in , , , ,

L’Archidiocèse de Denver défend la vérité de l’identité à l’école

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’Archidiocèse de Denver défend ses orientations sur l’identité sexuelle dans les écoles catholiques après qu’un article sur la politique ait été publié plus tôt cette semaine dans un journal local.

Un article du Denver Post du 7 novembre a partagé et critiqué la politique – qui est en place depuis 2019 – en soulignant une section déconseillant l’inscription d’étudiants qui rejettent leur sexe biologique, en particulier si leurs parents soutiennent la transition de l’étudiant.

« En inscrivant un élève qui rejette ouvertement son identité sexuelle donnée et cherche à être affirmé dans son identité désirée par ses pairs et la communauté scolaire, l’école compromet sa mission et son identité de multiples façons« , peut-on lire dans le document de 2019.

L’Archidiocèse a déclaré dans une déclaration à CNA que le document « a été partagé avec les administrateurs en 2019 pour aider à clarifier les enseignements de l’Église concernant les questions de genre dans nos écoles catholiques. Si des questions se posent dans une école, chaque cas sera traité individuellement avec le plus grand soin et la plus grande préoccupation pour toutes les personnes concernées.« 

« Nous ne nous attendons pas à ce que tout le monde adhère à une vision du monde catholique, mais nous rejetons fermement les tentatives de dépeindre notre position comme bigote ou peu aimante« , peut-on lire dans la déclaration diocésaine.

« C’est précisément en raison de notre amour et de notre révérence pour la nature de la personne humaine que nous ne pouvons pas rester silencieux sur cette question et que nous devons aborder ce que le Pape François a dit être la ‘colonisation idéologique’ qui a lieu dans notre monde aujourd’hui.« 

La politique de 2019, qui reste en vigueur aujourd’hui, se lit comme suit :

« Le ministère auprès des étudiants qui éprouvent une attirance pour le même sexe ou une confusion de genre ou qui sont diagnostiqués avec une dysphorie de genre, ou auprès de leurs familles, doit être effectué avec charité et prudence, affirmer l’amour inconditionnel de Dieu pour la personne, être fidèle aux enseignements de l’Église, faire preuve de compassion et aider les étudiants à intégrer leur compréhension de soi avec la vérité.« 

« En inscrivant un élève qui rejette ouvertement son identité sexuelle donnée et cherche à être affirmé dans son identité désirée par ses pairs et la communauté scolaire, l’école compromet sa mission et son identité de multiples façons : la décision de l’école peut être interprétée comme une approbation de l’opinion selon laquelle une personne peut  » naître dans le mauvais corps  » ou peut «  changer de genre  » ou de sexe – une opinion qui contredit l’enseignement catholique et qui est tout simplement fausse ; en validant la croyance erronée de l’élève sur lui-même, l’école ment effectivement à l’élève et l’empêche de rechercher la vérité ; en acceptant que l’élève se présente comme « transgenre » ou toute autre identité en désaccord avec son sexe biologique, l’école risque de semer la confusion chez les autres élèves, le personnel et les familles sur la vérité de la personne humaine et les dangers de l’idcologie du genre, et de scandaliser la communauté dans son ensemble« , peut-on lire dans la politique.

Cependant, un élève qui lutte pour accepter son identité sexuelle – mais qui ne rejette pas son identité sexuelle ou n’en affirme pas une nouvelle – pourrait être inscrit, selon la politique, tant qu’il y a une « attente que les parents et l’enfant travaillent vers une identité sexuelle intégrée (alignée avec la réalité corporelle)« .

La politique de Denver est basée sur les travaux de Theresa Farnan, professeur de philosophie au séminaire Saint-Paul, de Susan Selner-Wright, titulaire de la chaire de philosophie de l’Archevêque Chaput au séminaire Saint-Jean Vianney de Denver, et de Mary Rice Hasson, avocate et cofondatrice du Catholic Women’s Forum.

Selner-Wright a déclaré à CNA dans une interview de 2019 que « parce que nous avons une tradition d’accueil et d’ouverture, il y a beaucoup d’autres personnes qui ne sont pas catholiques qui utilisent nos écoles catholiques, et c’est formidable.« 

« Mais les gens doivent se rappeler que le but des écoles catholiques est d’aider les parents catholiques, qui sont les premiers enseignants de leurs enfants, à exécuter les devoirs des parents.« 

Leurs recommandations ne sont pas « taille unique« , et il y a certaines situations dans lesquelles un enfant pourrait être admis, a souligné Selner-Wright.

