Les évêques camerounais déplorent la misère continuelle du pays

Les évêques camerounais déplorent la misère continuelle du pays

Les évêques du Cameroun ont condamné la "misère continuelle dans laquelle vit notre population, parmi les nombreux maux qui frappent notre pays", à l'issue de leur réunion annuelle.

Les prélats ont dénoncé "les crises continues dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l'Extrême-Nord ainsi que "le tribalisme promu par certaines élites opposant les pauvres les uns aux autres."

Les évêques faisaient allusion à la crise séparatiste dans les régions anglophones de l'Ouest du pays majoritairement francophone et à l'insurrection islamiste de Boko Haram dans le Nord.

"Il y a des crises qui se perpétuent parce qu'il y a certaines personnes qui entretiennent cela, justement parce que cela les arrange", a déclaré l'évêque Emmanuel Abbo de Ngaoundéré, dans le nord du pays.

"Il y en a qui ne seraient pas prêts à ce que cette guerre se termine parce que, pour eux, elle comporte certains avantages…. financiers, matériels et autres. Les informations que nous avons reçues montrent clairement que ces conflits sont vraiment entretenus, à commencer par les acteurs eux-mêmes, sur le terrain, car nous avons l'impression que c'est devenu un business", a-t-il déclaré.

À lire aussi | Saint Irénée officiellement nommé docteur de l’Église

"Les Ambazoniens [nom que se donnent les séparatistes anglophones] qui sont sur le terrain, qui commettent des exactions, qui volent la population, c'est devenu un business pour eux, une façon de s'enrichir. Et aussi, certainement, par certaines autorités qui ne voudraient pas que cette guerre se termine parce que c'est à leur avantage", a déclaré l'évêque.

L'évêque George Nkuo de Kumbo a déclaré que, même s'il ne pouvait pas parler au nom des autres évêques, il était d'accord avec M. Abbo.

"J'ai vu des gens qui profitent de cette guerre", a déclaré Nkuo à Crux.

"Kumbo est actuellement bloqué, par exemple, parce qu'il y a des gens qui se battent pour leurs intérêts. Kumbo est bloqué depuis une semaine. Les marchés sont fermés, les routes sont bloquées, rien ne bouge. J'ai voyagé de Jakiri à Kumbo [une distance de 23 kms] hier à moto. Il n'y a aucun doute sur le fait que certaines personnes profitent de la crise. Il y a des gens qui veulent que la guerre continue parce qu'ils en profitent. Et qui souffre ? C'est le peuple qui souffre", a déclaré l'évêque.

Selon M. Nkuo, la crise séparatiste dans les régions anglophones du Cameroun est le résultat de décennies d'injustice à l'égard des anglophones du pays.

Très souvent, les responsables gouvernementaux ont insisté sur un retour à la paix comme moyen de sortir de la crise. Mais Nkuo a déclaré que la paix ne peut venir sans justice.

"La justice et la paix vont de pair et lorsque nous parlons de ces deux questions étroitement liées, nous parlons de l'esprit de l'Eglise", a-t-il déclaré à Crux.

Vous ne pouvez pas avoir la paix sans justice ; il y a un manque de paix aujourd'hui parce qu'il y a eu une situation d'injuste qui a été perpétuée. Et nous ne parlons pas seulement des anglophones du Cameroun. L'Écriture nous dit : "Si votre main est douloureuse, tout le corps est malade. Le Cameroun est donc malade et a besoin d'être guéri".

Selon lui, pour guérir la nation, il faut commencer par s'attaquer aux causes profondes du conflit.

Le Cameroun était une ancienne colonie allemande divisée entre la Grande-Bretagne et la France après la Première Guerre mondiale. La partie du pays administrée par la France a obtenu son indépendance en 1960 et est devenue la République du Cameroun. La partie anglophone du Cameroun a obtenu son indépendance un an plus tard, mais s'est réunie avec la partie française pour former la République fédérale du Cameroun.

Cependant, la fédération est devenue un État unitaire en 1972, et le président actuel, Paul Biya, a supprimé le mot "uni" du nom officiel du pays en 1984.

Selon Nkuo, les changements de nom ne sont qu'une partie du problème. Des décennies de marginalisation et de négligence de la partie anglophone du pays sont au cœur du problème. En 2016, une série de manifestations d'enseignants et d'avocats anglophones ont été violemment réprimées par le gouvernement central, ce qui a conduit à l'insurrection actuelle. Jusqu'à présent, plus de 4 000 personnes ont été tuées, et plus de 700 000 personnes déplacées.

Les évêques ont annoncé que le 24 avril, dimanche de la Miséricorde Divine, sera une journée de pèlerinage national et de prière pour la paix. Le pays sera consacré à Marie au sanctuaire de Marienberg dans le diocèse d'Edea.

À retrouver en anglais sur Crux

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *