in , , ,

Les catholiques argentins ne cachent pas leur aversion pour le candidat Milei

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr


En Argentine, à l’approche du second tour des élections présidentielles prévu le 19 novembre, de nombreux catholiques, y compris des membres du clergé populaire, ne cachent pas leur opposition au candidat Javier Milei, qui a ouvertement critiqué voire insulté le pape François.

Milei, un anarchocapitaliste autoproclamé qui souhaite réduire drastiquement la taille de l’État argentin, a remporté 30% des voix au premier tour de l’élection présidentielle le 22 octobre.

Le père José María « Pepe » di Paola, responsable de l’équipe des « prêtres des bidonvilles » de l’archidiocèse de Buenos Aires, a été l’une des voix les plus fortes contre Milei. Avec des dizaines de ses collègues, di Paola a organisé une messe de réparation le 5 septembre, après que Milei ait insulté François à plusieurs reprises lors d’interviews et sur les réseaux sociaux.

Dans une interview du 2 novembre avec la radio publique Télam, di Paola a déclaré à propos de Milei que « personne de foi ne peut pencher vers des propositions électorales inhumaines« . Malgré les tentatives des évêques argentins de se distancier du prêtre, certains pensent que non seulement le clergé a tenté d’intervenir et de vaincre Milei, mais même le pape l’a fait.

« Une partie de l’Église a été très claire dans son rejet de Milei« , a déclaré le sociologue Marcos Carbonelli, chercheur au Conseil national de la recherche scientifique et technique de l’Argentine et expert des dynamiques religieuses du pays.

« Ce segment a décrit Milei comme une figure diabolique, quelqu’un qui est contre tout ce qui vient des classes populaires« , a ajouté Carbonelli.

Milei a été le sujet de nombreuses homélies lors des messes à travers le pays. Carbonelli a également souligné la visite du candidat à Luján le 30 septembre, où « on pouvait voir des dizaines et des dizaines de banderoles contre les idées de Milei et défendant la doctrine sociale de l’Église« .

En tant qu’adepte d’économistes conservateurs tels que Friedrich Hayek et Ludwig von Mises, Milei s’est fait connaître en Argentine par ses apparitions au cours de la dernière décennie dans des émissions d’actualités télévisées, où il démontrait ses idées socio-économiques radicales.

Milei a souvent critiqué François pour exprimer ses opinions extrêmes sur le rôle de l’État dans l’économie.

Lorsqu’un jour François a posté sur les réseaux sociaux que payer des impôts est important car ces fonds peuvent aider les pauvres, Milei a déclaré que le pape est toujours « du côté du mal« . À une autre occasion, lors d’une apparition télévisée en 2020, il a critiqué le pape pour défendre la justice sociale et a appelé le pontife « l’imbécile qui est à Rome« .

Le père espagnol Paco Olvera, membre d’un mouvement appelé « Prêtres pour l’Option pour les Pauvres« , a déclaré que, pour Milei, « la redistribution économique opérée par l’État est l’œuvre du diable« .

Selon Olvera, il existe en effet une opposition directe entre le programme économique de Milei et l’Évangile. « La chose la plus fondamentale dans l’Évangile, c’est la fraternité. Cet homme dit que chaque personne doit prendre soin d’elle-même sans le soutien de l’État« , a ajouté Olvera.

Francisco Bosch, théologien laïc qui accompagne les communautés ecclésiales de base en Amérique latine, a déclaré que la candidature de Milei a été la première fois que les catholiques des mouvements populaires ont bénéficié de la collaboration des membres de la hiérarchie pour organiser une campagne contre un candidat politique.

« Cela a été l’élection la plus ‘religieuse’ de toutes les élections argentines, malgré le sécularisme croissant dans le pays. Les attaques de Milei contre la doctrine sociale catholique ont suscité une voix prophétique de l’Église« , a déclaré Bosch.

Bosch a déclaré que François lui-même a accordé une interview à Télam avant le premier tour des élections et semblait faire référence à Milei, au moins indirectement.

« J’ai très peur des joueurs de flûte parce qu’ils sont des charmeurs. S’ils étaient des joueurs de flûte de serpent, je les laisserais tranquilles, mais ce sont des charmeurs de personnes… et ils finissent par faire noyer les gens« , a déclaré François à la radio, ajoutant que la crise économique du pays ne peut pas être résolue par des « rédempteurs » avec des flûtes.

Cette déclaration a été interprétée en Argentine comme un message clair contre les propositions radicales présentées par Milei, qui incluent l’adoption du dollar américain comme monnaie du pays, la fermeture de la banque centrale du pays et la réduction des dépenses gouvernementales.

Beaucoup considèrent les propositions de Milei comme totalement impraticables, mais sa manière de les soutenir, combinant une performance publique impressionnante avec du sarcasme et des jurons, attire de nombreux enthousiastes, surtout parmi les jeunes.

En août, lors des élections primaires, Milei a reçu le plus grand nombre de votes de tous les candidats, avec près de 30% de soutien. Patricia Bullrich, une ancienne ministre de la Sécurité conservatrice, et Sergio Massa, le candidat de centre-gauche et actuel ministre de l’Économie, étaient juste derrière lui.

Beaucoup pensaient que Milei serait le vainqueur au premier tour des élections, peut-être même élu sans besoin d’un second tour. Mais il s’est retrouvé derrière Massa, qui s’était présenté pour la première fois à la présidence en 2015.

« Il y a eu beaucoup plus de participation. Une plus grande partie des électeurs n’est pas disposée à donner à Milei le pouvoir de gouverner notre nation. Ses idées sont totalement différentes de notre tradition politique« , a déclaré Susana Traversi, une laïque catholique de Buenos Aires qui a joué un rôle actif dans la campagne contre le candidat anarchocapitaliste avant le premier tour.

Membre d’une organisation catholique dans la ville d’Avellaneda axée sur la promotion des droits de l’homme, Traversi a déclaré que son groupe et d’autres mouvements laïques de la région ont organisé plusieurs marches et autres activités pour faire campagne contre Milei.

« Et maintenant, nous faisons campagne pour Massa. Même les personnes qui ont été touchées par la crise économique actuelle voteront pour lui« , a-t-elle déclaré.

À lire aussi | Des collèges suivant la doctrine catholique voient leurs chiffres exploser

Traversi a déclaré qu’elle n’avait vu une telle participation active du clergé dans la politique qu’en 1983, lorsque l’Église a joué un rôle central dans la reconstruction des institutions argentines après la dictature militaire.

« Ce n’est pas le moment d’être neutre. C’est pourquoi même les prêtres l’ont critiqué« , a-t-elle déclaré.

Ana Belén Molina, une laïque qui travaille avec des communautés de base dans la province du Chaco, au nord-est de l’Argentine, a déclaré que de nombreux militants de la région ont visité des maisons et ont parlé aux gens des risques de voter pour Milei depuis le début de la campagne.

« L’idée est d’aider les gens à réaliser que le projet gouvernemental de Milei est anti-Évangile, attaque la doctrine sociale de l’Église et met en danger 40 ans de travail pour construire des droits sociaux« , a-t-elle dit.

Molina a déclaré que les paroles du pape pendant la campagne ont touché l’âme de nombreux catholiques argentins, « surtout quand il a fait allusion aux faux prophètes qui essaient de tromper les pauvres, qui en fait les détestent« .

Elle a ajouté qu’elle continuerait à consacrer ses efforts jusqu’au second tour des élections le 19 novembre, « élevant nos voix avec clarté et cohérence évangélique« .

Cet article a été initialement publié par Daily Signal puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Des collèges suivant la doctrine catholique voient leurs chiffres exploser

Des collèges suivant la doctrine catholique voient leurs chiffres exploser

Saint Thomas d'Aquin en 2023 : Entretien avec Arnaud Dumouch

Saint Thomas d’Aquin en 2023 : Entretien avec Arnaud Dumouch