Le cardinal Marx prévient qu'il ne faut pas trop parler de Dieu

Le cardinal Marx a mis en garde contre le fait de "trop" parler de Dieu. Dans un article pour "Herder Korrespondenz Spezial".

Il a déclaré : "Je pense que dans le passé, on a peut-être tout de même parfois parlé trop naturellement de Dieu, de son essence, de ses intentions, de sa volonté, et qu'on a ainsi plutôt obscurci le fait que Dieu reste le 'mystère absolu' et que toute déclaration à son sujet ne peut jamais être qu'analogique".

"C'est peut-être pour cela que la crise de l'Église est aussi une crise d'une institution qui a prétendu et prétend en savoir assez long sur Dieu et pouvoir transmettre sa volonté de manière autoritaire à tous les hommes", écrit l'archevêque de Munich et Freising dans son article. "Bien sûr, beaucoup diront : 'Mais c'est du passé ! Mais est-ce vraiment le cas ?"

Certains "concepts d'évangélisation" lui semblent "encore comme si on se représentait en quelque sorte d'un côté l'émetteur avec la vérité et de l'autre le récepteur dont on attend l'approbation", a poursuivi Marx.

En réalité, l'évangélisation est "un chemin commun sur les traces de l'homme de Nazareth, la célébration de la présence de Dieu au milieu de nous et la recherche commune de la vérité toujours plus grande que nous appelons Dieu. Car il ne s'agit pas simplement de l'avenir de l'Église. Il s'agit de l'avenir du discours sur Dieu et de la question de savoir ce que cette parole peut réellement signifier pour la vie des hommes".

"Ce n'est qu'en dépassant un discours trop superficiel, évident et sûr de lui sur Dieu, et en ouvrant en même temps un nouvel accès à l'expérience de Dieu de Jésus, que le cœur de la foi chrétienne sera mis à nu", a déclaré Marx avec conviction. "Jésus ne veut manifestement pas non plus proclamer un enseignement sur Dieu, une doctrine, mais il veut, par ses exemples et ses paraboles du royaume de Dieu, faire comprendre ce que signifie maintenant la présence de Dieu parmi nous, ce que signifie le contact du ciel et de la terre".

À lire aussi | Les catholiques vietnamiens invités à suivre l'exemple d'un martyr

En fin de compte, "on ne peut pas parler de Dieu sans regarder l'homme, l'individu comme l'humanité dans son ensemble. Un discours sur Dieu dans lequel la souffrance et la détresse ainsi que le bouleversement existentiel des hommes n'ont pas leur place tombe dans le vide. Un Dieu compris de manière aussi réductrice n'existe pas - et je n'en ai pas besoin. Le regard sur Dieu n'est pas possible sans le regard sur l'homme et sur les blessures du monde".

Cet article a été publié originellement et en allemand par le Catholic news agency ( Lien de l’article ).

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *