in , ,

Le Pape François exhorte à rendre la migration sûre et légale

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le Pape François exhorte à rendre la migration sûre et légale

François a exhorté une organisation des Nations Unies à rendre la migration sûre et légale et de régulariser les personnes qui sont entrées dans des pays sans les documents appropriés.

François ne parle jamais des conséquences, comme en France, avec la montée de la violence, de la pauvreté, après des dizaines d’années d’accueil. Il ne parle jamais de ce que subissent les peuples Européens. Ce Pape est déconnecté de toute réalité et vit dans un monde de Bisounours.

Dans un message adressé le 29 novembre à l’Organisation internationale pour les migrations, le pape François a déclaré : « Il est urgent de trouver des moyens dignes de sortir des situations irrégulières. »

« Le désespoir et l’espoir prévalent toujours sur les politiques restrictives », a-t-il déclaré, de sorte que la migration se poursuivra quoi que fassent les pays. « Plus il existe de voies légales, moins il est probable que les migrants soient entraînés dans les réseaux criminels des passeurs de clandestins ou dans l’exploitation et les abus alors qu’ils contreviennent à la loi. »

À lire aussi | Jean-Pierre Schumacher, survivant du massacre de Tibhirine est décédé

Le message du pape a été lu par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, lors d’une réunion marquant le 70e anniversaire de l’agence onusienne. En 2011, le pape à la retraite Benoît XVI a décidé que le Saint-Siège deviendrait membre de l’organisation.

Tout en insistant sur le fait qu’une croyance en la dignité humaine signifie que les migrants doivent être traités comme des individus et non comme un « phénomène », le pape François a également fait des suggestions de politiques nécessaires pour aider à la fois les personnes en mouvement et les pays où elles cherchent une vie meilleure.

« Les migrants rendent visible le lien qui unit toute la famille humaine, la richesse des cultures et la ressource pour les échanges de développement et les réseaux commerciaux », a-t-il déclaré, mais cela dépend toujours de l’intégration des nouveaux arrivants. »

« L’intégration implique un processus à double sens, basé sur la connaissance mutuelle, l’ouverture mutuelle, le respect des lois et de la culture des pays d’accueil dans un véritable esprit de rencontre et d’enrichissement mutuel », a-t-il déclaré.

Il est essentiel de garder les familles de migrants intactes ou d’aider à réunir les familles, car les familles sont « une composante essentielle des communautés dans notre monde globalisé », a-t-il déclaré. 

Malheureusement, dans trop de pays, les travailleurs migrants se voient refuser les avantages et la stabilité de la vie familiale en raison d’obstacles juridiques. Le vide humain laissé lorsqu’un père ou une mère émigre seul est un rappel brutal du dilemme accablant d’être contraint de choisir entre émigrer seul pour nourrir sa famille ou jouir du droit fondamental de rester dans son pays d’origine avec dignité.

Et, a-t-il dit, plutôt que de simplement se plaindre des flux migratoires, « la communauté internationale doit s’attaquer de toute urgence aux conditions qui donnent lieu à la migration irrégulière » – pauvreté, conflits, discrimination, changement climatique – afin que la migration soit « un choix bien informé et non une nécessité désespérée. »

« En fin de compte », a déclaré le pape François, « la migration n’est pas seulement une histoire de migrants mais d’inégalités, de désespoir, de dégradation de l’environnement, de changement climatique », et aussi de « rêves, de courage, d’études à l’étranger, de regroupement familial, de nouvelles opportunités, de sûreté et de sécurité. , et un travail dur mais digne. »

Encore une fois, la migration apparemment ne concerne que le migrant, mais jamais celui qui est obligé de recevoir des gens qui ont la haine de tout ce que représente le charitable, François oublie que chaque peuple a le droit de choisir, il a le droit d’être libre de refuser l’immigration, libre de choisir d’aider seulement à ses frontières, ou dans le pays des concernés, mais de ne pas les intégrer chez eux.

Le migrant, est placé comme un élu par la république et en même temps par le pape, encore une fois, sur ce sujet, François scande d’une même voix que les immigrationnistes mondialistes fous.

Crux

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire