. C’est un lieu important pour l’ensemble du monde chrétien. L’Artsakh est porteur d’un héritage chrétien vieux de 1 700 ans. Nous sommes reconnaissants à tous ceux qui ont appelé l’Azerbaïdjan à débloquer le corridor, qui est véritablement une route de vie pour 120 000 personnes.« 

Il a ajouté que la feuille de route vers la paix doit commencer par le déblocage de ce corridor essentiel.

« L’Azerbaïdjan devrait débloquer le corridor de Lachin« , a-t-il commencé.

« Ensuite, avec une mise en place de certains mécanismes internationaux, nous sommes prêts pour un dialogue avec Bakou. Nous préférons toujours les négociations et les discussions. Les mesures coercitives prises par l’Azerbaïdjan pour exercer une pression psychologique et physique sur les gens au quotidien et les forcer à quitter l’Artsakh vont échouer. Les gens ici ont une forte volonté et sont têtus ; ils ne céderont jamais à la pression« , a-t-il déclaré.

Le Haut-Karabakh est internationalement reconnu comme faisant partie de l’Azerbaïdjan, mais c’est un territoire contesté faisant l’objet de pourparlers de paix sous la médiation du groupe de Minsk de l’OSCE.

À lire aussi | Neuvaine à Sainte Jeanne d’Arc pendant 9 ans

En 2020, une guerre a éclaté dans le Haut-Karabakh et la région environnante. Il en résulte un accord de cessez-le-feu trilatéral entre l’Azerbaïdjan, l’Arménie et la Russie, qui oblige l’Arménie à restituer tous les territoires occupés restants autour du Haut-Karabakh et stipule que « la République d’Azerbaïdjan garantit la sécurité de la circulation des citoyens, des véhicules et des marchandises le long du corridor de Lachin dans les deux sens.« 

Cet article a été publié originellement par le Catholique News Agency (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire