in , ,

Le célibat des prêtres n’est pas une loi divine mais favorise la sainteté

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le célibat des prêtres n'est pas une loi divine mais favorise la sainteté
Le célibat des prêtres n'est pas une loi divine mais favorise la sainteté
Le célibat des prêtres n'est pas une loi divine mais favorise la sainteté

Le célibat des prêtres va-t-il être remis en question dans les années à venir ? Le père jésuite Gianfranco Ghirlanda, juriste canonique et ancien recteur de l’Université pontificale Grégorienne de Rome, parle des implications canoniques et spirituelles de la pauvreté, de la chasteté et de l’obéissance lors d’une conférence internationale sur le sacerdoce au Vatican le 19 février 2022.

L’exigence de célibat pour la plupart des prêtres de l’Église catholique de rite latin a des fondements théologiques et spirituels et pas seulement des motivations pratiques, ont déclaré les intervenants d’une conférence internationale sur le sacerdoce.

La chasteté, la pauvreté et l’obéissance de Jésus n’étaient pas « accessoires ou simplement fonctionnelles« , mais exprimaient son union totale avec Dieu et son dévouement au salut de l’humanité, a déclaré le père jésuite Gianfranco Ghirlanda, un avocat canon bien connu, le 19 février lors de la conférence au Vatican.

À lire aussi | Une subvention pour financer un réseau d’instituts de pensée catholiques

L’Église n’a jamais prétendu que le célibat est « intrinsèque » au sacerdoce, a-t-il ajouté, et, en fait, les Églises catholiques orientales ont maintenu la discipline d’avoir à la fois un clergé célibataire et marié, et l’Église latine a accueilli des prêtres mariés venant d’autres dénominations.

L’Abbé Guy Pagès avait déjà fait un article concernant le célibat et le sacerdoce :
Contrairement à ce que certains osent aujourd’hui l’affirmer, et même parmi les prélats de l’Église, celle-ci n’a jamais autorisé les prêtres à vivre maritalement. La question de l’ordination d’hommes mariés continue à être soulevée ici et là, dont le récent synode sur l’Amazonie. Des théologiens avancent jusqu’à l’autorité du Magistère pour affirmer que le célibat relèverait de la discipline de l’Église ‒ et serait donc modifiable ‒ et non pas de la nature du sacerdoce ‒ lequel étant participation à celui, éternel, du Christ, n’est pas modifiable.

Le statut des prêtres catholiques orientaux mariés a été soulevé dans plusieurs des questions posées au père Ghirlanda et au père Emilio Justo, professeur de théologie à l’Université pontificale de Salamanque, qui a également pris la parole le 19 février.

Faire de grandes déclarations sur la relation entre le célibat et le sacerdoce n’aidera pas les catholiques à comprendre sa « profonde signification spirituelle et théologique« , a répondu le père Ghirlanda ; le célibat « n’est pas une loi divine, car autrement la discipline des églises orientales ne serait pas possible, et il n’aurait pas été possible d’avoir des prêtres mariés dans l’église primitive, même s’ils étaient appelés à la continence« , comme le père Justo l’a dit dans son discours.

Un sacerdoce marié « n’est pas un sacerdoce de seconde classe« , a déclaré le père Ghirlanda, car les prêtres mariés annoncent également l’Évangile, dirigent le peuple chrétien et célèbrent les sacrements.

Le célibat ou le mariage « ne touche pas le sacerdoce en soi« , a-t-il ajouté.

Dans son discours, le père Ghirlanda a indiqué que dans le code de droit canonique de l’église latine, le célibat est considéré comme un don de Dieu qui permet aux prêtres « d’adhérer plus facilement au Christ avec un cœur sans partage et de se consacrer plus facilement au service de Dieu et de son peuple« .

La théologie catholique, la spiritualité et la loi ecclésiastique sur le sacerdoce, a-t-il dit, visent à promouvoir un « amour qui se donne« , dans lequel le célibat n’est pas vécu « de manière répressive comme une mortification et un déni« , mais comme l’expression de l’appel biblique à une « pureté du cœur » exigeant une « libération progressive des passions et le dépouillement des possessions terrestres« .

Dans son exposé sur l’histoire du célibat, le père Justo a expliqué aux participants qu’au cours du premier millénaire de l’Église, les prêtres mariés étaient courants, « mais je crois qu’il y avait des tendances prédominantes » favorisant le célibat et exigeant des prêtres mariés qu’ils « vivent la continence parfaite« , c’est-à-dire qu’ils renoncent aux relations sexuelles avec leurs épouses.

Pourtant, le pape Sirice publie en 385 une décrétale sur « la loi inviolable du célibat » Le souverain pontife s’appuie sur les écrits de Saint Paul de l’épître aux Corinthiens : « Il est bon à l’homme de ne pas avoir de communication avec la femme. Ce n’est point un commandement, c’est un conseil que je vous donne. Celui qui marie sa fille fait bien, celui qui ne la marie pas, fait mieux. Vous êtes libres ? Ne cherchez pas à contracter mariage. Celui qui est engagé, vit dans la sollicitude de ses affaires, s’occupe de plaire à son épouse et se trouve partagé dès lors, dans ses afflictions et dans ses œuvres. Celui qui n’a pas d’épouse, au contraire, ne vit que pour Dieu et ne cherche que des moyens de lui plaire » Sirice sera le premier pape à sanctionner le non-respect du célibat par la déchéance de la dignité ecclésiastique. Le moine Jovinien sera le premier à faire les frais du courroux de Sirice.

L’exigence de vivre le mariage de cette « manière anormale » était principalement théologique, a-t-il dit, et était fondée sur le rôle du prêtre en tant que médiateur entre Dieu et les fidèles, un rôle qui exigeait la « pureté« .

Cette pureté, a-t-il dit, est souvent considérée comme un simple rituel, « mais elle est liée à la sainteté » et à la conformité au Christ, qui s’est offert tout entier à Dieu pour le salut du monde.

« Le célibat n’est pas un appel à la solitude mais à la communion », a déclaré le père Justo. « L’église est l’espace où le ministre ordonné aime et est aimé ».

Le célibat, a-t-il dit, est une manière particulière d’être « configuré au Christ » et de répondre à l’appel « à aimer comme lui et avec lui, à servir avec lui et comme lui de la manière dont Jésus a historiquement aimé, c’est-à-dire de manière célibataire. »

À lire en anglais sur CNS

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Une subvention pour financer un réseau d'instituts de pensée catholiques

Une subvention pour financer un réseau d’instituts de pensée catholiques

Les divisions de l'Église peuvent-elles être guéries ?

Les divisions de l’Église peuvent-elles être guéries ?