Le chef de l'État indien promet d'agir contre les agresseurs d'Églises

Le chef du gouvernement provincial de l'État de Chhattisgarh, dans le centre de l'Inde, a promis de prendre des mesures contre les auteurs de l'attaque et du vandalisme perpétrés lundi dans une Église Catholique.

Le ministre indien en chef Bhupesh Baghel a rencontré l'Archevêque Victor Henry Thakur de Raipur quelques heures après l'attaque de l'église du Sacré-Cœur dans le district de Narayanpur, le 2 janvier.

"Nous avons discuté de la menace sérieuse qui pèse sur les chrétiens dans l'État et de l'incapacité de la police et des responsables de district à empêcher les attaques ciblées à leur encontre", a déclaré l'Archevêque Thakur à UCA News le 3 janvier.

Le ministre en chef indien lui a assuré qu'il ferait tout son possible pour traduire les responsables en justice, a ajouté le prélat.

"Ils ont cassé les portes de l'église et brisé les fenêtres pour entrer".

Ces derniers mois, des violences sporadiques ont éclaté dans les districts de Narayanpur et de Kondagaon, dans la région méridionale de Bastar dominée par les tribus. Elle trouve son origine dans le fait que les populations autochtones non chrétiennes insistent pour que leurs homologues chrétiens abandonnent leur foi et reviennent aux pratiques animistes traditionnelles.

L'Église du Sacré-Cœur a été attaquée par une foule armée de bâtons de bois et de barres de fer. Ils ont cassé les portes de l'église et brisé les fenêtres pour entrer, puis ont détruit l'autel, le crucifix, les statues et le mobilier, et ont éparpillé les hosties consacrées.

La foule a également détruit une grotte mariale et le presbytère, ainsi qu'une crèche de Noël dans l'enceinte de l'Église.

Le Père Jomon Devasia, le Prêtre de la paroisse, a déclaré à UCA News que lui et quatre autres Prêtres catholiques ont déposé une plainte au poste de police local. La police les a gardés sur place toute la nuit par mesure de précaution.

Le Prêtre a déclaré que le total des dommages à l'église était estimé à plus de 250 000 roupies indiennes (3 016 dollars), dont environ 50 000 roupies qui auraient été volées par la foule.

Pendant ce temps, des rapports provenant de villages du district de Narayanpur indiquent que la foule a détruit plusieurs maisons et églises appartenant à des chrétiens protestants la même nuit.

"Les nouvelles attaques sont une conspiration politique".

"Nous recevons des messages faisant état de nouvelles attaques survenues la nuit dernière et beaucoup de nos fidèles ont été contraints de se réfugier dans les forêts voisines", a déclaré le pasteur Mosses Logan, président de la Chhattisgarh State Christian Welfare Society.

Il a déclaré que des efforts étaient en cours pour localiser ceux qui ont fui et les aider.

L'Archevêque Thakur a imputé à la police la responsabilité de la situation critique des chrétiens dans l'État, affirmant qu'elle se rangeait du côté des agresseurs au lieu d'assurer la sécurité des victimes.

À lire aussi | Cardinal Zen : Benoît XVI sera un puissant intercesseur pour la Chine

Il soupçonne que ces nouvelles attaques sont une conspiration politique visant à diviser les autochtones innocents au nom de la religion.

Le Chhattisgarh est dirigé par le Parti du Congrès, qui ne jure que par ses idéaux laïques. Les chrétiens représentent moins de 2 % des quelque 30 millions d'habitants de l'État, dont la majorité est hindoue ou pratique la religion tribale.

Cet article a été publié originellement par le UCA News (Lien de l’article).

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *