in , , ,

L’IA, le prochain assaut contre Dieu et son Église ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

En écho à la fin de la vie de saint Augustin d’Hippone, les Vandales sont de nouveau aux portes. Mais cette fois, ils s’attaquent à la fois à la porte avant et à la porte arrière de l’Église.

Paul Kingsnorth, récemment converti à l’orthodoxie et l’un des penseurs et écrivains contemporains les plus profonds, avertit l’Église d’un assaut à venir auquel nous devons nous préparer au-delà des guerres culturelles actuelles.

À l’heure actuelle, les guerres culturelles que nous menons pourraient être considérées comme l’ennemi « aux portes de derrière« . C’est là que nous sommes confrontés à l’invasion du sécularisme. Cette attaque contre l’éthique et l’anthropologie chrétiennes est tellement « du siècle dernier« , mais les relativistes et les anti-surnaturalistes martèlent, essayant d’entrer par le biais de leurs cinquièmes colonnes, et déterminés en particulier à essayer de redéfinir le genre, la sexualité et l’éthique sexuelle.

Il est alarmant de constater le nombre de catholiques théologiquement et spirituellement obtus qui ont cédé à leur laïcisme complaisant ; mais il se peut aussi que ce soit simplement une indication de l’ampleur du lavage de cerveau opéré par les médias et l’éducation.

Depuis un certain temps, on a l’impression que cet assaut à nos portes arrière, le passé immédiat, peut menacer les fondements mêmes de la foi catholique. Mais ils ne peuvent le faire que s’ils parviennent à changer le Magistère. C’est sur ce point que se concentre la lutte actuelle.

Mais Kingsnorth nous avertit de nous préparer à l’assaut qui se prépare aux portes d’entrée – bien que seul un nuage d’orage approchant pour le moment soit encore plus menaçant que cela. Quelle est la relation entre les deux ? La réponse est que si nous abandonnons notre défense du sacré, notre épistémologie reçue, notre garde de la sainteté et notre anthropologie chrétienne reçue aux vandales des guerres culturelles, il ne nous restera aucune plate-forme pour résister à l’attaque des portes d’entrée par les exigences à venir des grands prêtres de l’intelligence artificielle et du transhumanisme.

Kingsnorth, en particulier dans son rôle de chrétien orthodoxe, regarde en arrière pour trouver l’authenticité, et non vers le bas ou vers l’avant. Le message qu’il a adressé aux non-utopistes réunis pour l’écouter au Unherd Club était le suivant : s’ils cherchent à préserver l’Occident, qui n’est que le résidu de la chrétienté, ils doivent reconnaître qu’il n’y a plus rien à préserver. Le rythme des changements sociaux nous a devancés, nous laissant loin derrière. La conservation n’est pas la question du moment. Nous sommes engagés dans une véritable révolution. « C’est une révolution qui va faire ressembler le siècle des Lumières à une tea party« , a-t-il averti.

Kingsnorth trace l’avenir immédiat à l’aide d’un certain nombre de tremplins.

Le premier est le résultat d’une rencontre avec le métaphysicien français René Guenon (1886-1951). Il devient musulman et émigre en Égypte (le roi Charles III lui voue une grande admiration). Guenon prédit que l’humanité, incapable de se débarrasser de son instinct religieux intrinsèque, le transférera à une autorité ultime différente. Au début du siècle suivant, l’Occident entre dans une nouvelle ère, le « règne de la quantité« , où la quantité compte plus que tout. Le sentiment religieux deviendrait lui aussi une question de quantité, canalisé vers le matériel et le matérialisme, par la force de notre volonté déterminée.

Chesterton partageait le même instinct intuitif. Si vous n’adorez pas Dieu en dehors du monde, vous adorez à la place la chose la plus forte du monde. Quelle est la chose la plus forte ? La technologie.

Kingsnorth suggère que ces perceptions se rejoignent au moment même où la technologie se présente à nous comme le moyen le plus puissant de réaliser nos rêves et nos désirs. Il décrit la technologie dans ce sens comme « la machine« .

Et la machine est la manifestation matérielle de l’éternel désir de libération de l’homme. Le but ultime vers lequel nous sommes attirés devient « l’individu rationnel indépendant libéré des obligations de l’histoire, de la communauté et de la nature« .

Le libéralisme consumériste nous a appris que tout désir est bon et utilisé pour vendre des choses. Le désir est le nouvel esprit impie.

Kingsnorth prévient que le mélange du désir égoïste sans entrave et du bond en avant de l’intelligence artificielle, non limité par une quelconque contrainte morale ou philosophique, submergera tout ce que nous savons de l’humanité et de la nature.

« Le transhumanisme, l’intelligence artificielle, la culture d’aliments et de bébés en laboratoire, la transcendance de tout, de la biologie au genre, nous essayons de briser les limites et de redéfinir la nature elle-même« .

Contrairement aux vandales qui ont tenté de dissimuler l’utopie laïque de leur projet, l’agression ou le projet des portes d’entrée n’est pas non plus caché. Tous les responsables sont très ouverts sur ce qu’ils font.

Elise Bohan, universitaire renommée d’Oxford et pionnière de la recherche sur le transhumanisme, a raconté comment, lors d’une conférence sur le transhumanisme, un biologiste travaillant à la pointe de la discipline lui a murmuré :

« Nous sommes en train de construire Dieu, vous savez« .

« Je sais« , a-t-elle répondu.

Ray Kurzweil, qui a fait fortune en développant la reconnaissance vocale par ordinateur et qui est aujourd’hui le nouveau directeur de l’ingénierie de Google, à qui l’on demandait récemment si Dieu existait, a répondu : « pas encore« .

Martine Rothblatt, transhumaniste, est l’une des plus ferventes représentantes de ce qu’elle appelle la « nanotechnologie géoéthique« . L’ambition de son projet est de connecter à terme toutes les consciences et de « contrôler le cosmos« . La technologie est prête à se lancer dans la construction non seulement de sa propre tour de Babel, mais aussi de son propre cosmos de Babel.

Dans les années 1960, Marshall McLuhan écrivait :

« Nous approchons rapidement de la phase finale de l’extension de l’homme, la simulation technologique de la conscience, lorsque le processus créatif de la connaissance sera étendu collectivement à l’ensemble de la société humaine« .

À l’époque, personne n’avait vraiment idée de ce dont parlait McLuhan. Mais soudain, en 2023, nous en avons un aperçu.

Mme Rothblatt affirme qu’aux alentours de 2050 (environ 100 ans après McLuhan), nous aurons atteint le point où nous pourrons transplanter des copies numériques de nos esprits dans des systèmes d’exploitation prêts pour l’IA. Comme elle l’écrit avec approbation dans son livre Virtually Human : The Promise-and the Peril-of Digital Immortality, « l’humanité consacre certains de ses meilleurs cerveaux, issus d’une grande diversité de domaines, à aider les logiciels à atteindre « un esprit » – ainsi qu’à trouver comment numériser l’unicité de votre esprit sur une plateforme prête à « vivre », ou à être consciente« .

Cet esprit est ce que les transhumanistes considèrent comme le nouveau « dieu« .

C’est la raison pour laquelle Kingsnorth a insisté sur le fait qu’« il s’agit d’une révolution qui va faire ressembler les Lumières à un goûter« .

« La base entière de ce que nous entendons par réalité est en train d’être réécrite. Il n’y a rien sur lequel on puisse se mettre d’accord, rien qui soit sacré, rien que l’on ne puisse changer, rien que l’on ne puisse rendre nouveau. Convaincus que le monde est notre terrain de jeu et que tout, de l’histoire à la nature humaine en passant par le dimorphisme sexuel, peut être changé si l’on en a envie, et changé à nouveau par la suite, nous nous rendons consciemment « post-humains« .

Conscient que nous sommes sur le point de nous engager dans une « guerre pour la réalité« , Kingsnorth prévient qu’il s’agit à la base d’une nouvelle guerre de religion.

À lire aussi | Un nouvel observatoire à Rome pour étudier les apparitions mariales

« Le défi actuel n’est pas de conserver ou de restaurer, mais de choisir sa religion. Et si vous ne choisissez pas, elle sera choisie pour vous. Vous serez absorbés par défaut dans le nouveau credo des nouveaux âges, qui est la tentative de construire Dieu et de remplacer la nature par la technologie. C’est ce que la Genèse a appelé le chemin du serpent« .

Si l’Église catholique devait prendre conscience de l’importance de redoubler de détermination pour exprimer clairement aux vandales de la guerre culturelle aux portes arrière, le pouvoir, l’autorité et l’engagement inflexible envers la révélation et sa vision du sacré, l’analyse de Kingsnorth suggère que c’est le moment. Le prochain assaut contre Dieu, son Église et le projet de salut est sur le point de devenir encore plus sérieux et mortel.

Cet article a été publié originellement par Catholic Herald (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire