in , , , ,

Des foules hindoues tuent, violent et font défiler des chrétiennes nues

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’indignation suscitée par la violence contre les chrétiens dans la ceinture tribale de l’État indien de Manipur, dans le nord-est du pays, a atteint son paroxysme après que plusieurs femmes chrétiennes ont été exhibées nues et violées collectivement par des foules hindoues.

🔞

Avertissement : L’article suivant contient des images et des descriptions d’individus décédés et un contenu violent et extrêmement horrifique, qui peut être pénible et insoutenable à certains lecteurs. Gardez les – de 18 ans, à l’écart de celui-ci.

La semaine dernière, des vidéos horribles montrant deux femmes chrétiennes, âgées de 20 et 24 ans, déshabillées, exhibées nues, molestées et violées collectivement le 4 mai par des hindous radicaux armés de couteaux et de bâtons, sont devenues virales sur les médias sociaux.

Un pasteur chrétien sur le terrain, qui a requis l’anonymat, a déclaré à Church Militant qu’il y avait eu au moins six incidents au cours desquels des femmes chrétiennes avaient été systématiquement prises pour cible par des foules hindoues pour « les punir en les déshabillant, en les exhibant nues et en les violant« .

Les femmes violées appartiennent à la communauté Kuki, qui comprend plus de 20 sous-tribus et est majoritairement chrétienne (évangélique et catholique).

Les agresseurs appartiennent à l’ethnie Meitei et pratiquent l’hindouisme vaishnavite.

Un dossier obtenu par Church Militant contient des informations sur 22 femmes victimes de viols, de tortures, d’agressions, d’incendies criminels et de meurtres.

Parmi les victimes figurent Olivia Lhingneithem Chongloi, 23 ans, et Florence Nengpichong Hangshing, 25 ans, toutes deux employées dans une station de lavage, qui ont été violées par une foule meitei après avoir été identifiées comme des chrétiennes kuki.

Hekim et Helam Chongloi, deux sœurs célibataires d’une cinquantaine d’années, ont été abattues dans leur jardin après que des hindous radicaux eurent étranglé à mort leur mère aveugle et alitée.

Une foule de Meitei a battu à mort Thiandam Vaiphei, 45 ans, avant de brûler son corps. Tongsing Hangsing (7 ans), Meena Hangsing (45 ans) et Lydia Lourembam (37 ans) sont morts brûlés dans une ambulance par une foule de 2 000 personnes.

« Les crimes odieux commis contre la communauté kuki [chrétienne], le ciblage des femmes kuki, l’utilisation du viol comme arme par les foules meitei [hindoues] – tous perpétrés en toute impunité par ces groupes – ont été passés sous silence et dissimulés par l’État« , a déclaré le politologue Kham Khan Suan Hausing au Guardian, un journal britannique de gauche.

« Ce n’est que lorsque cette vidéo est devenue virale que cette tentative trop zélée de l’État de contrôler le récit a finalement été exposée« , a déploré M. Hausing, professeur de sciences politiques à l’université d’Hyderabad.

Depuis que les violences antichrétiennes ont éclaté en mai, plus de 130 personnes ont été tuées et 400 blessées. Plus de 60 000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile alors que l’armée, les forces paramilitaires et la police s’efforcent de réprimer la violence.

https://twitter.com/MirsaAbu/status/1683882855422738432?s=20

Au moins 300 églises ont été incendiées et démolies par des gangs hindous Meitei, ce qui a conduit les évêques catholiques et d’autres responsables de l’Église à conclure que la violence est essentiellement religieuse et non ethnique, comme l’affirment les médias laïques.


L’archevêque d’Imphal, Dominic Lumon, a averti qu’il serait « catégoriquement faux de dire que le conflit actuel est un conflit religieux », mais il a noté que « les attaques motivées par la religion sont un fait indéniable » puisque « chacun des plus de 200 villages kuki a vu une ou plusieurs églises attaquées ».

« La crise à laquelle sont confrontés le peuple et l’Église au Manipur n’est pas un incident isolé« , mais doit être considérée dans la perspective plus large de « l’inquiétude pour les minorités en Inde », a ajouté M. Lumon, faisant référence à la persécution généralisée des chrétiens sous le gouvernement hindou radical dirigé par le Premier ministre Narendra Modi.

Selon la Commission des évêques catholiques du Kerala pour l’harmonie sociale et la vigilance, qui a mené une enquête sur les émeutes du Manipur, la violence sectaire avait été « bien orchestrée » et « visait la tribu Kuki« , dont 90 % sont chrétiens.

« Il est choquant de constater qu’aujourd’hui, il reste à peine une église dans la vallée d’Imphal, à l’exception de quelques-unes où les tribus non zomi-kuki se rendent pour pratiquer leur culte. C’est certainement la première fois dans l’histoire de l’Inde qu’autant de lieux de culte ont été vandalisés, brûlés ou démolis« , a déclaré le Samast Christi Samaj dans un communiqué de presse.

« En termes de cruauté, même les nourrissons, les enfants, les personnes âgées et les infirmes n’ont pas été épargnés. Des cas de viols, de lynchages collectifs, de brûlures à mort, de mise en cage dans des sacs en toile, de bâillonnement et de coups portés à la mort seraient des tactiques employées« , selon le communiqué.

Les Meitei Hindus, qui représentent 65 % de la population de l’État, vivent dans les vallées mais ne possèdent que 10 % des terres. Les tribus Kuki-Naga, qui vivent dans les régions montagneuses, sont majoritairement chrétiennes et disposent d’environ 90 % des terres qui leur sont réservées.

Les commentateurs laïques affirment que l’origine du conflit réside dans la demande des Meitei d’être inclus dans la liste des tribus répertoriées, qui garantit aux tribus des mesures de discrimination positive parrainées par l’État, y compris des avantages financiers et des avantages en matière d’emploi.

Le 5 juin, Licypriya Kangujam, une écolière hindoue de 11 ans et militante pour le climat originaire de Manipur, a rencontré le pape François et lui a demandé de l’aider à ramener la paix dans son État déchiré par les conflits.

À lire aussi | Au synode mondial de l’Église catholique, les diacres manquent à l’appel

Le site web de médias radicaux hindous The Organiser a accusé les tribus chrétiennes d’exploiter les terres réservées à la culture de l’opium et de chercher à convertir les Meitei au christianisme.

Le christianisme a été introduit dans les tribus Kuki et Naga par le missionnaire baptiste américain William Pettigrew, qui est arrivé au Manipur en 1894. Les efforts d’évangélisation de Pettigrew ont provoqué l’hostilité des hindous, et l’État a interdit le travail missionnaire au sein de la communauté Meitei.

Bien que le catholicisme soit une « arrivée tardive » au Manipur, le premier groupe de Kukis ayant été reçu dans l’Église catholique en 1952, les catholiques constituent aujourd’hui une « part non négligeable » de la population, selon l’historien de l’Église Thongkholal Haokip.

Cet article a été publié originellement par Church Militant (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Au synode mondial de l'Église catholique, les diacres manquent à l'appel

Au synode mondial de l’Église catholique, les diacres manquent à l’appel

Les JMJ sont-elles réservées aux riches ?

Les JMJ sont-elles réservées aux riches ?