Par exemple, il pourrait y avoir une situation dans laquelle un parent célibataire qui éprouve une attirance pour le même sexe, mais qui essaie de mener une vie chaste, souhaite inscrire un enfant dans une école catholique. L’attirance elle-même n’est pas en cause, a précisé Mme Selner-Wright, tant que le parent ne vit pas d’une manière qui crée une contradiction entre ce que l’enfant apprend à l’école et ce qu’il apprend à la maison.

Selon Mme Selner-Wright, l’objectif de leur projet est d’informer les gens sur l’idéologie du genre et de les doter des connaissances nécessaires pour la réfuter avec compassion et amour. Elle a déclaré que les catholiques qui acceptent l’enseignement de l’Église sur le genre sont parfois considérés comme « haineux » envers ceux qui acceptent l’idéologie du genre, mais elle a ajouté qu’aimer une personne qui s’interroge sur son genre ne peut pas impliquer une affirmation totale des désirs ou des choix de cette personne.

La seule façon d’aimer une personne à juste titre est dans le contexte de la vérité, a-t-elle dit – par conséquent, remettre en question la décision d’une personne de « transitionner » peut être une décision d’amour, née d’un désir de ce qui est le mieux pour la personne.

CNA a contacté Selner-Wright cette semaine pour obtenir des commentaires supplémentaires, mais n’a pas eu de réponse avant la publication.

La politique comprend également des recommandations selon lesquelles les éducateurs catholiques ne devraient pas utiliser les « pronoms préférés » d’un élève, mais plutôt les pronoms qui correspondent au sexe biologique de l’élève. En outre, la politique stipule que « l’école ne doit en aucun cas reconnaître, encourager, approuver ou faciliter la « transition de genre » d’un élève« . En outre, les élèves doivent utiliser les toilettes correspondant à leur sexe biologique et ne peuvent pas assister à des manifestations scolaires telles que des bals en tant que couple de même sexe.

Denver est l’un des nombreux diocèses américains qui, ces dernières années, ont publié des directives à la suite du document de 2019 de la Congrégation pour l’éducation catholique intitulé « Homme et femme, il les a créés« , qui affirme que l’Église enseigne une différence essentielle entre les hommes et les femmes, ordonnée dans la loi naturelle et essentielle à la famille et à l’épanouissement humain.

Plusieurs autres diocèses du pays, dont Green Bay (Wisconsin), Milwaukee et Sioux Falls (Dakota du Sud), ont mis en œuvre des politiques similaires à celle de Denver sur la dysphorie de genre.

Le document de Milwaukee cite les écrits du Pape François dans Laudato Si : « Apprendre à accepter notre corps, à en prendre soin et à respecter sa pleine signification est un élément essentiel de toute écologie humaine authentique. … Ce n’est pas une attitude saine qui chercherait à ‘annuler la différence sexuelle parce qu’elle ne sait plus comment l’affronter’.« 

L’Évêque Thomas Paprocki de Springfield, dans l’Illinois, a publié un guide pastoral concernant les politiques diocésaines sur l’identité de genre au début de 2020. Il a déclaré que les catholiques doivent soutenir ceux qui luttent contre la dysphorie de genre avec « compassion« , mais que cela ne signifie pas compromettre les valeurs catholiques.

L’Archidiocèse d’Omaha, en réponse aux commentaires des parents et des éducateurs, a annoncé en septembre qu’il retarderait la mise en œuvre d’une nouvelle politique pour les écoles catholiques sur l’identité de genre et la dysphorie de genre et promulguerait une nouvelle politique pour l’année scolaire 2023-2024.

À lire aussi | Un Prêtre sanglote devant Jésus dans l’Eucharistie

En vertu de la politique du 25 août – qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 2023 – tous les élèves, parents, tuteurs, employés et bénévoles auraient été tenus d' »agir envers une personne conformément à son sexe biologique à la naissance. »

Un porte-parole de l’Archidiocèse a réaffirmé que la nouvelle politique continuerait à affirmer les enseignements de l’Église sur le genre, même après les révisions.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire