in , , , ,

Le cardinal Zen exprime ses inquiétudes concernant le synode

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Quelques jours avant que le Synode sur la synodalité ne commence son premier cycle de réunions au Vatican, une lettre du cardinal Joseph Zen a été divulguée aux médias, exprimant de sérieuses inquiétudes aux cardinaux et aux évêques du monde entier au sujet du rassemblement à Rome, et préconisant des changements dans le processus synodal ainsi que des discussions animées sur les sujets du rassemblement.

La lettre, dont une copie a été obtenue par CNA, est datée du 21 septembre – la fête de l’apôtre Saint Matthieu – et accuse les organisateurs du synode de manipulation et de poursuite d’un ordre du jour, plutôt que de permettre un discours ecclésiastique authentique. La nouvelle de l’existence de la lettre a été publiée par The Pillar mercredi.

Le cadre de la synodalité

Le cardinal Zen examine le cadre théologique de la synodalité en s’appuyant sur un document récent de la Commission théologique internationale, « La synodalité dans la vie et la mission de l’Église« , soulignant que la synodalité, à la base, se réfère à la « communion et à la participation de tous les membres de l’Église à la mission d’évangélisation« .

Le cardinal émet des réserves quant au peu de références à ce document essentiel approuvé par le Vatican dans les documents préparatoires du synode, ce qui implique une déviation potentielle des principes ecclésiastiques fondamentaux.

L’un de ces principes est « le ministère collégial des évêques« , écrit M. Zen, qui repose sur les fondements théologiques du concile Vatican II.

« Je suis déconcerté par le fait que, d’une part, on me dise que la synodalité est un élément constitutif de l’Église, mais que, d’autre part, on me dise que c’est ce que Dieu attend de nous pour ce siècle (comme une nouveauté ?)« .

Le cardinal, qui a cosigné le dubia en amont du synode, ajoute : « Comment Dieu a-t-il pu oublier de faire vivre à son Église cet élément constitutif au cours de ses 20 siècles d’existence ?« 

Le cardinal Zen partage « une confusion et une inquiétude encore plus grandes » face à « la suggestion qui est faite qu’enfin le jour est venu de renverser la pyramide, c’est-à-dire avec la hiérarchie surmontée par les laïcs« .

Le pape François a utilisé l’image d’une pyramide inversée dans un discours majeur en 2015, commémorant le 50e anniversaire de l’institution du synode des évêques en 2015. Décrivant le rôle de l’apôtre Pierre en tant que « rocher » sur lequel l’Église est fondée, le Saint-Père a déclaré :

« Mais dans cette Église, comme dans une pyramide inversée, le sommet se trouve sous la base« .

S’inspirant de ces propos, l’un des participants au Synode sur la synodalité, le père Ormond Rush, a plaidé en faveur de changements dans l’ecclésiologie et l’organisation de l’Église.

La leçon de la voie synodale allemande

Au centre de la critique du cardinal se trouve la voie synodale allemande, dont les participants ont voté en faveur de documents appelant à l’ordination sacerdotale des femmes, à la bénédiction des personnes de même sexe et à la modification de l’enseignement de l’Église sur les actes homosexuels, ce qui a suscité des accusations d’hérésie et des craintes de schisme.

Des inquiétudes ont été exprimées publiquement par le pape François, ainsi que par des responsables de l’Église de Pologne, des pays nordiques et du monde entier.

Les organisateurs allemands ont rejeté toutes les interventions, préférant mettre en place un Conseil synodal allemand permanent chargé de superviser l’Église en Allemagne et de mettre en œuvre les changements controversés.

Néanmoins, le cardinal Zen note que le pape « n’a jamais ordonné que ce processus en Allemagne » s’arrête, et que son discours aux évêques allemands lors de leur visite ad limina de 2022 – généralement publié dans le journal du Vatican L’Osservatore Romano – n’a pas été divulgué.

Au lieu de cela, les évêques allemands ont annoncé en mars qu’ils allaient de l’avant avec leurs projets.

Compte tenu des développements soigneusement planifiés et exécutés en Allemagne, la lettre du cardinal Zen met en garde contre les tentatives de s’écarter de l’ordre ecclésiastique traditionnel, suggérant que toute réorientation démocratique apparente est associée à des propositions de changements révolutionnaires dans la constitution de l’Église et les enseignements moraux sur la sexualité.

M. Zen note également le déclin précipité du nombre de fidèles catholiques en Allemagne depuis le début de la voie synodale, déclarant : « L’Église en Allemagne est en train de mourir« . Il met en parallèle cet effondrement avec le déclin du catholicisme aux Pays-Bas.

Éviter les conflits anglicans

En établissant un autre parallèle, Zen écrit : « Je pense qu’il n’est pas déplacé de mentionner ici le grand schisme qui menace la Communion anglicane« .

La Communion anglicane est une communauté mondiale de 85 millions de chrétiens, unis par des liens historiques avec l’Église d’Angleterre. Elle est actuellement confrontée à de profondes divisions internes sur des questions telles que le mariage homosexuel et l’ordination de personnes identifiées comme LGBTQ+ au sein du clergé.

Le cardinal Zen note que cette situation a conduit certains anglicans à demander à leur chef, l’archevêque anglican de Canterbury, de se repentir. Dans le cas contraire, ils « n’accepteront plus son leadership« , ajoute la lettre.

Zen se réfère à l’évolution anglicane comme un rappel brutal des chemins de division que l’Église catholique pourrait emprunter si elle était détournée par des interprétations erronées – ou pire, des manipulations – de la synodalité dans la poursuite d’un agenda douteux.

Un agenda et des conclusions toutes faites ?

Dans ce contexte, la lettre du cardinal accuse le Secrétariat du Synode – le bureau du Vatican responsable de l’organisation du Synode sur la synodalité – d’une conduite douteuse.

« Le Secrétariat du Synode est très efficace dans l’art de la manipulation« , écrit Zen, ajoutant : « Souvent, ils prétendent ne pas avoir d’agenda. C’est une véritable offense à notre intelligence. Tout le monde peut voir les conclusions qu’ils visent« .

Zen s’appuie sur des exemples bibliques pour souligner que le changement doit refléter un schéma divin plus large, plutôt que des altérations arbitraires. Il met l’accent sur un développement continu et harmonieux de la doctrine, dans la veine de St. John Henry Newman, plutôt que sur un changement insidieux de la narration, en particulier sur la moralité sexuelle.

Zen écrit que les organisateurs, tout en soulignant la nécessité d' »écouter tout le monde« , se concentrent sur un groupe en particulier : Petit à petit, ils nous font comprendre que parmi ces « tous« , il y a surtout ceux que nous avons « exclus« . Finalement, nous comprenons qu’il s’agit de personnes qui optent pour une morale sexuelle différente de celle de la tradition catholique.

Un Synode radicalement changé

Concernant la décision d’ajouter des participants laïcs sélectionnés avec un droit de vote, le cardinal écrit :

« Si j’étais l’un des membres du Synode, je protesterais vigoureusement, car cette décision change radicalement la nature du Synode, que le pape Paul VI avait voulu comme un instrument de collégialité épiscopale, même si, dans l’esprit de la synodalité, des observateurs laïcs ont été admis avec la possibilité de s’exprimer« .

« Donner le vote aux laïcs pourrait sembler signifier que l’on respecte le sensus fidelium, mais est-on sûr que ces laïcs qui ont été invités sont fideles ? Que ces laïcs vont au moins encore à l’église ? En fait, ces laïcs n’ont pas été élus par le peuple chrétien« , écrit M. Zen.

Le cardinal assure les cardinaux et les évêques : « Je ne propose pas une protestation, mais au moins une douce plainte accompagnée d’une demande : qu’au moins les votes des évêques et les votes des laïcs soient comptés séparément« .

Le prélat s’insurge également contre le calendrier général du synode. « Il n’y a eu aucune explication pour l’ajout (à mi-parcours) d’une autre session synodale pour 2024« , écrit M. Zen. Il se demande si « les organisateurs, qui ne sont pas sûrs de pouvoir atteindre leurs objectifs au cours de cette session, optent pour plus de temps pour manœuvrer. Mais si ce que l’Esprit Saint a voulu dire est clarifié par le vote des évêques, quel est le besoin d’une autre session ?« 

La nécessité d’un dialogue solide

Le cardinal accuse également les organisateurs d’essayer d’éviter les discussions honnêtes et animées, affirmant que c’est à travers un tel dialogue ouvert et robuste – comme lors de Vatican II – que le Saint-Esprit opère vraiment.

« Il me semble qu’à Vatican II, avant d’arriver à une conclusion presque unanime, ils ont consacré beaucoup de temps à des discussions animées. C’est là que l’Esprit Saint a agi. Éviter les discussions, c’est éviter la vérité« .

A lire aussi | L’exhortation apostolique du Pape François : Laudate Deum

La lettre invite les évêques à ne pas se contenter d’obéir aveuglément aux directives procédurales et les exhorte à accumuler les prières bien avant le Synode, à l’instar des préparations spirituelles du pape saint Jean XXIII avant Vatican II.

« Je sais que, lors du Synode sur la famille, le Saint-Père a rejeté les suggestions présentées par plusieurs cardinaux et évêques, précisément en ce qui concerne la procédure. Mais si vous présentez respectueusement une pétition soutenue par de nombreux signataires, peut-être sera-t-elle acceptée. En tout cas, vous aurez fait votre devoir. Accepter une procédure déraisonnable, c’est condamner le Synode à l’échec« .

Le cardinal, âgé de 91 ans, conclut en lançant un nouvel appel à la prière à ses frères évêques et cardinaux, ainsi qu’une pétition visant à modifier les procédures synodales. « Cette lettre que j’écris est confidentielle, mais il ne sera pas facile de la soustraire aux médias. Vieux comme je suis, je n’ai rien à gagner et rien à perdre. Je serai heureux d’avoir fait ce que j’estime être mon devoir« .

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

L'exhortation apostolique du Pape François : Laudate Deum

L’exhortation apostolique du Pape François : Laudate Deum

La dissolution de Civitas est actée par le gouvernement républicain.

La dissolution de Civitas est actée par le gouvernement républicain