in , ,

Les évêques du New Jersey déplorent une loi sur l’avortement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Les évêques du New Jersey déplorent une loi sur l'avortement
Les évêques du New Jersey déplorent une loi sur l'avortement

Les évêques du New Jersey ont exprimé leur « profonde déception et leur profonde inquiétude » à propos de l’adoption, le 12 janvier, d’un projet de loi qui codifie le droit à l’avortement dans cet État, affirmant qu’il « éteint carrément l’identité humaine et morale de l’enfant à naître« .

« Nous avons échoué en tant que société lorsque la réponse à toute grossesse est la peur plutôt que la joie », ont déclaré les sept prélats du New Jersey dans une déclaration commune.

« Malheureusement, trop souvent, cette peur naît de l’incertitude de la mère de ne pas pouvoir fournir à elle-même et à son enfant les ressources nécessaires pour vivre une vie épanouie. »

« Nous devons faire mieux », poursuit la déclaration. « Par conséquent, nous exhortons tous les catholiques et les personnes de bonne volonté à participer activement à la suppression des barrières économiques, professionnelles, sociales, raciales et émotionnelles qui conduisent les mères à penser que l’avortement est une meilleure option que la vie. »

Les législateurs du New Jersey ont voté l’adoption du projet de loi, la « Freedom of Reproductive Choice Act« , le 10 janvier. Elle a été déposée sur le bureau du gouverneur Phil Murphy. Un jour plus tard, Murphy a exprimé son intention de signer le projet de loi dans les réseaux sociaux.

« Je remercie l’Assemblée législative d’avoir adopté et envoyé sur mon bureau un projet de loi qui garantira l’accès des femmes aux soins reproductifs et leur droit de choisir dans la législation de l’État » , a posté Murphy. « Je signerai cette loi cette semaine. Ces décisions doivent rester entre une femme et son médecin, point final. »

À lire aussi | La volonté politique d’une société sans argent liquide

Plus précisément, le projet de loi codifie l’autonomie reproductive, qui comprend le droit à la contraception, à l’avortement et à la conduite d’une grossesse à terme. Il ne fixe aucune limite quant au moment où une personne peut se faire avorter, de sorte que la procédure sera légale tout au long de la grossesse.

Une fois que Murphy aura signé la législation, le New Jersey rejoindra l’Oregon et le Vermont, qui sont les trois seuls États dotés de lois protégeant le droit à l’avortement tout au long de la grossesse, ainsi que Washington D.C. Les lois de 12 autres États – Californie, Connecticut, Delaware, Hawaii, Illinois, Maine, Maryland, Massachusetts, Nevada, New York, Rhode Island et Washington – protègent le droit à l’avortement avant la viabilité, à environ 24 semaines.

La Cour suprême a toujours statué que les États ne pouvaient pas restreindre l’accès à l’avortement avant la viabilité. Début décembre, la haute juridiction du pays s’est saisie d’une affaire portant sur la constitutionnalité d’une loi du Mississippi de 2018, la « loi sur l’âge gestationnel« , qui interdit la plupart des avortements après 15 semaines de grossesse. L’affaire pourrait annuler la décision Roe v. Wade de 1973 qui a légalisé l’avortement dans tout le pays.

Dans un message publié le 10 janvier sur les médias sociaux, Murphy a déclaré que la menace d’une annulation de Roe v. Wade rendait « la nécessité de ce projet de loi plus urgente que jamais« .

Le projet de loi a été adopté par 46 voix à l’Assemblée et par 23 voix au Sénat. Les chambres comptent respectivement 80 et 40 membres. Les législateurs du New Jersey affirment dans le texte du projet de loi qu’il est nécessaire parce que le choix en matière de procréation est essentiel à l’établissement de l’égalité entre les sexes, qu’une grossesse non planifiée peut perturber les plans d’éducation et de carrière et que le droit de choisir si et quand avoir des enfants permet une planification de la vie plus efficace et compatible avec les objectifs de vie de chacun. Les sept évêques du New Jersey sont le cardinal Joseph Tobin de Newark, l’évêque Kevin Sweeney de Paterson, l’évêque David O’Connell de Trenton, l’évêque James Checchio de Metuchen, l’évêque Dennis Sullivan de Camden, l’évêque Kurt Burnette de l’éparchie de Passaic et l’évêque Yousif Habash du diocèse syriaque catholique de Our Lady of Deliverance.

Les prélats accusent les législateurs du New Jersey qui ont voté pour le projet de loi « d’avoir fait adopter cette loi à la hâte dans les derniers instants de leur mandat » parce qu’ils « ne voulaient pas que les citoyens comprennent pleinement ses conséquences inhumaines et mortelles« .

Ils ont également souligné à nouveau l’engagement de l’Église à aider les femmes enceintes.

« L’Église catholique s’est engagée à élargir et à accroître la sensibilisation aux ressources et aux programmes abondants que nous offrons, y compris des soins de santé et des soins prénataux favorables à la vie, un soutien émotionnel, une aide pour porter et élever son enfant, et des besoins de base tels que le logement, la nourriture et les vêtements pour les mères enceintes qui cherchent ou envisagent des alternatives à l’avortement », ont déclaré les évêques.

À lire sur Crux

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La volonté politique d'une société sans argent liquide

La volonté politique d’une société sans argent liquide

Le Vatican impose une vaccination ou un rétablissement du Covid

Le Vatican impose une vaccination ou un rétablissement du Covid