Les prophéties de trois célèbres mystiques sur la fin du monde
in , , , , , , ,

Les prophéties de trois célèbres mystiques sur la fin du monde


IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Plusieurs mystiques ont eu des visions apocalyptiques ou des locutions intérieures décrivant la fin du monde.

La prophétie de la Seconde Guerre mondiale ?

Au début du XIXe siècle, la religieuse augustinienne Anne Catherine Emmerich (1774-1824), stigmatisante et voyante, rapporte les prédictions qui lui ont été communiquées par le Surnaturel au cours de ses propres états mystiques : « … Cinquante ou soixante ans avant l’an 2000, Satan sera libéré de ses chaînes pour quelque temps… On m’a donné les dates de nombreux autres événements dont je ne me souviens pas. Mais un certain nombre de démons seront libérés bien avant Lucifer, afin qu’ils tentent les hommes et servent d’instruments de la justice divine« .

La bienheureuse est née dans une famille de paysans et n’a pas pu aller régulièrement à l’école, car elle devait travailler dans les champs et aider à la maison. Dès son plus jeune âge, elle a eu un profond désir de se consacrer à Dieu dans la vie religieuse. Comme c’était le cas à l’époque, plusieurs congrégations de religieuses l’ont refusée parce qu’elle n’avait pas la dot financière nécessaire pour entrer dans un monastère. Ce n’est qu’en 1802 qu’elle est finalement acceptée dans le monastère des Augustines d’Agnetenberg, près de Dulmen, et l’année suivante, elle prononce ses vœux religieux.

Lorsque le monastère fut supprimé en 1811, Emmerich fut accueilli au Dolmen comme servante du prêtre Lambert qui avait fui les terreurs de la France révolutionnaire. Peu de temps après, elle a commencé à ressentir les douleurs de la Passion du Christ et a reçu les stigmates. Rapidement, ses dons surnaturels se répandent : connaissance intuitive du cœur humain et des mystères bibliques de la foi ainsi que des reliques des saints, communion avec les pauvres âmes du purgatoire et participation avec l’esprit aux mystères de l’au-delà ; entre autres, sagesse concernant les propriétés des herbes médicinales.

De nombreuses personnes ont commencé à lui rendre visite, recevant d’elle des enseignements et des gestes bienveillants. De 1819 jusqu’au jour de sa mort, les visions d’Emmerich ont été dictées par elle au poète romantique Clemens Brentano – qui s’est ensuite converti au catholicisme – qui s’est assis presque par intermittence au chevet de l’extatique et a soigneusement noté sur seize mille grandes feuilles ses histoires bibliques et ses contemplations mystiques, comparables à certains égards à celles de Maria De Agreda (1602-1655) ou de la plus récente Teresa Neumann (1898-1962).

En ce qui concerne la fin des temps, la religieuse augustinienne a laissé plusieurs témoignages choquants : « J’ai vu une apparition de la Mère de Dieu qui disait que la tribulation serait très grande. Elle a ajouté que les gens doivent prier avec ferveur… Ils doivent prier en particulier pour que l’Église des ténèbres quitte Rome« .

Les visions sont révélatrices d’une époque de subversion :  » J’ai vu une étrange église qui se construisait contre toutes les règles… Il n’y avait pas d’anges pour surveiller les opérations de construction. Il n’y avait rien dans cette église qui venait d’En Haut… Il n’y avait que division et chaos. Il s’agit probablement d’une église de création humaine, suivant la dernière mode… » ;

 » J’ai vu des choses déplorables : ils jouaient, buvaient et parlaient à l’église ; ils courtisaient aussi les femmes. Toutes sortes d’abominations y étaient perpétrées. Les prêtres permettaient tout et disaient la messe avec beaucoup d’irrévérence. J’ai vu que peu d’entre eux étaient encore pieux, et que seuls quelques-uns avaient une vision saine des choses. Toutes ces choses nous rendaient très tristes« .

La vision d’Elisabetta Canori Mora

D’autres mystiques contemporains d’Emmerich et de nos contemporains ont eu des visions et des messages de la Vierge et de Jésus de la même teneur, c’est-à-dire apocalyptiques ou liés à la fin du monde.

La bienheureuse Elisabetta Canori Mora (Rome, 21 novembre 1774 – Rome, 5 février 1825) a prophétisé : « … Le ciel sera couvert de nuages noirs, un formidable ouragan se lèvera, les légions de l’enfer se déchaîneront… Cette époque n’est pas aussi lointaine que vous le pensez…« .

À lire aussi | L’Archidiocèse de Denver défend la vérité de l’identité à l’école

Les châtiments d’Anna Maria Taigi

La bienheureuse Anna Maria Taigi (Sienne, 29 mai 1769 – Rome, 9 juin 1837), pour sa part, a prophétisé la prétendue fin du monde de la manière suivante : « Dieu enverra deux châtiments : l’un sous forme de guerres et de catastrophes et l’autre envoyé par le Ciel. Une obscurité tombera sur la terre qui durera trois jours et trois nuits et la lumière artificielle n’éclairera pas, seule la lumière des bougies bénies sera possible…« 

Cet article a été publié originellement et en italien par Aleteia (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire