in , , ,

Le Pape promet justice aux victimes d’abus après la faute de Ratzinger

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le Pape promet justice aux victimes d'abus après la faute de Ratzinger

Le Pape François s’est engagé à rendre justice aux victimes d’abus sexuels commis par des membres du clergé, après qu’un audit indépendant a reproché au pape Benoît XVI, aujourd’hui à la retraite, d’avoir négligé quatre cas d’abus lorsqu’il était archevêque de Munich, en Allemagne.

Le Pape François s’est engagé vendredi à rendre justice aux victimes d’abus sexuels commis par le clergé et les autorités allemandes ont demandé un complément d’enquête après qu’un audit indépendant a reproché au pape retraité Benoît XVI d’avoir bâclé quatre cas d’abus lorsqu’il était archevêque de Munich, en Allemagne.

Les retombées de ce rapport ont continué à se faire sentir vendredi, alors que les responsables de l’Église digéraient les conclusions selon lesquelles un pape à qui l’on attribue le redressement de Vatican sur la question des abus avait en fait mal géré des cas plus tôt dans sa carrière.

Un jour après la publication du rapport, François a rencontré les membres du bureau du Vatican qui gère les cas d’abus sexuels lors d’une audience prévue à l’avance. La Congrégation pour la doctrine de la foi a été dirigée par le cardinal Joseph Ratzinger pendant près d’un quart de siècle avant que celui-ci ne devienne le pape Benoît XVI en 2005.

Dans son discours, François n’a pas fait référence aux conclusions du rapport sur la manière dont l’archidiocèse de Munich a traité les cas d’abus entre 1945 et 2019. M. Ratzinger y a été archevêque de 1977 à 1982.

Mais François a déclaré que l’église continuait à discerner la voie à suivre dans le scandale des abus, qui a discrédité la hiérarchie catholique de Vatican dans le monde entier.

« L’Église, avec l’aide de Dieu, s’acquitte avec une ferme détermination dans l’engagement de rendre justice aux victimes d’abus commis par ses membres, en appliquant avec une attention et une rigueur particulières la législation canonique prévue« , a déclaré François au groupe.

Il a rappelé qu’il avait récemment mis à jour les normes du Vatican pour traiter les cas d’abus afin de les rendre plus efficaces.

« Cela ne peut suffire à endiguer le phénomène, mais c’est une étape nécessaire pour rétablir la justice, réparer le scandale et réformer le délinquant« , a-t-il déclaré.

Le rapport allemand préparé par un cabinet d’avocats indépendant a révélé que Ratzinger a mal géré quatre cas de clergé abusif pendant son mandat d’archevêque. Jusqu’à jeudi, seul un cas connu impliquant son mandat à Munich avait été rendu public ; le rapport a estimé que l’affirmation de l’église selon laquelle Ratzinger n’était pas au courant du passé du prêtre manquait de crédibilité.

À lire aussi | Les évêques camerounais déplorent la misère continuelle du pays

Les procureurs de Munich ont déclaré vendredi qu’ils examinaient 42 cas d’actes répréhensibles possibles de la part de responsables de l’église découlant du rapport de jeudi. La porte-parole Anne Leiding a déclaré à l’agence de presse allemande DPA que les cas leur ont été transmis par le cabinet d’avocats qui a préparé le rapport l’année dernière.

Si un soupçon de « comportement criminel possible » émerge de l’examen, a déclaré Leiding, les procureurs demanderont des détails supplémentaires au cabinet d’avocats.

Le cabinet d’avocats a déclaré jeudi que les affaires concernaient des fonctionnaires vivants qui sont toujours en fonction.

La porte-parole du chancelier Olaf Scholz, Christiane Hoffmann, a déclaré vendredi qu’il était « urgent que ces affaires fassent l’objet d’une enquête approfondie et qu’une réévaluation complète soit effectuée.« 

Le rapport rend « l’étendue de l’abus et du manquement au devoir des dignitaires de l’église choquante« , a-t-elle déclaré.

« Il est crucial que la confiance dans le processus d’acceptation du passé soit renforcée dans l’Église catholique et par les dignitaires individuels« , a-t-elle ajouté.

Le Vatican n’a pas immédiatement commenté le rapport, indiquant qu’il le lirait attentivement dans les jours à venir. Le secrétaire de longue date de Benoît XVI, Monseigneur Georg Gaenswein, a également déclaré que le pape retraité n’avait pas encore lu le rapport, mais qu’il le ferait.

Benoît XVI, qui a fourni des informations aux auteurs du rapport, s’est dit bouleversé et honteux du scandale, a déclaré Mgr Gaenswein.

L’héritage de Benoît XVI en tant que pape avait déjà été entaché par l’éruption mondiale du scandale des abus commis par des membres du clergé en 2010, même si, en tant que cardinal, il a été responsable du changement de l’approche de Vatican sur cette question.

En 2001, Ratzinger a pris la décision révolutionnaire d’assumer la responsabilité du traitement des cas d’abus après avoir constaté que les évêques du monde entier ne punissaient pas les abuseurs, mais les déplaçaient simplement de paroisse en paroisse et leur permettaient de violer à nouveau.

Toutefois, cette décision a été prise alors que Ratzinger était encore en train de traiter des cas au Vatican. Il y a plusieurs années, des documents ont montré que Ratzinger avait tergiversé en 1985 sur le cas d’un pédophile condamné en Californie qui demandait à être défroqué, retardant toute action pendant deux ans.

Le cas du révérend Stephen Kiesle était la preuve que le Vatican, sous le règne de Jean-Paul II, s’opposait fermement à ce que les prêtres quittent le ministère actif, même s’ils étaient des violeurs condamnés.

Un compatriote allemand et l’un des successeurs de Ratzinger à la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Mueller, a rejeté les conclusions du rapport, suggérant qu’elles avaient une motivation idéologique pour attaquer Ratzinger et affirmant que s’il y avait des erreurs dans le traitement des cas, Ratzinger n’en avait pas connaissance.

Il a fait remarquer que dans les années 1970 et 1980, ni l’Église ni la société en général n’ont traité correctement les abuseurs sexuels d’enfants.

« On pensait que la thérapie pouvait résoudre le problème. Aujourd’hui, nous savons que cela est inutile pour ces criminels« , a-t-il déclaré.

À retrouver en anglais sur ABCNews

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire