L'enquête sur l'affaire de la "fille du Vatican" est rouverte
in , , ,

L’enquête sur l’affaire de la « fille du Vatican » est rouverte

Le promoteur de la justice du Vatican a annoncé lundi la réouverture de l’enquête sur la disparition d’Emanuela Orlandi, une adolescente vaticane dont la disparition dans les années 1980 a depuis donné lieu à une myriade de théories du complot.

Dans une brève déclaration publiée sur Vatican News, le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, a indiqué lundi que la décision de rouvrir l’enquête a été prise en partie en réponse à plusieurs demandes formulées par la famille d’Orlandi.

M. Bruni a précisé que le promoteur de justice – essentiellement le procureur – du Vatican, Alessandro Diddi, avait confirmé cette décision d’ouvrir à nouveau le dossier, qui est clos depuis près de trois ans.

Emanuela Orlandi était la fille de 15 ans d’Ercole Orlandi, envoyé de la préfecture de la Maison pontificale et citoyen de l’État de la Cité du Vatican. Sa disparition le 22 juin 1983, après être partie pour un cours de musique à Rome, a fait la une des journaux et a fait l’objet de spéculations pendant des années.

En avril 2020, un juge du Vatican a officiellement classé l’affaire, qui avait été rouverte l’année précédente après que des membres de la famille d’Orlandi eurent reçu un tuyau selon lequel les restes de la jeune fille pourraient se trouver dans un cimetière du Vatican.

Cette enquête a finalement autorisé l’ouverture de deux tombes dans le cimetière du Collège Teutonique, qui se trouve sur une propriété du Vatican adjacente à la ville-État ; ces tombes se sont avérées complètement vides, et dans un rebondissement inattendu, les fonctionnaires du Vatican ont découvert des « milliers » d’ossements humains – pas ceux d’Orlandi – dans un ossuaire précédemment inconnu à proximité.

Des tests scientifiques effectués en juillet 2019 sur des fragments d’os trouvés dans le cadre de l’enquête ont révélé que les os étaient trop vieux pour être les restes d’Orlandi, selon les déclarations du Vatican à l’époque.

La déclaration du Vatican n’a pas donné plus de détails sur les raisons pour lesquelles l’affaire est rouverte, mais l’intérêt du public pour cette affaire a été ravivé l’automne dernier après la sortie de « Vatican Girl : The Disappearance of Emanuela Orlandi » sur Netflix.

Cette série documentaire sur un crime réel, réalisée par Mark Lewis, a été diffusée pour la première fois sur le service de streaming en octobre 2022. La série présente des entretiens avec des sujets qui avancent de nombreuses théories sur la disparition d’Emanuela Orlandi, dont aucune n’a été étayée.

Près de deux semaines après sa disparition, le Pape Jean-Paul II l’a mentionnée dans sa prière hebdomadaire de l’Angélus et a demandé aux responsables de sa disparition de se manifester. Peu de temps après, sa famille a commencé à recevoir des appels téléphoniques de personnes prétendant être associées à des groupes nationalistes turcs, qui ont déclaré avoir enlevé Orlandi comme monnaie d’échange pour obtenir la libération de Mehmet Ali Ağca, l’assassin potentiel de Jean-Paul II. Ağca a par la suite affirmé à plusieurs reprises, la dernière fois en 2006, qu’Orlandi était bien vivante, peut-être dans un couvent. Cela n’a jamais été confirmé.

D’autres spéculent que la mafia italienne est impliquée dans sa disparition ou qu’elle a été enlevée sur l’ordre d’un ecclésiastique pour envoyer un message à son père employé au Vatican.

Le documentaire conserve pour le dernier épisode la théorie selon laquelle le Vatican aurait été impliqué d’une manière ou d’une autre dans la disparition d’Orlandi, sur la base d’une nouvelle interview d’un ami d’enfance de la jeune fille disparue. Le Vatican nie avoir joué un quelconque rôle dans sa disparition.

L’avocat de la famille Orlandi, Lauro Sgrò, a déclaré lundi au Wall Street Journal que la famille avait appris la décision par des reportages.

À lire aussi | Le progressisme de Benoît XVI était en réalité un retour aux sources

« Nous sommes heureux et nous avons confiance dans le fait qu’il y aura une enquête minutieuse et approfondie. Si une quelconque responsabilité incombe au Vatican, il est temps qu’elle apparaisse. Nous devons livrer la vérité à la famille« , a déclaré M. Sgrò au Wall Street Journal.

Lewis, le réalisateur du documentaire, a clairement indiqué qu’il ne prétendait pas avoir résolu le mystère de la disparition d’Orlandi, mais il a déclaré qu’il espérait, « pour le bien de la famille, que ces dernières pièces [du puzzle] soient trouvées« .

Cet article a été publié originellement par le Catholic News Agency (Lien de l’article).

Aider Lecatho en faisant un don

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire