Les 4 derniers chapitres du livre du cardinal Fernandez

Découvrez 4 chapitres du livre du cardinal Fernandez "La pasion mistica espiritualidad y sensualidad" ou en français "Passion mystique, spiritualité et sensualité".

Tous les médias parlent surtout des 3 derniers chapitres, et également le chapitre 6, car il décrit l’expérience fantasmée d’une ado de 16 ans avec Jésus. D’après les médias, c’était un truc de fou. J’ai d’ailleurs relayé un article à ce sujet, mais finalement, lisez par vous-même, il est question d’un simple baiser sur la bouche imaginé par cette jeune fille. Je pense que peu de ces médias ont vraiment lu les écrits des saintes et mystiques catholiques si ce genre de truc les choquent.

Il faut redescendre un peu, à part deux trois passages un peu bizarres, il n’y a vraiment pas de quoi casser trois pattes à un canard, hein. Je pense que beaucoup cherchent tout et n’importe quoi pour casser du sucre sur le cardinal Fernandez pour en somme démontrer que c’est un furieux hérétique. Même si je ne pense pas personnellement comme lui, il vaut mieux éviter les scandales inutiles et là, c’est clairement le cas.

Attention, je n’ai pas lu le chapitre 3 en entier ni le 1,2,5, même si vu les noms de ces chapitres, il y a peu de chance qu’il s’y trouve quelque chose du genre, mais d’après les médias, ce sont ceux que j’ai traduits plus bas qui étaient normalement hardcore.

Le seul reproche que j'aurais à faire, c'est que certains détails du chapitre 7 étaient inutiles, c'est assez gênant et un peu trop sexualisé à certains endroits. Néanmoins, à part quelques lignes de ce chapitre, je ne vois pas grand chose d'aussi abusé que les médias l'ont prétendu.

N'hésitez pas à commenter si vous trouvez d'autres trucs dans les 6 premiers.

Extrait de "Passion mystique : spiritualité et sensualité" de Victor Manuel Fernandez, traduis de l'espagnol par Lecatho (google) (1998).

Chapitre 6 : Ma belle viens

Je vais essayer de décrire, avec mes pauvres mots, une expérience d'amour, une rencontre passionnelle, une expérience d'amour, une rencontre passionnée passionnée avec Jésus, qui m'a été racontée par une adolescente de seize ans. C'est une jeune fille de seize ans qui me l'a racontée. Depuis cette rencontre, la vie de cette jeune fille a changé du tout au tout, et ses parents comme ses amis sont aujourd'hui étonnés de la façon dont elle a changé de vie. ses amis s'étonnent aujourd'hui de la façon dont elle a surmonté son égoïsme, sa vanité son égoïsme, sa vanité, et bien des misères qu'elle avait auparavant.

"Tu es le plus beau des hommes, la grâce est répandue sur tes lèvres" (Ps 45, 3).

Et si tu es le plus beau, Jésus, pourquoi ne pas te contempler, pourquoi ne pas t'admirer, pourquoi ne pas jouir de toi ?

Je te vois marcher au bord du lac, toujours jeune, toujours en bonne santé. Je te vois te baigner dans la mer, laissant ces gouttes avoir le privilège de te toucher. Je te vois posé sur le rivage, allongé sur le sable, et c'est comme si quelque chose d'infini brillait à travers tes pores. C'est une peau humaine, mais belle comme aucune autre.

Laisse-moi caresser ta peau, Jésus, lentement, avec toute la capacité d'amour qu'a cette petite créature. Parce que toi, plus que quiconque, Jésus, tu sais te laisser aimer. Votre peau n'a pas besoin de caresses, elle n'a pas besoin de mon amour, car votre cœur est pleinement satisfait de la gloire et de l'amour divin ; Mais vous permettez aux créatures de vous aimer et vous jouissez de leur amour, tout comme vous leur avez permis de vous haïr lorsqu'elles vous ont cloué sur la croix.

Et ta mère, la femme la plus libre de l'histoire, me permet aussi de t'aimer ; accepte de partager avec moi cette joie sublime et nous laisse tranquille.

Je caresse tes mains, Seigneur, j'entrelace tes doigts avec les miens, je sens la chaleur et la délicatesse de ta peau. Je caresse le bout de tes doigts, tout en contemplant cette blessure très sainte que tu gardes dans la paume de ta main. J'embrasse cette blessure, Seigneur, et donc je t'aime. Ici où personne d'autre ne le sait, où tous les secrets de mon âme vous sont révélés, sans crainte, sans vergogne. Pour que ton amour guérisse tout, illumine tout, ordonne tout.

Je caresse tes bras, Jésus, doucement. Ces bras qui étaient accrochés à la croix, qui ont connu les douleurs les plus terribles, et qui reposent maintenant triomphants, pleins de vie et d'harmonie, pleins de chaleur et de santé. Laisse-moi les caresser, Seigneur, même si cet amour ne te rend pas l'affection que je t'ai refusée tant de fois ; mais qu'au moins en ce moment tu sois seulement l'amour de ma vie.

Laisse-moi caresser ton visage, délicat et harmonieux, plein de charme et de jeunesse. Le plus beau visage que l’on puisse imaginer, les caractéristiques les plus attrayantes auxquelles on puisse penser. Laisse-moi caresser tes joues, toi front, vos paupières maintenant entrouvertes.

