in , ,

La guerre juste dans l’enseignement catholique avec la Russie en exemple

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
La guerre juste dans l’enseignement catholique avec la Russie en exemple

Que dit l’enseignement catholique sur la guerre juste ? Alors que l’on craint une éventuelle guerre contre la Russie et surtout à une incursion plus profonde de l’Ukraine.

Le Pape François a appelé à une journée de prière pour la paix en Ukraine le 26 janvier.

« Je lance un appel sincère à toutes les personnes de bonne volonté, afin qu’elles adressent des prières à Dieu tout-puissant, pour que chaque action et initiative politique serve la fraternité humaine plutôt que les intérêts partisans », a déclaré le pape François le 23 janvier, exhortant tout le monde à se souvenir des nombreuses vies perdues en Ukraine pendant la Seconde Guerre mondiale et s’élevant contre la guerre. « S’il vous plaît, plus de guerre », a-t-il dit, en lançant un appel aux personnes au pouvoir.

La perspective d’une guerre entre l’Ukraine et la Russie, et l’implication potentielle des États-Unis, soulève des questions sur la moralité de la guerre. Quel est l’enseignement de l’Église sur la guerre ?

Contrairement aux Quakers et à d’autres dénominations chrétiennes, l’Église catholique n’est pas pacifiste par principe. L’enseignement de l’Église sur la moralité de la guerre est basé sur une théorie exposée par Saint Augustin au 4ᵉ siècle, connue sous le nom de théorie de la guerre juste et reconnaît une raison potentiellement juste de s’engager dans la guerre dans certaines conditions.

En 2019, des experts en théologie ont déclaré à CNA que l’application de cette théorie à la guerre moderne, qui implique souvent des missiles et des frappes aériennes plutôt que des batailles rangées entre les troupes, est plus compliquée, mais reste normative.

À lire aussi | La démocratie chrétienne unit le petit peuple à l’Église

Kevin Miller, un théologien moral de l’Université franciscaine de Steubenville, a expliqué que ce concept était une partie bien établie de l’enseignement et de la pensée de l’Église.

« Le Catéchisme de l’Église catholique fait un bon travail pour résumer les critères indispensables pour faire usage de la force militaire à des fins d’autodéfense », a déclaré Miller à CNA, « bien que j’ai tendance à penser que la guerre juste est plus une “doctrine” qu’une “théorie” dans l’Église. »

Dans son interview de 2019, Miller a déclaré que les critères moraux de l’Église sont divisés en deux catégories : le ius ad bellum et le ius in bello, couvrant le droit à la guerre et la façon dont elle doit être menée une fois commencée. Pour être moralement licite, une guerre doit être à la fois juste dans sa cause et conduite avec justesse.

Qu’est-ce qui constitue précisément une cause juste ?

« Le premier critère pour l’utilisation de la force militaire est, bien sûr, une cause juste » a déclaré Taylor Patrick O’Neill, professeur adjoint de théologie à l’Université Mount Mercy de Cedar Rapids, dans l’Iowa, à CNA dans une autre interview de 2019.

Le paragraphe 2309 du Catéchisme de l’Église catholique enseigne qu’à la fois “le dommage infligé par l’agresseur à la nation ou à la communauté des nations doit être durable, grave et certain ; tous les autres moyens d’y mettre fin doivent s’être révélés impraticables ou inefficaces ; il doit y avoir de sérieuses perspectives de succès ; l’usage des armes ne doit pas produire des maux et des désordres plus graves que le mal à éliminerLa puissance des moyens modernes de destruction pèse très lourd dans l’évaluation de cette condition.”

Selon le Catéchisme, la pondération des éléments ci-dessus “appartient au jugement prudentiel de ceux qui ont la responsabilité du bien commun.

En tant que bergers universels, les papes ont souvent cherché à influencer les jugements prudentiels sur la moralité de la guerre portés par les dirigeants mondiaux. En 2003, le pape Jean-Paul II a envoyé une délégation pour dissuader le président George W. Bush de ne pas envahir l’Irak. Des évêques de l’épiscopat européen et d’autres évêques du monde entier se sont joints au pape François dans son appel à la prière pour une résolution pacifique de la crise ukrainienne.

La question de la proportionnalité dans la guerre – à savoir si une action militaire cause plus de mal et de désordre qu’elle n’en résout – est une question à laquelle il est particulièrement difficile de répondre, selon les théologiens interrogés par CNA.

M. Miller a déclaré : « Pour avoir une justification morale et faire un calcul de proportionnalité, vous devez avoir une bonne idée des personnes qui pourraient être blessées. Évidemment, il peut y avoir des conséquences involontaires, mais vous devez avoir une bonne quantité d’informations sur ce que pourraient être les effets d’une action militaire avant de pouvoir juger si c’est une réponse juste. »

Explication de M. O’Neill : « Bien sûr, il s’agit en grande partie de penser à cinq ou dix étapes à l’avance, et il s’agit de trouver un équilibre entre la nécessité de prévenir une escalade tout en gardant un œil sur toutes les conséquences imprévues possibles. »

Certains évêques européens qui se sont joints au Saint-Père pour appeler à la prière pour la paix en Ukraine cette semaine ont exprimé des inquiétudes quant à l’escalade. L’archevêque majeur Sviatoslav Shevchuk, chef de l’Église gréco-catholique ukrainienne, et l’archevêque Stanisław Gądecki, président de la conférence épiscopale polonaise, ont déclaré en début de semaine que les tensions croissantes avec la Russie représentent “un grand danger” pour l’ensemble de l’Europe “qui pourrait détruire les progrès réalisés jusqu’à présent par de nombreuses générations dans la construction d’un ordre pacifique et de l’unité en Europe.

L’Ukraine, qui compte 44 millions d’habitants, a des frontières avec la Moldavie, la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie, la Pologne, le Belarus et la Russie.

En plus de satisfaire simultanément à la première série de conditions pour arriver à la décision qu’il existe une cause juste, la guerre doit également être menée de manière juste. Le document Gaudium et Spes de Vatican II enseigne clairement que : “Le seul fait que la guerre ait malheureusement éclaté ne signifie pas que tout devienne licite entre les belligérants“.

Cela signifie que les actions militaires doivent répondre à certaines conditions morales. Par exemple, la destruction aveugle de villes ou de la vie civile est interdite, et les droits humains fondamentaux des non-combattants, des soldats blessés et des prisonniers de guerre ne doivent pas être abrogés.

Mais les questions sérieuses sur les actions militaires qui constituent le ius in bello, ou actes justes en temps de guerre, se sont multipliées ces dernières années avec l’avènement des frappes de drones et d’autres actes de guerre contre des infrastructures qui servent à la fois des objectifs militaires et civils.

Les conflits modernes impliquent souvent des moyens de guerre à distance et des cibles dont le statut militaire n’est pas clair, comme des postes de renseignement gouvernementaux, des stations radar ou d’autres installations logistiques. Bien que le personnel qui s’y trouve puisse être essentiellement militaire, la présence de civils doit être soigneusement pesée pour discerner une action militaire.

« La classification des personnes impliquées peut être très difficile à discerner dans les conflits modernes », a déclaré O’Neill.

« Nous ne voyons pas nécessairement l’artillerie bombarder les lignes ennemies. Avec les frappes à distance sur des cibles militaires, il y a des personnes impliquées qui peuvent ne pas être des militaires : il peut s’agir d’agents de renseignement du gouvernement ou de personnes dans une zone grise », a-t-il ajouté.

« Mais il y a aussi la possibilité qu’il s’agisse d’un simple concierge civil dans le bâtiment – comment les placer dans la balance de la proportionnalité ? »

« Cela rend les choses très difficiles ».

O’Neill a déclaré qu’avec les moyens de guerre modernes, il incombe très fortement aux gouvernements de prendre toutes les mesures possibles pour limiter la perte de vies humaines potentiellement innocentes.

La guerre russo-ukrainienne a débuté en février 2014 et s’est concentrée sur l’est de l’Ukraine. Le conflit a fait plus de 14 000 morts et chassé 1,3 million de personnes de leurs foyers, selon Caritas Internationalis, une confédération d’organisations caritatives catholiques basée au Vatican qui collecte des fonds pour les personnes touchées.

Les parties belligérantes ont convenu d’un cessez-le-feu en juillet 2020. Mais la Russie a envoyé environ 100 000 soldats à la frontière ukrainienne. Le président américain Joe Biden a déclaré le 19 janvier qu’il s’attendait à ce que le président russe Vladimir Poutine ordonne une invasion.

Depuis lors, les tensions ne se sont pas apaisées. Jeudi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré aux journalistes que M. Poutine prendrait le temps d’étudier les documents remis par les dirigeants occidentaux concernant le conflit. Mais, a-t-il ajouté, « on ne peut pas dire que nos points de vue ont été pris en compte, ou qu’une volonté de prendre en compte nos préoccupations a été démontrée. »

À lire en anglais sur CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire