in , , , ,

Mexique : Le jour des morts est différent du jour des défunts catholique

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La culture mexicaine célèbre deux festivités le même jour, mais bien qu’elles soient liées d’une certaine manière, elles ne sont pas identiques.

Le jour des morts est une date très attendue au Mexique, où l’on célèbre une fête pleine de couleurs et de lumières pour se souvenir des personnes qui ont déjà quitté ce monde. En même temps, l’Église catholique commémore ceux qui sont retournés à la Maison du Père, en organisant une célébration spéciale en leur honneur.

Pour comprendre la différence entre les deux festivités, Aleteia a interviewé le Pbro. José Natanael Torres García, étudiant du Colegio Mexicano à Rome.

Jour des morts

Le père Natanael explique qu’au Mexique, il existe un profond respect pour la mort, exprimé au fil des siècles à travers des rituels, des symboliques, de l’art, de la littérature et d’autres manifestations humaines. Cette ancienne tradition nous enseigne comment honorer nos proches décédés.

Dans le centre du Mexique, ajoute le père Torres, on croyait que les morts revenaient une fois par an du Mictlán pour visiter leurs familles. Ces familles leur préparaient des autels avec de la nourriture pour les aider à récupérer du long voyage, ainsi que des objets rappelant leur temps sur terre.

Cependant, avec l’arrivée des Espagnols, souligne le prêtre, les missionnaires ont tenté en vain d’éradiquer cette tradition. Bien qu’ils aient réussi à lui donner un sens chrétien avec l’évangile.

Commémoration des Fidèles Défunts

Le père José Natanael explique que depuis le Xe siècle en France, puis à Rome à partir du XVIe siècle, on célébrait la Commémoration des fidèles défunts. Cette célébration, établie pour l’Église universelle le 2 novembre, un jour après la solennité de la Toussaint, honore ceux qui sont déjà dans la présence de Dieu en tant qu’Église triomphante, intercédant pour nous.

Le 2 novembre commémore l’Église souffrante, qui a besoin de nos prières pour atteindre rapidement le Ciel. Les traditions indigènes, avec leurs vestiges de rituels, ont été préservées dans la tradition catholique mexicaine comme élément essentiel de l’expression religieuse de notre société, lui conférant une nuance unique dans le monde par la manière dont l’Église mexicaine célèbre cette commémoration.

La coutume de dresser des autels avec des offrandes

En tant que Mexicains, dit le père Natanael, nous accompagnons les offrandes traditionnelles avec lesquelles nous nous souvenons de nos proches décédés en visitant le cimetière. De nombreuses personnes ont l’habitude de nettoyer et d’entretenir la tombe de leurs défunts, en plus de partager des repas et d’écouter la musique que leurs proches aimaient de leur vivant. Les catholiques, en plus de cela, récitent le chapelet ou divers responsoriaux devant les sépultures et achèvent la journée avec la Sainte Messe, priant pour le repos éternel de leurs proches.

Le prêtre ajoute que nous ne pouvons nier que les coutumes que nous avons héritées ont une influence marquée de l’évangélisation, difficile à dissocier de ce que nos ancêtres nous ont transmis.

À lire aussi | Le Pape réforme l’Académie théologique pour l’adapter à ce « changement d’ère »

Ainsi, aux offrandes préhispaniques, nous avons ajouté d’autres avec une signification catéchétique profonde qui encadrent le sens que la foi trouve dans le mystère de la mort à la lumière du Mystère pascal. Par conséquent, on ne vit pas dans la peur, mais avec une espérance joyeuse, reconnaissant que la fin de la vie en ce monde n’est que le début de la vraie vie éternelle au Ciel, se réjouissant pour ceux qui ont triomphé et priant inlassablement pour ceux qui ont besoin d’une prière pour leur purification rapide.

Semences du Verbe

Enfin, le prêtre réfléchit : « Nous pourrions dire, avec Saint Justin, que les semences du Verbe, semées dans nos cultures originaires, ont germé et grandi d’une manière particulière, car ce que les anciens entrevoyaient et réfléchissaient dans leurs cosmologies sur la mort comme un passage vers un monde pacifique et libéré des liens de l’imperfection humaine, a pu se concrétiser en Christ comme une réalité, Vie et Résurrection pour tous ».

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le Pape réforme l'Académie théologique pour l'adapter à ce "changement d'ère"

Le Pape réforme l’Académie théologique pour l’adapter à ce « changement d’ère »

Diverses manières dont un catholique peut se faire complice du libéralisme

Diverses manières dont un catholique peut se faire complice du libéralisme