Les Évêques français préviennent du déséquilibre de l'euthanasie
in , , ,

Les Évêques français préviennent du déséquilibre de l’euthanasie

Les évêques catholiques français ont averti le gouvernement du président Emmanuel Macron qu’une « législation immorale » visant à autoriser l’euthanasie risquait de bouleverser « l’équilibre éthique du pays. »

« Au fil des décennies, un équilibre a été trouvé en évitant l’acharnement thérapeutique et en favorisant les soins palliatifs – cette ‘voie française’ a fait des adeptes et dit quelque chose de l’héritage éthique de notre pays« , a déclaré le conseil exécutif de la conférence épiscopale, composé de 10 membres.

« Nos soignants, qui doivent faire face à tant de difficultés concrètes pour faire vivre notre système de santé, expriment souvent combien ils sont attachés à cet équilibre – il fait honneur à leur profession et donne du sens à leur engagement« , soulignent les évêques.

« Lors de la crise du COVID-19, notre société a fait de lourds sacrifices pour sauver des vies, notamment des plus fragiles, allant jusqu’à sur-isoler des malades ou des personnes âgées pour préserver leur santé corporelle.

Comment est-il possible, quelques mois seulement après cette grande mobilisation nationale, que la société donne aujourd’hui l’impression de ne voir d’autre réponse à la fragilité de la vie que l’aide active à mourir et le suicide assisté ? » ont demandé les évêques dans un communiqué le week-end du 24-25 septembre.

Le gouvernement français prévoit de légaliser l’euthanasie d’ici à la fin de 2023.

Selon les évêques, le Conseil consultatif national d’éthique, qui a ouvert la voie à la législation proposée, a également déclaré que les soins palliatifs devraient d’abord être disponibles dans tout le pays « avant toute réforme« .

« À l’écoute des patients, des familles et des acteurs des soins palliatifs, nous constatons que le besoin essentiel du plus grand nombre est d’être considéré, respecté, aidé et accompagné – et non abandonné. L’aide active à la vie n’est-elle pas ce que chacun attend profondément, plutôt que l’aide active à la mort ?« 

À la mi-septembre, Macron a lancé un débat national sur la légalisation de l’euthanasie, conformément aux promesses faites avant sa réélection en avril. Il espère rédiger une loi après avoir reçu les recommandations d’une convention citoyenne en mars prochain.

Une loi similaire a été rejetée en 2021, et les médecins français peuvent actuellement garder les patients en phase terminale sous sédatifs jusqu’à leur mort en vertu d’une loi de 2016, mais sans les aider à se suicider.

Si elle est adoptée, la proposition de loi, qui a bénéficié d’un soutien majoritaire dans les sondages d’opinion, fera de la France le sixième pays d’Europe à autoriser l’euthanasie et l’aide à mourir, après les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la Suisse et l’Espagne. Des lois parallèles sont envisagées dans plusieurs autres pays, dont l’Allemagne et le Portugal.

À lire aussi | Le Bienheureux Alberione sauvé par son Ange Gardien

Dans leur déclaration, les évêques ont affirmé qu’un « discernement démocratique authentique » exigeait d’écouter sérieusement et calmement toute une série d’opinions, y compris celles de différentes traditions religieuses.

« La question de la fin de vie est trop sensible et trop délicate pour être traitée sous pression« , ajoute la déclaration.

Cet article a été publié originellement et en anglais par Crux NowLien de l’article ). 

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire