in , ,

Le Salvador inculpe l’ancien président pour le meurtre de six jésuites

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le Salvador inculpe l'ancien président pour le meurtre de six jésuites

Les procureurs du Salvador ont engagé des poursuites contre un ancien président pour le meurtre de six jésuites en 1989, un crime perpétré par des soldats pendant une guerre civile brutale dans ce pays d’Amérique centrale.

L’ancien président Alfredo Cristiani et 12 autres personnes – pour la plupart d’anciens soldats – ont été inculpés pour leur implication dans le meurtre de six jésuites, de leur gouvernante et de sa fille dans leur résidence sur le campus de l’Université centraméricaine José Simeón Cañas, gérée par les jésuites, à San Salvador.

Le procureur général du Salvador, Rodolfo Delgado, a annoncé ces accusations le 25 février, déclarant que son bureau « est déterminé à traduire en justice les responsables de cet événement malheureux et tragique qui s’est produit pendant le conflit armé« .

À lire aussi | L’archevêque catholique polonais salue les réfugiés ukrainiens

Il a ajouté que le bureau du procureur général « encourage la recherche de la vérité, la recherche de la justice, la réparation pour les victimes et que ce genre d’actions malheureuses ne se reproduira pas« .

Les charges retenues contre Cristiani et les autres suspects comprennent apparemment les meurtres, le terrorisme et la conspiration, selon l’Associated Press.

Cristiani, qui est diplômé en administration des affaires de l’université jésuite de Georgetown à Washington, D.C., a nié toute implication dans les meurtres des jésuites du 16 novembre 1989. Il a été président de 1989 à 1994.

Les tentatives pour obtenir justice au Salvador dans l’affaire des jésuites assassinés se sont parfois révélées impossibles. Mais en janvier, la Cour suprême du pays a ordonné la réouverture de l’enquête sur les meurtres, statuant favorablement sur une requête du procureur général.

Deux anciens soldats ont été condamnés en 1993 pour leur rôle dans ces crimes, mais ont été libérés après l’approbation d’une amnistie plus tard dans l’année. L’un des soldats, le colonel Guillermo Benavides, a été réincarcéré en 2016 après que l’amnistie a été déclarée inconstitutionnelle.

Un autre ancien soldat, le colonel Inocente Orlando Montano, a été reconnu coupable par un tribunal espagnol en 2020 pour cinq des meurtres – cinq des jésuites étaient espagnols – et condamné à 133 ans et quatre mois de prison. Le tribunal a qualifié le crime d’acte de « terrorisme d’État« , auquel ont participé les hauts responsables militaires et le président de l’époque.

Almudena Bernabeu, le procureur principal qui a poursuivi l’affaire pendant 12 ans, a déclaré au Catholic News Service après le procès, que Cristiani « protégeait activement les soldats et dissimulait les preuves« .

Le père jésuite Andreu Oliva, recteur de l’Université d’Amérique centrale, a déclaré au média El Faro en février : « La participation de l’ancien président Cristiani, comme celle du reste des accusés, doit être clarifiée dans le processus judiciaire au Salvador.« 

Il a ajouté que l’université « souhaite connaître la vérité, dans le cadre d’un procès mené avec toutes les garanties d’une procédure régulière, quelle que soit la personne qui s’avère être responsable » des crimes.

À lire en anglais sur Crux

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

L'archevêque catholique polonais salue les réfugiés ukrainiens

L’archevêque catholique polonais salue les réfugiés ukrainiens

Bonheur du ciel, récompense de la victoire remportée sur Satan

Bonheur du ciel, récompense de la victoire remportée sur Satan