in , , , , , ,

La célébration de l’Épiphanie du Seigneur

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Chaque année, le 6 janvier, l’Église célèbre la « manifestation » du Messie tant attendu, qui se présente à tous les êtres humains incarné dans les sages d’Orient (également connus sous le nom de Rois Mages).

Le 6 janvier est le jour où l’Église célèbre la solennité de l’Épiphanie du Seigneur, la « manifestation » du Fils de Dieu en tant que Sauveur et Messie dans le temps liturgique de Noël.

Dieu a réalisé pour la première fois cette « épiphanie » devant les sages d’Orient au nom de toute l’humanité, ce qui se traduit littéralement par « manifestation » ou « se faire connaître ».

Dans l’Évangile de la solennité, lu en Matthieu 2, 1-12, ces personnages connus sous le nom de Rois Mages nous sont présentés. Ils laissent derrière eux leur terre d’origine et leur culture pour rencontrer Celui qui est venu au monde pour redonner de l’espoir à l’humanité.

Il est connu depuis longtemps que les Rois Mages étaient au nombre de trois et portaient les noms de Melchior, Gaspard et Balthazar. Un célèbre mosaïque trouvé à Ravenne (Italie) du VIe siècle après J.-C. confirme l’utilisation conventionnelle de ces trois noms, clairement gravés à cet endroit.

L’Épiphanie du Seigneur avec les Rois Mages l’évangéliste Matthieu raconte :

« Après la naissance de Jésus à Bethléem de Judée, sous le règne du roi Hérode, des mages de l’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus lui rendre hommage. »

Le roi Hérode fut troublé en entendant cela et convoqua les prêtres en chef et les scribes, qui connaissaient les Écritures, pour enquêter sur le lieu où le Messie était censé naître, le Sauveur que le peuple juif attendait depuis longtemps.

Ils répondirent en disant que le prophète avait écrit que Bethléem était la ville la plus importante de Juda et non la moindre. En effet, de là sortirait un chef qui serait le berger du peuple d’Israël.

Hérode convoqua les mages et les envoya à Bethléem pour les informer sur l’enfant. S’ils le trouvaient, ils devaient lui dire qu’ils viendraient aussi l’adorer.

Les Rois Mages partirent et l’étoile qu’ils avaient vue en Orient s’approchait d’eux jusqu’à ce qu’elle s’arrête à l’endroit où se trouvait l’Enfant. Ils furent très émus en voyant l’étoile.

Ils entrèrent dans la maison et rencontrèrent l’enfant et sa mère, Marie. Ils s’inclinèrent et l’honorèrent. Ils ouvrirent leurs trésors et lui offrirent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Après avoir reçu un avertissement en rêve de ne pas retourner vers Hérode, car il cherchait à trouver l’Enfant pour le tuer, ils choisirent de rentrer dans leur pays par un autre chemin. »

Depuis longtemps, une fête avec une signification païenne était célébrée au Proche-Orient le 6 janvier. En Égypte et en Arabie, pendant la nuit du 5 au 6 janvier, la naissance du dieu Aion était honorée. On croyait qu’il se manifestait particulièrement lors de la renaissance du soleil, pendant le solstice d’hiver, vers le 6 janvier. À cette date, des événements extraordinaires étaient organisés en l’honneur du dieu grec Dionysos au bénéfice de ses adeptes.

À lire aussi | Les Évêques maronites disent que la guerre affecte déjà le Liban

La fête de l’Épiphanie a remplacé les festivals païens d’Orient liés au solstice d’hiver. Ce jour-là, Jésus se présenta comme le Fils de Dieu aux sages venus d’Orient pour l’adorer. Au milieu du IVe siècle, la tradition est arrivée en Occident à travers ce qui est aujourd’hui la France.

La signification de la célébration avant l’arrivée du Seigneur, les êtres humains étaient plongés dans l’obscurité et le manque d’espoir. Cependant, le Seigneur est venu et c’est comme si tout avait été éclairé d’une grande lumière, pleine de joie, de paix, de bonheur et d’amour. Jésus est venu pour illuminer et transformer tous.

Avec l’arrivée du Christ, les promesses faites à Israël se sont accomplies. À l’Épiphanie, avec la manifestation de Jésus aux Mages, nous célébrons le fait que Jésus est venu pour sauver tous les peuples, pas seulement Israël. Jésus est venu révéler l’amour de Dieu à tous les peuples et être la lumière de toutes les nations.

Cet article a été initialement publié par Aica puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire