in , , ,

Les JMJ sont-elles réservées aux riches ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Junaid Javed, un catholique vivant au Pakistan, attendait avec impatience les JMJ et surtout son rendez-vous de lundi pour obtenir un visa afin de se rendre aux Journées mondiales de la jeunesse avec sa femme, Sunaina.

Mais à sa grande consternation, l’ambassade du Portugal lui a renvoyé son passeport sans visa le 24 juillet, faisant de lui l’une des nombreuses personnes empêchées de se rendre à Lisbonne pour assister à la plus grande manifestation de jeunes catholiques au monde.

En même temps que son passeport, Javed a reçu un formulaire portugais sur lequel une case a été cochée, indiquant que les autorités considéraient que les raisons présentées pour le voyage n’étaient pas fiables. En d’autres termes, elles n’étaient pas convaincues qu’il rentrerait chez lui après le rassemblement du 1er au 6 août.

Dans une vidéo envoyée à The Pillar le 26 juillet, Javed a déclaré que sa femme rêvait de recevoir une bénédiction du pape François, car le couple s’est marié en 2017 mais n’a pas encore d’enfant.

« Elle a dit que si nous recevions la bénédiction du pape, et que nous le voyions, peut-être que Dieu nous bénirait« , a déclaré cet homme de 32 ans originaire de la ville de Sargodha.

« Elle a la foi que Dieu nous bénira » a expliqué Javed après avoir entendu parler des JMJ, le couple a rassemblé tous les documents requis pour une demande de visa, malgré la difficulté de la tâche.

Les décisions relatives aux visas sont prises par des représentants du gouvernement portugais et sont distinctes de la procédure d’inscription aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), qui est supervisée par la Fondation JMJ Lisbonne 2023.

Le Portugal, membre de l’Union européenne et de l’espace Schengen sans frontières, a rétabli les contrôles documentaires aux frontières jusqu’à la fin des JMJ, « afin de prévenir d’éventuelles menaces à l’ordre public et à la sécurité intérieure » liées à une visite papale. Le pape François doit se rendre dans le pays du 2 au 6 août.

Lors des précédentes Journées mondiales de la jeunesse, des pèlerins ont dépassé la durée de validité de leur visa. Les médias australiens ont rapporté que sur les 110 000 personnes qui ont participé aux Journées mondiales de la jeunesse à Sydney en juillet 2008, 550 ne sont pas rentrées chez elles. En septembre 2019, 280 pèlerins étaient toujours « en fuite« . La plupart étaient originaires de pays du Pacifique Sud, dont les Tonga, les Fidji et les Samoa, les autres étant originaires d’Inde, du Pakistan et du Viêt Nam.

Avant les JMJ de Madrid en 2011, les autorités espagnoles ont suspendu les visas en provenance du Pakistan.

« De nombreuses personnes originaires de ce pays ont tenté de rester en Europe après les précédentes JMJ en tant qu’immigrants illégaux, c’est pourquoi le gouvernement espagnol a suspendu l’octroi de visas« , avait déclaré à l’époque un porte-parole des organisateurs de l’événement.

Le site officiel des JMJ Lisbonne 2023 indique que la rencontre est « destinée aux pèlerins du monde entier âgés de 14 à 30 ans, mais les pèlerins d’autres âges sont invités à s’inscrire« . Il explique également qu' »il est de la responsabilité de chaque participant aux JMJ d’obtenir un visa« .

Chaque personne inscrite reçoit une lettre de confirmation personnalisée, qui est ensuite signée par l’évêque de son diocèse et constitue la base de sa demande de visa. Le document d’inscription de Javed a été signé par l’archevêque d’Islamabad-Rawalpindi, Mgr Joseph Arshad.

En mars, les organisateurs des JMJ ont reconnu qu’un groupe de dix personnes avec lequel Javed et sa femme avaient l’intention de voyager avait versé la contribution de près de 2 500 dollars requise pour un forfait comprenant l’hébergement, les repas, le transport, l’assurance et un kit du pèlerin.

Le groupe a également fait un don de plus de 100 dollars à un fonds de solidarité qui couvre les frais de participation de « jeunes venant de régions moins favorisées du monde« .

« Nous avons fourni tous les documents demandés, mais ils ne nous ont pas délivré de visa« , a déclaré M. Javed. « Ma question est de savoir pourquoi ils ne nous ont pas délivré de visa. Parce que nous sommes pauvres ?« 

Le ministère portugais des affaires étrangères n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le Pakistan a été classé au septième rang des pays où il est le plus difficile d’être chrétien par l’association Portes Ouvertes dans sa « World Watch List 2023« . L’organisation a déclaré que les chrétiens du pays – qui représentent environ 1,8 % des quelque 250 millions d’habitants – « sont considérés comme des citoyens de seconde zone et sont confrontés à la discrimination dans tous les aspects de la vie« .

Javed, qui connaît des difficultés financières depuis la crise du coronavirus, a déclaré à The Pillar qu’il avait deux emplois, ce qui lui permettait de gagner environ 90 dollars par mois. Il a déclaré avoir entendu dire qu’un petit nombre de demandeurs pakistanais ayant un emploi stable et bien rémunéré avaient reçu un visa.

« Nous n’avons pas beaucoup d’argent… C’est pourquoi ils ne nous ont pas donné de visa. Cet événement est-il donc réservé aux riches ? Et qu’en est-il des pauvres, qu’en est-il de nous ? S’ils veulent faire cela avec nous, ils devraient mentionner sur le site web que les Journées Mondiales de la Jeunesse sont réservées aux riches, afin que les pauvres ne puissent pas s’inscrire et ne puissent pas gaspiller leur argent, leur temps et leurs émotions.« 

Des refus de visa ont également été signalés en Inde, pays voisin du Pakistan.

Le père Chetan Machado, fonctionnaire au secrétariat de la jeunesse de la Conférence des évêques catholiques de l’Inde, a déclaré que les demandeurs étaient « confrontés à de nombreux problèmes et à de nombreux refus cette fois-ci« .

Il a fait remarquer que les fonctionnaires de l’ambassade du Portugal avaient demandé à des tiers de garantir que les pèlerins rentreraient chez eux après les JMJ.

« C’est très difficile à obtenir« , a-t-il déclaré à Crux.

Le prêtre a indiqué que l’Église avait récemment demandé à l’ambassade d’accélérer le processus d’approbation des visas et a exprimé l’espoir que 80 % des 900 participants indiens inscrits seraient en mesure de faire le voyage.

De l’autre côté de la frontière, au Bangladesh, seules 16 personnes sur une délégation de 23 personnes ont obtenu un visa, a rapporté UCA News au début du mois.

« La paperasse n’a pas manqué de notre côté« , a déclaré le père Bikash James Rebeiro. « Nos demandes étaient similaires en tous points et respectaient toutes les règles. Malheureusement, sept jeunes se sont vu refuser leur visa.« 

Les Philippines, dont la population catholique est la troisième plus importante au monde après le Brésil et le Mexique, envoient entre 1 500 et 2 000 pèlerins à Lisbonne.

La conférence épiscopale du pays a déclaré la semaine dernière qu’elle faisait appel du refus de visa opposé à une cinquantaine de candidats considérés comme des « TNT » potentiels, c’est-à-dire des immigrés sans papiers.

« Les ambassades refusent de délivrer des visas« , a déclaré le père Ramon Jade Licuanan, secrétaire exécutif de la commission épiscopale de la jeunesse, à l’agence de presse philippine. « Ils craignent qu’il y ait des TNT. Nous en sommes à notre dernière tentative pour réexaminer les demandes de visas d’une cinquantaine de personnes qui ont été refusées« .

Entre-temps, seuls quatre jeunes ont pu obtenir des visas pour rejoindre la délégation officielle des évêques haïtiens à Lisbonne. Le reste de la délégation se compose de 16 prêtres et de six religieuses.

Le père Cassagnol Metellus, secrétaire de la commission épiscopale haïtienne pour la pastorale des jeunes, a déclaré : « Nous pensons que la jeunesse haïtienne est victime de la situation sociale, politique, économique et sécuritaire du pays« .

Le père Paul Valéry Sakougri, aumônier national des jeunes au Burkina Faso, a déclaré à La Croix Africa que des réunions avaient eu lieu entre la nonciature apostolique et le consulat général du Portugal.

« De ce fait, nous avons eu la chance qu’aucun dossier ne soit bloqué parmi les participants de la délégation officielle. En revanche, pour les délégations diocésaines, certains se sont vus refuser des visas« , a-t-il précisé.

« En revanche, pour les membres nigérians de la délégation officielle, c’était beaucoup plus compliqué. Sur les trois Nigériens, deux n’ont toujours pas reçu de réponse du consulat. Les demandes ont été déposées en mai.« 

Le père Clément Mevo, aumônier national de la jeunesse camerounaise, a déclaré à ACI Afrique que 132 personnes se préparaient à partir pour Lisbonne.

« Nous sommes maintenant au niveau de l’ambassade pour obtenir les visas« , a-t-il déclaré, ajoutant qu’il espérait que « cette phase se terminerait rapidement pour nos pèlerins ».

Dans sa vidéo, M. Javed explique que lorsqu’il est allé chercher son passeport, il était la 217e personne à le faire et que personne avant lui n’avait reçu de visa. Il se souvient que les gens pleuraient en apprenant la nouvelle, y compris un homme qui gagnait peut-être de l’argent en livrant de la nourriture.

Il a dit :

« J’ai vendu mon vélo. J’avais un grand rêve, celui de visiter les lieux et de voir le pape. Mais il pleure sur place« , a déclaré M. Javed.

Et il y a trop de familles, elles ont des rêves, et elles ont dit :

« Ce visa est pour nous. À qui veulent-ils donner ce visa s’ils ne veulent pas nous le donner ? C’est très triste. Je me sens très mal pour eux« .

Mr Javed s’est dit convaincu que le paiement du groupe serait remboursé une fois l’événement terminé.

À lire aussi | Des foules hindoues tuent, violent et font défiler des chrétiennes nues

En ce qui concerne les remboursements, le site officiel des JMJ de Lisbonne 2023 indique :

« Si un pèlerin se voit refuser un visa d’entrée au Portugal et ne peut donc pas participer aux Journées mondiales de la jeunesse, le responsable du groupe doit en fournir la preuve pour tous les membres du groupe concernés. Le chef de groupe doit envoyer cette preuve au Comité local d’organisation des JMJ de Lisbonne 2023« .

« Le Comité local d’organisation peut rembourser jusqu’à 90% du montant payé par les pèlerins dans cette situation. Les frais de transaction bancaire seront déduits du montant à rembourser.« 

« Le remboursement sera effectué par un seul virement bancaire sur le compte bancaire indiqué par le chef de groupe. Les remboursements ne seront pas transférés directement sur les comptes bancaires de chaque membre du groupe. Les remboursements seront effectués jusqu’à quatre-vingt-dix (90) jours après la fin des Journées Mondiales de la Jeunesse Lisbonne 2023.« 

Cet article a été publié originellement par The Pillar (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Des foules hindoues tuent, violent et font défiler des chrétiennes nues

Des foules hindoues tuent, violent et font défiler des chrétiennes nues

Un prêtre tanzanien assassiné est salué pour son courage et sa foi profonde

Un prêtre tanzanien assassiné est salué pour son courage et sa foi profonde