Tu es réveillé, Seigneur, tu n'ignores pas ma présence et mes caresses. Même si tu n'en as pas besoin, tu les acceptes de ma part, parce que tu es devenu un homme pour pouvoir mieux m'aimer.

Je caresse ton visage, Jésus, et j'atteins ta bouche. Ta bouche qui prononçait les mots les plus importants de l'histoire, ta bouche qui parlait avec amour et pour amour.

Je caresse tes lèvres, et dans un élan de tendresse sans précédent tu me permets de les embrasser doucement. J'ai cru entendre votre invitation qui apparaît dans la Bible :

« Embrasse-moi des baisers de ta bouche. » Mais c'est seulement maintenant que j'ose t'obéir, et dans ce baiser délicat, ce n'est pas toi qui reçois quelque chose ; C'est ma petite humanité qui reçoit tout, tout de toi.

Et maintenant Marie est présente, elle te prend dans ses bras, comme lorsqu'on t'a enlevé mort de la croix et qu'elle t'a reçu sur ses genoux. Maintenant, il vous a plein de vie, et vous vous laissez à nouveau tomber comme abandonné, confiant. Tu reposes sur les jambes fermes de sa mère. Son cœur n'a plus un passé de douleur, mais plutôt la pleine joie de l'amour et de la vie.

Et Marie m'invite à continuer à t'aimer.

Puis je caresse tes jambes délicates, qui me semblent des colonnes parfaitement sculptées, pleines de force et de vitalité. Je les caresse, je les embrasse, je regarde comment ils s'appuient sur les jambes de María et tombent sereinement. Et j'embrasse tes pieds, et je caresse tes pieds endoloris qui étaient cloués sur la croix.

Alors, Jésus, comme encouragé par mon baiser, tu te lèves ; et je tombe en admiration devant ta gloire. Vous me regardez avec fermeté et tendresse, et vous me montrez les blessures de vos mains, comme pour dire : "Regarde, je t'aimais sérieusement." Alors je sens que tu m'invites à t'aimer non seulement avec mes caresses, non seulement avec mes baisers, non seulement avec mes élans d'amour, mais avec ma manière de vivre, avec tout le sérieux de mon existence, avec mes œuvres. d'amour, permettant à ta présence d'inonder tout, te permettant de t'impliquer dans mes affaires. Maintenant je découvre que tu n'es pas capable de détruire ma liberté, que tu ne peux rien gâcher de beau, que tout est prévu si je te laisse entrer. C'est pourquoi je te demande, Seigneur, de m'aider à t'embrasser au milieu de ma routine, de me permettre de te caresser parmi les joies mondaines de ma vie. Et permets-moi aussi de t'embrasser, crucifié, lorsque j'éprouve les douleurs et les échecs, les déceptions et les peurs les plus profondes.

Puissé-je toujours t'aimer dans les personnes que je sens miennes et dans celles que je préfère enterrer, dans les endroits que j'aime et dans ceux qui me font peur, dans mes moments les plus précieux et dans les heures sombres. Quand vous voulez, où vous voulez, comme vous le souhaitez ; parce que vous êtes toujours nouveau, vous êtes toujours différent, vous êtes toujours nouveau.

Je t'aime Je t'aime...

Chapitre 7 : Orgasme masculin et féminin

Nous nous demandons maintenant si cette expérience mystique, où l'être tout entier est emmené par Dieu, si cette sorte d'"orgasme mystique", est vécue par chacun selon sa sexualité, c'est-à-dire si l'homme la vit comme un homme et femme d'une manière féminine. Pour ce faire, regardons d'abord comment les hommes et les femmes vivent l'orgasme, et quelle est la différence entre un orgasme masculin et un orgasme féminin.

Normalement, les femmes, plus que les hommes, trouvent le sexe sans amour très insatisfaisant et ont besoin de conditions adéquates pour se sentir sexuellement excitées. Elle est moins attirée que les hommes par le visionnage de photos comportant des scènes sexuelles violentes, des images d'orgies, etc.

Mais cela ne veut pas dire qu'elle se sent moins excitée par la pornographie hardcore, mais plutôt qu'elle l'apprécie et la valorise moins et, dans certains cas, cela suscite la peur.

Elle aime davantage les caresses et les baisers, et a besoin que l'homme joue un peu avant de la pénétrer. Mais lui, en somme, s'intéresse plus au vagin qu'au clitoris.

Aux moments d'orgasme, il émet généralement des grognements agressifs ; elle, un babillage enfantin ou des soupirs.

N'oublions pas que les femmes possèdent un riche plexus veineux autour du vagin, qui maintient une bonne circulation sanguine après l'orgasme. C'est pourquoi il est généralement insatiable. Vous devez soulager la congestion pelvienne, et en attendant, après l'orgasme, vous pourriez avoir envie de plus. Les femmes ont besoin de plus de temps, de plus de dévouement ; Elle a besoin que l'homme lui donne quelque chose en plus une fois qu'il a atteint sa propre satisfaction. Mais il se libère normalement bien lors de l'éjaculation et est satisfait et épuisé. Cela se termine et passe à autre chose, comme s’il était laissé vide à l’intérieur.

Après l'éjaculation, il veut se reposer ou cherche du repos ailleurs. Elle, en revanche, reste coincée, dans un mélange de repos et de joie qui a besoin de la compagnie attentive de l'être aimé. Lorsque l’homme atteint l’orgasme, son intérêt pour elle chute brusquement, il est épuisé, alors qu’elle a plus que jamais besoin de lui. Avant l'éjaculation, il fait un grand effort, et dans le processus vers l'orgasme, il est de plus en plus maître de la situation, jusqu'à atteindre un point où il cède complètement, cesse d'être maître de lui-même et perd conscience de sa liberté. C’est pourquoi les femmes, au fond, ont peur de la possession totale et n’acceptent pas toujours facilement cet abandon. Elle a un sombre respect pour le pouvoir masculin et est perturbée par la pornographie violente.

L'homme, qui produit constamment du sperme, est plus capable de profiter d'une variété de femmes, tandis que la femme, qui émet peu d'ovules et seulement pendant une certaine période, valorise davantage l'intimité sûre. Elle met tout dans chaque enfant qui est en gestation dans son corps ; alors qu'il peut féconder des centaines d'utérus supplémentaires.

Mais n’oublions pas que sur le plan hormonal et psychologique, il n’existe pas de pur mâle ni de pure femelle.

Demandons-nous maintenant si ces particularités des hommes et des femmes en orgasme se retrouvent également d’une manière ou d’une autre dans la relation mystique avec Dieu.

On pourrait dire que les femmes, parce qu'elles sont plus réceptives, sont aussi plus disposées à se laisser prendre par Dieu, elles sont plus ouvertes à l'expérience religieuse. C’est peut-être la raison pour laquelle les femmes prédominent dans les temples.

Mais dit ainsi, nous affirmerions que l'expérience mystique est typiquement féminine et serait interdite aux personnages nettement masculins. Et précisément cette question nous oblige à repenser ce que nous appelons masculin, et si nous devons réellement identifier le masculin avec la tendance active qui cherche à posséder les femmes. Ne connaît-on pas des situations dans lesquelles une femme extrêmement féminine est capable de posséder et de dominer complètement un homme ? Le pape Jean-Paul II, dans son document sur la dignité de la femme, constate une sorte de « supériorité » des femmes en raison de leur capacité à contenir et à soutenir les hommes : La force morale des femmes, leur force spirituelle, est unie à la conscience que Dieu lui confie l'homme d'une manière particulière... La femme est forte grâce à la conscience de cet abandon... Cette conscience et cette vocation fondamentale parlent aux femmes de la dignité qu'elles reçoivent de Dieu lui-même, et tout cela les rend « fortes »... et devient un soutien irremplaçable et une source de force spirituelle pour les hommes et les autres, qui perçoivent la grande énergie. de son esprit (Mulieris Dig nitatem, 30, df).

Jean Boudrillard soutenait que l'homme a créé ses institutions et son pouvoir pour contrecarrer les pouvoirs originels supérieurs de la femme, notamment sa fécondité, sa force d'intuition et de séduction et sa persévérance1. Il ne semble donc pas sérieux d'affirmer que l'homme est celui qui domine, celui qui tient les rênes.

Mais disons que Dieu a une puissance infinie et une créativité surnaturelle, de sorte qu'il est capable de s'adapter à la psychologie de chaque être humain en particulier et de donner à chacun une expérience d'amour, une rencontre avec Lui qui l'emmène complètement, corps et âme. , sans violer les inclinations de leur psychologie féminine ou masculine. Mais une attitude de réceptivité sera toujours de mise. En fait, dans tout véritable amour humain, les deux parties, chacune à sa manière, doivent être réceptives. Si l’homme n’est pas réceptif et veut seulement être actif et dominant, il ne peut pas expérimenter pleinement la richesse de l’amour. Dieu utilise donc cet aspect réceptif, qui ne manque pas à l'homme, pour lui faire vivre l'expérience de son amour. En fait, tout homme a fait l'expérience d'être réceptif et dépendant d'une autre personne, lorsqu'il reste serein dans les bras de sa mère.

D’un autre côté, il peut aussi arriver qu’une femme, par peur, renie son attitude réceptive et résiste à l’amour divin. C'est pourquoi, répétons-le, quiconque souhaite vivre une expérience pleinement heureuse de l'amour divin doit demander à Dieu la grâce de se laisser aimer. En effet, Cari ou Carretto, un homme aux caractéristiques nettement masculines, nous raconte que lors de sa rencontre la plus merveilleuse avec Dieu, il s'est senti comme une petite fille confiante, qui ne semblait pas ennuyeuse ou contraire à ses inclinations les plus profondes, mais plutôt douce et douce. .avilloso : À vingt-trois ans, lorsque Dieu a fait irruption en moi avec son Esprit, ma relation avec lui a complètement changé ma vie... Dieu est intervenu en amoureux. Au début, cela me semblait quelque chose de si beau et de si chaleureux que je le considérais comme une présomption sentimentale... J'avais peur d'être la proie d'un romantisme bon marché... Mais ce n'était pas comme ça. L'intimité qu'il m'a donnée était si vraie, si forte, qu'elle laissait des traces, et il les laissait là où le doute n'était pas possible. .. Je n'oublierai jamais l'irruption de son Esprit en moi. C'était vraiment l'émergence d'un amant fou, qui me demandait de lui rendre la pareille avec toute ma folie...

Puis j'ai compris avec expérience que chacun de nous, même s'il est de sexe masculin, Dieu l'appelle féminin. Quand je suis chez lui avec lui, je me blottis à ses côtés comme une petite fille qui attend tout de lui et sans prétention de tout savoir... Toute la spiritualité de l'homme biblique est féminité : réceptivité, disponibilité, attente, désir de petitesse, service, adoration... Pour une raison quelconque, les femmes sont les plus accessibles à la religion (« J'ai cherché et j'ai trouvé, Bs. As., 1985, 59 -61.70).

Mais disons plus précisément que dans l'expérience mystique, Dieu touche le centre le plus intime de l'amour et du plaisir, un centre où peu importe que nous soyons un homme ou une femme. Et dans ce centre, nous sommes tous réceptifs et vivons une expérience dans laquelle nous ne sommes pas pleinement maîtres de nous-mêmes.

C’est pour cette raison que les scientifiques disent souvent que les différences entre les hommes et les femmes se font sentir dans la phase précédant l’orgasme, mais pas tellement dans l’orgasme lui-même, où les différences entre le féminin et le masculin ne sont plus aussi claires et semblent disparaître.

Nous pouvons donc dire que dans l'expérience mystique, ce que Dieu touche est un centre d'amour dont l'être humain ne peut que dépendre. Parce que l'être humain n'est pas un dieu tout-puissant, mais une créature, et c'est pourquoi la partie la plus intime de sa réalité est la dépendance, c'est "recevoir" l'être, c'est vivre de Dieu même s'il l'ignore, c'est boire de sa source de vie. Et c'est précisément pour cette raison que, dans l'expérience mystique, celui qui est éminemment actif est Dieu, et la créature, qu'elle soit mâle ou femelle, se plaît à dépendre entièrement du Dieu aimant, à se « laisser aimer » par lui avec confiance. C’est précisément la grande étape spirituelle.

Évidemment, il peut y avoir certaines caractéristiques secondaires qui montrent que l'homme le vit d'une manière différente de la femme, mais cela ne change pas l'essence de la situation.

expérience, où l'homme et la femme sont fondamentalement réceptifs. Et c'est seulement parce qu'ils acceptent de recevoir de Lui, de dépendre de son élan d'amour, qu'ils peuvent aussi se sentir actifs, qu'ils peuvent sentir qu'ils participent personnellement et de manière créative à cette expérience d'amour. En même temps, ils expérimentent ce contact divin sans se sentir forcés, car la grâce de Dieu a le pouvoir divin de nous faire accepter son initiative d'amour en toute liberté.

Chapitre 8 : Et j’étais sur le point d’atteindre l’orgasme

Tout ce que nous avons vu nous montre que Dieu n'est pas l'ennemi de notre bonheur, qu'il ne mutile pas notre capacité d'aimer, car c'est l'amour, l'amour passionné, l'amour qui fait le bien, qui libère, qui guérit.

Mais nous pouvons nous demander si nous sommes tous appelés à une expérience passionnée de Dieu, comme celles qu’ont vécues les mystiques dont nous avons parlé.

Tout d’abord, il faut dire que tout dépend de ce que Dieu veut donner à chacun. Nous ne pouvons jamais exiger que Dieu se donne à nous d’une manière ou d’une autre, car si nous pouvons exiger que personne ne se conforme à tous nos désirs, personne ne le peut.

forcez-le à nous aimer d’une manière particulière, sauf Dieu. D’un autre côté, nous pouvons voir que Dieu a toujours donné son amour de manières très différentes. Certains saints ont commencé à avoir des expériences enivrantes de Dieu peu de temps après leur conversion, ou lors de la conversion elle-même ; d'autres, comme sainte Thérèse d'Avila, ont réalisé ces expériences après de nombreuses années de sécheresse spirituelle.

Sainte Thérèse de Jésus, bien qu'elle se sente tendrement aimée de Dieu, n'a jamais eu d'expériences très "sensuelles" de son amour, et il semble qu'elle n'ait atteint une joie débordante et passionnée qu'au moment de sa mort, lorsque son visage fut transfiguré et qu'Il a dit ses derniers mots : "Je t'aime, oh mon Dieu, je t'aime !"

Mais nous devons aussi dire que si cette expérience amoureuse et passionnée de la présence de Dieu est quelque chose d’épanouissant, quelque chose qui harmonise et apaise merveilleusement notre affectivité et notre sensualité, alors nous avons tous au moins le droit de la désirer. Si cette expérience passionnée de Dieu libère notre psychologie de tant de sentiments d’insatisfaction, de tant de blessures que nous avons reçues par manque d’amour, alors nous avons le droit d’aspirer à ce que Dieu nous accorde cette expérience libératrice. Si nous savons que notre émotivité blessée et insatisfaite nous conduit souvent à faire du mal aux autres, à ne pas nous consacrer avec joie au service des autres, alors il nous est permis d'être attirés par cette expérience de Dieu qui nous permettrait d'être plus disponible, plus serein, plus généreux, moins soucieux de nous-mêmes.

Mais tout n’est pas dit non plus. Parce que nous croyons que Dieu prend en compte le chemin que nous essayons de suivre et veut que nous soyons personnellement impliqués dans notre chemin de libération. L'initiative est toujours sa grâce ; mais une fois qu'il nous l'a donné, il nous prend si au sérieux qu'il nous permet d'apporter quelque chose de nous-mêmes pour que cette grâce remplisse tous les recoins de notre être. Par exemple, si quelqu'un est malade parce qu'il a une rancune dans son cœur, un manque de pardon envers son père, alors il semble que le simple fait de demander pardon à Dieu et de recevoir sa grâce ne suffit pas à le libérer de ces blessures qui ils le conditionnent. Ce qu'on appelle la « coopération » avec la grâce reçue, une prière « adéquate », est également requise.

Une bonne prière est plus que prier un Notre Père demandant à Dieu de me libérer de ma maladie. C'est une prière où j'essaie de guérir, avec la grâce de Dieu, la racine de ma maladie, ce manque de pardon que j'ai envers mon père, par exemple.

Alors, chaque jour, je demande à Dieu la grâce de pouvoir comprendre et pardonner à mon père. Et si je réalise que je ne veux même pas lui pardonner, alors pendant un moment je demande à Dieu la grâce de « vouloir » lui pardonner. Et dans cette mystérieuse combinaison de l'initiative de Sa grâce et de mes pauvres tentatives, le moment viendra où surgit spontanément en moi le désir sincère de pardon, et alors une forte impulsion pour donner ce pardon, pour dire, au moins en mon intérieur : "Papa, je te pardonne et je te remercie parce que tu m'as donné la vie."

Une fois ce pardon accordé, il est très possible que beaucoup de choses commencent à se résoudre, que la maladie devienne plus supportable et peut-être guérie. Nous voyons alors qu'il existe une « manière » plus appropriée de faire une prière, qui facilite l'action de la grâce dans une dimension de mon être où elle n'est pas encore arrivée.

La même chose peut se produire dans mon expérience de l'amour de Dieu. Il se peut que mon expérience de Dieu soit vraie, même si je la vis au milieu d’une aridité émotionnelle. Il se peut que Dieu me purifie à travers cet abandon sans sentiments ni passion et que ma foi soit très profonde. Mais si en même temps mon affectivité n’est pas saine, cela veut dire que cette expérience n’est pas suffisante.Par exemple, s'il ne me suffit pas d'être fidèle à ma femme, ou d'être heureux dans mon mariage, ou de vivre mon célibat avec joie, ou de travailler avec enthousiasme, ou de bien traiter les autres, cela signifie que la façon dont Comment je trouve que Dieu est encore très pauvre.

Je peux alors me demander si je n'échappe pas, pour différentes raisons, à l'amour de Dieu ; S’il n’y a pas quelque chose en moi qui me pousse à résister à l’amour de Dieu, à me méfier de lui, etc.

Alors, je peux commencer à lui demander chaque jour de me donner sa grâce pour lui donner cette peur, de me jeter dans ses bras, de le laisser entrer là où je ne le lui permets pas.

Quelqu'un pourrait penser qu'en fait, il serait préférable maintenant de profiter de cette courte vie et, en tout cas, de laisser cette expérience de l'amour divin jusqu'après la mort, puisque nous aurons toute l'éternité pour cela. Mais c’est absurde si l’on pense que chaque créature, chaque chose belle de ce monde, si précieuse soit-elle, n’est qu’un pâle reflet de la beauté infinie de Dieu. Lui seul est beau, et les autres choses ne sont belles que dans la mesure où elles reçoivent quelque beauté de cette source infinie qu'est Dieu. C'est pourquoi tous les attraits de ce monde devraient désormais nous élever à la rencontre de la source divine, pour boire à cette source inépuisable de bien et de beauté. Autrement, ce serait comme si nous passions quatre-vingts ans à sentir l’arôme d’un délicieux repas au lieu de nous asseoir à table et de l’apprécier avec plaisir. Mais par ailleurs, attendre la mort pour faire l’expérience de Dieu va à l’encontre de la logique de l’amour. Aucune personne véritablement amoureuse ne serait capable de passer quatre-vingts ans à essayer d'autres plaisirs et de laisser pour plus tard l'étreinte merveilleuse de l'être aimé. Il ne pouvait tout simplement pas supporter l'attente, ces années lui sembleraient éternelles, et toutes les autres beautés ne le satisferaient jamais, elles ne feraient qu'éveiller sa soif de l'embrasser de plus en plus. Il en va de même pour ceux qui ont goûté à l’amour divin, comme saint Augustin, saint François d’Assise, etc.

Cela ne veut pas dire que Dieu me donnera bientôt l'expérience d'Angèle de Foligno ou les blessures de saint François d'Assise. Il me donnera ce dont mon cœur a besoin et ce qu’il veut me donner librement. Il existe également des tempéraments naturellement mieux prédisposés à ce type d’expériences et d’autres qui le sont moins. Mais il est très possible qu'en suivant un chemin adéquat, nous puissions tous vivre une expérience plus complète de l'amour de Dieu, une expérience qui guérit notre affectivité malade, notre émotivité blessée, qui nous rend plus joyeux dans notre dévouement quotidien, qui rend nous plus libres et plus heureux.

Mais cela ne veut pas forcément dire que cette expérience joyeuse de l’amour divin, si je la réalise, me libérera de toutes mes faiblesses psychologiques. Cela ne veut pas dire, par exemple, qu’un homosexuel cessera nécessairement de l’être. Rappelons-nous que la grâce de Dieu peut coexister avec les faiblesses et aussi avec les péchés, lorsqu'il existe un conditionnement très fort.

Dans ces cas-là, la personne peut faire des choses qui sont objectivement pécheresses, mais sans être coupable et sans perdre la grâce de Dieu ni l’expérience de son amour. Voyons comment le dit le Catéchisme de l'Église catholique : L'imputabilité et la responsabilité d'un acte peuvent être diminuées et même supprimées en raison de l'ignorance, de l'inadvertance, de la violence, de la peur, des habitudes, des affections désordonnées et d'autres facteurs psychologiques et sociaux (CEC 1,735). .

Il peut y avoir une religieuse qui doit faire de grands sacrifices pour être fidèle à sa virginité, parce que sa psychologie a de forts conditionnements dans cet ordre, et pourtant, en même temps, vivre une belle et très authentique expérience de l'amour de Dieu, qui rend heureux

Disons enfin que, pour vivre une expérience joyeuse et passionnée de l'amour divin, il existe une coopération extrêmement importante : les actes d'amour envers le frère. Chaque acte généreux, chaque service d’amour que nous rendons aux autres nous assure que notre expérience de Dieu est sur la bonne voie. Voici ce que dit la Bible :

Celui qui aime son frère marche dans la lumière et ne trébuche pas. Mais celui qui n'aime pas son frère est dans les ténèbres, Il marche dans les ténèbres, il ne sait pas où il va, car les ténèbres l'ont rendu aveugle (1 Jn 2, 10-11).

De plus, tout acte d'amour sincère envers notre frère ouvre notre cœur, l'adoucit et le libère de l'égoïsme. Et ainsi le cœur est mieux disposé à se laisser aimer par Dieu.

C'est pourquoi saint Bonaventure disait que les œuvres de miséricorde facilitent la contemplation divine et nous préparent à aimer pleinement Dieu : Il y a une certaine action qui, avec la contemplation, ne l'empêche pas, mais la rend plutôt plus facile, comme les œuvres de miséricorde et piété (IV Sent., 37,1, 3, ad6j.

Celui qui veut être un parfait amoureux de Dieu doit s'exercer avant tout dans l'amour du prochain ('III Sent., 21, 2, 4).

En ce sens, il est bon de noter que lorsque la Bible parle de Dieu comme mari, elle ne fait pas référence au Seigneur.

Seigneur comme l'époux du cœur de chaque être humain, mais comme l'époux de son Peuple ou de l'Église (Os 2, 21-25 ; Eph 5, 25 ; Ap 21, 2-3). Cela signifie que je ne peux vivre une expérience authentique et passionnée de l'amour de Dieu que si je me sens partie de son Peuple, si je rejoins son Église, si je ne m'isole pas et ne me sépare pas des autres.

Chapitre 9 : Dieu dans l’orgasme du couple

Jusqu’à présent, nous avons parlé de la possibilité d’atteindre une sorte d’orgasme épanouissant dans notre relation avec Dieu ; ce qui n'implique pas tant de modifications physiques, mais simplement que Dieu parvient à toucher le centre âme-corporel du plaisir, de sorte qu'une satisfaction qui englobe la personne entière soit expérimentée. Cela nous amène à une autre conséquence importante : cela nous invite à découvrir que, si Dieu peut être présent à ce niveau de notre existence, il peut aussi être présent lorsque deux êtres humains s'aiment et atteignent l'orgasme ; et cet orgasme, vécu en présence de Dieu, peut aussi être un acte sublime d'adoration de Dieu.

C'est sans doute si l'on part d'un postulat élémentaire : Dieu aime le bonheur de l'homme, c'est donc aussi un acte d'adoration envers Dieu que de vivre un moment de bonheur.

Certains textes de la Bible confirment cette vérité : Il n'y a pas de plus grand bonheur pour l'homme que de manger, de boire et de s'amuser au milieu de sa fatigue. Je vois que cela vient aussi de la main de Dieu, puisque quiconque mange et boit, cela vient de Dieu (Ec 2, 24-25).

Et en même temps que si un homme mange et boit, et jouit du bien-être au milieu de son travail, c'est là un don de Dieu. (Ecc 3 : 13).

Fils, traite-toi bien avec ce que tu as... Ne te prive pas de passer une bonne journée, ne manque de satisfaire aucun désir légitime (Sir 14,11.14).

On voit ainsi que le plaisir est aussi quelque chose de religieux, car « c'est un don de Dieu ». Ainsi, celui qui est capable de jouir de la présence de Dieu peut plus facilement prendre conscience de l’amour de Dieu et ainsi s’ouvrir à l’amour des autres. Celui qui n’est pas capable de jouir des plaisirs de la vie, parce qu’il ne s’aime pas et ne s’accepte pas, sera difficilement capable d’aimer généreusement les autres. C'est pourquoi la Bible dit :

Celui qui est mauvais envers lui-même ne peut être bon envers personne. Il ne trouve pas de contentement au milieu des trésors. Personne n'est pire que celui qui se torture (Ecclésiastique 14:5-6).

Nous pouvons donc dire que nous plaisons à Dieu et que nous l’adorons lorsque nous sommes capables de jouir des petits plaisirs légitimes de la vie.

Ainsi, nous n'avons pas besoin d'échapper ou de nous cacher de Dieu lorsque nous jouissons, car c'est Lui qui « a créé toutes choses pour que nous puissions en jouir » (1 Tim 6 : 17). Lisons, par exemple, l'éloge du vin dans la Bible : Le vin est comme la vie pour l'homme, si vous le buvez avec mesure. Qu'est-ce que la vie pour ceux qui n'ont pas de vin, créé pour la joie des hommes ? C'est la joie du cœur et le contentement de l'âme... (Monsieur 31,27-28).

Tout cela peut aussi être dit du plaisir sexuel, créé par Dieu pour le bonheur de l’homme. C’est pour cette raison que nous trouvons dans la Bible elle-même des éloges pour le corps de la femme, tels que ceux-ci :

Comme tu es belle, comme tu es charmante, ô amour, ô fille des délices ! Votre tel ressemble à un palmier, et vos seins sont comme des grappes. C'est pourquoi, je l'ai déjà dit, je grimperai sur le palmier et je prendrai ces grappes (Cant. 7 : 79).

De plus, le plaisir sexuel a une noblesse particulière par rapport aux autres plaisirs du corps, car le plaisir sexuel se vit à deux, se partage et peut être une merveilleuse expression d'amour. Mais c'est précisément pour cette raison que le plaisir sexuel peut perdre toute sa beauté lorsqu'il n'est qu'une recherche de satisfaction personnelle et que l'autre n'est pas pris en compte, lorsque l'autre n'est utilisé que pour le bénéfice personnel de chacun.

Le fait est qu’un être humain n’est pas une assiette de nourriture ou un verre de vin. Il est sacré et ne peut être utilisé, mais doit être un objet d'amour.

Quand le plaisir sexuel s'obtient dans un acte d'amour, quand ceux qui font l'amour sont deux personnes qui s'aiment, qui s'accompagnent, qui s'entraident, qui ont décidé devant Dieu de tout partager pour toujours et malgré tout, alors le le plaisir est aussi un acte d'adoration envers Dieu, qui aime le bonheur de ceux qui s'aiment. Dans cette rencontre d'amour, chacun ne recherche pas à tout prix son propre plaisir, mais traite l'autre avec une délicatesse et une tendresse qui reflètent l'amour divin, cherchant à ce que l'autre jouisse aussi le plus possible et soit immensément heureux. Ainsi, le plaisir de l’orgasme devient un avant-goût de la merveilleuse fête de l’amour qu’est le paradis. Parce qu’il n’y a rien qui anticipe mieux le ciel qu’un acte de charité.

Il faut donc dire que Dieu n'aime pas l'attitude de certaines personnes faussement spirituelles qui nient en permanence les relations sexuelles avec leur conjoint, sous prétexte qu'elles recherchent un amour plus « parfait ». Car c'est précisément l'union sexuelle, en tant qu'expression de l'amour, qui manifeste le mieux l'amour des époux, celle qui le protège le mieux et qui le fait le plus grandir. Le Concile Vatican II le disait déjà : Cet amour, associant à la fois l'humain et le divin, conduit les époux au don libre et mutuel d'eux-mêmes, manifesté par des sentiments et des actes de tendresse, et imprègne toute la vie. s'exprime et se perfectionne particulièrement avec l'acte conjugal ('Gaudium et Spes, 49).

Le plaisir sexuel n'empêche pas la spiritualité ou la contemplation, car si l'union sexuelle est un acte d'amour, elle ne fait qu'ouvrir le cœur, et facilite ainsi la contemplation de Dieu. Saint Bonaventure disait déjà que « nul n'arrive à la contemplation s'il ne s'exerce dans l'amour d'autrui » (111S., 27, 2, 4 ; IV S., 37, 1, 3, ad ó), et selon saint Thomas Thomas d'Aquin "l'affection humaine s'étend avec plaisir" (SummaTh., I-IIae., 31,3)

C’est la mentalité grecque qui a influencé négativement le christianisme, transmettant un certain mépris du corps. Les Grecs n’avaient pas une vision de l’homme aussi unitaire que celle de la Bible ; ils considéraient plutôt l'homme comme étant constitué de deux « parties », l'âme et le corps. Pour cette raison, ils passèrent facilement de l’exaltation du corps à son mépris total. S’ils étaient dédiés au corps, le corps était tout ; S’ils se consacraient aux choses spirituelles, ils méprisaient tout ce qui concernait le corps. Lorsque cette mentalité grecque a influencé le christianisme, elle a produit l'idée que pour être plus « spirituel », il fallait mépriser le corps. Cependant, nous savons que les pires péchés, comme l’orgueil ou la haine, ne sont pas exactement des péchés liés au corps ; ils sont plutôt « spirituels » ; et nous savons aussi que le corps intervient aussi dans les plus grandes œuvres d'amour et de dévouement.

Évidemment, nous ne voulons pas dire que tout ce qui concerne le corps est sacré, car un couple peut enlever au sexe son but le plus précieux, et les amants peuvent devenir simplement deux égocentriques qui se masturbent. De plus, le sexe ne devrait être qu'une partie de la vie du couple, une manière agréable d'exprimer son amour et de se rendre heureux ; Le sexe pour le sexe est une forme de ce qui se produit à l'adolescence et du manque de maturation. Le sexe pour le sexe est en effet la forme de sexualité la plus courante chez l'adolescent qui se masturbe, car dans la masturbation il atteint le plaisir et échappe à l'engagement envers l'autre, il se protège des autres et ne donne rien de lui-même. Il reste ainsi lié à ses parents et ne sort pas de la coquille familiale. La même chose arrive à ceux qui changent constamment de partenaire et échappent ainsi à leur engagement émotionnel. Et c'est en résumé ce que propose la publicité : orner son propre corps et l'entourer de choses impressionnantes pour obtenir des objets de plaisir ; C’est ainsi que le corps est dépouillé de sa dignité d’instrument et d’expression de l’amour.

Pour que le sexe ne soit pas seulement une manière de se servir et de se consommer, il est essentiel que le couple ait d'autres préoccupations et, surtout, que l'amour mutuel s'ouvre pour rechercher ensemble le bonheur des autres. Se battre ensemble pour quelque chose, sortir de l'enfermement étouffant des deux, évite au plaisir de tomber malade ou de mourir, car ainsi le cœur reste ouvert.

En effet, à l’image chrétienne de Dieu, l’amour entre Dieu le Père et son Millet s’ouvre nécessairement à une troisième personne, le Saint-Esprit. Ainsi, tout amour authentique de couple, source des meilleurs plaisirs, est ouvert aux autres. Le plaisir qui non seulement produit une décharge momentanée, mais qui planifie et donne également le bonheur, est ce qui est uni à l'amour, et l'amour est la vraie sainteté. Et le plaisir est tellement lié à la sainteté que, selon saint Thomas, si l'homme était libre du péché, il y aurait bien plus de plaisir dans les relations sexuelles (Summa Th., I, 98, 2).

Ainsi, dans la mentalité de saint Thomas, la relation sexuelle dans le mariage n'est plus un « péché permis », comme le disaient certains saints Pères de l'Église, mais elle peut aussi être un acte méritoire, qui fait grandir la perfection d'un être humain. aux yeux de Dieu. Il est intéressant de découvrir comment, dans d’autres religions, il existe également une profonde appréciation du plaisir sexuel. Danielou, à partir d'une analyse du Shi-vaïsme, fait la réflexion suivante :

La joie est le reflet de l’état de perfection, de l’état divin. L'espace d'un instant, l'homme oublie ses intérêts, ses problèmes, ses devoirs, et participe au sentiment de bonheur qui est sa vraie nature, sa nature immortelle... On atteint mille fois plus facilement la perfection intérieure - dit cette ancienne religion - par la expérience de la joie des corps que par les austérités. De l'union érotique à l'union mystique il y a un pas facile à franchir (La sculpture érotique, Paris 1973,15)

De l'union érotique à l'union mystique, il y a un pas facile à franchir (La sculpture érotique, Paris 1973,15).

Et un vénérable théologien égyptien du XVe siècle a rendu à Dieu la louange suivante :

Louange à Allah, qui établit des pénis aussi durs et droits que des lances pour faire la guerre aux vagins (Al Sonuouti).

N'oublions pas que la sexualité humaine fait partie de l'œuvre la plus parfaite de Dieu, celle du dernier jour, où Dieu, en contemplant ce qu'il a fait, « vit que c'était très bien » (Gn 1, 31).

Séparer Dieu du plaisir, c’est renoncer à vivre une expérience libératrice de l’amour divin. Vouloir se cacher de Dieu lorsque nous éprouvons du plaisir, comme cette femme qui cachait le crucifix lorsqu'elle avait des relations avec son mari, c'est croire en un faux Dieu qui, au lieu de nous aider à vivre, devient un persécuteur qui déteste notre joie.

A lire aussi | Canonisation de la bienheureuse Marie-Antoinette de Saint-Joseph

Tout comme un artiste peut offrir à Dieu, avec une immense tendresse, une merveilleuse œuvre d'art qu'il a réussi à créer, de même un couple peut offrir à Dieu un bel acte d'amour dans lequel il parvient à déborder de plaisir et de gratitude, se rendant heureux. .

mutuellement. Dieu aime aussi avec nous; Il est le plus merveilleux des poètes, car leur inspiration est aussi le reflet de la sublime poésie de Dieu.

Pour une raison quelconque, lorsque les poètes ne trouvent plus de mots pour parler des excès de leur amour, ils utilisent des mots à fort contenu religieux. Par exemple, le mot « grâce » est l’un des termes les plus sacrés de la théologie chrétienne, car il exprime l’amour totalement libre de Dieu, qui ne peut être gagné ou acheté avec quoi que ce soit, qui ne peut être reçu que comme un don divin. Lorsque Pablo Neruda a voulu parler de ce que signifiait pour lui le corps de sa femme bien-aimée, il a dû recourir à ce mot :

Corps de ma femme,

Je persisterai dans votre grâce.

Ma soif, mon désir illimité…

(Poème 1).

Le livre en téléchargement


Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

2 commentaires

  1. Bonjour,
    Le premier point choquant de ce livre est que le préfet, chargé de défendre la vérité, l'a dissimulé lorsqu'il a officiellement listé ses écrits. Cela ressemble donc à un mensonge par omission.
    Quant au contenu, vu la nouvelle position de l'auteur, on ne peut pas demander à la Sainte Inquisition d'analyser le texte !..

    • Il est vrai, que le livre a été volontairement évincé durant la liste de ses écrits à la prise de poste, je n'ai rien lu concernant une quelconque défense ou le pourquoi il y a eu cette dissimulation. Mais en soi, les chapitres montés en épingle par les médias ne sont pas si furieux que ça, je m'attendais à dix fois pire. De toute façon, nous savons qu'une bonne partie de notre clergé est très gauchiste et 68 ard, il faut patienter et souffrir, le Seigneur offrira une nouvelle génération bien plus tradi et déter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *